Métastases du foie

Les métastases hépatiques sont des tumeurs qui ont propagé au foie mais ils proviennent d’autres organes du corps.

Les cellules du cancer qui se trouvent dans un cancer métastatique du foie ne sont pas des vraies cellules du foie.
Elles sont les cellules de la partie du corps où commence le cancer primaire.
La plupart du temps, le cancer du foie est secondaire.
Généralement, au microscope les cellules cancéreuses métastatiques ont la même apparence des cellules du cancer d’origine.

En outre, les cellules cancéreuses métastatiques et les cellules du cancer d’origine ont généralement des caractéristiques en commun, comme la présence de certaines protéines ou de modifications spécifiques du chromosome.

 

Statistiques sur les métastases du foie

Le foie est le deuxième organe affecté par des métastases (propagation du cancer) après les ganglions lymphatiques. Les métastases du foie sont détectées dans 30-70% des patients qui meurent d’un cancer.
Dans le monde occidental, les métastases au foie sont plus fréquentes du cancer primaire au foie.
Les métastases hépatiques sont plus fréquentes chez les patients qui ont entre 50 et 70 ans que chez des personnes âgées.

 

Tumeurs qui se propagent au foie

Les métastases du foie se développent seulment si une personne est déjà affectée du cancer. Certains types de cancer, comme le cancer gastro-intestinal, sont plus susceptibles de se propager au foie. Les tumeurs qui peuvent se propager au foie commencent à partir de :

  • Pancréas
  • Sein
  • Vésicule biliaire et des voies biliaires
  • Colorectal
  • Estomac
  • œsophage
  • Poumon
  • Peau (mélanome)
  • Ovaire ( par cancer de l’ovaire )
  • Yeux
  • Neuroendocrine

 

Les tumeurs cérébrales sont les seuls qui ne développent pas de métastases hépatiques.
Le cancer se propage généralement au foie parce qu’il crée un environnement approprié pour la croissance des cellules cancéreuses.
Les ouvertures dans les parois des vaisseaux sanguins du foie permettent aux cellules cancéreuses de se rapprocher des cellules hépatiques fonctionnelles ( hépatocytes).
Le foie a une circulation sanguine remarquable et donne aux cellules cancéreuses les nutriments et l’oxygène nécessaires à la croissance.
Les organes qui développent plus fréquemment des métastases sont :

  • Foie,
  • Poumons,
  • Os.

 

Processus des métastases hépatiques

Les métastases au foie sont un tissu étranger qui se développe à l’interieur du foie.
Ces formations peuvent augmenter en taille ou s’infiltrer dans d’autres organes (propagation à travers les tissus envirronnants).
Les métastases se développent et compriment le tissu hépatique environnant.
Généralement une bande de tissu conjonctif se forme autour de la métastase et le tissu environnant est dégradé.
Les grandes métastases peuvent comprimer  les branches de la veine porte.
Vu que les métastases du foie se développent rapidement, elles peuvent devenir trop grandes pour les nutriments qui le flux sanguin apporte, donc elles causent la mort de la partie centrale du tissu.
Les métastases cancéreuses ont des effets spécifiques en fonction de l’organe d’origine.
Les métastases du pancréas et les cancers du sein (carcinome du sein) provoquent la formation de cicatrices fibreuses.
Certaines métastases provoquent des caillots sanguins qui peuvent obstruer la veine porte ou la veine hépatique.
D’autres métastases peuvent causer des calcifications qui sont facilement détectables par radiographie.
Certaines causes de décès par métastases sont :

  • la compression de la veine cave (obstruant le sang qui retourne au cœur),
  • l’obstrution du drainage (par exemple avec une infection pulmonaire consécutive),
  • déséquilibre électrolytique provoqué par une sécrétion anormale d’hormones.

 

Symptômes des métastases du foie

De nombreux patients atteints des métastases au foie n’ont pas de symptômes ou ils ne sont pas spécifiques et ils pourraient être attribués à diverses maladies .
Si des symptômes se produisent, parmi eux il y a :

  • sensation générale de faiblesse ou de mauvaises santé
  • perte d’appetit
  • perte de poids
  • fièvre
  • fatigue
  • ventre gonflé
  • ascite
  • démangeaison
  • gonflement des pieds et des jambes
  • gêne ou mal au ventre
  • mal au dos
  • douleur du foie
  • jaunisse ( peau et yeux jaunes )
  • dans les phases avancées le coma hépatique peut se produire.

