Fracture du genou

La fracture du genou peut se produire dans la rotule, les condyles fémoraux, le plateau tibial, l’éminence intercondylienne du tibia et la tubérosité tibiale.
Les causes de ces lésions peuvent être des forces directes ou indirectes.

Les fractures du tibia et de la rotule représentent 1% de toutes les fractures osseuses.
Les lésions des condyles fémoraux représentent 4% de toutes les fractures du fémur.

Causes de la fracture du genou

fracture, genou, test, mouvement, douleur, inflammation, limitation, mal, lancinant, souffrance, agonie, tourment
Fracture du genou, test de la mobilité

Les fractures du genou peuvent être causées par:

  •   un traumatisme (direct ou indirect)
  •   un stress chronique,
  •   d’autres maladies, comme par exemple, un ostéosarcome (cancer des os)

 

Les fractures du genou peuvent être causée par un traumatisme direct ou indirect entraînant douleur et oedème.

  •   En général, la fracture de la rotule est causée par un coup direct, par exemple, une blessure lors d’un accident de voiture, une chute sur un genou fléchi ou la contraction du quadriceps tandis que le genou est en position semi fléchie (par exemple, un faux pas ou une chute).
  •   Les fractures du condyle fémoral sont causées par une charge appliquée verticalement avec déviation en valgus (vers l’intérieur) ou en varus (vers l’extérieur).
  •  Les fractures du condyle fémoral (dans la zone du fémur près du genou) sont causées par l’appui du poids du corps dans le sens vertical avec déviation en valgus (vers l’intérieur) ou en varus (vers l’extérieur).
  • La fracture de l’éminence intercondylaire tibiale se produit avec un coup direct à la partie proximale du tibia (supérieure) avec le genou fléchi, comme lorsque l’on fait du vélo. Elle peut également se produire en raison d’une hyperextension du genou dévié en varus ou en valgus, comme dans le cas de collision entre des véhicules ou de blessures sportives (les fractures avec avulsion de l’éminence tibiale se produisent le plus souvent chez les enfants âgés de 8-14 ans, mais peuvent également survenir chez les adultes).
  •   La fracture de la tubérosité tibiale, se produit généralement lors de d’activité sportives avec des sauts comme le basketball, le plongeon, la gymnastique et le football. Elle est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.
  •   La fracture du plateau tibial (dans la partie supérieure du genou) est causée par un accident de voiture, une chute de moto ou bien en cas de chute en hauteur, le fémur peut briser le plateau tibial. Chez les personnes âgées ou souffrant d’ostéoporose, la blessure du plateau tibial peut se produire même avec de légers traumatismes. Le patient est généralement en mesure de supporter le poids du corps.

Symptômes de la fracture au genou

Lors de l’examen d’un patient avec une suspicion de fracture du genou, il faut  vérifier la présence d’un gonflement, d’un hématome et de rigidité (limitation de mouvement).

soulèvement, jambe, tendue, douleur, mal, impossibilité, inflammation, lancinante, agonie, tourment, élancement
soulèvement de la jambe

Il faut demander au patient de s’allonger sur le dos et de soulevez la jambe tendue contre la gravité pour vérifier  si ce mouvement est possible. En cas de fracture  de la rotule avec déplacement, le patient ne réussit pas à soulever le membre inférieur.

 

Fractures de la rotule
Les patients éprouvent une douleur au genou au-dessus de la rotule.
Le sujet ressent une douleur lors de l’extension du genou, ou n’est pas en mesure de le tendre.
Fractures du condyle fémoral
Le patient ressent une douleur sur le fémur au niveau du condyle fémoral médial ou latéral et il  y a souvent un hématome.
Le sujet avec ce type de fracture n’est pas en mesure de supporter le poids du corps sur la jambe cassée.


Fractures de l’éminence intercondylienne
Les patients peuvent se présenter avec un hématome au genou et une douleur aiguë.
Il peut également être constaté une avulsion (détachement) à l’insertion du ligament croisé antérieur sur le tibia.
Fractures de la tubérosité tibiale
Les patients ont une douleur sur le devant du tibia, environ 2/3 cm en dessous de la surface articulaire.
En cas de fractures graves  le patient n’est pas en mesure d’étendre le genou.
Fracture du plateau tibial
Les patients ont le genou gonflé et douloureux sur la partie médiale ou latérale.
Jusqu’à 30% de ce type de fractures est associé à des lésions des ligaments du genou (collatéral médial ou du ligament croisé antérieur en cas de rupture du plateau dans la partie latérale, alors que les lésions du collatéral latéral ou du ligament croisé postérieur se produisent lors de la rupture du plateau tibial dans la partie latérale).

