Rééducation du bras après une fracture

Rééducation du bras après une fracture

La plupart des fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus, c’est-à-dire à proximité de l’épaule, guérissent de manière satisfaisante si le patient maintient le bras immobilisé et serré au flanc, tout en conservant le plus possible la position verticale, y compris au lit.

bras,position,verticale,fracture,opération,chirurgicale,vis,clous
Bras en position verticale

Cela permet d’aligner correctement les fragments de la fracture grâce à la force de gravité. Après environ 3 à 6 semaines, on peut bouger le bras plus librement. Pour certains types de fractures proximales de l’humérus, il est préférable de les traiter par la chirurgie.

 

Combien de temps faut-il pour guérir une fracture proximale de l’humérus ?

Chez les adultes de tous âges, quatre à huit semaines sont nécessaires pour que les fractures proximales de l’humérus guérissent et pour que l’os retrouve une stabilité suffisante.

En général, le patient retrouve une bonne force musculaire après environ 12 semaines. Toutefois, la guérison complète ainsi que la consolidation de l’os peuvent requérir 6 mois ou plus.
Les enfants guérissent plus rapidement et peuvent retirer le plâtre après 3 à 4 semaines.

 

Quels sont les types de fracture proximale de l’humérus ?

Il existe différents types de fracture, la plus fréquente est « en deux fragments », c’est-à-dire qu’il s’agit d’une fracture du col huméral qui sépare la tête de l’humérus de la diaphyse. Un autre type de fracture en deux fragments est la lésion de l’os entre le tubercule majeur (trochiter) et le tubercule mineur (trochin). Les fractures les plus compliquées sont en trois ou quatre fragments. La fracture en quatre fragments touche la tête, le tubercule mineur, le tubercule majeur et la diaphyse. Elle peut être traitée par une intervention de remplacement de l’os par une prothèse (hémiarthroplastie).

 

Que signifie le terme « fragment » ?

Pour classifier une fracture, on utilise souvent le terme « fragment» pour indiquer que l’os s’est déplacé de son siège anatomique. Malgré la présence de lignes de fracture multiples qui traversent l’humérus proximal, une fracture est considérée « en un fragment » (intervention chirurgicale non nécessaire) si elle est composée.

 

 

fracture,rupture,humérus,proximal,bras,douleur
Fracture de l’humérus proximal

Qu’est-ce que la réduction ?

Si les fragments se sont fortement déplacés hors de leur siège, ils doivent être remis dans leur position initiale afin d’atteindre un bon résultat.
La technique qui consiste à remettre en place ces fragments est appelée « réduction ». En ce qui concerne les fractures de l’humérus proximal, la réduction ne donne de bons résultats que si elle est fixée par des sutures, des broches, des plaques ou des vis.

 

Pourquoi certains fragments de fractures proximales d’humérus se détachent-ils ?

Bien que les fragments d’humérus soient alignés de manière satisfaisante, ils peuvent se déplacer avec le temps. Certains facteurs prédisposent au détachement des fragments en cas de fracture instable, par exemple l’ostéoporose ou l’ostéopénie, une mauvaise utilisation du sac à bandoulière ou encore la pratique d’une activité physique excessive.

C’est pourquoi il faut contrôler ce risque et suivre les patients en effectuant périodiquement des radiographies pendant quelques semaines. Si les fragments se détachent, il faut opérer.


Les types de fracture qui requièrent le plus souvent une intervention chirurgicale

Les fractures du col huméral représentent celles pour lesquelles l’intervention chirurgicale se révèle le moins souvent nécessaire.
Dans la plupart des cas, l’aide de la gravité suffit à consolider la fracture. En ce qui concerne les fractures proximales de l’humérus qui présentent un détachement du tubercule majeur ainsi que les fractures en trois ou quatre fragments, une intervention chirurgicale se révèle souvent nécessaire.

 

Pourquoi existe-t-il plusieurs types d’intervention chirurgicale ?

Dans certains cas, les fragments de l’humérus proximal doivent être fixés à l’aide d’instruments de suture, de plaques et de vis.
Dans d’autres cas, les fragments de la fracture sont trop fins et trop fragiles pour soutenir la fixation. Ainsi, notamment si l’os est fracturé en trois ou quatre fragments, il faut remplacer les fragments par une prothèse en métal. Plutôt que de tenter une fixation, on réalise alors une hémiarthroplastie.


