Foie gras

Le foie gras (ou gonflé) se produit lorsque le foie se gonfle au-delà de taille normale.

Le terme médical pour indiquer ce trouble est hépatomégalie.
Le foie gras indique qu’il existe une maladie sous-jacente.
Il y a plusieurs causes possibles, y compris l’hépatite virale C.
Selon la cause, le foie gras peut provoquer une insuffisance hépatique.

Le foie gras
Cela se produit lorsque la plus grande partie du foie ne fonctionne pas.
Le foie est un organe vital situé au côté droit de l’abdomen, sous le diaphragme entre le mamelon droit et la dernière côte du côté droit.
Par exemple, il aide à libérer le corps des toxines et produit des substances utiles dans plusieurs processus, tels que la coagulation du sang. 

Les fonctions du foie
Le foie est un organe vital capable de pousser à nouveau même après l’ablation chirurgicale d’une partie importante.
Il effectue plusieurs fonctions essentielles pour la santé, telles que :

  • Il produit la bile – un liquide vert-jaunâtre qui aide à digérer les graisses.
  • Il est un dépôt de glucose en forme de glycogène. Pendant le jeûne, le foie libère le glucose dans le sang pour permettre le fonctionnement du cerveau et des autres organes.

Les maladies qui provoquent une hépatomégalie sévère peuvent interférer avec la capacité du foie à accomplir ses tâches comme d’habitude.

Quand faut-il s’inquiéter ?
Le foie a une taille d’environ 7,5 cm chez les femmes et de 10,5 cm chez les hommes.
S’il a une taille de 3 cm plus grand ou plus petit, c’est toujours normal.
La taille et le poids du foie augmentent selon :

  • L’âge
  • Le poids
  • Le genre (masculin ou féminin)
  • La forme du corps

L’hépatomégalie doit toujours être évaluée par le médecin, même si pas toutes les maladies qui provoquent ce symptôme sont des urgences médicales.

 

Les causes du foie gras

Parmi les raisons qui peuvent faire devenir le foie gras, il y a beaucoup de maladies comme :

Les maladies du foie

  • La cirrhose du foie. Les causes possibles de cirrhose sont nombreuses : virales, métaboliques et bien d’autres. Les conséquences sont :
  • L’hypertension portale
  • L’insuffisance hépatique
  • Le risque de cancer

Le foie réagit généralement aux stimuli de manière standard : il répond donc de la même façon aux dangers de différentes origines (virus, bactéries, médicaments, etc.).
La cirrhose est le dernier stade d’une maladie chronique du foie.
Du point de vue anatomique, pour reconnaître la cirrhose il faut identifier un excès de composante fibreuse. La fibrose hépatique est différente de la cirrhose du foie, car lors de la cirrhose le lobule (l’unité anatomique et fonctionnelle du foie) est remplacé par le nodule qui a une structure complètement modifiée et une augmentation de la composante fibreuse.
Par conséquent, les échanges entre le sang et les cellules du foie deviennent plus difficiles. La consistance du foie est beaucoup plus épaisse et la résistance au flux de sang dans le foie augmente.
La prise de sang est altérée, l’on remarque la transaminase, la gamme GT, les plaquettes et la bilirubine élevés.
Le nodule de régénération est l’élément le plus important, car cela peut provoquer un carcinome hépatocellulaire. Pour le diagnostic l’on cherche l’angiogenèse artérielle autonome.