 

Diagnostic de métastases du foie

échographie du foie, métastases au foie, cancerLes examens utilisés pour diagnostiquer les métastases du foie :

  • analyses de la de la bilirubine sanguine, la bilirubine haute peut provoquer une toxicité. Les transaminases ( GOT et GPT ) dans le sang sont légèrement supérieures
  • TDM et IRM
  • tests de la fonction hépatique
  • échographie du foie
  • biopsie hépatique

 

Traitements des métastases du foie

Chémiothérapie
La chémiothérapie est un traitement à base de médicaments anti-cancéreux qui circulent dans tout le corps et détruisent les cellules cancéreuses. La chémiothérapie peut aider à réduire les métastases du foie et réduire les symptômes.
Ceci est le traitement choisi en cas de cancer avancé.
La chémiothérapie est utilisée pour les métastases du foie si :

  • le cancer primaire peut répondre favorablement au traitement ( par exemple, le cancer du sein et le cancer colorectal ),
  • toutes les métastases du foie ne peuvent pas être éliminées par chirurgie,
  • il y a plusieurs métastases dans le foie,
  • la personne ne peut pas subir une intervention chirurgicale,
  • Le cancer a atteint d’autres organes que le foie .

La chémiothérapie a des effets secondaires différents, y compris des vomissements et la perte de cheveux.

Radiothérapie
La radiothérapie utilise des rajons de haute énergie pour éliminer les cellules cancéreuses.
La radiothérapie n’est pas utilisée très souvent pour traiter les métastases du foie parce que le tissu hépatique sain ne tolère pas de rayonnements.
La radiothérapie externe par faisceau est utilisée pour les métastases du foie. La radiothérapie est utilisée surtout pour :

contrôler le développement des métastases hépatiques,
soulager les symptômes comme les douleurs afin d’améliorer la qualité de la vie du patient.

Ablation par radiofréquence
L’ablation par radiofréquence (appelée aussi hyperthermie) utilise une courant électrique à haute fréquence afin d’éliminer les cellules cancéreuses.
L’ablation peut être effectuée pour contrôler les métastases du foie inopérables.
Généralement elle est utilisée seulment pour de petites tumeurs (de moins de 5 cm).
L’ablation par radiofréquence est parfois effectuée avec la chirurgie.
La procédure implique le passage d’une courant électrique dans la métastase du foie à travers une sonde mince qui est insérée par la peau et peut être guidée par un échographie ou une TDM.
La sonde est insérée dans le foie et des aiguilles très fines pénètrent dans la masse tumorale.
Les aiguilles sont connectées à deux électrodes qui transmettent la courant électrique afin de chauffer le tissu tumoral et éliminer les cellules.
Une cellule peut résister à des températures supérieures à 43/44 degrés pendant 20/25 minutes, au délà de cette période elle entre dans la nécrose.
L’ablation peut être effectuée aussi par le laser à ondes ou par le micro-onde.

Cryochirurgie
La cryochirurgie élimine le cellules ou les tissus tumoraux par congélation.
La cryochirurgie peut être utilisée afin de contrôler :

  • les métastases du foie qui ne peuvent pas être éliminées chirurgicalement,
  • les métastases multiples,
  • les métastases dans les deux lobes du foie

La cryochirurgie  insère un gaz ou un liquide extrêmement froid en contact avec les tissus du foie par une sonde métallique spéciale.

Ablation au moyen d’alcool éthylique
L’ablation au moyen d’alcool éthylique est une procédure dans laquelle l’éthanol est injectée directement dans la tumeur du foie à travers la peau (injection percutanée).

Métastases du foie
Métastases du foie

L’alcool tue les cellules tumorales et cause la réduction de la tumeur.

