Fracture du doigt

Comment un doigt peut-il se fracturer ?

Au cours des activités quotidiennes, il n’est pas rare que les doigts subissent des accidents. En effet, les lésions des doigts sont parmi les plus fréquentes que l’on peut observer aux urgences.

Chaque doigt est composé de trois os appelés phalanges, sauf le pouce qui n’en possède que deux. Quand un os se casse, on parle de fracture, peu importe s’il s’agit d’une fêlure ou d’une fracture en plusieurs fragments.

Dans cette section, nous nous occuperons des lésions aiguës ou récentes, étant donné que le traitement des fractures en voie de guérison est différent.

De la base au bout du doigt, les fractures les plus fréquentes sont les suivantes :Fracture,du,doigt,main,os

  • Fracture-avulsion de la phalange proximale ;
  • Fracture de la base de la phalange proximale ;
  • Fracture de l’articulation interphalangienne dorsale ;
  • Fracture oblique de la phalange intermédiaire ;
  • Fracture de l’articulation interphalangienne distale.

La liste pourrait être bien plus longue car il existe une infinité de types de fractures osseuses qui touchent les doigts.

 

Causes de la fracture du doigt

Généralement, un doigt se fracture suite à un traumatisme de la main. Un doigt peut se casser quand on l’écrase dans une porte ou quand on pose les mains au sol pour freiner une chute.
Le pouce, l’index et le majeur sont les doigts qui se fracturent le plus souvent, tandis que l’annulaire est celui qui se fracture le moins fréquemment.
On peut aussi se casser un doigt pendant un match de football, de basket ou de volley, si le ballon provoque une entorse.
Les enfants comme les adultes peuvent souffrir d’une fracture du doigt, parfois à cause d’une faute d’inattention quand on travaille avec des scies, des foreuses et d’autres instruments.

Symptômes de la fracture du doigt

Les symptômes les plus fréquents d’un doigt fracturé sont les douleurs immédiatement ressenties après le traumatisme et, parfois, une déformation de l’os ou de l’articulation (également appelée luxation). On ressent des douleurs aiguës là où la fracture s’est produite, y compris en l’absence de déformation.


Une fracture est généralement très douloureuse. Toutefois, malgré la gêne, on peut souvent plier le doigt. Certaines fractures peuvent être plus douloureuses que d’autres, cela dépend de leur stabilité.
5 à 10 minutes après le traumatisme, on observe souvent un gonflement et des bleus sur le doigt qui devient rigide et bouge difficilement.
Le gonflement n’est pas localisé comme les douleurs peuvent l’être. Il est diffus et peut s’étendre aux autres doigts.
En cas de grave fracture, on remarque immédiatement le bleu formé par le sang qui s’écoule de la fracture.
Enfin, si le gonflement est excessif, un engourdissement du doigt peut se produire suite à la compression des nerfs des doigts.

 

Diagnostic de la fracture du doigt

Il peut être difficile de comprendre s’il s’agit d’une fracture, d’une entorse ou d’une simple foulure, car les symptômes sont similaires : gonflement, douleurs et rigidité.

Fracture du doigt
Fracture du doigt

Il faut tout d’abord contrôler si le doigt apparaît déformé. Si une partie du doigt est tournée vers une direction différente, l’os peut être cassé ou luxé (c’est-à-dire qu’il s’est déplacé hors de sa position anatomique, il apparaît alors souvent déformé au niveau de la jointure).
Un doigt cassé ou luxé apparaît contusionné (là où les capillaires se sont rompus) et, en cas de fracture, on ressent de fortes douleurs au toucher.
En revanche, en cas de foulure du doigt, cela signifie que le ligament s’est allongé (le ligament est le faisceau de tissu qui relie les os). Le doigt n’apparaît ni contusionné ni déformé et les douleurs et le gonflement diminuent progressivement. Si l’on soupçonne un cas d’entorse du doigt, il est préférable d’éviter de l’utiliser et d’attendre de voir si les douleurs et le gonflement diminuent au cours des deux jours qui suivent ce traumatisme.

