Fracture du tibia

La jambe est composée de deux os long: le tibia et le péroné, qui se trouvent un à côté de l’autre.

L’os du tibia se trouve dans la partie antérieure de la jambe.
Le tibia s’articule avec le fémur au niveau du genou, avec la fibula et l’astragale au niveau de la cheville.
La fracture peut se produire pendant certaines activités comme l’atterrissage d’un saut, qui provoque une force d’impact sur la partie antérieure et interne de la jambe et de la cheville, ou quand on tourne la cheville et le stress est placé sur l’os du tibia.

Fracture du tibia
Fracture du tibia

Quand ce traumatisme dépasse la capacité de résistance de l’os, une fracture du tibia peut se produire.
Cet accident est connu comme la fracture du tibia.

Pour que l’os du tibia se casse, on a besoin d’un impact très fort, cette fracture se produit donc associée à d’autres lésions, comme la foulure de la cheville ou la fracture du pied, du péroné ou de la cheville.
Il y a les mêmes probabilités d’avoir une fracture du tibia gauche ou droit, cette fracture est rarement bilatérale.

Classification 


Les fractures du tibia peuvent varier selon la position, la gravité et le type de fracture:

  • Fracture-avulsion;
  • De fatigue (en raison de microtraumatismes répétés);
  • De Potts;
  • De la malléole médiale;
  • Simple;
  • Déplacée;
  • Incomplète;
  • Comminutive (avec beaucoup de fragments);
  • En bois vert (qui se produit chez les enfants dont l’os n’a pas la même consistance de l’os des adultes).

La fracture du tibia distal (dans le côté plus proche du pied) est plus fréquente par rapport à celle proximale (par exemple le plateau tibiale qui fait partie du genou).

Les modèles différents de lésion s’identifient dans des classifications orthopédiques.

La fracture de torsion et la fracture en coin sont provoquées par des forces indirectes qui causent une torsion.
Elles ont une surface vaste où les fragments entrent à contact et le dommage des tissus mous est minimum.
La guérison de la fracture de torsion est plus rapide, bien que la réduction sans fixation puisse être difficile à garder.

Les fractures obliques sont produites par des forces en flexion.
La force appliquée au membre est considérable et le dommage des tissus outre au périoste est significatif. Le consolidement peut demander beaucoup de temps et les approches chirurgicales directes sur la fracture provoquent une dévitalisation ultérieure de l’os.

Les fractures transversales et les fractures compliquées sont provoquées généralement par des forces directes qui sont souvent énormes. Si l’os a une qualité normale et la fracture est très déplacée, la mesure du dommage des tissus mous est étendue.

La fracture longitudinale est la fracture le long de l’axe de l’os et il s’agit d’une fracture simple.
Même avec la peau intègre, l’exposition directe de ces fractures se traduit en une lacération ultérieure des tissus mous.
Le type de fracture et le déplacement des fragments peuvent donc suggérer le dommage possible des tissus mous.
Cette intuition devrait conduire le chirurgien à des méthodes de réduction et de fixation plus adaptés.

 

Causes

La fracture du tibia se produit souvent associée à une entorse de la cheville, particulièrement si les forces de charge sont significatives. Les fractures peuvent être provoquées par des force directes ou indirectes.
Le traumatisme indirect requiert souvent moins énergie d’un coup direct et il provoque de manière proportionnelle moins déplacement des fragments et moins dommage des tissus mous. Les fractures ouvertes sont le résultat d’un traumatisme direct plutôt que de forces indirectes.

Les fractures du tibia peuvent se produire dans un os affaibli par une tumeur osseuse (par exemple un ostéosarcome), et dans ce cas il s’agit de fractures pathologiques.
L’ostéoporose est le vieillissement osseux, il s’agit d’un processus dont la partie intérieure de l’os devient moins compacte et plus fragile, et elle est donc prédisposée à la fracture.

 

 évaluation, tibia, fracture, douleur, difformité, longueur, angulation
évaluation de la jambe et du tibia

Signes et symptômes de la fracture du tibia

Les patientes avec une fracture du tibia ressentent soudainement une douleur intense et aiguë à la jambe ou à la cheville au moment de l’accident.

Le patient boite pour protéger l’os.

Dans les cas les plus graves, en particulier avec une fracture déplacée du tibia, il est impossible d’appuyer le poids au sol.
On ressent la douleur dans la partie antérieure ou interne de la jambe et de la cheville.
Peut-être que cela va se résoudre rapidement en laissant au patient une douleur sur la zone de la lésion, qui peut être très intense pendant la nuit ou le matin au réveil.
Les patient ressentent rarement des symptômes au mollet.
La fracture du tibia provoque du gonflement, des hématomes et de la douleur en touchant la zone de l’os frappée.
Les symptômes s’aggravent en effectuant certains mouvements du pied, de la cheville ou du genou, surtout début ou en marchant.
Dans les fractures graves du tibia (déplacées) on peut noter une difformité évidente.
Dans certains cas les patients peuvent ressentir un fourmillement ou un engourdissement de la jambe, du pied ou de la cheville.
Les premiers jours après l’accident et après une opération éventuelle, le sujet pourrait avoir de la fièvre.

 

Traitement et opération chirurgicale pour la fracture du tibia

Les lésions des tissus mous influencent toujours la gestion du patient.
Une fracture fermée, simple et transverse de la diaphyse du tibia peut être traitée par un enclouage endo-médullaire, l’application d’une plaque ou une fixation externe.
En cas de foulure grave, l’insertion de la plaque est contre-indiqué car l’opération chirurgicale peut endommager ultérieurement les tissus mous.
En cas de blessure infectée, l’insertion de clous endo-médullaires est déconseillé en raison du risque de septicémie (infection générale).
Dans cette situation, le traitement préliminaire avec un fixateur externe est le plus indiqué.
On doit également gérer avec urgence le cassement d’une artère et le syndrome de loge.
Dans les cas où on a besoin d’une réparation vasculaire ou d’une réduction de la pression au niveau musculaire, on doit stabiliser la fracture associée en même temps.

Les lésions associées obligent à stabiliser l’os de manière urgente et elles déterminent même le type d’approche et les temps d’intervention.


L’insertion de la plaque par des vis à travers l’incision est utilisée pour réparer les vaisseaux sanguins et cela peut être le traitement le plus adapté, aussi parce que peut être qu’on n’aura pas le temps de faire rien d’autre.
La gestion des dommages potentiellement mortels a toujours la précédence.

Autres fractures d’autres membres, comme les fractures de la diaphyse humérale bilatérale, peuvent rendre le patient presque invalide. Dans cette situation on peut considérer une stabilisation de la fracture qui pourrait être bien traitée même sans opération chirurgicale, en étant isolée.

 

Quels sont les temps de récupération ? Le pronostic

Le tibia est un os qui guérit lentement car certaines zones sont peu vascularisées. Les jeunes ont besoin de 3 à 5 mois pour guérir, selon la gravité de la fracture. Les personnes âgées et surtout les femmes avec ostéoporose guérissent au moins en 6 mois.
En général, la jambe doit rester plâtrée pendant 30 jours, même en cas d’opération chirurgicale, puis le chirurgien peut conseiller l’enlèvement ou la substitution par une attelle.


Dès que le médecin le permet, il faut commencer les exercices de physiothérapie et de rééducation afin de récupérer la force, l’ampleur de mouvement et l’équilibre.
L’enlèvement du clou endo-médullaire ou des plaques peut s’effectuer après un an.