Diagnostic différentiel

Le médecin doit exclure:
• Luxation du genou,
• Ecchymose,
•Le syndrome  d’Osgood-Schlatter
• Lésions vasculaires périphériques.

Examens de diagnostic

Les radiographies

fracture, radiographie, genou, rotule, douleur, agonie, inflammation, marche, appui, pied, terre
Fracture de la rotule

La radiographie du genou est réalisée en projection antéro-postérieure, latéral et oblique.

Quatre points de vue différents sont plus utiles dans l’identification des fractures du genou.
La radiographie oblique est particulièrement utile pour détecter les fêlures du plateau tibial et les lésions obliques du condyle fémoral.
Si sont suivies les règles d’Ottawa pour la radiographie du genou, les coûts et les délais d’attente diminuent
Selon ces règles,  la radiographie doit se faire en cas de:
• patient d’au moins 55 ans,
• raideur de la tête du péroné,
• raideur isolée de la rotule,
• incapacité à fléchir le genou à 90 degrés,
• incapacité à supporter le poids corporel.
La tomodensitométrie
Un scanner peut être nécessaire pour évaluer le niveau d’enfoncement du plateau tibial.
La tomodensitométrie est utile chez les patients polytraumatisés, surtout si la radiographie dans toutes les projections est difficile à faire.
L’IRM a l’avantage de montrer les tissus mous, donc est utile en cas de suspicion de lésion des ligaments, du ménisque ou des bourses synoviales.

En cas de lésion ostéochondrale (c’est-à-dire de l’os et du cartilage), cet examen montre l’étendue des dommages.
Une microfracture peut être vue uniquement avec l’IRM.

Que faire ? Les traitements pour la fracture du genou

Fracture de la rotule
Les fractures sans déplacement avec le genou qui peut s’étendre complètement se traitent avec un plâtre ou une genouillière, les béquilles et l’appui partiel du poids du corps pendant 6 semaines.
Dans le cas de fracture avec déplacement ou associée à un problème d’extension, il y a indication pour l’opération chirurgicale de réduction  et de  fixation interne avec un cerclage. En cas de fracture comminutive grave, une patellectomie partielle ou totale peut être nécessaire (ablation de la rotule et substitution avec le tendon rotuliens-quadricipitale).
Les patients avec  fractures ouvertes doivent prendre des antibiotiques et consulter un orthopédiste pour enlever le tissus nécrosé et les corps étrangers.
Il est indispensable de nettoyer la partie fracturée pour éviter les infections.
Fracture du condyle fémoral
Il existe différents types de lésions condyliennes:  supracondyliennes, intercondyliennes ou condylienne.
Si la fracture est dans la partie interne de l’os, elle est définie intra-spongieuse car cette zone est constituée de plusieurs travées osseuses, tandis que l’extérieur est fait d’os compact.
Les nerfs et les artères sont très proches de la fracture, il faut donc faire un examen approfondi des nerfs et des vaisseaux sanguins.
L’opération chirurgicale peut être évitée uniquement pour les fractures incomplètes ou  sans déplacement, tandis que les fractures ouvertes, avec déplacement ou avec lésions nerveuses et vasculaires auront besoin d’une fixation chirurgicale.
Fracture de l’épine tibiale
Pour une fracture avec déplacement (si  l’articulation du genou est stable) l’immobilisation du genou dans un plâtre ou une attelle est suffisante.
Une fracture avec déplacement peut nécessiter une opération chirurgicale de réduction et de fixation interne.
Fracture de la tubérosité tibiale
Pour les fractures sans déplacement, l’immobilisation du genou est suffisante.
Une fracture avec déplacement  peut exiger une opération chirurgicale de réduction  et fixation interne.

fracture, plateau, tibial, opération, chirurgien, plaque, vis, douleur, mal, appui, terre, temps, récupération, inflammation, rééducation
fracture du plateau tibial opérée avec des clous et une plaque

Fracture du plateau tibial
Pour les fractures sans déplacement, il faut  immobiliser le membre avec un plâtre et le patient ne peut pas appuyer le poids du corps sur le sol.
Une consultation orthopédique est nécessaire en cas de fractures avec déplacement (avec enfoncement), qui exigent la réduction et la fixation interne. L’enfoncement articulaire supérieur à 3 mm est une indication chirurgicale.
Le but du traitement est de stabiliser, aligner, rendre flexible et indolore le genou pour réduire le risque d’arthrose post-traumatique.

