Déchirure musculaire

Qu’est-ce qu’une déchirure musculaire ?
La déchirure musculaire (ou lésion musculaire) est la rupture de toutes ou une partie des fibres du muscle, elle est également connue sous le nom de  claquage musculaire.

L’étirement ou élongation est fréquent dans les sports, il est provoqué par un allongement des fibres musculaires au delà de leur limite physiologique, c’est une alteration seulement fonctionnelle du muscle et du tonus musculaire.
On parle de déchirure musculaire ou claquage musculaire en présence de fibres musculaires cassées, donc avec une lésion anatomique et une douleur terrible dans certains cas.


Lésion musculaire, évaluation, palpation, cuisse, quadriceps, sportifs , gymnase, footballeurs, athlètes, joueurs de volley-ball, joueurs de basket-ball, joueurs de tennis, cyclistes.
évaluation d’une lésion musculaire

La rupture ou l’interruption du muscle se produit lorsque la majeure part des fibres est endommagée.

Elle est très fréquente chez les sportifs, leur incidence varie entre 10 % et 35 % du nombre total de blessures dans le milieu sportif.

Les lésions musculaires peuvent résulter :

  • d’un traumatisme direct si le muscle est touché par une force qui vient de l’extérieur (par exemple, un contraste dans le football), la lésion est plus grande si le muscle est contracté.
  • Si elle est provoquée  par un traumatisme indirect, il n’y a pas de force extérieure, le muscle est simplement incapable de faire face à un étirement passif trop rapide (par exemple un coup de pied à vide peut léser un muscle fléchisseur de la jambe  : biceps fémoral, semi-tendineux et semi-membraneux) ou de faire face à une soudaine contraction d’un muscle détendu.

Les athlètes les plus touchés sont ceux qui pratiquent : football, football américain, course sur de courtes distances, saut, baseball et musculation.
Les muscles qui se blessent le plus souvent sont dans les membres inférieurs, en particulier le triceps sural et ceux qui s’insèrent sur le genou : les ischio-jambiers (muscles postérieurs de la cuisse) et le quadriceps fémoral.

Le muscle quadriceps est composé de 4 parties, celle qui se lésionne le plus souvent est le droit fémoral, tandis que les 3 autres (vaste médial, vaste latéral et vaste intermédiaire) ne se lésionnent généralement pas.
Les footballers peuvent avoir une déchirure aux muscles abducteurs de la cuisse (à l’intérieur).
Dans le bras, les muscles les plus touchés sont les biceps, les pectoraux et le deltoïde qui peuvent se déchirer de l’épaule.

Il est rare de voir un patient se présenter au cabinet avec une lésion des muscles :

  • Abdominaux,
  • Dorsaux
  • Lombaires (partie basse du dos).
  • Trapèzes
  • De l’avant-bras
  • De la main
  • De la fesse

La déchirure musculaire est rare chez les enfants et chez les personnes âgées.

 

Une déchirure des fibres musculaires implique un déversement important de sang, qui, dans  les cas les moins graves, reste confinée à l’intérieur du muscle, tandis que dans les cas les  plus importants, un hématome se forme  parce que le muscle est abondament vascularisé.
La lésion se forme généralement au niveau des extrémités du muscle,elle se voit rarement au milieu du ventre du muscle.

Il ne faut pas confondre ces blessures avec des crampes qui sont seulement des contractions involontaires, brusques et soudaines qui sont ressenties lors d’un effort de haute intensité ou durant la  nuit.
Pour prévenir les crampes, il faut faire un bon échauffement avant l’activité sportive, stretching et dans certains rares cas de carence il faudra assumer des sels minéraux.

 

 

 

Quelles sont les causes d’une déchirure musculaire  ?

Anatomie muscles, antérieur, avant, cuisses, quadriceps, tibial antérieur, rotule, tendon rotulien, muscle soléaire, tibial postérieur, Achille, sportifs, gymnase, footballeurs, athlètes, volley-ball, basket-ball, tennis, cyclisme.
muscles antérieurs du membre inférieur
© Andreas Meyer – Fotolia.com

Les raisons qui conduisent à une déchirure peuvent être nombreuses.
Les facteurs externes sont principalement la basse température et le terrain de jeu qui n’est pas optimal.
Les facteurs internes sont :

  • Déséquilibres musculaires,
  • Echauffement insuffisant,
  • Faible niveau d’entrainement,
  • Déficit d’élasticité,
  • Blessures musculaires précédentes,
  • Fatigue causée par l’entrainement excessif suivi de temps de récupération trop court.

Parmi les causes moins importantes, il y a le manque de sels minéraux, la mauvaise exécution du geste athlétique et une mauvaise coordination.

 

Quels sont les signes et les symptômes de la déchirure musculaire ?

