Hépatite B

L’hépatite B est une infection virale qui attaque le foie et peut devenir une maladie aiguë ou chronique.

Le terme « hépatite » signifie simplement inflammation du foie.
L’hépatite B est une infection hépatique potentiellement mortelle causée par le virus de l’hépatite VHB.

Selon la médecine conventionnelle, si un patient a une hépatite et que le test pour l’hépatite B est positif, cela signifie que tous les symptômes sont causés par le virus. Mais selon les théories de la médecine naturelle et de l’hygiénisme de Lazaeta et Shelton, les symptômes sont un signe d’un problème de santé plus général. Cette théorie change complètement le traitement qui est alors basé uniquement sur un régime végétalien, un style de vie plus naturel, un peu de sport et éventuellement le jeûne.

L’hépatite B peut causer une infection chronique qui augmente le risque de mort par cirrhose hépatique et cancer du foie.

L’hépatite B aiguë se réfère aux infections récemment acquises. Les personnes infectées ressentent les symptômes après une période d’incubation de 1 à 4 mois après l’exposition au virus. Dans la plupart des cas, les symptômes des personnes atteintes d’hépatite aiguë disparaissent en quelques semaines ou mois si l’infection est traitée.
Aux États-Unis, 95 % des adultes atteints d’hépatite B réussissent à éradiquer le virus et à guérir.
Toutefois, certaines personnes développent une forme très sévère et dangereuse d’hépatite aiguë appelée hépatite fulminante.
L’hépatite B chronique est une infection par VHB qui dure plus de 6 mois. L’infection ne disparaîtra pas complètement si elle devient chronique.

Le foie est un organe important qui filtre les toxines du sang et emmagasine de l’énergie, du fer et de la vitamine B12 pour une utilisation ultérieure, il aide à digérer et produit des substances qui arrêtent les saignements.
Le foie a une étonnante capacité à guérir, mais l’inflammation causée par le VHB peut, à long terme, causer des dommages permanents.
L’hépatite B chronique peut causer aussi un type de cancer du foie appelé carcinome hépatocellulaire.

 

Comment se transmet le virus de l’hépatite B ?

L’hépatite B est une maladie très contagieuse.

Contagion de la mère à l’enfant (appelée aussi transmission verticale)
Dans le monde entier, le mode le plus fréquent de transmission du germe (virus) est celui de la mère infectée à l’enfant.
La transmission se produit pendant l’accouchement.
La contagion de l’hépatite B de la mère infectée au fœtus est très fréquente dans certaines parties du tiers-monde où beaucoup de personnes sont infectées, mais elle est rare en Europe et aux États-Unis.

Contagion de personne à personne (appelée aussi transmission horizontal)
Le virus est contenu dans le sang et les autres fluides corporels tels que le sperme et les sécrétions vaginales.
En Europe, le virus se propage principalement :

  • Par des rapports sexuels non protégés avec une personne infectée. L’hépatite B est transmissible même avec d’autres types de rapports sexuels.
    Attention : de nombreuses personnes atteintes d’hépatite B ne se rendent pas compte d’être infectées et peuvent transmettre le virus pendant les rapports sexuels.
  • Par le sang infecté. Une petite quantité de sang infecté en contact avec une coupure ou une blessure suffit au virus pour entrer en circulation dans le sang, se multiplier et causer une infection.

Les modes de contagion par le sang infecté sont par exemple :

  • Le partage d’aiguilles et/ou tout instrument utilisé pour les injections (par exemple cuillères, filtres, eau pour injection) pour injecter les médicaments.
    Même une petite quantité de sang infecté sur une aiguille suffit à contaminer d’autres personnes.
  • Il y a plusieurs années, certaines personnes ont été infectées par l’hépatite B à cause d’une transfusion sanguine ou d’autres contacts avec le sang. Aujourd’hui, même le sang pour les dons est contrôlé pour le virus de l’hépatite B ou pour d’autres infections.
    De cette manière, le risque d’infection par une transfusion sanguine est très faible.
  • Par contact accidentel avec des aiguilles déjà utilisées par une personne infectée.
  • Il existe un faible risque de contracter le virus en partageant des brosses à dents, des rasoirs et d’autres objets qui pourraient être contaminés par le sang. Le virus peut survivre hors du corps pendant plus d’une semaine.
  • Par l’utilisation des appareils non stériles pour les soins dentaires, les procédures médicales, les tatouages, le piercing, etc…
  • par morsure d’une personne infectée.
  • Si une personne infectée tousse du sang sur une blessure de la peau, dans les yeux ou dans la bouche.