Chimioembolisation
La chimioembolisation est effectuée injectant un médicament chimiothérapeutique dans une artère.
Le médicament est souvent mélangé avec un liquide huileux (par exemple Lipiodol) ou Gelfoam (une éponge de gélatine absorbable ou une poudre utilisée pour contrôler l’hémorragie).
Un cathéter est inséré dans une grande artère dans un bras ou une jambe.
Le cathéter est introduit dans l’artère principale qui transporte le sang vers le foie ( artère hépatique ).
Le mélange est injecté à travers le cathéter et arrête la plupart du flux sanguin au foie.
De cette manière la tumeur est privée de l’oxygène et des nutriments dont elle a besoin pour grandir.
L’intervention chirurgicale pour éliminer la tumeur peut être effectuée dans un mode traditionnel et ouvert ou en opération laparoscopique minimalement invasive.

Régime et alimentation
Parmi les traitements alternatifs, l’alimentation peut aider à  prévenir la croissance et la récurrence du cancer.
En outre, il faut manger suffissament parce que la maladie cause une perte de poids dûe à une consommation calorique plus élevée des celllules tumorales.
Les lignes directrices pour l’alimentation contre les tumeurs se basent sur certains types d’aliments :

  • fruits et légumes,
  • légumes,
  • céréales complètes.

Les aliments à éviter sont la viande (en particulier la rouge), les boissons sucrées et les desserts riches en sucre.

 

Pronostic et espérance de vie

Les espérances dépendent de l’emplacement d’origine du cancer et de la façon dont il est propagé au foie ou à d’autres organes.
On effectue rarement une intervention chirurgicale pour éliminer les tumeurs hépatiques.
Généralement l’intervention est indiquée seulement chez les patients atteints de certains types de tumeur (par exemple, le cancer du gros intestin et du rectum) et lorsqu’il y a un nombre limité de tumeurs dans le foie.
Dans la plupart des cas, le cancer qui s’est propagé au foie est incurable, il est en phase terminale.
Généralement les patients atteints de métastases au foie meurent à cause de ce cancer.
Toutefois, le traitement peut aider a réduire les tumeurs, améliorer l’espérance de vie et soulager les symptômes.

Combien de temps peut-on vivre ?
Le pronostic des patients présentant des métastases hépatiques à partir du début des symptômes est environ 18 mois pour une métastase solitaire, mais seulement 3 mois avec un forte implication du foie.
On a enregistré des cas de patients atteints de métastases hépatiques histologiquement prouvées qui vivent plus de 5 ans. (Le pronostic des cancers peut être 10-15 ans).
La médiane de survie pour les personnes vivant avec le cancer du poumon au stade 4 (métastatique) pas à petites cellules est d’environ 8 mois, même si on signale des cas de survie à long terme chez un patient atteint de cancer du poumon et métastases au foie.
La durée moyenne de survie des personnes présentant un petit cancer du poumon (métastatique) au stade avancé est 2-4 mois sans traitement et 6-12 mois avec des traitements.
Il est possible que, avec une transplantation hépatique, l’espérance de vie peut être améliorée et la survie à 5 ans est de 75% des patents.
Tourefois, le cancer du foie doit être diagnostiqué à un stade précoce.
La transplantation hépatique est une option, même lorsqu’une personne reçoit un diagnostic précoce de cancer du foie et de métastases.
Si le cancer est secondaire, tôt ou tard les cellules cancéreuses attaquent le nouveau foie transplanté.
Les taux de survie sont faibles même si on effectue une transplantation. Une résection chirurgicale peut améliorer les chances de survie, mais cette option est indiquée uniquement lorsque les tumeurs sont localisées ou sont stables dans la région du foie.
Toutefois, en cas de possibilité d’intervention, l’espérance de vie augmente considérablement.
Il y a 75% de chances qu’une personne va survivre 1 an de plus, 50 % résiste encore 3 ans et 30 % pendant au moins 5 ans.

En outre, à l’aide de traitements telles que la chimiothérapie et la transplantation hépatique, le taux de survie peut augmenter.
Il y a 15% de possibilités que, à cause de la chimiothérapie, l’espérance de vie peut augmenter pendant 1 an et 3% pendant 3 ans.