L’Association Médical Américaine  (Craig, 1973) divise les blessures musculaires en trois niveaux differents:

  • Lésion du premier degré: étirement de l’unité musculo-tendineuse qui provoque la rupture ou la lacération de certaines fibres musculaires et tendineuses.
  • Lésion du second degré : rupture ou effilochage d’une partie des fibres musculaires, mais sans interruption complète de l’ unité musculo-tendineuse, les deux souches ont des bords irréguliers et déchiquetées.
  • Lésion du troisième degré: rupture totale de l’unité musculo-tendineuse.

Dans les lésions de premier degré, la douleur est minime, aggravé par l’exercice et l’étirement du muscle. Le mouvement et la force restent presque normal.
La douleur apparaît après la fin de l’entraînement.
Dans les lésions du second degré, la douleur est plus intense parce que le dommage touche un plus grand nombre de fibres en comparaison avec les blessures mineures.
La douleur se produit immédiatement, dès que l’entrainement commence, mais les athlètes après l’échauffement réussissent à finir l’entrainement ou la compétition, sans problèmes particuliers, ce qui est très risqué parce qu’en continuant l’activité, ils risquent d’aggraver le tableau clinique.
Lorsque le muscle est froid, les symptômes apparaissent avec la contraction et l’étirement.
On remarque beaucoup de raideur dans la partie du corps touchée.
Dans les lésions du troisième degré, il y a la rupture du muscle ou de la majeure partie,
la douleur est très intense et empêche la poursuite de la compétition ou de l’entraînement, elle est également ressentie en appuyant sur la zone touchée.
Sur la zone lésée, apparaît un hématome de grandes dimensions.
A la palpation, on sent un affaissement au niveau de la lésion.
Le patient a rarement de la fièvre après une lésion importante

 

 

Comment obtient-on le diagnostic de la déchirure musculaire ?

échographie de l'épaule
échographie de l’épaule

Il est fondamental de s’adresser à un spécialiste qui sera comment faire le bon diagnostic et évaluer la gravité du cas, car le traitement dépend du type et de la taille de la blessure.

Pour obtenir le diagnostic des lésions  musculaires, une échographie musculo-tendineuse généralement est effectuée,  grâce aux images il sera possible de voir l’endroit de la lésione et sa dimension.

L’échographie d’une déchirure musculaire montrera une zone hypoéchogènes ou noire, qui correspond au sang qui s’est échappé. Ce résultat représente l’hématome liquide qui se forme à cause de la ruptures des capillaires à l’intérieur des muscles. Si l’échographie est effectuée  lorsque la plaie est fermée, l’image montre une zone  hyperéchogènes ou  blanche qui correspond au tissu fibreux cicatriciel produit par le corps pour refermer la plaie.

Une IRM est rarement effectuée.

Le problème est que l’on peut rencontrer dans les lésions profondes sur des muscles très développés comme ceux des athlètes (par exemple dans les quadriceps d’un footballeur).
Dans ces cas l’examen clinique doit se baser sur l’anamnèse, l’instant d’apparition de la douleur (pendant ou après l’entrainement), le type de gêne (localisée ou généralisée) et la sensation ressentie pendant la palpation.


Si un athlète dit que la douleur est apparue après l’entrainement et qu’elle était diffuse, il est probable qu’il s’agisse seulement d’une contracture, tandis que s’il n’a pas pu terminer la competition  ou l’entraînement en raison des symptômes et qu’à la palpation il y a un affaissement,on pourra penser à une déchirure.

 

Que faut-il faire en cas de déchirure musculaire ? Le traitement pour la déchirure musculaire

Le traitement des blessures musculaires est personnalisé selon le type et la taille des dommages.

La prescription médicale est nécessaire pour les traitements de physiothérapie qui accélèrent la guérison, évitent ou réduisent la formation de  cicatrices et contribuent à la prévention des récidives.

 

déchirure, lésion, étirement, mollet, taping, kinesio, thérapie, drainage, relaxation
Taping pour déchirure du mollet

Taping: action : relaxation. Forme : une bande en forme de  » Y  ». Longueur : part d’en dessous du talon jusqu’à la cavité poplitée. Appliquer le ruban sans tension, partant un peu en dessous du talon et mettant en élongation le  mollet. Avec le tape envelopper la partie extérieure des ventres musculaires des jumeaux.

Dans le cas de lésion anatomique, traitement dans les 24/48 heures est le protocole RICE (Rest, Ice, Compression, Elevation) c’est-à-dire  un traitement qui empêche l’aggravation de la lésion et de l’inflammation.

Ce protocole prévoit : repos, glace 3/4 fois par jour pendant 20 minutes, le bandage et l’élévation du membre.

 

Traitement pharmacologique pour la déchirure musculaire 

En général, les médecins conseillent des médicaments myorelaxants et analgésiques, ces derniers sont préférables aux anti-inflammatoires (AINS), car l’inflammation post blessure est un mécanisme physiologique de réparation du corps humain, elle ne doit donc ne pas être entravée par des médicaments.