  • L’hépatite provoquée par un virus — y compris l’hépatite A, B et C — ou par la mononucléose infectieuse
    Parmi les virus, il y a :
    Le virus de l’hépatite A: c’est assez rare que ce virus soit la cause du foie gras car les conditions d’hygiène sont améliorées et un vaccin est disponible pour les personnes habitant dans les pays à risque.
    L’hépatite B : l’hépatite B est également en forte baisse à l’égard de la vaccination obligatoire.
    Les cas d’infection aiguë courants surviennent surtout chez les personnes qui ont des comportements à risque (tels que des rapports sexuels occasionnels).
    La voie la plus courante de transmission est celle sexuelle, tandis que dans le passé il était plus fréquent d’être contaminé parmi une piqûre avec des aiguilles infectées.
    L’hépatite aiguë peut être asymptomatique : un patient peut également avoir une hépatite aiguë sévère sans symptômes.
    Cela se produit souvent en cas d’hépatite C. Le patient qui souffre d’hépatite C peut se plaindre de la difficulté à digérer et d’un sentiment de malaise très générique.
    D’autres virus comme le virus Epstein – Barr (qui entraîne la mononucléose) provoquent rarement des troubles hépatiques aiguës.
    Une autre cause possible est l’intoxication par des médicaments ou des champignons : dans ce cas, le diagnostic est assez facile parce que le patient affirme généralement d’avoir mangé des champignons ou d’avoir pris des médicaments juste avant l’apparition de symptômes.
  • La stéatose hépatique – c’est une maladie provoquée par l’accumulation de graisses en excès dans le foie.
  • L’hyperlipidémie familiale combinée -c’est une maladie héréditaire qui provoque le taux de cholestérol et de triglycérides élevés dans le sang. C’est le trouble le plus fréquent parmi les maladies génétiques qui augmentent les graisses dans le sang et il affecte un ou deux pour cent de la population, selon Kaiser Permanente.
  • L’hypertriglycéridémie familiale, c’est un trouble qui provoque des taux élevés de triglycérides en raison d’un défaut génétique. Par conséquent, l’individu affecté peut remarquer le durcissement des artères et le risque de maladies cardiovasculaires.
  • La stéatose hépatique alcoolique. L’hépatite alcoolique est une inflammation du foie. Elle est généralement provoquée par l’abus d’alcool pendant une longue période. Lorsque l’on développe cette maladie, il faut cesser de boire de l’alcool pour ne pas risquer de devenir malade de cirrhose (fibrose du foie) et d’insuffisance hépatique.
  • L’amylose – c’est un trouble rare qui provoque l’accumulation de protéines dans le foie.
  • La cholangite affecte les femmes pendant la grossesse.
  • L’hépatite auto-immune. Elle affecte généralement les jeunes (15-20 ans aussi) et provoque une symptomatologie aiguë et sévère : le foie douloureux au toucher (lors de la palpation), la fièvre, le malaise généralisé, les douleurs articulaires, les transaminases élevées et souvent une hypergammaglobulinémie. En cas de diagnostic précoce, les résultats sont très bons, en fait le médecin prescrit d’habitude 50 mg de cortisone et permet une récupération rapide même si le patient était à risque de greffe de foie dans une semaine/10 jours. Le diagnostic d’hépatite auto-immune se fait en évaluant les anticorps qui apparaissent lors de la prise de sang.
  • La maladie de Wilson. C’est une maladie provoquée par l’accumulation de cuivre dans le corps et surtout dans les hépatocytes (les cellules du foie). Elle peut se manifester en tant qu’insuffisance hépatique aiguë et dans certains cas c’est même fulminant. Lorsque le tableau clinique est si grave, il se peut que la thérapie de chélation soit désormais inefficace, cependant elle doit également être définie lorsque l’on attend une greffe.
    Le diagnostic se fait en évaluant le contenu hépatique et la présence de cuivre dans l’urine. Un autre moyen rapide de faire le diagnostic de la maladie de Wilson est le contrôle de l’œil. L’on vérifie parmi une lampe à fente s’il y a un anneau d’or autour de l’œil (anneau de Kayser-Fleischer) provoqué par l’accumulation de cuivre dans la cornée. Il n’est pas un test sensible, mais c’est très spécifique.
    L’hépatite auto-immune et la maladie de Wilson sont deux maladies particulières, car l’identification précoce des deux peut éviter la mort comme ce sont des maladies mortelles en peu de temps à partir de l’apparition des symptômes.
  • L’hémochromatose – c’est une maladie qui provoque l’accumulation de fer dans le foie
  • La maladie de Gaucher – c’est un trouble qui provoque l’accumulation de graisse dans le foie
    La maladie de Gaucher est une affection héréditaire dans laquelle le corps ne retient pas de lipides correctement. Les matières grasses peuvent s’accumuler autour des organes vitaux, y compris le foie, la rate, les poumons, les os et le cerveau.
    Des poches pleines de fluide peuvent se former dans le foie (kystes du foie)

Les cancers du foie et les causes non cancéreuses, y compris l’hémangiome et l’adénome

  • L’obstruction de la vésicule biliaire ou des voies biliaires (par exemple en raison de calculs dans la vésicule biliaire)
  • L’hépatite toxique
  • Le cancer qui commence dans un autre organe et se propage au foie
  • La leucémie
  • Le cancer du foie
  • Le lymphome

Foie grasLes problèmes de cœur et de vaisseaux sanguins

  • L’obstruction des veines qui drainent le sang du foie (syndrome de Budd-Chiari)
  • La thrombose veineuse hépatique (HVT) est une obstruction des veines du foie à cause d’un caillot de sang. Cette maladie bloque le flux sanguin du foie vers le cœur. Sans une bonne circulation, le foie s’arrête en raison du manque d’oxygène et cela peut entraîner des dommages graves.
  • L’anémie hémolytique – c’est un trouble caractérisé par la destruction des globules rouges à un rythme plus rapide que leur production
  • L’insuffisance cardiaque
  • La péricardite – c’est l’inflammation de la membrane externe du cœur

