Douleurs de la hanche

La douleur à la hanche est un problème assez fréquent et il peut être causé par de nombreux troubles.
L’articulation de la hanche est prévue pour resister à des mouvements répétés et à l’usure. Cette articulation est composée essentiellement d’une boule et d’un creux qui s’emboîtent; il s’agit de la plus grande cavité du corps.
La douleur qui provient de la hanche n’est pas toujours ressentie au niveau de la hanche, elle peut être aussi ressentie au milieu de la cuisse ou dans la région inguinale.

De la même façon, la douleur qu’on ressent à la hanche peut refléter un problème au dos ou à la hanche même.
La localisation de la douleur à la hanche peut être un grand indice pour le médecin afin de trouver la cause des symptômes.

 

                          Douleurs dans la partie latérale ou externe de la hanche

 

Tendinite

On appelle tendinite toutes les inflammations des tendons ou de la gaine des tendons. La tendinite du tractus ilio-tibial provoque des douleurs dans la partie externe de la hanche.
Causes
Le surmenage du tendon est la cause la plus fréquente de tendinite du tractus ilio-tibial. La tendinite peut être due à un traumatisme du tendon ou à un étirement trop intense du tendon.
Facteurs de risque
Les facteurs qui augmentent les risques d’avoir une tendinite sont : un déséquilibre musculaire, le surpoids, l’âge, le sport, des défauts d’alignement de la jambe.
Dans mon cabinet, je vois différents cyclistes qui ont ce trouble en raison de leur posture sur le vélo.
Symptômes
Les symptômes comprennent : douleur à la hanche, notamment lors des activités physiques, limitation du mouvement des articulations et gonflement local.
Diagnostic
Le médecin effectue un examen physique afin de connaître la localisation de la douleur. Dans la plupart des cas, le spécialiste établit un diagnostic basé sur l’examen qu’il effectue et sur les antécédents médicaux du patient.
Si les symptômes sont graves, le médecin peut prescrire une radiographie et une IRM ( imagerie par résonance magnétique).
Traitements
Le traitement conventionnel consiste à éviter le mouvement qui a causé l’inflammation du tendon afin de permettre au corps de guérir de lui-même. Le traitement comprend aussi l’application de glace après l’activité, des semelles orthopédiques pour corriger les problèmes d’allignement des pieds, des étirements doux du tendon, des excercises de renforcement muscolaire de la hanche et des médicaments anti-inflammatoires (par exemple, l’ibuprofène).
Certaines thérapies instrumentales peuvent être utiles pour traiter la tendinite de la bandelette ilio-tibiale, en particulier la thérapie laser.
Prévention
Pour prévenir les pathologies des tendons il faut s’entraîner en augmentant progressivement la durée et l’intensité de l’activité.

 

Contusions de la hanche

La contusion de la hanche est la conséquence d’un traumatisme direct qui provoque un hématome dans la partie supérieure et externe de la hanche, appelée la crête iliaque.
Cette partie du corps est composée par plusieurs muscles, parmi lesquels le fessier et le muscle tenseur du fascia lata.
Une contusion peut provoquer des fractures ou des lésions des tissus mous. Dans certains cas, les patients présentent un œdème osseux, c’est-à-dire l’inflammation d’une partie de l’os qui cause une forte douleur.

Causes
La contusion est consécutive à un choc direct sur l’os du bassin. C’est un trouble fréquent chez les joueurs de football ou de hockey lorsqu’un  joueur frappe un adversaire sur la hanche. Il peut aussi se produire dans tous les sportsen tombant sur la hanche.
Facteurs de risque
Les personnes qui pratiquent un sport de contact sont plus susceptibles de d’avoir une contusion à la hanche. Les footballeurs et les joueurs de hockey ou de football américain sont particulièrement à risque.
Symptômes
Les symptômes sont les suivants : douleur pendant l’activité, gonflements, hématomes, spasmes musculaires et réduction de l’amplitude de mouvement.
Dans le cas d’œdème osseux et de fracture, le patient n’arrive pas à marcher normalement, mais il boite ou il a besoin de béquilles.
Diagnostic
Le médecin doit contrôler les symptômes et les antécédents médicaux du patient, après quoi il peut prescrire une échographie pour savoir si il y a une lésion des muscles ou des tendons, ou bien, en cas de suspicion de fracture, le médecin peut prescrire une radiographie.
Traitement
Une contusion légère peut être traitée avec le repos, par anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et par l’application de glace.
Si le traumatisme est important, la kinésithérapie facilite la résorption de l’hématome et de l’inflammation, notamment grâce à la técarthérapie.
Le médecin peut faire des infiltrations de cortisone directement dans l’articulation de la hanche.
Dans les cas les plus graves de contusion de la hanche, il faudra attendre plusieurs semaines avant de guérir.

