Fracture du bassin

 
Les fractures du bassin se produisent généralement suite à des accidents de la route, dans une moindre mesure suite à des chutes d’une hauteur ou écrasements.
Environ 3 % des fractures corporelles sont localisées au niveau du bassin, l’incidence augmente de 25 % chez les patients atteints de traumatismes multiples.
Cette blessure affecte particulièrement les jeunes et les adultes ayant moins de 50 ans, elle touche rarement les personnes âgées, cette information est importante pour comprendre quelles en sont les conséquences économiques et sociales.

La fracture du bassin est une blessure particulièrement grave car elle peut causer la mort de l'individu, en effet , dans la plupart des cas le traumatisme provoque des lésions dans d'autres structures corporelles, en particulier le système nerveux et les organes internes.
Bassin vu de face

Suite à une fracture du bassin le taux de mortalité est assez élevé, et ceux qui survivent ne peuvent récupérer que partiellement, dans 20 à 30 % des cas une incapacité résiduelle reste.

Les conséquences que peuvent entraîner une blessure au bassin peuvent être : la douleur, l’incontinence urinaire, troubles sexuels comme l’impuissance ou des déficits neurologiques (paresthésie, fourmillement, perte de réflexes, etc..)


Une prise en charge correcte des patients qui subissent cette lésion nécessite un  travail d’équipe et de collaboration entre le chirurgien, le radiologue, l’orthopédiste, l’urologue, le neurochirurgien et l’interniste car le traumatisme affecte généralement plusieurs parties de corps.

La mort suite à une blessure du bassin peut survenir à cause de :

  • choc hémorragique (perte de sang) ;
  • lésions du système nerveux central ;
  • septicémie (infection généralisée).

La fracture du bassin affecte plus les hommes que les femmes parce qu’ils sont plus facilement touchés par des traumatismes.

 

Qu’est-ce que le bassin ?

Evaluation du basin en position debout

Le bassin est une structure anatomique constituée de trois os : iliaque, ischion et pubis, qui sont soudés ensemble.

L’os iliaque est que celui situé plus en haut, en effet la crête iliaque peut être palper à environ 10 cm sous les côtes.

L’ischion est le plus bas, en appuyant sur le fessier, le seul tissu osseux ressenti est la tubérosité ischiatique  tandis que le  le pubis est plus antérieur et peut se palper entre les jambes devant les organes sexuels.

Le bassin couvre une position cruciale parce qu’il relie le fémur à la colonne vertébrale, en particulier il s’articule avec le sacrum.

La forme de ces os fait penser à une coupe avec l’ouverture en haut  vers l’abdomen, vu d’en haut elle ressemble à un ovale.

Dans le corps humain, il sert à contenir les organes sexuels, gastro-intestinaux et les voies urinaires, en plus de certaines structures vasculaires et nerveuses d’une importance fondamentale.

Les trois os se rencontrent en bas formant une cavité appelée l’acetabulum, là où s’insère la tête du fémur, ensemble ils forment l’articulation de la hanche ou coxo-fémorale

Postérieurement, les deux os du bassin sont interconnectés à travers le sacrum formant ainsi l’articulation sacro- iliaque, antérieurement ils s’articulent à travers la symphyse pubienne.

La stabilité des os est premise par des articulations peu mobiles et qui s’encastrent parfaitement, à cela s’ajoute des ligaments solides qui les relient au sacrum (ligament sacro- tubéral) et aux vertèbres lombaires (ligaments ilio-lombaires).

 

Comment peut survenir une fracture du bassin ?

Modèle anatomique, du bassin, des os, iliaque, la médecine, l'ischion, pubis, cotyle, hanche, joint, les muscles, les nerfs, les sutures, le mouvement, fixe.
Bassin vu de côté

Le mécanisme  le plus fréquent est l’accident de voiture à la fois pour le conducteur que pour  le passager à l’avant, il peut provoquer la luxation ou la perte des rapports articulaire  de la hanche et la fracture du cotyle (bord de l’acétabulum).
Une collision très violente, un accident frontal ou un arrêt brusque de la voiture peuvent provoquer un coup très fort contre le tableau de bord du véhicule.
L’impact sur le genou provoque une poussée violente et indirecte sur l’épiphyse du fémur contre l’ acétabulum et peut provoquer une fracture acétabulaire et la luxation de la hanche.
Pour causer des dommages similaires l’accident devrait être très grave car la tête du fémur est bien intégré dans le cotyle et parce que la capsule articulaire qui relie les deux os est très épaisse et robuste.
Pour provoquer une blessure, l’articulation de la hanche doit être en flexion. Si la hanche est en adduction, la force de l’impact provoque une fracture postérieure de l’acétabulum, tandis que si la hanche est en abduction, le choc peut également provoquer une luxation ou une subluxation.
Si l’incident pousse la tête fémorale contre le fond de l’acétabulum avec  une force telle qu’elle le percera et provoquera une lésion interne. Dans certains cas, la fracture peut être avec déplacement avec le déplacement d’un moignon du cotyle ou comminutive, c’est-à-dire, avec le déplacement de nombreux fragments d’os.
La luxation de la hanche peut avoir lieu à une distance de temps du traumatisme qui a causé la fracture du bassin par manque de support osseux.


