Tendinite ou inflammation des tendons

La tendinite est une inflammation du tendon, ce tissu est composé par un tissu connectif très résistant et lie les muscles aux os en transmettant la force qui permet le mouvement.

Le muscle a une structure plus faible, mais en cas de lésion il se auto-répare beaucoup plus rapidement.
La gaine tendineuse est essentiellement une bourse allongée qui entoure un tendon. Comme les bourses, même les gaines aident à réduire la friction dans une zone particulière.


Tendinite épaule, chef long, biceps, inflammation, douleur
Tendinite à l’épaule pour la joueuse de volleyball
© Gino Santa Maria – Fotolia.com

Les tendons sont recouverts et glissent à l’intérieur d’une gaine fibreuse et dans certains cas dans une gaine synoviale. Les gaines synoviales sont divisée dans un feuillet viscéral interne et un pariétal externe ; parmi les feuillets et parmi les gaines il y a un liquide synovial qui favorise le glissement. Les tendons qui n’ont pas une gaine synoviale, généralement sont contenus dans une structure composée par un tissu fibrillaire élastique lâche appelé Paraténon.

Le liquide synovial est nécessaire pour le nutriment et pour réduire la friction pendant le mouvement. Quand le tendon bouge, il produit de l’énergie cinétique qui se transforme en énergie thermique ; la fonction synoviale est de disperser la chaleur produite. En cas de tendinite, la quantité de ce liquide diminue et la température peut arriver aussi à 45° en causant une nécrose et une métaplasie ténocitaire.
Les ténocytes se transforment en cellules fibreuses plus résistantes qui sont capables de soutenir cette situation. Si les ténocytes deviennent plus épais, le tendon est plus raide et peut se léser plus facilement ; si au contraire il est plus élastique il pourrait s’allonger sans dommages. La ténosynovite est le premier stade de la souffrance du tendon, dû généralement à la charge prolongée contre la force de gravité ; c’est rare dans la vie quotidienne, normalement elle touche les sportifs.
Les amateurs sont particulièrement intéressés car ils courent trop mal et trop rapidement.

En cas de tendinopathie, il y a un infiltré périvasculaire de cellules inflammatoires qui attaquent la structure tendineuse en la décomposant, par conséquent le tissu n’est pas homogène et l’orientation parallèle des fibres est affectée et enfin on a un épaississement du tendon.

Si l’inflammation devient chronique, des changements chimiques interviennent sur le tendon et modifient le Ph, ce qui comporte un dépôt de sels de calcium au niveau local. Dans la première phase la calcification est un stade réversible car elle consiste dans la déposition de cristaux d’oxydé de calcium.

Au niveau de l’épaule elle se produit plus fréquemment par rapport aux autres zones corporelles. Ce corps étrange frotte contre les tendons pendant le mouvement en causant une inflammation et donc une autre précipitation de sels de calcium.

L’examen le plus approprié est la radiographie, normalement elle est suffisante pour souligner une calcification. Le traitement le plus indiqué est le lithotripteur (ondes de choc). Si on n’intervient pas avec les traitements adéquats, on passe à la phase de consolidation.

Ce deuxième stade n’est pas réversible avec la physiothérapie.

Tendinite hanche, tendon, rotulien, inflammation, douleur, tendinite, tendinose, retour, jouer, traitement, match, lésion, mal, fatigue, gonflement, œdème, sportif, athlète, basket, football, saut
Douleur dans la pubalgie

Il est difficile d’identifier une calcification, même avec le lithotripteur car on arrive à faire un diagnostic seulement dans le deuxième stade, mais il faut faire attention car dans la plupart des cas la calcification n’est pas la cause de la douleur forte.

Le tendon peut se léser au niveau de la jonction myotendineuse, au niveau du ventre ou à l’enthèse (insertion du tendon-os) ; ces dernières sont les plus fréquentes, dans ces cas on parle de tendinopathie d’insertion. L’examen le plus adéquat pour vérifier la présence de la tendinite est l’écographie.

Dans le processus de guérison des tendons on distingue trois phases :

  • Phase inflammatoire ou aiguë (0-6 jours) ;
  • Phase de la synthèse du collagène (5-20 jours) ;
  • Phase de la cicatrisation biologique (à partir de 20 jours).

Les tendinites peuvent toucher les membres supérieurs de l’épaule aux doigts et les membres inférieurs, surtout le genou et la cheville. Rarement on traite une pathologie tendineuse à la charge du dos et du cou ; la lombalgie et la cervicalgie sont provoquées généralement par des contractures, des adhérences, des articulations mal alignées et par des lésions du disque intervertébral.

La tendinopathie peut être classifiée en :

  • Tendinite : c’est une inflammation aiguë qui se produit dans la gaine fibreuse qui recouvre le tendon, donc le terme correct est péritendinite. Ceci se vérifie car le tendon n’est pas vascularisé ;
  • Ténosynovite: c’est une inflammation de la fine membrane synoviale de glissement qui recouvre le tendon ;
  • Tendinopathie d’insertion ou enthèsite: elle concerne la jonction entre l’os et le tendon ;
  • Tendinose: c’est un phénomène dégénératif chronique dans lequel le tendon devient plus faible ou moins chronique. Elle n’indique pas une inflammation, même si cette dernière se produit quand une tendinite est mal soignée.

Le symptôme de la tendinite est la douleur à la pression, pendant le mouvement et le stretching.

 

Causes de la tendinite

 La cause primaire est la surcharge fonctionnelle, soit un emploi excessif. Les tendinites des membres inférieurs sont causées aussi par des facteurs de type anatomique :

  • Décalage, antéro-version/postéro-version du bassin ;
  • Dysmétrie réelle des membres inférieurs ;
  • Déséquilibres musculaires (fléchisseurs et adducteurs trop faibles) ;
  • Raideur musculaire.

Il existe aussi des causes externes au corps.

  • Entraînement non précédé par une phase de réchauffement ;
  • Gestion mauvaise des charges pendant un entraînement ;
  • Acte sportif effectué incorrectement ;
  • Type de chaussures ;
  • Terrain de jeu.

Même l’âge peut favoriser une tendinite, en effet après 35 ans les tendons se raidissent.