Prévention
Une contusion à la hanche peut arriver après un choc direct sur la zone concernée. Par conséquent, elle ne peut pas toujours être évitée. Cependant, quand on fait du sport il faut adopter l’équipement adéquat et du rembourrage pour limiter les risques de blessures.

 

Bursite trochantérienne

La bursite de la hanche est aussi appelée bursite trochantérienne ; il s’agit d’une inflammation d’un sac rempli de liquide situé à l’extérieur du grand trochanter.
La bourse de la hanche est plutôt grande et elle est facilement irritable entraînant des douleurs à la hanche.
La douleur peut être intense et sourde, de plus elle peut s’aggraver si on se couche sur un côté ou si on reste assis pendant longtemps.

Causes :
Voici quelques causes fréquentes de bursite à la hanche :

  • Un effort excessif qui solicite fortement la hanche, comme le jogging, le mountain bike, ou encore monter les escaliers ou rester debout un long moment.
  • Un accident qui affaiblirait la hanche, comme par exemple une chute sur le côté, un choc ou encore un traumatisme sportif.
  • Une scoliose ou d’autres maladies de la colonne vertébrale.
  • Avoir des jambes de longueur différente.
  • Une polyarthrite rhumatoïde
  • Une opération chirurgicale de la hanche .
  • Des « éperons » osseux ou des dépôts de calcium dans la hanche.

Symptômes
Les symptômes sont :

  • Douleur au niveau du bassin et de la hanche à l’extérieur.
  • Douleur qui s’étend de la hanche à la cuisse, mais qui ne va pas jusqu’aux genoux.
  • La douleur empire la nuit, ou lorsqu’on s’appuie sur le côté.
  • Les symptômes s’aggravent si l’on reste longtemps debout, si l’on est resté longtemps assis ou bien lorsque l’on effectue certaines activités comme par exemple monter des escaliers et s’accroupir.

Traitement
En général, pour soigner une bursite il faut rester au repos. Mais l’on peut aussi soulager la douleur et réduire le gonflement grâce à de la glace et aux médicaments.
Autres thérapies utiles : les ultrasons, l’ostéopathie, les infiltrations de cortisone et, dans de rares cas, la chirurgie.
Prévention
Les étirement avant de faire des exercices, le renforcement musculaire, et le repos lorqu’on fait des activités répétitives permettent de prévenir la bursite.

 

Infection de la prothèse de la hanche

Une arthroplastie de la hanche comporte des risques comme toutes les autres interventions chirurgicales. Un petit pourcentage de patients peuvent en effet développer une infection après l’opération.
La hanche peut s’infecter autour de la blessure ou autour de la prothèse.
L’infection peut se développer pendant le séjour à l’hôpital ou pendant la convalescence et peut se déclarer plusieurs mois voire années après l’hospitalisation.
Les infections sont causées par des bactéries. Même si elles sont abondantes dans la zone gastro-intestinale et sur notre peau, elles sont normalement bien contrôlées par le système immunitaire.
Par exemple, lorsque les bactéries se répandent dans notre sang, notre système immunitaire réagit et tue les bactéries qui l’envahissent.
Malgré tout, puisque les prothèses sont en métal et en plastique , il est difficile pour le système immunitaire de combattre ces bactéries.
Malgré les antibiotiques et les traitements préventifs, les patients qui ont une prothèse articulaire infectée ont souvent besoin d’une intervention chirurgicale pour soigner l’infection.
Causes
Les bactéries les plus communes rentrent dans notre corps de différentes manières :
par des blessures, par des opérations dentaires (par exemple une extration dentaire) et par des blessures d’autres interventions chirurgicales.
Certaines personnes ont un risque plus élevé de contracter une infection lors d’une opération chirurgicale de la hanche .
Les facteurs qui augmentent le risque d’infection sont :