Comment classe-t-on les fractures du bassin ?

Les os du bassin sont très grands, donc il ya de nombreuses fractures possibles  différentes , certaines moins graves et stables,  d’autres dangereuses car instables.
Les os du bassin forment un anneau externe au bassin, si la fracture n’interrompt pas  la continuité de cet anneau, elle ne modifie pas la stabilité au niveau pelvien, en font partie les lésions de la crête iliaque, de la branche pubienne, les épines iliaques antéro-supérieures  et inférieures.

Selon l’auteur « Tile », les fractures instables seulement sur le plan horizontal provoque une surélévation de l’os pubien d’un côté par rapport à l’autre côté. Le déplacement survient en sens  vertical ou antéro-postérieur et les ligaments sacro-iliaques et sacro-épineux s’étirent et se déchirent.
Les lésions  les plus graves sont instables sur  le plan sagittal et horizontal, un côté du bassin est poussée plus vers le haut que l’autre. Ces lésions peuvent être accompagnées par une fracture dûe à l’arrachement l’apophyse  transverse de la cinquième vertèbre lombaire (L5) par le ligament ilio-lombaire ou la lésion du sacrum et de l’articulation sacro-iliaque.
Les blessures les plus dangereuses sont souvent associées à des lésions neurologiques du plexus lombo-sacré, elles peuvent toucher les racines nerveuses de L4 à S3, en particulier:

  •   celles qui interrompent la continuité de l’acétabulum en sens  horizontale;
  •   une fracture unilatérale de l’iliaque;

Les nerfs qui proviennent de ces niveaux sont le sciatique, le nerf pudendal , le nerf cutané postérieur de la cuisse, etc., ils innervent  la jambe, les organes génitaux, les sphincters, etc.

 

Quels sont les symptômes et les signes d’une fracture du bassin ?

Les symptômes incluent: la douleur dans la région blessée et la tuméfaction due au traumatisme, le gonflement est associé à l’hématome qui, s’il  est situé en profondeur,  peut ne pas être visible.
Immédiatement après la chute ou l’accident, à chaud, le patient peut se déplacer, marcher ou faire du vélo pendant le premier quart d’heure, mais dès qu’il se refroidit, la douleur devient insupportable.
Les symptômes peuvent être localisés au niveau de l’aine, du coccyx ou de la hanche.
Il existe  des cas de patients qui après une chute à vélo à une distance de 10 km de leur habitation , réussissent à remonter sur le vélo avec difficulté et à rentrer chez eux.

Selon le type de lésion, le patient peut présenter des symptômes de caractère neurologique tels que paresthésie,  perte de force et de sensibilité,  douleur et  picotements. Dans un cas sur 5, la fracture de l’acétabulum provoque des dommages au nerf sciatique, elle peut provoquer le pied tombant à cause de la paralysie du muscle tibial antérieur.
Si les organes tels que l’intestin, la vessie, les organes génitaux ou les troncs artériels et veineux sont lésés , le patient  ressentira des symptômes viscérales spécifiques.

 

Comment est diagnostiquée la fracture du bassin ?

Pour comprendre si le sujet a une lésion osseuse au niveau du bassin, il est important de savoir quel  a été le mécanisme nuisible.
En cas d’accident de la route, les polytraumatisés souffrent souvent d’une fracture du bassin, mais une chute à bicyclette ou de hauteur  peuvent également la causer.
La radiographie est l’examen le plus approprié pour savoir si il ya une rupture dans la continuité de l’os, seulement en cas de suspicion de micro fractures est recommandée une IRM ou un scanner qui ont une résolution plus élevée, ils montrent d’éventuels œdèmes osseux, hématomes et blessures à l’abdomen.
Afin de mieux évaluer les dommages subis, il existe d’autres examens que le médecin des urgences peut prescrire : l’échographie de l’abdomen inférieur, l’urétrographie et l’angiographie.
Dans le cas d’un traumatisme abdominal inférieur, il est important d’effectuer un examen clinique attentif à causes des complications possibles dues à l’accident.
il faut rechercher:

  •   blessures;
  •   ecchymoses;
  •   lésions des tissus mous;
  •   troubles rectaux et vaginaux;
  •   l’instabilité dans la position verticale ou horizontale.

Une radiographie est effectuée sur des projections différentes: antéro-postérieure et oblique avec un angle de 45 ° ou 135 °.

 

Quel est le traitement pour une fracture du bassin ?