 

Les symptômes qui accompagnent le gonflement du foie

Il faut consulter le médecin lorsque l’on souffre d’un symptôme quiconque parmi ceux suivants :

  • L’ictère (le jaunissement de la peau et des yeux provoqué par l’obstruction des voies biliaires)
  • L’ascite – c’est un gonflement abdominal
  • La faiblesse et la fatigue
  • Les démangeaisons
  • La nausée
  • Le vomissement
  • Le mal de ventre
  • Le mal de dos (notamment en cas de cancer)
  • Le mal de tête
  • La langue blanche et la bouche amère (qui se produisent habituellement en cas de cirrhose ou d’hépatite virale)
  • La splénomégalie (gonflement de la rate)
  • Le gonflement des pieds et des jambes
  • Des contusions fréquentes (provoquées par la sous-production des facteurs de coagulation)
  • Le vomissement de sang
  • Des selles ressemblant au goudron (en fait c’est le sang qui a été digéré dans l’estomac et l’intestin)
  • L’essoufflement (provoqué par une insuffisance cardiaque congestive et par la péricardite)
  • La perte de poids

La nausée, le vomissement (avec ou sans sang), la douleur au foie, les selles ressemblant au goudron et la dyspnée sont des urgences médicales.

 

Les conséquences et les complications du foie gras non traité

L’encéphalopathie : si le sujet a une inversion du rythme sommeil-éveil (il échange la journée avec la nuit), il n’arrive pas à penser correctement et n’est pas lucide, il souffre d’encéphalopathie. Le foie contribue également à éliminer les toxines du corps. L’encéphalopathie peut indiquer que le foie ne peut plus effectuer cette fonction.

L’hypoglycémie : en cas d’insuffisance hépatique aiguë, le foie a des difficultés dans la néoglucogenèse et la glycogénolyse, il n’arrive en outre pas à maintenir une glycémie normale dans le sang.

Il peut également y avoir : l’insuffisance respiratoire, rénale et les infections, cependant ceci se produit habituellement lorsque le patient est hospitalisé depuis longtemps.

Le manque de diagnostic et de traitement de l’hépatomégalie peuvent être mortels.

 

Le diagnostic et la prise de sang

Il s’agit d’un schéma qui peut être utile pour identifier les causes les plus susceptibles de trouble du foie.
En cas de problèmes des cellules hépatiques, il y a surtout l’augmentation des transaminases avec une variation minimale de la phosphatase alcaline et de la Gamma-GT qui par contre sont surtout activés lorsque le trouble affecte les cellules qui produisent la bile.
Il y a donc une dissociation entre les transaminases et la quantité de phosphatase et de Gamma-GT lors du dommage typiquement hépatocellulaire.
Le contraire se produit lorsqu’il y a un dommage dans la vésicule biliaire ou une infiltration du foie dans laquelle l’on remarque surtout une augmentation de la phosphatase alcaline et des GGT qui « sentent » le problème au niveau des cellules qui les produisent, à savoir les cellules des voies biliaires.
Dans l’hépatite alcoolique aiguë et chronique, l’index le plus altéré est généralement la Gamme-GT, ce qui est un enzyme très sensible mais non-spécifique.

 

Le gonflement du foie provoqué par le cancer du foie

Au niveau du foie, les cancers métastatiques sont plus fréquents que ceux primitifs, puisqu’un tiers des tumeurs malignes provoquent la métastase hépatique (en raison de sa vascularisation).
Le cancer le plus fréquent est le carcinome hépatocellulaire, un cancer primitif du foie qui a origine des cellules du foie et qui constitue environ 85 % des cas de cancer du foie.

 

Les néoplasmes chez les enfants

La tumeur pseudo-inflammatoire du foie
C’est une maladie pédiatrique provoquée par des champignons ou des bactéries qui pénètrent parmi le cordon ombilical lors de conditions insalubres.

Hépatoblastome,cancer du foie,enfants
Hépatoblastome

L’hépatoblastomeC’est un cancer qui survient surtout chez les nourrissons et les enfants de moins de 3 ans.
Les mâles sont plus touchés que les femelles.
Même s’il est rare, c’est la tumeur maligne du foie primitive la plus fréquente chez les enfants.
L’on voit l’image d’un foie dans laquelle la substance centrale rosée n’est pas un os même si elle lui ressemble, la calcification est absente. Il s’agit d’un ostéoïde. L’on fait le diagnostic d’un hépatoblastome à partir de cette substance ostéoïde.
Le néoplasme est rapidement progressif et entraîne la mort en peu de temps s’il n’est pas traité.
Dans de nombreux cas, la greffe du foie a été réussie.

