Douleurs musculaires

Les douleurs musculaires aux jambes, au dos et au cou peuvent être provoquées par un effort excessif comme une crampe au mollet ou une contracture du quadriceps, mais aussi par différentes pathologies qui touchent les muscles et les nerfs du corps. Ci-dessous sont présentées certaines de ces pathologies.

Chaque muscle peut être touché par différentes pathologies et troubles, parmi lesquels : déchirures, crampes, contractures, infections, traumatismes, maladies auto-immunes, troubles neurologiques et musculaires, tumeurs malignes (par exemple la leucémie) et troubles causés par certains médicaments.

Muscle, douleur, lésion, dommage, mal, palpation, dur
Évaluation du muscle touché

Les douleurs musculaires peuvent être ressenties dans une zone du corps, comme le cou ou le dos ou bien on peut ressentir des douleurs partout, comme quand on a la grippe. La douleur musculaire peut être aussi causée par des infections ou par de graves pathologies auto-immunes ou des troubles généraux comme la fibromyalgie, la ménopause ou la dermatomyosite, c’est-à-dire une maladie musculaire inflammatoire.

La méningite peut provoquer une forte douleur musculaire au cou, de plus un infarctus peut provoquer une douleur à la poitrine diffusée par le muscle cardiaque.

La douleur musculaire peut être aussi un signe de pathologies qui touchent tout le corps, comme certaines infections (la grippe incluse) et certains troubles qui touchent le tissu connectif de tout le corps (comme le lupus).

Une cause fréquente de souffrance musculaire est la fibromyalgie, c’est-à-dire une pathologie qui provoque une raideur des muscles et des tissus mous environnants, une insomnie, une fatigue, des douleurs articulaires et un mal de tête.

La douleur aux muscles des membres inférieurs (mollet et quadriceps) peut être causée par une crampe, une contracture, des lésions ou des traumatismes. Voilà une liste des causes traumatiques et sportives les plus fréquentes de la douleur musculaire.

 

Crampes musculaires

Les crampes sont des contractions soudaines, involontaires ou des spasmes dans un ou plusieurs muscles, les plus touchés sont le mollet et les muscles du pied.
Elles se produisent souvent après l’exercice physique (post entraînement ou après une compétition) ou pendant la nuit et elles durent de quelques secondes à plusieurs minutes. C’est un trouble musculaire très commun.
Les personnes qui ont eu des spasmes ou des crampes musculaires savent que c’est extrêmement douloureux. Un spasme musculaire grave ne guérit pas seul et il faut éliminer la tension du muscle manuellement pour aider son relâchement.

Causes des crampes musculaires
La cause exacte des crampes musculaires est encore inconnue, mais les théories qui obtiennent le plus de crédits sont :

  • Contrôle neuromusculaire altéré ;
  • Déshydratation (surtout en été) ;
  • Baisse d’électrolytes (en particulier de potassium) ;
  • Condition physique insuffisante ;
  • Fatigue musculaire ;
  • Commencer une nouvelle activité physique ou sportive.

 Traitement des crampes musculaires
Normalement, la douleur passe d’elle-même sans aucun traitement, mais on peut suivre certains conseils pour accélérer la guérison et pour prévenir d’autres épisodes ;

  • Les étirements ou le massage doux du muscle peut soulager la douleur ;
  • Interrompre les activités qui ont causées le crampe ;
  • Tenir l’articulation dans une position raccourcie jusqu’à ce que la crampe s’arrête.
    Contrairement à l’opinion commune, si on allonge un muscle pendant une crampe, le corps envoie en réalité un signal de contracter le muscle comme un mécanisme de défense.
    Si par contre, on élimine la tension du muscle en rapprochant les extrémités (détente), le corps ne sent pas de dangers et arrête tout de suite d’envoyer le signal de contraction musculaire.