 

Examens médicaux

Pour diagnostiquer une fracture du doigt, il faut effectuer une radiographie.
L’application d’une attelle temporaire, de glace ainsi que la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens sont des traitements utiles à court terme. Le type de fracture détermine le traitement le plus indiqué. En effet, chaque type de fracture présente des caractéristiques spécifiques qui doivent être affrontées différemment.
En cas de fracture simple, le médecin applique une attelle au doigt blessé. Étant donné qu’il faut garder toute la main au repos, on applique aussi, par commodité, l’attelle à la main.
En cas de lésions plus compliquées, le médecin peut demander conseil à un chirurgien orthopédiste (spécialiste des articulations et des os).

 

Risques et complications de la fracture du doigt

Suite à l’opération chirurgicale, des infections ou des hémorragies peuvent se manifester. Après le traitement, le doigt apparaît parfois différent de ce qu’il était avant l’accident.
Si aucun traitement de rééducation n’est effectué, on peut avoir des difficultés à utiliser le doigt, y compris au cours des activités quotidiennes.
Le doigt fracturé peut rester plus grand ou plus gonflé qu’auparavant, car le corps réagit en produisant un excès de cal osseux, phénomène tout à fait normal.

 

Que faire ? Le traitement de la fracture du doigt

La glace : la glace permet de réduire le gonflement, de soulager les douleurs et de prévenir les dommages aux tissus.
Il est préférable d’appliquer une compresse de glace ou de mettre de l’eau glacée dans un sachet en plastique, d’envelopper ce sachet dans une serviette et de le placer sur le doigt pendant 15 à 20 minutes toutes les heures.
Élévation : il est utile d’élever la main au-dessus du niveau du cœur le plus souvent possible.
On peut réaliser deux types de bandage :

  • Compressif, afin de réduire le gonflement ;
  • Rigide, afin de bloquer les articulations entre les doigts ; dans ce cas, on peut bander le doigt cassé avec un autre doigt.

Cela permet ainsi de diminuer le gonflement et de soulager les douleurs.
Poser la main sur des oreillers ou des couvertures permet de maintenir la main confortablement surélevée.
La kinésithérapie, et notamment l’utilisation de la magnétothérapie, peuvent réduire énormément les temps de récupération.

Le traitement des fractures du doigt dépend de trois facteurs principaux :

Fracture du doigt
Luxation de l’auriculaire
Alila/bigstockphoto.com
  • tout d’abord, si la fracture est « stable » ou « instable », elle peut se produire en même temps qu’une entorse ou une luxation ;
  • si la fracture touche l’une des articulations du doigt
  • si le doigt est déformé.

Si la fracture touche une articulation, il est important de s’assurer que les surfaces articulaires sont bien alignées. Le médecin examine les articulations des doigts sur la radiographie et s’assure de l’absence d’irrégularité de la surface.

Il est ensuite important de savoir si la fracture est « stable » ou « instable ». Pour déterminer la stabilité d’une fracture, le médecin examine la forme de la fracture osseuse à l’aide des rayons X, afin de contrôler si les fragments, avec le temps, tendent à glisser hors de leur position ou si celle-ci reste stable.

Enfin, le médecin cherche d’éventuelles déformations du doigt, comme des raccourcissements ou des déplacements rotatoires.
Les doigts de la main blessée doivent s’aligner de la même manière que les doigts de la main indemne.
Cela signifie qu’en alignant les doigts des deux mains, la longueur doit rester la même.


En outre, quand on serre le poing, les doigts ne doivent pas se croiser. Ils doivent en effet s’aligner parallèlement.
Si l’on serre le poing et que les doigts se croisent, cela peut signifier qu’il existe une déformation de rotation provoquée par la fracture.
L’orthopédiste conseille de mettre un plâtre ou de se faire opérer en fonction de ces données.