Le virus de l’hépatite B n’est pas transmissible par les moyens suivants :

  • En serrant la main à une personne infectée.
  • L’infection par baiser est difficile, un baiser profond pourrait transmettre le virus, même si la contagion ne se produit pas par la salive.
  • Si une personne infectée tousse ou éternue vers une autre personne.
  • En serrant dans ses bras une personne infectée.
  • En partageant des cuillères, des fourchettes et autres couverts.
  • Il est possible d’être infecté chez le barbier lorsque l’on coupe les favoris, la barbe ou les cheveux derrière la tête avec le rasoir, mais seulement s’il y a des lésions cutanées.
  • Un enfant ne peut pas contracter l’hépatite B par l’allaitement maternel.

 

Facteurs de risque

Personnes qui ont vécu ou voyagé souvent là où l’hépatite B est fréquente, comme dans les nations asiatiques et les îles du Pacifique.

  • Infection par HIV ou hépatite C
  • Personnes qui s’injectent des drogues illégales
  • Personnes qui travaillent ou vivent dans une prison
  • Personnes qui ont reçu une transfusion de sang ou une greffe d’organe avant 1990
  • En outre, les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes ont une probabilité majeure d’être infectés par l’hépatite B.

 

Combien de temps le virus de l’hépatite B survit hors du corps ?

 

Hépatite B
Hépatite B

Le virus de l’hépatite B peut survivre hors du corps au moins 7 jours. Pendant cette période, le virus peut encore causer une infection s’il pénètre dans l’organisme d’une personne non infectée.

Les personnes qui ont eu l’hépatite B dans le passé peuvent-elles la contracter à nouveau ?
Non, une fois guéri d’une hépatite B, les anticorps se développent et protègent l’organisme pour la vie.
Un anticorps est une substance produite par le corps en réponse à un virus. Il se trouve dans le sang.
Les anticorps éliminent les virus afin de protéger le corps des maladies virales.

Toutefois, certaines personnes, en particulier celles infectées pendant la petite enfance, développent une inflammation chronique.

Peut-on donner du sang, les organes ou le sperme si on souffre d’hépatite B ?
Non, si une personne a été positive au virus de l’hépatite B, les experts recommandent de ne pas donner de sang, organes ou sperme parce que le destinataire peut être infecté par l’hépatite.

 

Symptômes de l’hépatite B

Il est possible de ne pas ressentir de symptômes après avoir contracter l’infection de l’hépatite B.
On peut ressentir une malaise générale pendant une période de quelques jours ou de quelques semaines.
En cas d’hépatite fulminante on peut être malade immédiatement.
Les symptômes de l’hépatite B peuvent ne pas apparaître jusqu’à 6 mois de la contagion.

Les premiers symptômes comprennent :

Les symptômes disparaissent en quelques semaines ou en quelques mois si le corps peut combattre l’infection.
Certaines personnes ne se débarrassent jamais du virus de l’hépatite B qui devient alors chronique.
Les personnes avec l’hépatite B chronique peuvent ne pas ressentir de symptômes et ne pas savoir d’être infectées, mais avec le temps elles peuvent développer des problèmes de foie et une cirrhose hépatique.
Dans d’autres cas, le virus peut rester latent ou inactif dans le sang sans causer de symptômes durant toute la vie.
La médecine conventionnelle explique ce phénomène en fonction de la charge virale (quantité de virus). Si elle est faible, elle peut ne pas causer de problèmes de santé. Mais selon la médecine naturelle et l’hygiénisme, les symptômes ne sont pas causés par le virus. Il faut donc chercher la cause réelle des symptômes pour pouvoir guérir.
Le virus de l’hépatite B peut être transmis à d’autres personnes, même s’il n’y a pas de symptômes.

Combien de temps durent les symptômes de l’hépatite B aiguë ?

Généralement, les symptômes durent deux semaines environ, mais certaines personnes peuvent être malades jusqu’à 6 mois.

 

Diagnostic de l’hépatite B

Si le médecin soupçonne que le patient est atteint d’hépatite B, il effectue une visite complète et un contrôle des analyses de sang pour évaluer la fonction hépatique.
L’hépatite B est confirmée par des tests sanguins qui voient les marqueurs viraux de l’hépatite, c’est-à-dire des antigènes (Ag) et des anticorps (Ac) pour combattre le virus.
Les anticorps dans le sang apparaissent environ deux mois après la guérison.
Les marqueurs et les enzymes hépatiques (transaminases ou GOT) permettent de déterminer l’état de l’infection (aiguë, chronique, porteur sain, immunité par vaccination, etc.)
Si la maladie devient chronique, on peut effectuer une biopsie du foie (échantillon de tissu) pour en déterminer la gravité.

 

Quel est le traitement pour l’hépatite B ?

