Règles pendant la grossesse et sous pilule

Qu’en est-il des règles pendant la grossesse ?

Les règles réelles ne peuvent pas se produire pendant la grossesse. Des pertes de sang peuvent se manifester, elles sont dues à plusieurs raisons.
Dans certains cas, elles se présentent sous forme de tâches et, parfois, elles ressemblent à un vrai cycle menstruel.
Les causes sont différentes : la plupart du temps, il ne faut pas s’inquiéter, mais parfois cela peut indiquer quelque chose de plus grave.

Lorsque le corps d’une femme enceinte commence à produire de la gonadotrophine chorionique humaine, les règles ne se manifestent plus.
Le pourcentage des femmes auquel il est arrivé d’avoir des saignements pendant la grossesse est d’environ 25-30 %.

 

Causes des pertes de sang pendant la grossesse

Pertes de sang ou tâches
Les pertes de sang légères peuvent être provoquées par l’implantation de l’embryon.
Les pertes dues à l’implantation se produisent lorsque l’ovule fécondé se fixe à la paroi utérine. Cela se produit cinq jours après la conception (dans les trompes de Fallope) et le saignement dure pendant une courte période de 3 à 4 jours.

Changements hormonaux
Une autre raison peut être le changement des niveaux d’hormones dans le corps. Il se produit pendant la phase initiale de grossesse : on croit souvent que ce sont des pertes dues au cycle menstruel, mais ce n’est pas le cas.

Grossesse extra-utérine
Une grossesse ectopique est l’une des causes les plus graves : elle se produit lorsque le fœtus ne s’implante pas dans l’utérus mais dans des zones différentes, comme les trompes de Fallope.
Puisque les trompes de Fallope ne laissent pas assez d’espace, le fœtus peut subir des lésions ou peut même mourir.
Généralement, au cours d’une grossesse extra-utérine, on souffre de crampes abdominales, de douleurs au bas ventre et de saignements.

Fausse couche
Les pertes de sang durant les premiers stades de la grossesse, en particulier lors des trois premiers mois, peuvent être un indicateur de fausse-couche.
Comme dans le cas d’une grossesse extra-utérine, même l’avortement peut provoquer des crampes d’estomac et des saignements.

Problèmes placentaires
Le placenta est la structure vasculaire située en haut de l’utérus qui nourrit le fœtus en aliments et en oxygène. En cas de problèmes avec le placenta, il est très probable qu’il y ait des pertes de sang.
Il existe principalement deux types de problèmes placentaires qui peuvent entraîner des pertes de sang : le placenta prævia (lorsque le placenta s’attache à la partie inférieure de l’utérus et va à couvrir le col de l’utérus) et le détachement du placenta, c’est-à-dire lorsque le placenta se sépare de la paroi utérine.

 

Que faire lorsque l’on croit être enceinte, mais que le cycle menstruel persiste ?

Quand on pense être enceinte mais que des pertes de sang continuent, on peut en parler à son médecin. Ces symptômes peuvent être causés par des hormones, par un avortement, une infection, etc.
La seule façon de savoir avec certitude quelle est la cause du saignement est un examen médical.

Que se passe-t-il si le test de grossesse est négatif, mais que les règles ne se présentent pas ?
Un test de grossesse négatif, dans la plupart des cas indique que la femme n’est pas enceinte.
Parfois, le test de grossesse est effectué trop tôt : il n’indique pas la grossesse car le corps n’a pas encore produit les hormones HCG. Certains tests de grossesse peuvent donner un résultat le premier jour après le début théorique du cycle menstruel alors que pour les autres tests de grossesse, il faut attendre 3-4 jours.

Règles sous pilule

La pilule contraceptive se prend selon la durée du cycle menstruel normal. Chaque mois, les femmes assument des pilules actives pendant 23 jours et un placebo pendant cinq jour (période des règles).
Les contraceptifs plus récents permettent d’étendre le cycle : au lieu de prendre le placebo, on prend les pilules actives tous les jours du mois. La plupart du temps, on prend la pilule pendant trois mois et puis 5 jours de placebo, ou alors on peut prendre la pilule pendant un an.

Après combien de jours après la prise de la première pilule, les règles arrivent-elles ?
Lorsque l’on prend la pilule, le cycle menstruel peut avoir du retard ou être en avance, le flux sanguin est réduit et les règles sont plus courtes.
Le premier mois, la prise de pilule peut augmenter la durée des saignements ou bloquer les règles.

Tâches ou spotting
Le contraceptif contient de petites quantités d’œstrogène et de progestérone qui inhibent les hormones naturelles permettant à la femme de tomber enceinte.
Étant donné que le corps doit s’habituer à différents niveaux hormones, souvent il peut y avoir des pertes de sang pendant la prise de la pilule, mais c’est tout à fait normal et il ne faut pas s’inquiéter.

Causes des règles réduites ou presque absentes

Déséquilibre hormonal – parfois le type de pilule contraceptive n’est pas adaptée au corps de la femme : si la femme a un saignement continu (ininterrompu), il faut contacter son médecin ;
Oubli d’un comprimé – si on oublie de prendre la pilule pendant un jour, des pertes de sang peuvent survenir.
Tout est normal, mais après un comprimé oublié, il faut utiliser d’autres méthodes de contraception pendant 30 jours.