  • Les déficits immunitaires (comme le VIH et le lymphome)
  • Le diabète « sucré »
  • Les problèmes vasculaires (comme la mauvaise circulation du sang au niveau des mains et des pieds)
  • Les traitements immunosuppreurs (comme la chimiothérapie ou les médicaments à base de cortisone)
  • L’obésité

Symptômes

  • Augmentation de la douleur ou une certaine rigidité dans une articulation  qui fonctionnait parfaitement avant.
  • Gonflement
  • Chaleur et rougeur autour de la blessure
  • Drainage de la blessure
  • Fièvre, frissons et transpirations la nuit
  • Fatigue

Traitement
Traitements non chirurgicaux
Dans certains cas, seule la peau ou les tissus « mous » situés autour de l’articulation s’infectent mais l’infection ne se diffuse pas en profondeur. Ces infections sont appelées « infections superficielles ». Le médecin peut prescrire des antibiotiques par voie orale ou alors des antibiotiques par intraveineuse.
Si l’infection est détectée à temps, ce traitement a un taux de réussite satisfaisant pour les infections superficielles.

Traitements chirurgicaux
Les infections qui pénètrent en profondeur dans l’articulation artificielle requièrent pratiquement tout le temps une intervention chirurgicale.
Les infections profondes qui sont détectées dès le début (quelques jours après leur apparition) peuvent parfois être soignées grâce à un lavage chirurgical de l’articulation.
Lors de cette procédure, nommée débridement, le chirurgien enlève tous les tissus « mous » qui ont été contaminés.
La greffe est nettoyée soigneusement et les morceaux de plastique sont remplacés.
Après l’intervention, des antibiotiques sont prescrits pour une durée de 6 semaines environ.
En général, plus l’infection a été présente longtemps, plus il devient difficile de soigner le patient sans retirer la greffe.
La première phase de ce traitement comprend :

  • On enlève la greffe
  • On lave les cartilages et les tissus mous
  • On positionne un spacer (implant provisoire avec antibiotique)
  • On prescrit des antibiotiques

 

 

                                               Douleur profonde à la hanche

 

Luxation de la hanche

Une luxation de la hanche se produit lorque la tête du fémur sort de sa zone anatomique à l’intérieur du bassin (acetabolum).
C’est deux parties forment l’articulation de la hanche.
Causes
La luxation de la hanche est relativement rare, et elle est accompagnée de lésions graves.
Cet accident survient souvent avec des fractures pelviennes.

Une hanche normale est stable et forte.
Une luxation de la hanche peut survenir après un choc violent, par exemple après une chute grave, notamment en hauteur ou en cas d’accident avec un véhicule à moteur.
Facteur de risque

  • Une précédente intervention chirurgicale de la hanche
  • Une forme anormales des os
  • Un abus d’alcool
  • Un faible contrôle des muscles ou une faiblesse.

Symptômes
Les symptômes comprennent : Des douleurs à la hanche, surtout lorsqu’on tente de bouger la jambe .On ressent de la douleur ou un certain engourdissement le long de la zone innervée par le nerf sciatique (la partie arrière de la cuisse) si les tissus pressent sur ce nerf. Ainsi le membre inférieur du côté touché semble plus court que l’autre. La hanche a alors un aspect déformé.
Diagnostic
Le médecin analyse les symptômes, comment l’accident est arrivé et il examine tout le membre inférieur.
Les examens les plus indiqués sont la radiographie et le scanner.
Traitement
La première chose à faire est de réduire la luxation.
L’orthopédiste doit manipuler la hanche pour la remettre à sa place.
On peut adminitrer certains médicaments pour permettre au patient de se détendre.
Si la réduction de la luxation ne fonctionne pas, il se peut qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire.
La réduction ouverte (par opération chirurgicale) est nécessaire si la cuisse ou les os pelviens sont fracturés.
Prévention
Ils existent certaines règles à suivre pour prévenir la luxation de la hanche.
La plupart des luxations proviennent de blessures sportives ou d’accidents de la route.
Pour réduire les risques, il faut respecter les règles suivantes :

