Fracture de Poteau-Colles du radius

Classification des fractures distales du radius (au niveau du poignet)

Les fractures du poignet se différentient selon :

  • La position ;
  • La configuration ;
  • Le déplacement des fragments ;
  • L’intégrité du styloïde ulnaire ;
  • L’intégrité de l’articulation radio-ulnaire distale ;
  • La stabilité ;
  • Les lésions associées ;
scanographie, poignet, fracture, lésion, chute, main, devant, extension
Scanographie d’un poignet fracturé
  • La minéralisation osseuse.
  • Les radiographies de base, antéro-postérieure et latérale, sont toujours adaptées. Celles sont standardisées pour la position du poignet, la distance des rayons x, la direction et la technique de radiographie. On peut mesurer tous les éléments ci-dessus dans ces radiographies.

    Si nécessaire, ces informations peuvent se compléter par d’autres examens spécialistes.

     

    Position de la fracture du radius

    Les fractures peuvent être intra articulaires ou extra articulaires. Les fractures intra articulaires peuvent toucher l’articulation radio-carpienne, l’articulation radio-ulnaire distale ou toutes les deux.

     

    Configuration de la fracture du radius

    Les fractures peuvent être simples ou comminutives. Les fractures simples peuvent être transversales ou obliques et cela est définit par les radiographies effectuées. La fragmentation touche la corticale extra-articulaire sur la face dorsale, la corticale extra-articulaire sur la face palmaire, la surface articulaire distale du radius, l’articulation radio-carpienne ou l’articulation radio-ulnaire distale.

     

    Déplacement des fragments

    Les fractures peuvent être simples ou déplacées. Les fractures sont considérées déplacées quand elles ont un déplacement supérieur à 1 millimètre dans tous les plans.

     

    Intégrité du styloïde ulnaire

    On devrait évaluer l’intégrité du styloïde ulnaire selon les projections radiographiques. La fracture peut se trouver à l’extrémité, à la base ou au milieu.

     

    Intégrité radio-ulnaire distale

    La stabilité de l’articulation radio-ulnaire distale devrait être évaluée ou cliniquement ou par des radiographies.
    On peut confronter l’évaluation avec le côté opposé sain.
    Il faut toujours évaluer s’il y a des subluxations ou des fractures déplacées sur la face dorsale ou palmaire.

     

    Stabilité 

    A partir d’une révision des critères cliniques et radiographiques pour l’instabilité, on utilise les suivants critères pour diagnostiquer l’instabilité de la fracture radiale distale :

    • La formation d’un angle supérieur à 10° entre les fragments ;
    • L’os qui se raccourcit plus de 5 millimètres ;
    • L’incongruence articulaire supérieure à 2 millimètres ;
    • La fragmentation corticale dans le plan axial médial entier, visible dans la radiographie latérale ;
    • La fragmentation de la corticale de la face dorsale et palmaire ;
    • Un fracture qu’on ne peut pas réduire ;
    • L’incapacité à tenir la position après la réduction.

     

    Lésions associées

    On devrait classer les lésions associées en tenant compte de toute lacération, compression, perte ou avulsion des tissus mous : la peau, les muscles, les tendons, les nerfs, les ligaments ou un déplacement osseux.

    On devrait classer les lacérations dans deux catégories : les lacérations partielles et complètes.
    L’extension et la direction des lésions devrait être mesurée, ainsi que les écrasements et les avulsions.
    En cas de lésion du poignet, il faut évaluer le cartilage triangulaire et les ligaments intrinsèques et extrinsèques du poignet.

     

    La condition de l’os

    La densité osseuse influence le type de fracture, le déplacement des fragments, la capacité des implants de fixation à assembler les fragments osseux et par conséquence le pronostic.
    La présence d’ostéoporose ou d’ostéopénie peut s’évaluer en mesurant l’index cortical métacarpien ou par l’ostéodensitométrie.

    Il existe deux types de fractures distales du radius qui sont plus fréquentes et elles se caractérisent par la direction des forces appliquées au poignet pendant la chute :

    1. La fracture de Poteau-Colles
      Fracture de Poteau-Colles du radius
      Fracture de Poteau-Colles du radius

      est connue car il s’agit de la fracture radiale du poignet la plus fréquente. La lésion se produit souvent en raison d’une chute par la main ouverte et le poignet en flexion dorsale (la position pour recevoir un ballon).

    L’impact produit une fracture transversale dans 2 à 3 centimètres distales de la surface articulaire radiale.
    La fracture est déplacée avec des fragments déplacés vers le dos de la main et elle peut être comminutive.
    Les fragments de fracture sont souvent écrasés et comminutifs dans la surface dorsale ; la fracture peut arriver jusqu’à l’épiphyse et toucher l’articulation radio-carpienne distale ou l’articulation radio-ulnaire distale.
    Resnick a observé que dans 50% à 60% des cas, les fractures de Poteau-Colles sont associées à une fracture du styloïde ulnaire.
    Une fracture du styloïde ulnaire associée devrait requérir un analyse de la déchirure du cartilage triangulaire. Le cartilage triangulaire s’étend du bord de l’incisure trochléaire du styloïde ulnaire et il sert à stabiliser l’articulation radio-ulnaire distale.

     

    1. La fracture de Goyrand-Smith : on pense que la cause est un impact du dos de la main ou un accident en hyper flexion ou en hyper supination. La fracture de Goyrand-Smith est parfois appelée également « fracture de Poteau –Colles inversé », car le fragment distal est déplacé vers l’intérieur.

     Cette fracture est souvent décrite comme une difformité « en ventre de fourchette ». La tête de l’ulna peut se déplacer dorsalement.


    Il existe beaucoup de types de fracture en outre à ces deux types qui sont plus fréquents. Les choix de traitement disponibles dépendent du type et de la gravité de la fracture, comme les besoins et la santé du patient. Le médecin traitant doit évaluer attentivement ces choix afin d’attendre un résultat fonctionnel satisfaisant.