Fracture du radius

La fracture du radius distal est un accident relativement fréquent qui signifie la fracture de l’un des deux os longs de l’avant-bras au niveau du poignet.

L’avant-bras se compose de deux os longs qui se trouvent l’un à côté de l’autre : le radius et l’ulna. Le radius se trouve sur le côté du pouce et forme deux articulations, l’une avec l’ulna et l’autre avec plusieurs petits os du poignet.
En cas de chute sur la main avec le poignet tendu, le choc se décharge sur le radius.

poignet,radius,ulna,fracture,modèle,anatomie,main,avant-bras,rupture
Anatomie du poignet

Quand cette force est excessive, une fracture de l’os peut se produire.
La fracture distale du radius est fréquente chez les personnes âgées, mais aussi chez les patients plus jeunes. La fracture du radius se produit souvent en même temps que la fracture d’autres os comme l’ulna et le scaphoïde. Les sujets les plus touchés sont les personnes âgées de plus de 65 ans, car leurs os sont plus faibles et subissent plus facilement des traumatismes après une chute.

La fracture en bois vert du radius est fréquente chez les nouveau-nés et les enfants. Elle provoque la lésion de la partie intérieure de l’os, tandis que le périoste (membrane externe) reste intact.

La fracture du radius peut se produire du côté droit ou du côté gauche avec les mêmes probabilités. Elle est rarement bilatérale.

 

Causes de la fracture du radius

En général, la fracture du radius se produit en raison d’un traumatisme du poignet qui doit soutenir le poids du corps, comme lors d’une chute main tendue. Cela peut se produire suite à tout type de chute, mais plus fréquemment quand on pratique des sports comme le skateboard ou le snowboard (particulièrement sur la glace) car la chute sur une surface dure peut provoquer de nombreux dommages.

 

Signes et symptômes de fracture du radius

Généralement, les patients qui souffrent de cette lésion ressentent une douleur aiguë et soudaine au poignet ou à l’avant-bras lors de l’accident. À partir de ce moment, le patient tient le bras appuyé sur la poitrine pour protéger le poignet.

On ressent la douleur au niveau du poignet et de l’avant-bras du côté du pouce.
Les symptômes peuvent se stabiliser rapidement. Les patients ressentent une gêne dans la zone de la lésion, particulièrement intense la nuit ou le matin au réveil.

Les patients qui souffrent d’une fracture radiale peuvent aussi observer un gonflement et ressentir des douleurs au toucher dans la zone de l’os fracturé.
La souffrance peut augmenter quand on effectue certains mouvements du poignet, par exemple en serrant le poing ou en appuyant le poids sur le poignet lésé, comme quand on se lève du lit.
On peut observer une difformité évidente en cas de fracture grave du radius (avec déplacement de l’os).

 

Complications de la fracture du radius

La fracture du radius distal peut provoquer les complications suivantes :

  • La lésion ou l’élongation du nerf médian : cette complication se produit en raison d’un défaut de consolidation osseuse (mauvaise soudure). Le dommage peut se produire quand l’os se casse, car le coup provoque un traumatisme violent au nerf, ou à cause de la compression de l’hématome ou du gonflement. La conséquence peut être le syndrome du canal carpien, des fourmillements, la perte de force et de sensibilité du pouce, de l’index et du majeur ;
  • L’arthrose au niveau du poignet entre le radius et l’ulna ou entre le radius et les os du carpe ;
  • Les fragments osseux ne se reconsolident pas correctement, par exemple quand un fragment forme un angle anormal par rapport aux autres ;
  • La pseudarthrose (défaut de consolidation des fragments de la fracture) ;
  • La rigidité du poignet et des doigts ;
  • La rupture d’un tendon, en particulier du long extenseur du pouce ;
  • Le syndrome de Sudeck ou algodystrophie : ostéoporose et douleurs chroniques se manifestent au niveau de la zone lésée.

 

Diagnostic de fractures distales du radius

Fracture du radius
Fracture du radius

Un bon diagnostic commence par des examens adéquats comme la radiographie initiale, des contrôles et éventuellement des examens avancés en 3D.
Le scanner peut s’effectuer afin d’évaluer l’alignement des fragments ou l’état de l’articulation.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est moins fréquente. Toutefois, elle peut être prescrite afin d’exclure des lésions des ligaments ou d’autres os du poignet, comme le scaphoïde.

