Fracture de l’épaule

La fracture de l’épaule peut se produire dans un des trois os qui composent l’articulation : le bras, la clavicule ou l’omoplate.

La fracture de la clavicule peut se produire chez les enfants et les bébés ou en cas de chute du vélo ou de la moto. La fracture du bras est plus fréquente chez les personnes âgées, alors que l’omoplate se casse rarement.

Symptômes de la fracture de l’épaule

La fracture de l’humérus provoque :


 
fracture, épaule, mouvement, rotation, interne, limité, passif, douleur, mal, inflammation

  • Un hématome sur le bras et dans le thorax sur le côté du bras lésé ;
  • La douleur de l’épaule ;
  • La rigidité et la limitation de mouvement du bras ;
  • La fracture de l’épaule droite est plus invalidante pour le patient, mais s’il est gaucher la fracture de l’épaule gauche provoque plus de problèmes ;
  • En cas de fracture avec luxation de l’épaule, le bras apparaît déforme et déplacé vers le bas, alors que l’acromion (la partie extérieure de l’omoplate) tend vers l’extérieur.

 

Traitement pour la fracture de l’épaule

Aux urgences le médecin applique une attelle (comme un plâtre) au bras et il applique un bandage en bandoulière afin de tenir le coude en position.
Le traitement immédiat comprend l’application de la glace sur l’épaule et la prise d’un médicament pour la douleur.
On doit traiter beaucoup de fractures par opération chirurgicale, mais certaines fractures stables peuvent n’avoir pas besoin d’opération.

 

Traitement non chirurgical

Si la fracture est simple on a seulement besoin d’une attelle ou d’un bandage afin de tenir le coude en position pendant le processus de guérison. Le médecin doit contrôler de manière attentive la guérison de la fracture et il doit rappeler assez souvent le patient à la clinique afin de répéter la radiographie.
Si aucun fragment osseux s’est déplacé en 2 à 4 semaines, alors le médecin permet au patient de commencer à bouger doucement le bras. Cela peut requérir des séances chez le kinésithérapeute.
Le patient ne peut pas utiliser le bras fracturé pour soulever les objets pendant quelques semaines.
L’approche non chirurgicale d’une fracture distale de l’humérus peut requérir une période longue d’immobilisation ou de plâtre.
Le coude peut devenir très rigide et il peut requérir une période plus longue de rééducation afin de récupérer le mouvement après l’enlèvement du plâtre.
Si les fragments se déplacent de leur position naturelle, le patient peut avoir besoin d’une opération chirurgicale afin de réaligner et de ressouder les os.

 

Traitement chirurgical pour la fracture de l’humérus 

L’opération chirurgicale pour une fracture de l’humérus distale (proche du coude) prévoit la disposition des fragments d’os fracturé en position anatomique.
Les prothèses en métal, comme les plaques et les vis, sont utilisées afin de tenir les fragments en position jusqu’à ce que l’os s’est complétement guéri.

 

Fracture de l’épaule
Fracture de l’épaule

Indications chirurgicales 

La chirurgie est souvent nécessaire :

  • Si la fracture est déplacée ;
  • En cas de fracture déplacée et de luxation de l’épaule ;
  • Le chirurgien conseille, dans des rares cas, d’insérer un clou quand la partie inférieure de la fracture s’insère dans la partie supérieure (par exemple quand le cou pénètre dans la tête) ;
  • En cas de fracture ouverte, c’est-à-dire les fragments de l’os ont coupé la peau, le risque d’infection est plus élevé par rapport à une fracture fermé.

Le patient doit immédiatement prendre des antibiotiques per voie intraveineuse aux urgences et il peut avoir besoin du vaccin antitétanique.
Le chirurgien conseille l’opération chirurgicale pour nettoyer les coupures et fixer les fragments osseux.

Dans des cas graves de fracture ouverte, le médecin peut décider d’appliquer un fixateur extérieur.
Dans ce procédé on insère dans l’os des vis qui sortent de la peau et qui s’unissent à des broches en aluminium ou en carbone.
De cette manière on tient temporairement les os en position.
Cela donne à la peau le temps de s’améliorer avant de l’opération chirurgicale de réduction de la fracture, en réduisant le risque d’infection.

 

Procédé chirurgical

 
L’opération peut s’effectuer sous anesthésie générale (le patient dort) ou sous anesthésie locale (en prenant des médicaments, comme la novocaïne, qui engourdissent le bras) ou tous les deux.
Pendant l’opération chirurgicale, le patient peut se coucher sur le dos, sur le côté ou sur le ventre.
Si le patient se couche sur le ventre, le visage peut rester gonflé quelques heures après la fin de l’opération.
Cet effet est absolument normal et temporaire.