Le sarcome embryonnaire indifférencié

Il affecte surtout les enfants entre 6 et 14 ans. C’est le troisième néoplasme le plus fréquent dans l’enfance, après l’hépatoblastome et l’hémangioendothéliome infantile.
Le traitement combiné (chirurgical et la chimioradiothérapie) a un taux de survie à 5 ans de 15 %.

 

Les remèdes naturels pour le foie gras

Un style de vie naturel est le meilleur remède contre le foie gras. Il est recommandé de faire de l’activité physique quotidienne, de manger des aliments sains et naturels, de perdre du poids, d’éviter les médicaments et l’alcool, il faut aussi arrêter de fumer car le tabagisme endommage également le foie.
Parmi les remèdes de phytothérapie il y a :

  • L’aloès indien, qui est utile en cas d’hépatomégalie. Il faut mélanger la pâte d’une feuille de la plante de gingembre avec du sel noir. Il faut prendre ce remède tous les matins pendant dix jours consécutifs.
  • Hygrophila auriculée: cette herbe est utilisée pour traiter plusieurs problèmes hépatiques, y compris l’ictère et l’hépatite. La racine de cette plante est prescrite lors de cette situation.
    Il faut préparer une décoction avec 60 grammes de cette racine et un demi-litre d’eau ; il vaut mieux de prendre de 30 à 60 ml de cette infusion 2 ou 3 fois par jour.
  • Le pissenlit est une plante indiquée en raison de ses propriétés dépuratives pour le foie.

 

Le régime alimentaire et l’alimentation pour le foie gras

Il n’y a aucun régime spécifique pour le foie gras, cependant il y a certains aliments à éviter, car ils peuvent aggraver les conditions du foie :

  • Les aliments frits
  • Les aliments transformés, notamment ceux qui contiennent des acides gras trans (gâteaux, biscuits, tartes, etc.).
  • L’alcool
  • Les fromages fondus et affinés

Les aliments recommandés sont les fruits et les légumes, les légumineuses et les céréales complètes, notamment le millet et le riz qui ne contiennent pas de gluten.

 

Qu’est-ce qu’il faut manger ? Un exemple de régime alimentaire quotidien

Le petit déjeuner
1 Orange
Flocons d’avoine
1 tranche de pain de blé entier grillé
Confiture de fraises
Café ou thé

Le déjeuner
100 grammes de riz ou de millet
50 grammes de pommes de terre
Un type de légumes grillé
Salade
2 tranches de pain de blé entier
1 cuillère de miel
Fruits frais
Lait de soja

L’en-cas de l’après-midi
3 tranches de papaye ou 1 pêche

Le dîner
100 grammes de poisson maigre ou de pois cuits
Un type de légume grillé
Salade
2 petits pains aux graines de sésame
Fruits frais
4 noix et 20 grammes d’amandes

L’en-cas du soir
Une portion de fruits

 

Combien de temps est-ce qu’il dure ? Le pronostic et le cours

Un dommage aigu au foie peut soit commencer à guérir de façon spontanée (dans la plupart des cas) soit devenir chronique ; dans ce cas, l’on ne peut pas intervenir.
L’hépatite auto-immune et la maladie de Wilson peuvent être guéries si l’intervention est rapide.
L’hépatite chronique peut progresser selon ce schéma :

  1. L’hépatite chronique
  2. La fibrose
  3. La cirrhose
  4. Le cancer du foie ou l’insuffisance hépatique

Comme le montre le schéma, une complication possible de la cirrhose est le cancer du foie.
Chez les patients atteints de cirrhose du foie, de 3 à 6 % des patients développent une tumeur.
Une personne qui a l’hépatite B dans un moment d’immunodéficience particulière ne se débarrasse pas de l’infection et devient un porteur chronique inactif.
Cette personne a un très faible ou pas de risque de développer des complications (la fibrose, la cirrhose et le cancer) et ses examens hépatiques sont normaux (transaminases et d’autres enzymes).

L’immunotolérance : les petits enfants ont tendance à développer une tolérance immunitaire, c’est-à-dire un équilibre entre le système immunitaire et le virus répliqué mais qui n’entraîne pas d’effets nocifs. Les transaminases et tous les tests sont donc normaux, cependant le virus se réplique et puis l’infection peut être transmise à des tiers.
Contrairement à l’hépatite B, l’hépatite C devient chronique chez un pourcentage très élevé de cas (50 %).