Douleur pendant l’accouchement

Solutions pour soulager la douleur pendant l’accouchement

Ne pas s’allonger sur le dos – quand la femme s’allonge sur le dos, tout le poids du bébé et de l’utérus se déplace sur son dos, ce qui n’est pas bon car cela réduit la circulation du sang. De plus, l’utérus se contracte pour rester en avant et il travaille contre la gravité.
Pendant le travail, la femme doit éviter de se coucher sur le dos et choisir une position plus verticale.

Induction du travail par l’ocytocine

 douleur pendant l'accouchement, travail
L’induction est parfois nécessaire pour préserver la santé de la mère et du fœtus. Elle est toutefois à éviter s’il n’existe aucune situation d’urgence, étant donné que le corps est en mesure de répondre à des stimulations. Dans certains cas, le médicament pour induire l’accouchement est très douloureux : la douleur est mesurée sur une échelle subjective appelée SAV qui va de 1 à 10.

Comment faire pour soulager la douleur – les meilleures solutions pour accoucher sans douleur sont naturelles et certaines d’entre elles sont particulièrement efficaces.
Certaines femmes disent que quand elles entendent respirer le médecin les symptômes se réduisent, l’accouchement à la piscine peut soulager la douleur et détendre la femme et le travail devient plus rapide.
Si ces options naturelles ne suffisent pas à apaiser la douleur, le médecin peut prescrire certains médicaments mais il y a des effets secondaires à considérer.
Certains médicaments affaiblissent le corps et peuvent provoquer des douleurs et d’autres complications.
La péridurale permet d’immobiliser la femme dans son lit et la rend inactive lors de l’accouchement sauf pour aider à pousser le bébé.
Dans certains cas, elle est un obstacle à l’accouchement et le médecin doit utiliser les forceps ou effectuer une césarienne.

La douleur est plus forte en cas de lacération périnéale lors de la phase expulsive.
Il existe de nombreuses méthodes naturelles pour aider la femme à induire l’accouchement, mais ces options sont souvent mises de côté.
Lorsque l’enfant est en position postérieure (le dos du bébé touche la colonne vertébrale de la mère), l’accouchement est très difficile.
Il existe plusieurs méthodes pour essayer de déplacer l’enfant. La femme doit faire attention à certains de ses mouvements : par exemple, quand elle s’assoit, elle ne doit jamais positionner ses fesses plus hautes que ses genoux sinon le bassin de l’enfant peut se déplacer.
Certains hôpitaux pratiquent des injections d’eau stérile dans le dos de la mère, ce qui devrait contribuer à soulager la douleur physiologique, malheureusement ce remède naturel n’a pas le même effet sur toutes les femmes.
Si l’hôpital le permet, il est possible de pratiquer l’acupuncture pendant l’accouchement pour traiter les maux de dos sévères.
Faire des exercices physiques pendant la grossesse, même 30 minutes de marche par jour, permet d’aider le corps et l’esprit.
Pratiquer des activités pendant le travail est utile, car cela aide l’enfant à changer de position et à se bouger, jusqu’à ce qu’il soit prêt à naître.
L’acupuncture est aussi utilisée pour positionner l’enfant et pour préparer l’accouchement.
Une visite chez l’ostéopathe est utile pour améliorer l’alignement de la colonne vertébrale de la femme et pour s’assurer qu’elle soit correctement alignée avant l’accouchement.
Il est recommandé de garder la bouche ouverte, de respirer profondément et éventuellement de parler ou crier parce que si la femme serre les dents, l’accouchement devient plus difficile.

 

Contractions pendant le travail

Comment sont les contractions ?
Avec des contractions, le corps de la femme se prépare à pousser le bébé le long du canal. Elles sont douloureuses mais nécessaires. 

Quelles sont les causes des contractions ?
Plusieurs facteurs provoquent les contractions.
Le phénomène commence par une série de messages chimiques que le cerveau du bébé envoie au corps de la femme, pour signaler qu’il est prêt à naître.
Ces messages stimulent une série de réactions hormonales dans le corps de la femme et libèrent ainsi la prostaglandines et l’ocytocine qui stimulent les contractions.

Comment reconnaître les contractions ?
Il existe deux types de contractions : les fausses et les vraies.
Les fausses contractions (aussi appelées contractions de Braxton Hicks) peuvent se produire à n’importe quel moment après la première moitié de la grossesse ou peuvent ne pas se présenter du tout.
Certaines fausses contractions peuvent porter à l’accouchement et les vraies contractions peuvent aider à maintenir le col de l’utérus mâture mais ne causent pas réellement de dilatation cervicale.
Les fausses contractions sont souvent irrégulières et cessent lorsque la femme change de position.