Les os cassés se soudent et ils tiennent leur position grâce à une structure avec des plaques et des vis.
Le chirurgien effectue généralement une incision sur la partie postérieure de l’épaule afin d’arriver à l’os fracturé.
Il y a plusieurs manières pour tenir les fragments en position.

Le chirurgien peut choisir d’appliquer :

  • Des broches de Kirschner (des clous flexibles en métal) ;
  • Seulement des vis ;
  • Des plaques et des vis ;
  • Des sutures («points ») à l’os ou au tendons ;
  • Une combinaison des méthodes ci-dessus.

L’incision est généralement fermé par des sutures ou des agrafes.
Le chirurgien peut choisir parfois de mettre une attelle dans le bras afin d’enlever la tension de l’incision.
Certaines fractures peuvent requérir des soignes spécifiques pendant l’opération.

Perte osseuse. Si certains fragments osseux manquent ou ont été écrasés (des fragments d’os qui se perdent en sortant de la blessure pendant un accident, on peut avoir besoin d’une greffe osseuse, outre à la réparation. La greffe peut s’effectuer en prélevant une partie d’os du patient (généralement l’os du bassin ou du péroné), un os de la banque des donateurs ou en utilisant un matériel artificiel contenant du calcium.

 

Complications chirurgicales de la fracture de l’épaule

Il y a des risques associés à l’opération chirurgicale.
Si le chirurgien conseille l’opération chirurgicale, on pense que les avantages possibles de l’opération supèrent les risques.

 virus, chirurgie, douleur, os, infection, fièvre, opération
Virus qui provoquent d’infection post-opératoire
Eraxion/bigstockphoto.com

Infection.
Il y a des risques d’infection dans toutes les opérations chirurgicales, ou pour une fracture de l’épaule ou pour un autre type d’opération.

Douleur post-opératoire.
La douleur est contrôlée à la salle chirurgicale par une équipe d’anesthésistes qui peuvent endormir le patient ou anesthésier seulement le bras.
Le médecin va parler du type d’anesthésie avec le patient avant de l’opération.
Après l’opération chirurgicale, la douleur se réduit par une combinaison de médicaments pour la douleur, comme la morphine, la codéine et le paracétamol.

Dommages aux nerfs et aux vaisseaux sanguins.


Il y a un risque plus bas de dommages aux nerfs et aux vaisseaux sanguins autour du coude. Il s’agit d’un effet secondaire plus rare.
Le nerf ulnaire se déplace pendant l’opération, en générale il récupère spontanément.
Un engourdissement temporaire ou une faiblesse dans la zone peut se produire et cela peut avoir besoin de semaines ou de mois pour disparaitre.
Dans des cas rares, le nerf peut se léser pendant l’opération chirurgicale et une autre intervention peut être nécessaire afin d’aider le nerf à récupérer.

Manque de consolidement.
L’intervention ne garantit pas la guérison de la fracture.
Un fragment peut se détacher, outre aux vis, aux plaques et aux fils qui peuvent se déplacer ou se casser.
Cela peut se produire pour une série de raisons, parmi lesquelles :

  • Le patient n’a pas suivi les indications après l’opération chirurgicale ;
  • Le patient a d’autres problèmes de santé qui ralentissent la guérison. Certaines maladies, comme le diabète, peuvent prolonger les temps ; également le fume et les autres produits de tabac peuvent ralentir le consolidement osseux ;
  • Si la fracture est ouverte (avec une coupure de la peau) la guérison est généralement plus lente ;
  • Les infections peuvent ralentir ou bloquer le consolidement.


Si la fracture ne se ressoude pas, on peut avoir besoin d’une autre opération chirurgicale.

 

Pronostic de la fracture de l’épaule

Les patients avec une fracture humérale atteignent souvent une récupération complète par un traitement adéquat (ou chirurgical ou conservateur).
On peut retourner au travail ou à l’activité sportive quelques semaines ou quelques mois après l’accident.
Le médecin ou le kinésithérapeute doivent enseigner les exercices de rééducation au patient et ils doivent effectuer la mobilisation passive afin de récupérer le mouvement dès que possible.
Chez les patients avec des lésions graves qui provoquent des dommages aux autres os, aux tissus mous, aux nerfs ou aux vaisseaux sanguins, le temps de récupération peut se prolonger de manière significative.
Les temps de guérison chez les patients avec des fractures légères ou simples (micro-fracture) peuvent recommencer avec le sport en 6 à 8 semaines, comme le kinésithérapeute personnel suggère.


En cas de fracture déplacée, les temps de récupérations sont plus longs, environ de 3 à 6 mois.
En général, les personnes âgées qui ont une lésion dans le bras ne récupèrent complétement le mouvement d’élévation, mais elles peuvent s’habiller et se peigner.
On n’a pas besoin de l’ampleur complète de mouvement afin d’effectuer les activités de vie quotidienne.