 

Crampes, nerf, douleur, muscle, mal, impulsion, contraction
Crampe : le nerf envoie une impulsion constante de contraction au muscle

L’élongation musculaire

L’élongation musculaire est un trouble provoqué par des activités fatigantes. Tout le monde peut exercer une tension excessive sur les muscles pendant les activités quotidiennes normales, par exemple lors du soulèvement brusque et rapide d’un objet lourd, pendant l’activité sportive ou pendant l’exécution d’un travail.
L’élongation du muscle se produit surtout aux cuisses ou aux mollets. Une tension musculaire excessive peut provoquer une lésion musculaire. La déchirure du muscle peut abîmer aussi de petits vaisseaux sanguins, en causant un saignement (ecchymose) local et de la douleur (causée par une irritation des terminaisons nerveuses dans la zone).

Les symptômes de l’élongation ou de la déchirure musculaire sont :

  • Gonflement, bleus, rougeur ou blessures ouvertes dues au traumatisme ;
  • Douleur au repos ;
  • Douleur quand on utilise un muscle spécifique ou l’articulation sur laquelle ce muscle agit ;
  • Faiblesse musculaire ;
  • Impossibilité d’utiliser le muscle comme avant.

Traitement de l’élongation musculaire
Dans la phase aiguë, que faire durant les 72 premières heures ?

  • Dès qu’un muscle est touché, il faut se reposer.
    On devrait commencer immédiatement le traitement et aller chez un médecin pour un diagnostic précis en ce qui concerne la gravité de la lésion.
    Si on continue à utiliser le muscle, l’hémorragie et la lésion augmentent et la récupération est plus longue et difficile. Si on s’arrête, la pression et le saignement autour de la lésion se réduisent.
  • La première chose à faire est de mettre de la glace sur la zone touchée pendant 20 minutes. Ce remède réduit le flux sanguin vers le muscle lésé.
  • Ne pas appliquer de chaleur et ne pas masser le muscle. La chaleur augmente le flux sanguin dans la zone touchée (vasodilatation). Le massage provoque une hémorragie plus grande et interfère avec le processus de guérison.
  • Il faut envelopper la zone lésée avec un bandage qui fait pression.
  • Maintenir le membre touché à un niveau supérieur du cœur (surrélevé). On conseille de dormir avec le membre accidenté sur un coussin.

La blessure guérit avec la formation de tissu cicatriciel qui n’est pas flexible comme le muscle et qui ne permet pas de bien s’étendre. Ce tissu cicatriciel dans le centre du muscle peut causer de nouvelles lésions et laisse potentiellement le muscle plus faible qu’avant l’accident.

 

La contusion

La contusion est une lésion ou un ensemble de lésions causées par la collision d’un objet biseauté contre le corps.
L’objet en question n’est pas tranchant, donc il ne coupe pas et ne pénètre pas dans les tissus du corps.

Cause de la contusion
Les contusions se produisent à cause d’un coup ou de plusieurs coups répétitifs d’un objet biseauté directement contre le corps. Le tissu connectif et les fibres musculaires s’écrasent sans blesser la peau. Une contusion peut être provoquée par une chute, une collision du corps contre une surface dure ou par le coup du lapin dû à un accident de voiture.

Symptômes de la contusion
L’impact provoque une rupture des capillaires et un épanchement de sang à l’interieur du tissu touché, il se forme forme ainsi un hématome sur la blessure. Dans les cas plus graves, le gonflement et le saignement au-dessous de la peau peuvent causer un choc.

Si le dommage tissutaire est vaste, il peut également se produire une fracture, la luxation d’une articulation, une entorse, une déchirure musculaire ou tendineuse ou d’autres lésions. Les contusions provoquent un gonflement, une douleur persistante et une limitation de l’amplitude de mouvement dans les articulations près de la blessure.
Les vaisseaux sanguins lésés peuvent provoquer des taches bleues, comme des bleus. Le muscle accidenté peut être faible et raide.