En général, le médecin conseille à toutes les femmes de plus de 50 ans qui souffrent d’une fracture du poignet d’effectuer une ostéodensitométrie afin de mesurer et d’évaluer le degré d’ostéoporose.

La fracture n’est pas déplacée si elle est incomplète ou si les fragments de l’os restent dans leur position anatomique.
En cas de fracture déplacée, c’est-à-dire quand les fragments de l’os ne sont pas alignés, l’orthopédiste doit effectuer une « réduction » en manipulant les fragments pour les repositionner de manière correcte.
Si la réduction peut être réalisée, il faut répéter l’examen diagnostique (la radiographie ou le scanner) après celle-ci afin de s’assurer que la position ou l’alignement des fragments osseux ne se modifie pas au cours de la première phase de guérison.
Les fractures instables à cause de l’ostéoporose ou de la présence de nombreux fragments peuvent avoir une perte de réduction. Dans ce cas, il faudra répéter les rayons X une fois par semaine.

Les fractures plus stables ont moins souvent besoin de radiographie de contrôle, qui s’effectue quand on enlève le plâtre.
Si la fracture ne peut être réduite de manière acceptable ou si elle est gravement instable et risque de se déplacer même en cas d’immobilisation par plâtre, le médecin peut conseiller l’opération chirurgicale afin de réduire et de stabiliser les fragments de fracture.
Cette opération s’effectue sous anesthésie locale.

 

Traitement de la fracture du radius

Les traitements de la fracture du radius distal ont énormément changé au cours des dernières années.
Les méthodes de traitement sont les suivantes : aucune réduction, réduction fermée par plâtre, chirurgie percutanée ou réduction à ciel ouvert.

 

Réduction fermée de la fracture du radius

La plupart des fractures déplacées sont traitées par réduction fermée et par stabilisation au moyen d’un plâtre.
La manipulation fermée des fractures déplacées est effectuée sous anesthésie afin d’éviter la douleur.
La plupart de ces fractures présentent un déplacement dorsal et proximal de l’épiphyse du radius, accompagné d’une difformité en extension de la paume de la main.
Le chirurgien effectue une manipulation douce en traction et en flexion de l’épiphyse distale (la partie la plus proche du poignet), du carpe et de la main.

Le périoste dorsal intègre est utilisé comme bande élastique afin d’aider la réduction et la stabilisation de la fracture.
La traction des doigts avec des poids est souvent contre-productive, contrairement à d’autres fractures semblables.
Toutefois, les tractions des doigts peuvent aider à stabiliser la main, le poignet et le bras pour la réduction et à maintenir le bras immobile pendant la mise en place du plâtre. L’extrémité du membre peut être soutenue par une attelle, afin de ne pas utiliser de poids.

 

Réduction fermée et fixation percutanée de la fracture du radius

Les indications pour la fixation percutanée des fractures distales du radius sont controversées.
Ce traitement est conseillé en cas de fracture déplacée accompagnée d’une neuropathie du nerf médian et d’un fort gonflement des tissus mous de la paume. Ces patients risquent de développer le syndrome du canal carpien ou le syndrome des loges dans l’avant-bras si l’on effectue une réduction fermée et que l’on applique un plâtre.
Le périoste lacéré à l’intérieur fait que la fracture saigne dans la zone médiale de l’avant-bras et du canal carpien.
Si l’on applique un plâtre serré sur cette zone, la pression peut augmenter de manière dangereuse.

La fixation percutanée des clous permet l’application d’un plâtre large sans risquer de désaligner les fragments. La fixation par des clous peut être simple ou double. La fluoroscopie est utilisée afin de guider la réduction de la fracture et de positionner le clou de manière correcte.

L’anesthésie est utilisée pour soulager la douleur et pour réduire le risque de lésions osseuses ultérieures.

Le chirurgien aligne les fragments, puis il insère transversalement le clou de l’épiphyse distale du styloïde radial à la partie proximale de la métaphyse radiale.

Pendant l’incision de la peau pour insérer le clou, il faut faire attention de ne pas endommager le nerf sensitif radial ou les tendons extenseurs.
La stabilité de la fracture doit être évaluée par des mouvements de flexion, d’extension et de rotation au cours de la fluoroscopie.