Médicaments

Analgésiques, opioïdes et anti-inflammatoires non stéroïdiens sont indiqués pour la douleur de la fracture.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont couramment utilisés pour soulager la douleur d’intensité légère à modérée. L’ibuprofène (Brufen) est le médicament de premier choix pour le traitement initial. Les autres options sont: Le flurbiprofène, le kétoprofène et le naproxène.
Le naproxène et le kétoprofène des médicaments pour le traitement de la douleur légère, s’il n’ya pas de contre-indications. L’effet est l’inhibition de la réaction inflammatoire et de la douleur que l’on obtient en réduisant la synthèse des prostaglandines.
Analgésiques

L’acétaminophène ou le paracétamol (Efferalgan, etc.) est utilisé pour soulager qui souffre de fractures.
Le paracétamol est le médicament de premier choix pour le traitement de la douleur chez les patients présentant une hypersensibilité documentée à l’aspirine ou aux AINS.
Les opioïdes

Substances indiquées pour le soulagement de la douleur sévère:
• L’oxycodone et l’acétaminophène (Percocet),
• L’oxycodone et l’aspirine (Percodan),
• Le sulfate de morphine (par exemple MS Contin).

Complications

Les complications comprennent les lésions des nerfs et des vaisseaux sanguins:

  •  Il est possible que se vérifie  une lésion de l’artère poplitée due à la fracture avec déplacement  de la partie inférieure du fémur ou du plateau tibial.
  •   Parfois, une lésion du nerf sciatique en cas de fracture de la partie supérieure du péroné.
  •   Le syndrome des loges du membre inférieur peut survenir. Les signes d’un syndrome des loges sont la douleur pendant le mouvement passif des muscles impliqués, paresthésie,  pâleur et  pouls artériel faible. Le syndrome des loges, par définition, provoque l’augmentation de la pression sanguine dans le compartiment. À la palpation, la zone touchée est plus dure et épaisse , ce qui permet le diagnostic. Il  faut être  prudent, car un muscle mou n’exclut pas le syndrome des loges.  Si cette pathologie est suspectée , il faut une visite orthopédique d’urgence et mesurer la pression de la partie affectée. Si il n’est pas soigné, le syndrome des loges peut entraîner une invalidité permanente.
  •   infection des tissus mous,
  •   ostéomyélite secondaire pour une fracture ouverte,
  •   Retard de consolidation,
  •   embolie graisseuse,
  •   La nécrose avasculaire,
  •   thrombophlébite,
  •   arthrite post-traumatique, ou  raideur du genou
  •   Chondromalacie rotulienne.

Physiothérapie et rééducation

Après une fracture du genou, les exercices de physio-kinésithérapie sont fondamentaux pour plier et étendre complètement le genou et pour récupérer la force et l’équilibre.
Dans un premier temps, le physiothérapeute effectue des mouvements passifs du genou, puis le patient doit effectuer des exercices actifs.
L’équilibre se récupère avec des exercices sur les plateformes proprioceptives ou bien en restant debout en ne s’appuyant que sur la jambe cassée.

Quels sont les temps de récupération ? Le pronostic

Un bon pronostic est prévu en cas de fracture de l’épine tibiale ou de la tubérosité.
Les temps de récupérqtion sont plus longs en cas de  lésion du plateau tibial ou du condyle fémoral.
20% de ceux qui souffrent de fractures du plateau tibial montre une rigidité résiduelle du genou à distance d’1 an

 

 

Dr. Massimo Defilippo Fisioterapista Tel 0522/260654 Defilippo.massimo@gmail.com
P. IVA 02360680355

http://www.facebook.com/fisioterapiarubierese?ref=hl

© Scott Maxwell – fotolia.com