Traitement de la contusion
L’immobilisation du membre avec le repos, la glace, la compression et l’élévation (protocole RICE) doit être effectuée dans les premières 24/48 heures par les patients qui subissent une contusion.
La recommandation générale est d’éviter la chaleur pendant les premières 48 heures afin d’empêcher l’augmentation de l’hémorragie et de l’œdème.
Lorsque la lésion est stabilisée, la chaleur peut aider à assouplir et à résorber l’hématome. Cependant, dans la littérature scientifique, ce remède simple n’a pas démontré d’ effets remarquables.

Combien de temps dure-t-elle ? le pronostic
Les temps de récupération pour une contusion sont de 7/10 jours pour la douleur et environ 3 semaines pour la résorption de l’hématome.

 

Contracture, douleur, musculaire, taping, traitement, relâchement
Taping pour une contracture du vaste médial

Contracture musculaire

Les muscles se contractent quand on les utilise, à l’inverse ils se relâchent ou se détendent quand ils ne le sont pas.
Cependant, le muscle peut parfois rester contracté ou des contractions involontaires soudaines peuvent se produire. Les spasmes peuvent se produire quand un muscle est surchargé ; on ressent comme de la fatigue, surtout si on allonge trop le muscle ou si on est resté dans la même position pendant une période prolongée.
Après un effort, l’acide lactique s’accumule dans les cellules, cela provoque les « courbatures » qui se résolvent en quelques jours spontanément, par contre une contracture a besoin de beaucoup de temps ou de soins pour guérir.

Le froid et la climatisation peuvent provoquer une contracture au niveau cervical sur le muscle trapèze.
Beaucoup de personnes ont une contracture à l’iléo psoas (un muscle qui se trouve entre le flanc et la hanche) surtout sur le côté droit.
Ce trouble peut causer de la douleur dans la partie antérieure de la cuisse ou au dos.

Les femmes enceintes souffrent de douleurs musculaires surtout aux jambes et au dos à cause de l’augmentation du poids du corps.
Pendant l’allaitement, il est normal d’avoir des douleurs musculaires aux bras et au cou causées par l’effort que l’on fait pour tenir le bébé. On conseille d’utiliser un coussin sur la cuisse pour appuyer l’enfant.

Symptômes de la contracture musculaire
Le début de la douleur est soudaine lorsque les muscles se contractent. On peut noter ou ressentir sous la peau au niveau du muscle un gonflement musculaire et une consistance plus dure.

Traitement de la contracture musculaire
Afin d’assouplir une contracture, il faut allonger doucement le muscle touché.
Utiliser de la glace pour diminuer la douleur réduit l’inflammation et permet au muscle de se relâcher.
Le traitement idéal est de combiner l’allongement avec des autres remèdes naturels utiles.
Le médecin peut prescrire un analgésique comme le paracétamol (Doliprane), des anti-inflammatoires comme le kétoprofène (Ketum) ou le diclofénac (Voltarene).

Le kinésio taping est appliqué de cette manière.
Forme : une bande en forme de « Y ».
Longueur : le long de tout le ventre du muscle.
Appliquer la bande sans tension avec la base en bas.
Mettez en élongation le quadriceps et suivre avec les côtés du « Y » le ventre du muscle du vaste médial.

Le massage de la zone douloureuse est utile pour réduire la contracture. L’application de chaleur rend le muscle plus souple et aide à relâcher les fibres musculaires.

  

Sport, cause, mécanique, douleur, musculaire, mal, contracture
Effort excessif pendant le sport, cycliste qui effectue un chronomètre
RazvanPhotography/bigstockphoto.com

Causes des douleurs musculaire, liste complète

Les causes mécaniques ou sportives les plus fréquentes sont :

  • Lésions ou traumatismes parmi lesquels les déchirures et les élongations
  • Un travail excessif : on utilise trop un muscle, trop souvent ou sans un échauffement adéquat ;
  • Tension ou stress.

La douleur musculaire peut être provoquée par certains médicaments, parmi lesquels :

  • Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) pour abbaisser la pression artérielle ;
  • Cocaïne ;
  • Statines pour diminuer le cholestérol.