Fracture du radius
Structure de l’os avec périoste, épiphyse, diaphyse et métaphyse

Chez les enfants et les adolescents, un seul clou et la réduction du périoste permettent souvent une stabilité suffisante de l’avant-bras.
Si un seul clou ne suffit pas à garantir la stabilité des fragments du radius, il est possible de positionner un deuxième clou.
Ce deuxième clou peut être parallèle au premier ou croisé. Dans ce cas également, les incisions de la peau pour positionner les clous ne doivent pas endommager les tendons extenseurs.

Les clous sont pliés. Ils sortent de la peau et sont recouverts à l’aide d’un bandage stérile. On immobilise l’avant-bras dans un plâtre qui ne doit pas trop comprimer le membre car la stabilité de la fracture est donnée par les clous.

On maintient les clous en place jusqu’à la guérison de la fracture (généralement 4 semaines).
Le retrait du clou peut se faire dans un cabinet médical sans anesthésie. En utilisant les clous pour la fixation, on risque de provoquer d’autres lésions osseuses, bien que ce risque ne soit pas encore démontré.
Par mesure de précaution, il faut utiliser un clou de petit diamètre et l’insérer de manière douce afin de ne pas provoquer de traumatisme.
Le retrait du clou doit être réalisé dès que la consolidation de la fracture est suffisamment stable afin de se maintenir seulement avec le plâtre.

 

Opération chirurgicale de réduction à ciel ouvert pour la fracture du radius

La réduction ouverte est indiquée principalement quand on ne peut pas effectuer de réduction fermée. Souvent, une fracture ne peut être réduite à cause du déplacement du périoste ou du muscle carré pronateur entre les fragments de l’os.


Bien que le carré pronateur puisse s’enfiler dans les fragments osseux, il est plus fréquent que cela concerne le périoste.
On peut immobiliser le membre à l’aide d’un plâtre. Toutefois, on utilise généralement un clou lisse percutané afin de stabiliser la réduction.
Pour insérer le clou, on suit la même méthode que celle de la réduction fermée.

Les fractures épiphysaires exposées sont rares. Toutefois, dans ce cas, une réduction à ciel ouvert se révèle nécessaire.
Il faut faire attention à ne pas endommager le cartilage de l’épiphyse afin d’éviter le risque d’arrêt de la croissance chez les enfants et les adolescents.
En cas de traumatisme du cartilage de croissance de type III ou IV de la classification de Salter-Harris ou en cas de fracture sur trois étages, il faut effectuer une réduction ouverte.
L’alignement articulaire peut être évalué grâce à un scanner, à une IRM ou à une arthroscopie du poignet.
Dans ce cas, même un déplacement minime d’un millimètre n’est pas acceptable.

 

Quels sont les délais de guérison en cas de fracture du radius ? Le pronostic

Les temps de récupération dépendent du type de fracture et de sa gravité. De plus, d’autres facteurs influent sur la vitesse de récupération, comme :

  • L’âge ;
  • L’alimentation ;
  • Les traitements effectués.

Chez un individu jeune, une fracture sans déplacement peut guérir en 2 ou 3 mois, alors que la fracture comminutive (ou plurifragmentaire) du radius chez une femme âgée qui souffre d’ostéoporose ne guérit pas avant 5 ou 6 mois.

La magnétothérapie réduit les temps de formation du cal osseux jusqu’à 50 %.
La rééducation favorise le flux sanguin et les processus de réparation des cellules. En outre, elle permet de récupérer la force ainsi que l’ampleur du mouvement du poignet et des doigts.

L’alimentation en cas d’ostéoporose est fondamentale afin de favoriser le dépôt de calcium dans les os : il est conseillé d’éviter la viande, les produits laitiers, les œufs et les protéines animales en général, car elles rendent le sang plus acide et surchargent les organes internes.


Afin de récupérer plus rapidement, il est conseillé de manger beaucoup de fruits, de légumes verts, de légumes, de graines, de noix, de cacahuètes et de céréales comme le riz et l’avoine.
Il faut éviter de manger des gâteaux.

Lire aussi : Fracture du radius, classification  –  Fracture du radius, traitement –  Fracture du radius, rééducation Fracture de la tête du radius