Si le patient a une très grande déchirure à un muscle du mollet (par exemple le muscle gastrocnémien ou le jumeau interne) et doit utiliser des béquilles pour marcher, le médecin prescrit de l’héparine (anticoagulant) jusqu’à ce que le patient réussisse à appuyer le poids sur jambe blessée.
De cette manière, on évite la thrombose veineuse profonde.

 

Remèdes naturels, exercices de rééducation et de physiothérapie pour la déchirure musculaire 

L’athlète devra rester loin du terrain d’entrainement pendant un temps variable,  en fonction de l’importance de la lésion, cela peut aller d’une semaine à deux mois.
En ce qui concerne la déchirure, le muscle ferme la lésion formant une cicatrice fibreuse, c’est-à-dire un tissu conjonctif moins élastique que le muscle.

Après les premiers jours qui suivent le traumatisme, le Massage transversal profond (ou cyriax) et une prudente  mobilisation sont nécessaires pour maintenir l’élasticité musculaire et aider à aligner les fibres du tissu cicatriciel.
Il est important de ne pas masser la zone de la lésion, tant que la cicatrice ne s’est pas formée, car il y a risque d’aggraver le tableau clinique. Le massage peut se faire sur la zone  en amont et en aval.
Le principe de la contraction excentrique est que la lésion se produit généralement avec ce mécanisme, il faut  donc habituer le muscle à résister à ces conditions caractérisées par un travail anaérobie.

Vidéo d’un exercice excentrique des muscles fléchisseurs de la cuisse (zone arrière), les muscles s’allongent tandis qu’ils sont contractés pour freiner la chute.

<iframe src= »http://www.youtube.com/embed/TuDJip3XH2E » width= »560″ height= »315″ frameborder= »0″ allowfullscreen= »allowfullscreen »></iframe>

Si le muscle est immobilisé, la cicatrice se forme avec les fibres qui peuvent aller dans toutes les directions, si au contraire le muscle est maintenu en mouvement, les  fibres du tissu conjonctif qui se forment ont une disposition selon les  lignes de force et sont plus élastiques.
En cas de rupture complète du muscle, il faudra se référer à un chirurgien car une opération peut s’avérer nécessaire.

Tecartherapy, déchirure, élongation, musculaires, lésion, hématome, cicatrice
Tecar thérapie pour la déchirure musculaire

La physiothérapie instrumentale est indiquée avec le  CO2 Laser, ultrasons et thérapie Tecar, en outre, dès que la lésion s’est refermée, une activité destinée à rendre le muscle plus élastique et à prévenir les récidives est nécessaire : les étirements et le renforcement excentrique sont donc importants.

Est-ce qu’il vaut mieux le chaud ou le froid lors d’une déchirure musculaire ?

Pendant les 24 heures après la blessure, von ne peut mettre qu’une poche de glace pour refroidir légèrement la zone.
Après une journée, il est conseillé de garder la bouteille d’eau chaude pour faciliter l’absorption de l’hématome et la formation de tissu fibreux qui remplace le muscle.

Pronostic et temps de récupération pour les patients souffrant d’une déchirure musculaire 

Pour éviter de reprendre les entraînements et les compétitions  trop tôt, il est conseillé d’effectuer une échographie à la fin du cycle de traitement, si la lésion ne s’est pas refermée, il ne faut pas cesser d’effectuer la physiothérapie car  on court le risque d’augmenter la gravité du problème.

Le principe de la contraction excentrique est que la lésion se produit généralement avec ce mécanisme, il faut  donc habituer le muscle à résister à ces conditions caractérisées par l’étirement du muscle lorsqu’il est contracté.ù

L’échographie montre la taille de l’hématome qui se forme en raison de la blessure, mais la taille de la déchirure peut être plus petite et ne se voit pas parce que le sang qui est sorti cache la blessure.
Le temps de récupération pour une déchirure musculaire est d’environ 1 mm par jour, mais il faut bien lire le rapport de l’échographie.
Les traitements permettent de réduire l’épanchement de sang de 1mm à chaque session, mais il n’est pas possible d’avoir des données précises sur la lésion.

Est-il possible que la douleur reste même si l’échographie de  contrôle montre que la lésion est fermée ?

Oui, cela dépend de la taille de la lésion, mais avec des blessures d’environ 2 cm ou plus, il est normal qu’il y ait un peu de gêne.

Généralement, les footballeurs reprennent leur activité en s’entrainant et de faisant les compétitions comme avant, il faut d’abord commencer avec un entrainement différencié et progressivement reprendre l’activité normale.

Généralement la douleur ou la gêne disparaît en un ou deux mois.

 

Dr. Massimo Defilippo Fisioterapista Tel 0522/260654 Defilippo.massimo@gmail.com
P. IVA 02360680355

http://www.facebook.com/fisioterapiarubierese?ref=hl

Home

© Scott Maxwell – fotolia.com

Laisser un commentaire