Si on va chez le médecin dans les deux semaines qui suivent l’exposition à l’hépatite B, on peut effectuer la vaccination immédiate et une injection d’immunoglobuline pour l’hépatite qui sert à renforcer le système immunitaire et à combattre l’infection.
Lorsqu’on est malade, il faut généralement du repos au lit pour se rétablir rapidement.
Certains médecins conseillent un régime alimentaire riche en calories et riche en graisses ; en outre ils suggèrent d’essayer de manger le plus possible malgré la nausée.
De plus, les personnes avec l’hépatite B devraient éviter de boire de l’alcool ou de prendre de l’Efferalgan (paracétamol) car cela peut endommager le foie.
Il faut demander au médecin avant de prendre tout autre médicament, préparation à base de plantes ou compléments alimentaires parce certains pourraient aggraver la maladie.
Si l’hépatite persiste pendant plus de six mois dans un état actif (hépatite B chronique active), le médecin peut prescrire un traitement beaucoup plus agressif.
Si l’infection n’est pas active (état de porteur inactif), le médecin surveille le patient.

Les personnes atteintes d’hépatite chronique sont soignées avec une combinaison de médicaments, entre autre :
Interféron. L’interféron est un médicament qui renforce le système immunitaire et devrait être injecté pendant au moins 6 mois.
Ce médicament ne guérit pas la maladie, mais améliore l’inflammation du foie. L’interféron à longue durée d’action (interféron Pégylé) s’est révélé utile.
L’interféron a certains effets secondaires indésirables tels que : malaise, dépression, perte d’appétit et il peut réduire le nombre de globules blancs.
Epivir. Ce médicament est administré par voie orale une fois par jour. Généralement, le médicament est bien toléré. Des mutations virales peuvent se produire après une utilisation prolongée.
Hepsera. Ce médicament fonctionne bien chez les personnes dont la maladie ne répond pas à l’Epivir, mais à doses élevées il peut causer des problèmes rénaux .
Baraclude. C’est le médicament le plus récent contre l’hépatite B.
Viread. Si l’on prend ce médicament, la fonction rénale doit être surveillée.

 

Transplantation hépatique

Pour certaines personnes avec une cirrhose du foie avancée, la transplantation hépatique peut être une possibilité.
Même si c’est une intervention importante, le pronostic après une greffe du foie peut être très bonne. Toutefois, le nouveau foie peut être endommagé à cause d’une infection persistante (chronique) par hépatite B.

 

Alimentation, régime et alcool

Selon la médecine conventionnelle, les personnes souffrant d’hépatite B chronique devraient suivre un régime alimentaire sain et équilibré.
Ceux qui ont une inflammation du foie ne devraient pas boire d’alcool.
Si on souffre déjà d’une inflammation du foie, l’alcool augmente le risque et la vitesse de développement d’une cirrhose.

Selon le régime adapté au groupe sanguin du docteur D’Adamo et du docteur Mozzi, il est possible de vivre avec le virus et l’éradiquer avec une alimentation saine.
Il faut exclure de l’alimentation :

  • le lait et les produits laitiers,
  • les céréales contenant du gluten (pain, pâtes, biscotte, biscuits, etc.),
  • la viande de porc et la charcuterie,
  • les aliments frits,
  • l’alcool.

Ces aliments doivent être aussi éliminés de l’alimentation selon les théories hygiénistes. De plus, H. Shelton et M. Lazaeta recommandent de jeûner pendant 2 à 4 jours en phase aiguë, jusqu’à ce que la sensation de malaise ne passe. Il faut  ensuite suivre une alimentation végétalienne et une alimentation crue et vivante, vivre le plus possible à l’air libre (même s’il fait froid) et faire du sport.

 

Quand on doit se faire vacciner contre l’hépatite B ?

Enfants et adolescents
Tous les enfants devraient prendre la première dose de vaccin contre l’hépatite B à la naissance et compléter la série de vaccins de 6 à 18 mois.
Tous les enfants et les adolescent de moins de 19 ans non vaccinés devraient être vaccinés.
Vu qu’aucun vaccin n’est efficace au 100 %, il est encore possible d’avoir l’hépatite B même après avoir complété le cycle de vaccinations.

Programme de vaccination
Le vaccin est disponible à l’hôpital ou dans les cliniques locales.
On effectue 3 injections pour compléter la vaccination, même s’il y a une série accélérée de deux doses pour les adolescents.

  1. Première injection – à tout moment
  2. Deuxième rappel – au moins un mois après la première dose
  3. Troisième rappel – six mois après la première dose

Effets indésirables du vaccin
Les effets indésirables fréquents sont : douleur, enflure et rougeur au site de l’injection. Le vaccin est déconseillé à ceux qui souffrent d’allergie documentée à la levure ou un antécédent de réaction au vaccin.

Le vaccin contre l’hépatite B est considéré l’un des plus sûrs et efficaces jamais réalisés. De nombreuses études ont été conduites à propos de la sécurité du vaccin par les centres de contrôle pour la maladie, l’Organisation mondiale de la santé et d’autres associations médicales professionnelles.
Il n’y a pas de preuves que le vaccin provoque la mort soudaine des enfants, la sclérose en plaques ou autres troubles neurologiques.

Adultes
Les adultes qui sont à risque d’infection par le virus de l’hépatite B ou ceux qui veulent être vaccinés doivent consulter le médecin pour commencer la série complète de vaccins.