 

Et si les règles arrivent avant la fin de la prise de la pilule ?

Parfois, le saignement n’est pas normal et, dans ce cas, il est recommandé d’effectuer un contrôle minutieux chez le médecin car la femme peut avoir contracté une maladie sexuellement transmissible, comme la chlamydia ou la gonorrhée.
Il pourrait également s’agir d’une infection non diagnostiquée et les risques sont plus élevés si la femme n’a pas fait de frottis.
Souvent, les symptômes sont saignements, démangeaisons, rougeurs et brûlures.

Les causes peuvent être les suivantes :

Polypes utérins
Le polype utérin est une petite masse bénigne (non cancéreuse) qui se forme dans la paroi interne de l’utérus.
Ces tumeurs sont généralement bénignes mais peuvent provoquer des douleurs au bas ventre et des pertes de sang (fausses règles).

Les fibromes utérins
Les fibromes utérins peuvent être traités avec des médicaments et/ou la chirurgie.
Au départ, tous les fibromes qui provoquent des symptômes bénins peuvent être traités avec des analgésiques.
Lorsque l’on note une hémorragie abondante, il est recommandé de prendre de compléments de fer pour prévenir ou traiter l’anémie.

Un faible dosage de pilule contraceptive ou des injections de progestérone peuvent aider à contrôler les pertes provoquées par des fibromes.
Un médicament appelé agoniste de l’hormone de libération des gonadotrophines aide à réduire la taille des fibromes et l’hémorragie.

Endométriose
Chaque mois, le tissu de l’endomètre qui recouvre l’utérus se détériore et il est éliminé par le flux menstruel. L’endométriose se produit quand le tissu endométrial commence à se développer à l’extérieur de l’utérus. Souvent, il s’attache aux ovaires ou aux trompes de Fallope ou il peut se développer dans d’autres organes, tels que l’intestin ou dans la zone située entre le rectum et l’utérus.
L’endométriose peut provoquer des saignements, des crampes avant et pendant les règles et les douleurs pendant les rapports sexuels.

Inflammation pelvienne
L’inflammation pelvienne est provoquée par une infection bactérienne qui affecte le système reproducteur de la femme. Les bactéries pénètrent dans le vagin pendant les rapports sexuels et se répandent dans l’utérus et dans la vulve.
Les bactéries peuvent également pénétrer dans le système reproducteur à cause de l’insertion d’un dispositif intra-utérin, pendant l’accouchement ou l’avortement. Les symptômes sont les suivants : pertes vaginales abondantes accompagnées de mauvaises odeursrègles irrégulières, douleurs pelviennes, fièvre, nausées, vomissements et diarrhée.

Syndrome des ovaires polykystiques
Lorsque l’on souffre du syndrome des ovaires polykystiques, les ovaires produisent une grande quantité d’androgènes (hormones mâles) et de petites poches remplies de liquide (kystes) peuvent se former.
Des niveaux élevés d’androgènes empêchent la maturation de l’ovule, et donc l’ovulation.
Les femmes présentant des ovaires polykystiques ont généralement un cycle menstruel irrégulier.

 

 menstruations pendant la grossesse, femme enceinteComment traiter un cycle menstruel irrégulier ?

Le traitement d’un cycle menstruel anormal dépend de la cause :

régulation du cycle menstruel : la pilule avec des hormones œstrogènes et la progestérone peut être prescrite pour avoir un cycle menstruel régulier ;
• la douleur peut être réduite en prenant un analgésique comme le paracétamol ou un AINS, tels que l’ibuprofène.
Il est préférable d’éviter l’aspirine parce qu’elle peut provoquer des saignements plus longs et plus abondants. Prendre un bain chaud ou une douche chaude peut soulager la douleur.
• contraceptif alternatifs : si, après la prise de pilule contraceptive, les règles sont toujours irrégulières, il faut prendre en considération d’autres types de contraceptif.

 

Deux cycles menstruels en un mois. Pourquoi ?

Deux cycles menstruels en un mois semblent être un cauchemar qui peut causer anxiété et panique chez la femme. En réalité, ce n’est pas aussi grave que cela en a l’air. Les causes peuvent être les suivantes :

• changements hormonaux
• problèmes de thyroïde
• mauvaise alimentation/alcoolisme
• maladie sexuellement transmissible – la blennorragie et la chlamydia sont souvent la cause de règles trop fréquentes
• fausse couche
• certains médicaments ou traitements comme la chimiothérapie peuvent provoquer un cycle fréquent
• dysplasie cervicale ou cancer.

 

Règles après l’interruption ou l’arrêt de la pilule

Après la prise, parfois, les règles ne se manifestent pas, et certaines femmes ont un retard qui peut durer trois mois ou plus.

Pilule pour stimuler les règles
Le médecin peut prescrire une pilule pour faire revenir les règles en cas de graves maladies, de troubles mentaux et/ou nerveux et de malnutrition (par exemple, médroxyprogestérone).

Éviter les règles pendant les vacances
Les femmes qui veulent éviter d’avoir leurs règles lorsqu’elles vont à la mer ou à la montagne peuvent continuer à prendre les pilules actives (au lieu du placebo) pendant une ou deux semaines, mais il faut en parler d’abord à son gynécologue.