Le patient qui se présente à l’hôpital avec une indication d’urgence pour une suspicion de  fracture du bassin doit être assisté par différents spécialistes à cause du risque de choc dû à la perte de sang et pour : lésions abdominales, pelviennes ou des structures vasculaires.
En ce qui concerne l’aspect musculo-squelettique, ce traumatisme doit être suivi par un  chirurgien orthopédiste.
Il ya deux possibilités:

  •   le traitement non-opératoire ou conservateur qui sera adopté sur les fractures stables, il varie en fonction de l’âge du patient, de ses attentes, de sa condition physique, etc., En général, cette thérapie est de plus en plus utilisée pour les personnes âgées. Il est possible que le patient doive rester au lit pendant au moins un mois pour favoriser la formation du cal osseux.
  •   si l’orthopédiste décide d’intervenir, il effectuera une ostéosynthèse qui fixe les fragments d’os, si l’instabilité est totale, il optera pour une synthèse antérieure et une postérieure. La première étape de l’opération est  la réduction de la fracture, c’est à dire que l’orthopédiste fera correspondre les fragments d’os, puis il effectuera l’ostéosynthèse tirant le fémur en sens longitudinal.

Les fractures de l’articulation sacro-iliaque et de l’aile iliaque se fixent avec deux vis en compression.
En cas de lésion de la branche ischio-pubienne , il faut détacher les muscles droits de l’abdomen insérés dans l’os pubien, puis  fixer une ou deux plaques, il est important de ne pas endommager le cordon spermatique chez l’homme et le ligament rond chez la femme.
Les fractures de l’ acétabulum sont soignées en gardant la tête du fémur la plus éloignée possible du fond de l’acétabulum jusqu’à la consolidation de la fracture, le plâtre sera mis de façon à ce qu’il contienne tout le membre inférieur , du bassin au pied, fixé à la tête du fémur avec un fil acier.

En cas d’opération chirurgicale, le plus important est de s’adresser à un orthopédiste avec une grande expérience dans ce type d’opération, car elles ne sont pas très fréquentes et le fait d’avoir plus d’expérience porte à de meilleurs résultats.

 

Quelles sont les complications possibles d’une opération d’ostéosynthèse du bassin?

Parmi les complications possibles de la chirurgie, il ya
• Les dommages au nerf sciatique, en particulier si la voie d’accès au bassin est postérieure.
• Une ossification anormale;
• Les infections intra ou extra-articulaire;
• L’arthrose précoce;

 

Combien de temps faut-il pour guérir d’une fracture de la hanche ?

Pour être en mesure de reprendre les activités quotidiennes, sans risque de pseudarthrose ou d’absence de consolidation de la fracture, le temps nécessaire varie en fonction de la localisation de la lésion, la taille, l’intégrité de la fracture (avec déplacement, ouverte, comminutive), l’âge du patient et l’ostéoporose possible.
Après une opération sans complications, le patient doit rester immobiliser pendant environ 1 mois, puis il recommencera peu à peu à reprendre  toutes les activités de la vie quotidienne.
Pour une fracture stable sans opération, les orthopédistes  prescrivent un ou deux mois d’alitement pour renforcer les fragments d’os. Ensuite, le médecin recommandera la rééducation dans l’eau et en salle de gym pour récupérer les forces et le mouvement articulaire.
Les résultats possibles sont les suivants:

  •   Blessures des viscères abdominales, en particulier de l’intestin et du côlon;
  •   dommages à l’appareil circulatoire (rare), accompagnée de saignements, principalement artère iliaque;
  •   Si la fracture touche le cotyle, les conséquences avec le temps peuvent être l’arthrose de la hanche et la nécrose de la tête fémorale due à l’obstruction de la circulation sanguine.

Quelle rééducation faut-il suivre après une fracture de la hanche ?

Le seul traitement qui accélère la cicatrisation osseuse est le magnéto thérapie, une application anticipée permettra d’accélérer la reprise des activités quotidiennes et sportives.
Il faut commencer dès que possible la rééducation pour guérir rapidement, dès que l’orthopédiste prescrit la physiothérapie, il faut  commencer à se déplacer, porter le poids sur les membres inférieurs et marcher.

Lors la première phase de la rééducation peuvent être utiles des séances d’hydrokinésithérapie pour récupérer la force et l’amplitude du mouvement même si le patient ne peut pas poser tout le poids sur le sol.
La seconde phase de le rééducation se fait en salle de gym avec le vélo d’appartement, des exercices spécifiques pour l’articulation de la hanche, pour le rachis lombaire et sacré. La première partie est composée principalement d’exercices de mobilisation active et passive assistée.
Après un mois d’inactivité, il ya une perte du tonus et  tropisme musculaire, principalement du muscle quadriceps.
Au cours de la première période de  physiothérapie, l’appui se fait seulement sur un seul membre, il est donc nécessaire de renforcer toute la jambe malade, de la hanche au pied.
Les premiers exercices seront de type isométriques, c’est-à-dire des contractions en absence de mouvement, puis ils seront suivis d’exercices  concentriques c’est-à-dire  contraction avec mouvement.
En cas de douleur, des séances de thérapie comme la  thérapie au laser ou Tecarterapia ® qui réduisent l’inflammation, peuvent être utiles.

 

 

 

Dr. Massimo Defilippo Fisioterapista Tel 0522/260654 Defilippo.massimo@gmail.com
P. IVA 02360680355

http://www.facebook.com/fisioterapiarubierese?ref=hl

http://www.fisioterapiareggio.com

© Scott Maxwell – fotolia.com

Laisser un commentaire