Hépatite A

L’hépatite A est une infection très contagieuse du foie, causée par le virus VHA.

Le virus de l’hépatite A provoque une inflammation du foie. Contrairement à l’hépatite B et C, l’hépatite A ne provoque pas de maladies chroniques du foie et elle est rarement mortelle, mais elle peut causer des symptômes invalidantes et une hépatite fulminante.

 

Causes de l’hépatite A

Le virus de l’hépatite A se trouve dans les selles et dans le sang d’une personne infectée déjà environ 15-45 jours avant que les symptômes apparaissent et aussi au cours de la première semaine de maladie.

La contagion par le virus de l’hépatite A se produit quand :

  • on mange et boit des aliments qui ont été contaminés du virus ;
  • on entre en contact avec des excréments ou du sang d’une personne infectée ;
  • on participe à des pratiques sexuelles qui impliquent un contact oral-anal.

Les facteurs de risque peuvent être :

  • voyages internationaux,
  • usage de drogue,
  • vivre dans un établissement de soins ou dans un centre de rééducation,
  • travailler dans le secteur de la santé, alimentaire ou dans l’industrie pour le traitement des eaux usées.

D’autres infections virales du foie peuvent être l’hépatite B et l’hépatite C. L’hépatite A est l’infection moins sévère parmi ces maladies, parce qu’elle est la seule qui ne devient pas chronique.

 

Risque pour les voyageurs

L’hépatite A peut affecter facilement les voyageurs. Le risque est plus élevé parmi ceux qui visitent les zones géographiques où l’hépatite A est endémique.
La contagion de l’hépatite A est plus élevée parmi les voyageurs qui :

  • visitent les zones rurales,
  • mangent et boivent dans des endroits avec une mauvaise hygiène,
  • boivent de l’eau non traitée, mangent des aliments crus (comme les crustacés) ou des aliments préparés dans des conditions insalubres.

Les voyageurs sont toujours à risque de contamination s’ils séjournent, même pour de courtes périodes, dans les zones où l’hépatite A est endémique.

 

Symptômes de l’hépatite A

Cette infection peut être asymptomatique (le patient ne présente aucun symptôme), ou peut causer des problèmes de santé.
Selon l’hygiénisme Shelton, le virus ne provoque pas de maladie. Mais si le système immunitaire ne fonctionne pas correctement, le corps ne réussit pas à éliminer les virus qui s’accumulent. D’après la médecine douce, les symptômes sont provoqués par une mauvaise alimentation et un mode de vie inadapté, non par des micro-organismes ou des virus qui sont des composés sans vie.

Selon la médecine conventionnelle, environ 2 à 6 semaines d’incubation sont nécessaires entre l’entrée en contact avec le virus et l’apparition des premiers symptômes (la période d’incubation dure en moyenne quatre semaines).
Les premiers symptômes de l’hépatite A sont semblables à la grippe et incluent :

Environ 10 jours après l’apparition des premiers symptômes, on devrait ressentir des symptômes liés directement au foie (phase de jaunisse).
Les symptômes de la phase de jaunisse sont :

Les symptômes devraient cesser en quelques mois, mais certaines personnes développent une récidive des symptômes qui persistent jusqu’à 6 mois.
Une fois guéri du virus, on est immunisé.

 

Contagion de l’hépatite A

Hépatite A
Hépatite A

Modalités de transmission de l’hépatite A :

  • En buvant de l’eau non traitée.
  • En mangeant des aliments crus contaminés (par exemple les crustacés).
  • En mangeant des aliments préparés dans des conditions anti-hygiéniques, par exemple les myrtilles et les baies importées.
  • De personne à personne lorsqu’on pratique une mauvaise hygiène fécale (par exemple entre enfants ou pendant certaines pratiques sexuelles). On ne peut pas être porteur sain de l’hépatite A car c’est une maladie aiguë et elle ne peut pas devenir chronique comme l’hépatite B.

L’hépatite A est présente partout dans le monde, mais surtout dans les régions avec une manque d’hygiène.
Les régions ayant un risque élevé de contracter le virus sont :

  • le sous-continent Indien (en particulier l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et le Népal)
  • l’Afrique
  • le Moyen-Orient
  • certaines zones de l’Extrême-Orient (à l’exclusion du Japon)
  • l’Amérique centrale et méridionale
  • le Mexique

Vaccination pour l’hépatite A

Ce traitement est utile pour ceux qui envisagent d’aller dans des endroits où il y a des mauvaises normes hygiéniques.