Quels sont les problèmes qui peuvent survenir suite à la fracture proximale de l’humérus ?

Les fractures proximales de l’humérus peuvent provoquer la rigidité de l’épaule, du coude ou de la main. Pour récupérer l’ampleur normale du mouvement, il faut effectuer des séances de kinésithérapie et de rééducation.
De plus, les fractures de l’épaule peuvent provoquer des lésions ou autres pathologies nerveuses comme le syndrome du canal carpien. Dans certains cas, la fracture de l’épaule est associée à la lésion des tissus mous, notamment des tendons de la coiffe des rotateurs.

 

La kinésithérapie est-elle nécessaire pour obtenir de meilleurs résultats ?

Après une fracture de l’épaule, la kinésithérapie n’est pas nécessaire chez tous les patients, bien qu’elle permette souvent de récupérer complètement et plus rapidement.

 

Faut-il bouger le bras tandis qu’il est supporté par une attelle ?

L’attelle doit adhérer au bras tout en lui permettant de pendre sous l’effet de la gravité. Le bras ne doit pas être serré contre la poitrine.

Lorsque l’on porte une attelle, il est très important d’utiliser également la main et les doigts, bien qu’il ne soit permis de soulever que des objets légers comme une tasse de café ou le téléphone portable.
Il est utile de retirer l’attelle au moins deux fois par jour afin de redresser le coude et d’éviter la rigidité de cette articulation.

 


Quand l’épaule ne sera-t-elle plus douloureuse ?

La plupart des fractures de l’épaule provoquent de fortes douleurs pendant les deux premières semaines. Ensuite, les douleurs s’atténuent jusqu’à la guérison complète.
Pour remarquer une réduction sensible des douleurs, deux ou trois mois environ sont nécessaires.
Les douleurs à l’épaule s’aggravent si l’on effectue des activités et quand le temps change. Les symptômes peuvent persister une ou deux années avant de disparaître complètement.

Généralement, les patients âgés ne récupèrent pas complètement le mouvement du bras : l’élévation du bras ne peut atteindre qu’un angle de 90° environ.

Pourquoi les doigts deviennent-ils si rigides ?

Quand l’humérus est cassé, le repos de l’épaule provoque un gonflement qui limite le flux sanguin de la main et du bras vers le cœur, tout comme un accident bloque la circulation sur une autoroute.
Cela provoque un gonflement et une raideur.
De plus, le sang et les liquides de la fracture se déplacent vers les doigts, jusqu’à ce que le corps les réabsorbe.
La situation s’aggrave chez ceux qui souffrent d’arthrite au niveau des articulations des doigts, bien qu’ils n’aient jamais ressenti aucune douleur aux doigts.

 

Que se passe-t-il au cours de la guérison du bras ?

Rééducation du bras après une fracture
Rééducation du bras après une fracture

Au cours des deux premières semaines, on ressent de fortes douleurs à l’épaule et comme si les os étaient « en mouvement ». Le bras et la main se gonflent et il devient plus difficile de bouger les doigts.

La kinésithérapie (thérapie du mouvement) pour le coude, le poignet, les doigts et le pouce est la clé pour obtenir un bon résultat.

Les mains deviennent souvent froides et bleuâtres. Toutefois, il faut toujours maintenir la sensibilité et éviter que les mains ne s’engourdissent.
Il est conseillé de dormir en position verticale sur une chaise ou un canapé, sans fixer l’attelle, afin que le bras exerce une traction sur l’épaule.

Avec le temps, les douleurs s’atténuent. Quand on cesse de porter l’attelle, il faut effectuer des exercices de l’épaule pour récupérer l’ampleur du mouvement. Pendant la guérison, la kinésithérapie et la rééducation permettent de récupérer la force musculaire.
Suite à une fracture, il faut attendre au moins 4 à 6 mois avant de pouvoir reprendre toute activité sportive.
Dans certains cas, au moins une année peut se révéler nécessaire avant que le gonflement et les douleurs ne disparaissent.


La gêne qui augmente quand le temps change peut se manifester pendant les cinq premières années qui suivent la fracture.
L’épaule peut parfois apparaître un peu plus grande. Dans certains cas, le patient risque de ne pas récupérer complètement l’amplitude du mouvement.

 

Lire aussi : La fracture de l’humérusTraitement chirurgical de la fracture de l’épauleFracture du coudeRééducation de l’épaule après une fracture