  • Mettre la ceinture de sécurité en voiture
  • Respecter les limitations de vitesse etle code de la route
  • Ne pas boire d’alcool
  • Mettre l’équipement adapté au sport pratiqué.

 

Fracture de la hanche

Une fracture de la partie supérieure du fémur signifie une rupture de l’os de la cuisse juste sous l’articulation de la hanche.
L’articulation de la hanche est constituée de la tête du fémur et de l’acetabolum du bassin.
Les fractures se constatent en général dans le cou du fémur à 1 ou 2 cm de la tête.
Causes
Les facteurs qui peuvent provoquer une fracture de la hanche sont :

  • Les chutes ( la cause la plus fréquente)
  • L’ostéoporose
  • Les accidents de voiture
  • Les traumatismes graves
  • Les fractures causées par le stress (pour les sportifs)
  • Les pathologies de l’os comme l’ostéomalacie
  • Les tumeurs osseuses

( Les trois derniers cas sont rares.)

Les facteurs de risque
Les facteurs de risque d’une fracture de la hanche sont :

  • Une précédente fracture de la hanche chez les personnes agées de plus de 65 ans,
  • La ménopause, chez les femmes,
  • L’hérédité,
  • Une mauvaise alimentation,
  • Carence en calcium et vitamine D,
  • Une maigreur excessive,
  • Une inactivité physique,
  • Une faiblesse musculaire,
  • Une mauvaise coordination, et un mauvais équilibre,
  • Le tabac,
  • L’abus d’alcool,
  • Les maladies chroniques,
  • La maladie de parkinson,
  • L’ictus,
  • Les infirmités mentales (parmis lesquelles la maladie d’Alzheimer),
  • Les problèmes de vue,
  • Certains médicaments qui causent des vertiges ect …

Symptômes

Les symptômes comprennent des douleurs à la hanche, des difficultés ou une incapacité à rester debout très longtemps ainsi qu’une difficulté à marcher ou à bouger la hanche.
La jambe a un aspect anormal, elle semble plus courte et est tournée vers l’extérieur.

Diagnostic
Le médecin doit connaître les symptômes ainsi que les circonstances exactes de l’accident avant de commencer l’examen physique.
L’examen le plus adapté est la radiographie, mais dans les cas les plus compliqués le médecin peut prescrire la résonance magnétique (IRM).

Traitement
L’objectif est de recommencer à marcher le plus vite possible , pendant que l’os cassé est en train de guérir.
Chez les patients les plus âgés, rester au lit de nombreux jours peut causer de graves complications.
Le traitement prévoit souvent une intervention chirurgicale pour aligner et souder les fragments d’os.
Depuis qu’on réalise des interventions chirurgicales pour réparer les fractures de la hanche, le taux de mortalité lié à cette lésion a chuté.

 

Dysplasie congénitale de la hanchedysplasie

La dysplasie congénitale de la hanche est un problème de développement de l’articulation de la hanche.
Il est en général présent depuis la naissance et il est plus souvent présent chez les filles.
Si la dysplasie congénitale de la hanche est diagnostiquée et soignée à temps chez les nouveau-nés le taux de réussite est excellent, en revanche si celle ci est diagnostiquée en retard , le traitement est plus complexe et le taux de réussite est plus faible.
Qu’est ce qui cause la dysplasie congénitale de la hanche ?
La cause exacte n’est pas facile à définir , mais on pense qu’ils existent différents facteurs qui contribuent au développement de cette pathologie.
La dysplasie de la hanche se constate sur 0,4% des naissances , et elle est plus fréquente chez les filles à la naissance.
Voici quelques facteurs de risque :