Les pathologies systémiques, auto-immunes, infectieuses, nerveuses ou vasculaires qui peuventprovoquer des coups aux muscles sont :

  • Sclérose latérale amyotrophique (SLA, connue aussi comme maladie de Gehrig, une grave maladie neuromusculaire qui provoque un handicap et une faiblesse musculaire) ;
  • Sclérose multiple (maladie qui touche le cerveau et la moelle épinière en causant une faiblesse, un manque de coordination, des problèmes d’équilibre et d’autres troubles) ;
  • Lésions au cerveau et à la moelle épinière ;
  • Maladie de Lyme (maladie inflammatoire bactérienne transmise par des tiques) ;
  • Infection musculaire comme un abcès ;
  •  Polymialgie rhumatismale (maladie caractérisée par une raideur et des douleurs musculaires) ;
  • Lupus érythémateux systémique (maladie dans laquelle le corps attaque ses propres cellules saines) ;
  • Carence en vitamines B12 ou D (surtout chez les végétariens) ;
  • AVC (accident vasculaire cérébral) ou infarctus.

D’autres causes plus rares de douleurs musculaires sont :

 

Fibromyalgie

La fibromyalgie provoque des douleurs chroniques et diffuses dans les muscles, mais ce syndrome provoque beaucoup d’autres symptômes.
Les examens de laboratoire confirment rarement cette pathologie et les résultats donnent souvent au patient l’impression d’être un hypocondriaque. On peut diagnostiquer la fibromyalgie en pressant sur les tender points (points de pression douloureux), mais l’examen n’explique pas tous les symptômes.
Les personnes touchées par la fibromyalgie décrivent souvent leurs symptômes comme étant similaires à ceux d’une infection grippale qui ne guérit pas. Ce trouble éuise les sujets et les rend incapables de raisonner ou de trouver les mots justes.
Les patients avec la fibromyalgie ont des difficultés à dormir et ils se réveillent avec de la raideur, des douleurs, une fièvre légère et un fourmillement aux doigts.

Causes de la fibromyalgie
La cause est inconnue, mais il y a des soupçons : un traumatisme physique ou émotif, une réponse anormale à la douleur de la part du cerveau, une vie sédentaire ou un virus.

Symptômes de la fibromyalgie
La fibromyalgie peut provoquer de nombreux symptômes, parmi lesquels :

 Fibromyalgie et Tender points

Les tests de laboratoire de routine ne relèvent pas de douleur diffuse de la fibromyalgie.

Kinésio, taping, tender, points, douleur, musculaire, mal
Kinésio taping sur les tender points

Le diagnostic est fait grâce à un examen clinique pendant lequel le médecin presse sur certains points dits « tender points ». Ce test demande environ cinq minutes.
Quand on exerce une légère pression sur la surface des muscles de tout le corps, les patients avec la fibromyalgie ressentent une douleur, surtout sur les tender points utilisés pour le diagnostic.

Traitement
Les options thérapeutiques les plus efficaces pour les symptômes de la fibromyalgie utilisent une combinaison de médicaments, de traitements non médicamenteux et de stratégies d’auto-traitement.

Le traitement de premier choix peut comprendre :

  • Thérapie physique ;
  • Programme d’entraînement et de fitness ;
  • Méthodes de soulagement du stress, y compris un massage léger et les techniques de relaxation

Beaucoup de médicaments sont utilisés pour traiter ce trouble, parmi lesquels :

  • Médicaments anti-épileptiques ;
  • Antidépresseurs ;
  • Myorelaxants.

 

Dermatomyosite

La dermatomyosite est une maladie musculaire caractérisée par une inflammation et une éruption cutanée. C’est un type de myopathie auto-immune.