 

Opération chirurgicale suite à une fracture du doigt

La chirurgie peut se révéler nécessaire afin de permettre un fonctionnement optimal du doigt après la guérison dans les cas suivants :

  • Quand les surfaces des articulations ne s’alignent pas correctement ;
  • Quand la fracture est instable ou ouverte ;
  • En présence d’une déformation qu’il faut corriger.

Si le traitement n’est pas nécessaire, on peut tout de même appliquer une petite attelle afin de protéger le doigt blessé. Dans certains cas, le doigt qui se trouve à proximité du doigt blessé peut être utilisé comme attelle.
Quand le doigt cassé est hors de sa position, les déformations doivent être corrigées ou « réduites ». Cela se fait souvent sous anesthésie locale. Dans ce cas, on fait une injection dans les petits nerfs qui se trouvent à la base du doigt. L’injection anesthésie le doigt et permet au médecin de manipuler la fracture et de corriger la déformation.
On utilise des broches de Kirschner, des plaques et des vis pour maintenir les fragments osseux alignés et dans une bonne position.

Contrôles (suivi)
Suite à une fracture du doigt, on applique très souvent une attelle au patient. Il est très important de ne pas bouger l’attelle et de maintenir le doigt fracturé dans la bonne position pour qu’il guérisse. En outre, il est important de garder le bandage propre, sec et en position surélevée pour réduire le gonflement.
Les activités en général peuvent aggraver les lésions et provoquer des douleurs croissantes. Il est donc préférable d’éviter d’utiliser la main fracturée jusqu’au rendez-vous avec l’orthopédiste.
Le spécialiste examine généralement le patient environ une semaine après l’accident et effectue une autre radiographie qui permet d’évaluer la position des fragments osseux. Si le doigt n’est pas correctement aligné, le doigt risque de ne pas guérir complètement et l’invalidité peut devenir permanente.

 

fracture,doigt,main,douleur,test,mouvement,gonflement,bleu,hématome,foulureRééducation suite à une fracture du doigt

Il faut commencer à utiliser la main dès que le médecin permet de bouger le doigt. La rééducation qui consiste à effectuer des exercices simples tous les jours permet de réduire la rigidité du doigt et le gonflement.
Au cours de la première phase de rééducation, le kinésithérapeute doit effectuer la mobilisation passive afin d’améliorer l’amplitude de mouvement. Dès que le patient peut travailler activement avec son doigt, il faut poursuivre la rééducation en effectuant des exercices de kinésithérapie active pour récupérer la fonction de la main.

 

Combien de jours faut-il pour guérir ? Le pronostic de la fracture du doigt

Après la réduction, l’immobilisation prescrite par l’orthopédiste, et les 3 à 4 semaines de rééducation, la fracture est en général complètement guérie.


Le problème le plus fréquent après le traitement des fractures des doigts est la rigidité articulaire.
Quand on immobilise les doigts, la capsule et les tissus mous qui entourent l’articulation se rétractent et se raccourcissent. Cela provoque une réduction du mouvement de l’articulation.
Il est important que l’os guérisse avant que l’articulation devienne trop rigide et qu’une diminution de mouvement se produise.
Pour de nombreuses personnes, la kinésithérapie est utile afin de récupérer l’amplitude de mouvement.
La rigidité et le gonflement représentent une source d’inquiétudes et peuvent devenir des problèmes sérieux s’ils ne sont pas traités.

Certaines fractures des doigts non traitées guérissent bien, bien qu’elles soient légèrement déplacées. Dans ces cas, je préfère donc appliquer une attelle plutôt qu’un plâtre.
Il est important d’effectuer des séances de kinésithérapie afin de récupérer la bonne amplitude de mouvement.
Les exercices de rééducation sont utiles pour récupérer le mouvement et la force. Au début, ces exercices sont passifs, mais dès que les douleurs se réduisent, il faut commencer à bouger activement les doigts contre résistance.


Les temps de guérison dépendent de la gravité de la fracture. En cas de légère fracture non déplacée, 3 à 4 semaines peuvent suffire pour récupérer complètement. En revanche, si la fracture est déplacée, 3 mois peuvent se révéler nécessaires pour guérir.