  • enfants qui ont dans leur famille des cas de dysplasie de la hanche
  • enfants nés en position podalique
  • enfants nés avec d’autres troubles musculo–squelettiques
  • problèmes de laxité des ligament

Symptômes

Les premiers signes cliniques de dysplasie congénitale de la hanche s’identifient pendant l’examen du nouveau-né.
Le test classique est le signe (ou manoeuvre) d’Ortolani qui consiste en l’abduction, déplacement vers l’extérieur et rotation extérieure, de la hanche.
Si pendant ce test il se sent un « clic » et un ressaut, il est probable que le nouveau-né souffre de dysplasie congénital de la hanche, mais pour avoir un diagnostic approfondi, il faut effectuer également l’échographie.
Qual est le traitement pour la dysplasie congénital de la hanche?
Le traitement dépend de l’âge de l’enfant.
L’objectif est ce de positionner l’articulation de la hanche correctement.
Après une réduction proportionnée, le médecin tient la hanche dans cette position pour permettre au corps de s’adapter à la nouvelle position.

 

Douleur de la hanche postérieure

La douleur de la hanche dans la partie arrière est causée fréquemment par le syndrome pyramidal.
Le syndrome pyramidal est une cause fréquente de douleur postérieure de la hanche. Cette douleur est ressentie en profondeur dans la fesse.
Les symptômes s’aggravent en étant assis, en courant et se tournant dans le lit.
Le test pour savoir si le muscle piriforme est la cause de la douleur prévoit l’extra rotation active de la hanche ou la rotation interne passive.
La douleur peut se propager vers le bas et la partie arrière de la cuisse.
Dans certains cas le muscle piriforme s’enflamme et presse sur le nerf sciatique en causant des symptômes similaires à une hernie discale.
Le muscle est douloureux lors de la palpation et en l’étirant (flexion de la hanche et rotation interne).
Le traitement le plus indiqué est un massage profond du tissu de la zone, l’étirement du muscle piriforme, le renforcement des rotateurs et des abducteurs de la hanche.
Les temps de guérison peuvent devenir longs, surtout si on ne suit pas immédiatement le traitement correct. Avant de guérir, il peut se passer des semaines.

Les fractures de la hanche et du bassin se présentent à la suite de chutes ou à cause d’une grave ostéoporose. Elles sont fréquentes aussi chez les coureurs. La douleur profonde qui empire avec la course ou en sautant et qui s’aggrave avec le temps doit faire soupçonner une fracture de stress.
L’engourdissement de l’os est un signal.
La radiographie ne peut pas montrer une fracture de stress pensant les 3 à 4 premières semaines, l’IRM peut donc être utile pour observer la fracture de l’os.
La plupart des fractures de stress peut être traitées simplement par le repos, toutefois, certains cas sont plus graves et le recours aux béquilles ou à une intervention chirurgicale peut être nécessaire.
La fracture de stress se présente généralement à cause d’une erreur pendant l’entrainement (en courant trop ou trop rapidement).
Une bonne règle est ne pas augmenter la durée, la fréquence et l’intensité de l’entrainement de plus de 10% chaque semaine. Les femmes ménopausées ont un risque accru de développer des fractures de stress.

La fibromyalgie est un syndrome de fatigue chronique associée à une douleur musculaire diffuse et à une rigidité qui peuvent causer un malaise significatif dans tout le corps.
Parmi les parties les plus douloureuses (tender points), il y a  des zones de la partie arrière de la hanche, derrière la partie supérieure du bassin.
D’autres symptômes incluent : troubles du sommeil, crampes musculaires, spasmes, engourdissement de plusieurs groupes musculaires dans tout le corps et faiblesse.

La sciatique ou inflammation du nerf sciatique peut se présenter aussi avec une douleur de la hanche et un fourmillement dans le membre inférieur jusqu’au pied.
Il y a différentes raisons qui causent l’inflammation du nerf sciatique, comme :

  • Le canal lombaire étroit provoquée par l’arthrose de la colonne vertébrale lombaire,
  • La rupture des disques intervertébraux,
  • Les spasmes des muscles qui supportent le dos.