Les vraies contractions sont facilement reconnaissables grâce aux signes suivants :

  • intensité
  • fréquence (toutes les 5 minutes et durent de 40 à 60 secondes)
  • douleur dans l’abdomen ou au dos (ou les deux) et douleur possible dans le haut de la cuisse
  • douleur à l’estomaccrampes et diarrhée
  • pertes de sang rougeâtres
  • rupture de la membrane, également appelé « rupture de la poche des eaux », qui peut se produire même avant le début du travail ou se produire au moment de l’intervention du médecin

 

Que faire quand les contractions commencent ?

Quand on pense être prête à donner naissance, on doit appeler immédiatement le médecin (par exemple, lorsque les contractions se produisent toutes les 5-7 minutes) même si la femme n’est pas sûre que le travail a commencé.
Si les contractions sont assez régulières, on recommande d’appeler le médecin.
Ne pas s’inquiéter d’aller aux urgences pendant la nuit car cela est très fréquent.
Dans les cas suivants, il est recommandé d’appeler le médecin :

  • les contractions deviennent plus fortes, mais la date présumée de l’accouchement est encore loin (naissance prématurée)
  • la poche des eaux se rompt sans que le travail ait commencé
  • pertes (eaux) de couleur verdâtre ou marron
  • si le cordon ombilical a glissé dans le col de l’utérus ou dans le canal vaginalDouleur pendant l'accouchement

À quoi peut-on comparer la sensation des contractions ?

Le travail est différent d’une femme à l’autre : certaines ressentent une douleur plus intense et d’autres, une douleur plus légère.
Même les réactions après la péridurale varient considérablement d’une femme à l’autre.
Il y a aussi certains aspects psychologiques à considérer comme lorsque la femme accouchait à la maison, par exemple. Cet événement était considéré comme naturel et l’atmosphère était différente.
Aujourd’hui, le trajet vers l’hôpital pour un accouchement imminent peut provoquer de l’anxiété et la conséquence est un faible seuil de douleur.
De plus, la femme arrive souvent avec des douleurs dans les jambes et le bas ventre causées par la grossesse.
La douleur de l’accouchement ne s’oublie pas, voici quelques exemples des expériences de certaines femmes :

-la douleur a été irritante, mais pas insupportable ;
-j’ai ressenti une douleur atroce ;
-les contractions étaient comme des spasmes et n’étaient pas très douloureuses ;
-au départ, je ne pensais pas que le travail avait commencé, je pensais que j’avais des contractions au niveau de l’intestin. Quand nous sommes arrivés à l’hôpital, la dilatation était déjà de 10 centimètres. C’était douloureux, mais pas trop ;
-j’ai supplié mon mari d’arrêter la voiture sur le chemin de l’hôpital parce que la douleur était insupportable ;
-grâce à une préparation prénatale, je ne sentais presque pas de douleur ;
-la naissance a été induite est j’ai subi une péridurale et alors j’ai senti de légères contractions, cela a été assez simple ;
-la péridurale n’a pas fait l’effet que j’espérais, j’ai donc ressenti toutes les contractions ;
-jusqu’au moment de la péridurale, j’ai eu des crampes ;

En cas de naissances multiples, le deuxième enfant sort généralement plus facilement donc la douleur ne change pas beaucoup par rapport à l’accouchement normal.

 

Sensation similaire aux crampes

La description des contractions est variable, elle peut être comparé à une version extrême des règles douloureuses ou les douleurs provoquées par la colite ou une colique néphrétique.

  • mes contractions étaient semblables aux douleurs menstruelles
  • les crampes partaient de l’estomac et arrivaient au niveau de la zone pubienne
  • c’était comme des crampes abdominales provoquées par la colite mais mille fois plus douloureuses
  • crampes très douloureuses qui partaient de l’utérus et se propageaient vers le bas et vers le dos
  • une très forte douleur qui commence au dos et se propage à l’estomac
  • des crampes menstruelles très douloureuses qui vont et viennent, partent du bas et se dirigent vers le ventre et le dos
  • pendant le travail, on ressent des crampes dans le bas-ventre

 

Sentiment de compression

Certaines femmes ont décrit la douleur comme une pression plutôt que des crampes.

  • j’avais l’impression que mon estomac avait rétréci et était devenu une petite boule douloureuse, mais les contractions n’étaient pas insupportables
  • c’était comme si mon corps tout entier se contractait
  • j’avais l’impression que quelqu’un me pinçait et tirait la peau du dos, tirant très lentement pendant environ une minute
  • c’était comme si mon ventre se contractait et que la douleur répandait dans le dos et la partie inférieure du rectum
  • c’était comme si quelqu’un appuyait à l’intérieur