La cause de la dermatomyosite est inconnue. Les experts pensent qu’elle pourrait être provoquée par une infection virale des muscles ou par un trouble du système immunitaire du corps.
En plus, elle peut parfois se produire chez les patients qui ont des tumeurs à l’abdomen, au poumon ou dans d’autres parties du corps.

Symptômes de la dermatomyosite

  • Difficulté à déglutir ;
  • Faiblesse musculaire, raideur ou douleur ;
  • Paupières supérieures de couleur pourpre ou violette ;
  • Eruptions cutanées rouge pourpre ;
  • Essoufflement.

Traitement de la dermatomyosite
La maladie est traitée avec des anti-inflammatoires à base de cortisone et des médicaments qui suppriment le système immunitaire.

 

Polymyosite

La polymyosite est une maladie inflammatoire relativement rare qui provoque une faiblesse musculaire, un gonflement (inflammation), de la raideur et des lésions. Elle fait partie d’un grand groupe de maladies appelées myosites.

Causes de la polymyosite
La polymyosite est une maladie du muscle squelettique et elle est aussi connue comme myopathie inflammatoire idiopathique.
La cause est inconnue mais une réaction auto-immune ou une infection du muscle peuvent la déclencher.

Symptômes de la polymyosite
La polymyosite est une maladie systémique, c’est-à-dire qui touche tout le corps. Parmi les symptômes il y a :

  • Difficulté à déglutir ;
  • Douleur musculaire ;
  • Faiblesse musculaire des muscles proximaux (épaules, hanches, etc.) qui rendent difficile le fait de soulever les bras au-dessus de la tête, de se lever d’une chaise ou de monter les escaliers ;
  • Problèmes avec la voix (causés à cause de la faiblesse des muscles de la gorge) ;
  • Essoufflement.

Traitement de la polymyosite
Le traitement principal comprend des médicaments à base de cortisone. Quand la force musculaire s’améliore, normalement en 4-6 semaines, on réduit lentement la dose des médicaments. Le traitement de fond avec la Prednisone peut être continué pendant une durée indéterminée. Les personnes qui ne répondent pas aux anti-inflammatoires avec la cortisone peuvent prendre des médicaments pour supprimer le système immunitaire comme le méthotrexate et l’azathioprine.

 

Muscles, lésion, myoglobine, os, tendons, structure, anatomie
Structure des muscles

Rhabdomyolyse

La rhabdomyolyse est une pathologie qui provoque une rupture des fibres musculaires et par conséquent elles libèrent leur contenu (myoglobine) dans le flux sanguin.
Lorsque le muscle est endommagé, une protéine appelée myoglobine est libérée dans la circulation sanguine.
Cette substance est filtrée et expulsée par le corps dans les reins. La myoglobine est décomposée par des substances qui peuvent abîmer les cellules rénales.

Causes de la rhabdomyolyse
La rhabdomyolyse peut être provoquée par n’importe quelle maladie qui abîmele muscle squelettique, surtout les lésions.

Symptômes de la rhabdomyolyse

  • Couleur des urines anormale (sombre ou rouge) ;
  • Diminution de la production d’urine ;
  • Faiblesse générale ;
  • Raideur musculaire ou douleur (myalgie) ;
  • Faiblesse des muscles touchés.

Traitement de la rhabdomyolyse
Une boisson qui contient du bicarbonate peut prévenir des dommages aux reins. Le corps reçoit des fluides contenants du bicarbonate et peut empêcher les dommages rénaux en vidant la myoglobine des reins.
Il peut être nécessaire d’administrer le liquide par une veine.
Certains patients pourraient avoir besoin de dialyse rénale.
Les médicaments qui peuvent être prescrits sont les diurétiques et le bicarbonate (s’il y a une production d’urine suffisante).

Diagnostic de la rhabdomyolyse
Les examens instrumentaux à effectuer sont :

  • Formule sanguine complète ;
  • Écographie ;
  • Autres examens du sang pour évaluer les enzymes musculaires (créatine kinase) et éventuellement un test pour la maladie de Lyme ou une maladie du tissu connectif.