Le vaccin est aussi conseillé à certains groupes de personnes, y compris :

  • les personnes qui travaillent avec les enfants ;
  • les hommes ayant des relations homosexuelles ;
  • les personnes ayant des problèmes de foie (par exemple la cirrhose du foie) ;
  • les cuisiniers et restaurateurs ;
  • les personnes qui manipulent ou travaillent avec des aiguilles.

Nombre de doses :

  1. Vaccin inactivé : deux doses. C’est le plus utilisé.
  2. Vaccin atténué : une dose.

Vaccin atténué : une dose
Programme de vaccination grâce au vaccin inactivé : deux doses, le second vaccin (rappel) environ 6 mois après la première injection.
Chez les individus sains, une dose unique semble être tout aussi efficace.
L’immunisation commence de 2 à 4 semaines après la première dose.
Le vaccin peut être administré jusqu’au jour du départ pour un voyage international et protège le voyageur.

L’âge minimum pour la vaccination contre l’hépatite A est de 1 an.
Le vaccin contre l’hépatite A est interdit pendant la grossesse et l’allaitement.

Les effets secondaires de la vaccination contre l’hépatite A sont :

Sources : Organisation Mondiale de la Santé

 

Diagnostic et examens de l’hépatite A

Les analyses de sang sont effectuées afin de détecter la présence du virus VHA dans le corps.
Le médecin contrôle les signes et les symptômes pour effectuer un diagnostic initial.
Si le patient souffre d’hépatite A, les valeurs de GOT et GTP (transaminase) dans le sang sont élevées.

 

Traitement de l’hépatite A

Un traitement spécifique pour l’hépatite A n’existe pas. Généralement ce virus régresse seul par action du système immunitaire. La plupart des personnes affectées par l’hépatite A n’ont pas besoin d’être hospitalisées. Toutefois, l’hospitalisation peut être effectuée en cas de vomissement sévère ou de déshydratation.
Un autre traitement possible peut être dirigé vers le traitement des symptômes.
Pendant la période de maladie il est normal d’être plus fatigué, par conséquent le médecin peut prescrire des médicaments contre la fatigue/faiblesse.
Afin de soulager les démangeaisons, on conseille de porter des vêtements amples et d’éviter les douches ou les bains chauds. On peut aussi diminuer la sensation de malaise en suivant un régime pauvre en aliments gras et sans alcool.
Avant la guérison de l’hépatite A, on conseille de répéter périodiquement les analyses de sang pour surveiller l’activité du foie.
En outre, une excellente hygiène personnelle est importante afin de réduire le risque de contaminer d’autres personnes. Donc Il faut se laver soigneusement les mains après avoir utilisé les toilettes, éviter la manipulation d’aliments et éviter d’avoir des rapports sexuels non protégés. Consultez le médecin traitant pour savoir quand on peut retourner en toute sécurité à des activités quotidiennes normales.

 

Pronostic, peut-on mourir ?

Le virus de l’hépatite A ne reste pas dans le corps après la guérison de la maladie. Plus de 85 % des personnes atteintes d’hépatite A récupèrent dans les 3 mois et presque tous les patients ont une amélioration des symptômes dans les 6 mois. Le risque de mort est très faible et concerne généralement les personnes ayant une maladie chronique du foie.

 

Prévention

La propagation de l’hépatite A peut être réduite par :

  1. un approvisionnement suffisant en eau potable
  2. une bonne évacuation des eaux usées dans les communautés
  3. des pratiques d’hygiène personnelle, telles que se laver régulièrement les mains avec de l’eau sûre.

Différents vaccins sont disponibles au niveau international. Tous les vaccins sont similaires pour ce qui est de la protection et des effets indésirables. Aucun vaccin n’est administré aux enfants de moins d’un an.
Presque 100 % des personnes développent des niveaux d’anticorps protecteurs dans le mois qui suit la dose unique de vaccin. Même après l’exposition au virus, une dose unique de vaccin dans deux semaines après le contact avec le virus a des effets protecteurs. Les producteurs recommandent au moins deux doses de vaccin pour garantir une protection à long terme (5-8 ans).

Les vaccins ont été administrés partout dans le monde sans avoir des effets indésirables graves.
Le vaccin peut être administré dans le cadre des programmes réguliers de vaccination des enfants et en combinaison avec d’autres vaccins destinés aux voyageurs.