Insuffisance rénale chronique ou aiguë

L’insuffisance rénale chronique peut se développer en quelques mois ou en quelques années.
Les reins ne fonctionnent plus correctement.

Causes de l’insuffisance rénale chronique

Plusieurs maladies sous-jacentes peuvent influencer le fonctionnement des reins. Les personnes souffrant de diabète de type I ou de type II sont plus susceptibles d’être affectées.

belle fille, souriante
Parmi les causes de l’insuffisance rénale chronique, il y a :

 

Stades de l’insuffisance rénale

Selon la gravité de la maladie, on compte 5 stades différents.

Stade I : cette phase n’implique pas de dommages importants et les reins fonctionnent presque normalement. La valeur TFG est supérieure à 90% (TFG est l’acronyme de taux de filtration glomérulaire et est utilisé pour mesurer le fonctionnement du rein).
À ce stade, il est difficile de diagnostiquer la maladie parce qu’elle est quasiment asymptomatique.

Stade II : la fonction rénale est compromise de façon modérée et le TFG est compris entre 60 et 89 %.
Il est possible d’identifier la maladie à travers les analyses de sang, d’urine et les examens par imagerie. Le diagnostic s’effectue à l’aide de la radiographie, l’IRM, l’échographie et le scanner.
Dans cette phase, les symptômes ne sont pas encore identifiables.
Généralement, la dialyse n’est pas nécessaire lorsque le diagnostic se fait au deuxième stade de l’insuffisance rénale.

Stade III : au troisième stade cette maladie est plus grave : la fonction rénale descend à un niveau modéré et le TFG est d’environ 30-59 %.
Dans cette phase, les premiers symptômes se manifestent chez le patient : il est fatigué et manque de souffle.
Les liquides s’accumulent dans plusieurs parties du corps, ce qui provoque un gonflement visible des mains et des jambes.
La couleur de l’urine montre également des changements identifiables : elle devient orange foncé, rouge ou marron.
Une personne diagnostiquée au stade III peut consulter un néphrologue, qui effectue différents tests pour comprendre la cause principale du problème et prescrit ensuite le type de traitement.
Elle peut également consulter un diététicien qui indique un régime alimentaire à suivre.
Si un patient est affecté de la maladie polykystique des reins, il peut ressentir des douleurs dans la partie postérieure du corps autour de la zone des reins.

Insuffisance rénale chronique ou aiguëStade IV : lorsque le TFG descend encore, le patient commence à manifester d’autres symptômes. Avec l’augmentation de la teneur en urée dans le sang, le patient a, généralement, mauvaise haleine.
Les nausées et la perte d’appétit sont des symptômes fréquents qui se développent au quatrième stade de l’insuffisance rénale chronique. Différents problèmes nerveux ainsi qu’une perte de la capacité de concentration apparaissent.
Ici, la fonction du rein est gravement affectée et le TFG est bas, environ 15-29 %.

Stade V : il s’agit de l’insuffisance rénale terminale.
La valeur de TFG se trouve sous les 15 %.
Avec l’affaiblissement des reins, la miction du patient se réduit peu à peu. Le traitement le plus indiqué est la transplantation rénale, même si le patient peut vivre grâce à l’hémodialyse ou la dialyse péritonéale pendant une certaine période.

 

Classification

Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle ou pré-rénale
L’insuffisance rénale aiguë pré-rénale est une soudaine perte de fonction des reins causée par une réduction de l’afflux sanguin aux reins.
Il n’y a aucun problème sur la capacité de filtrage des reins.

Insuffisance rénale aiguë organique ou intrinsèque
L’insuffisance rénale aiguë intrinsèque est une perte soudaine de la fonction rénale causée par un dommage rénal interne. Dans 90 % des cas, cette forme d’insuffisance rénale aiguë est provoquée par la présence de toxines ou une quantité d’oxygène insuffisante dans les reins (ischémie).

 

Insuffisance rénale aiguë obstructive ou post-rénale

Une obstruction partielle du débit urinaire provoque une augmentation de la pression dans les reins qui sont alors endommagés. Elle est généralement bilatérale.
Les causes peuvent être :

  1. gonflement de la prostate,
  2. calculs rénaux,
  3. calculs dans la vessie,
  4. vessie neurogène.

 

Insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aiguë est la perte rapide des fonctions du rein.

Symptômes de l’insuffisance rénale
Les symptômes qui se produisent lors d’une insuffisance rénale aiguë et chronique peuvent être : 

Œdème : la fonction excrétrice réduite conduit à la rétention d’eau dans les tissus corporels, ce qui provoque les gonflements. Le visage, les mains et les jambes (surtout les pieds et les chevilles) sont gonflés à cause des liquides accumulés.

Vomissements et diarrhée : l’accumulation de quantités excessives d’urée et d’autres déchets dans le sang entraîne nausées et vomissements. Chez les personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique, les vomissements se produisent généralement le matin, tandis que les personnes atteintes d’insuffisance rénale aiguë ont des épisodes fréquents de vomissements qui durent entre 2 et 3 jours. Ils sont souvent accompagnés de diarrhée.

Déshydratation : la perte excessive de liquides à travers les vomissements et la diarrhée entraîne la déshydratation et une soif excessive.

Difficulté à respirer : l’incapacité à évacuer les liquides en excès peut entraîner leur accumulation dans les poumons et provoquer ainsi le manque de souffle.
La capacité de transporter l’oxygène du sang se réduit à cause de l’augmentation de la toxicité, ce qui provoque une respiration difficile.

Présence de sang dans les selles : dans certains cas extrêmes, l’insuffisance rénale peut provoquer une hémorragie gastrique ou intestinale.
La présence de sang dans les selles indique cette hémorragie.
Des selles noirâtres et goudronneuses indiquent des hémorragies dans la voie gastro-intestinale supérieure.

Symptômes neurologiques et neuromusculaires : l’insuffisance rénale entraîne l’augmentation des niveaux de phosphate dans le sang, ce qui affecte la fonction neuromusculaire et celle des nerfs périphériques. Peuvent alors se produire :

  • douleurs et spasmes musculaires ;
  • confusion ;
  • irritabilité ;
  • dépression ;
  • sautes d’humeur ;
  • désorientation ;
  • engourdissement et picotements dans les membres.

Symptômes urinaires : selon la cause et l’altération physiologique, la production et la fréquence de l’urine peuvent augmenter ou diminuer.
Les signes et les symptômes urinaires principaux de l’insuffisance rénale sont :

Autres symptômes :

 

Symptômes spécifiques de l’insuffisance rénale aiguë
Les individus à risque présentent des antécédents familiaux de diabète, d’hypertension, de problèmes cardiaques et de maladies hépatiques ou rénales.
Parmi les autres symptômes de l’insuffisance rénale aiguë, on compte :

Symptômes spécifiques de l’insuffisance rénale chronique
Les personnes souffrant de maladies telles que le diabète, le lupus, une tumeur de la vessie, la sclérodermie, la vascularite, une infection rénale, des calculs rénaux, la sténose de l’artère rénale et l’hypertension ont un risque plus élevé de développer une insuffisance rénale chronique.
Les autres symptômes sont :

 

Insuffisance rénale chez les personnes âgéesfromage, régime alimentaire, insuffisance rénale

La vieillesse est un des facteurs de risque de la maladie rénale, à cause des changements anatomiques et fonctionnels liés à l’âge des reins.
Au fil des années, le nombre de néphrons (les unités fonctionnelles des reins) diminue, ce qui affaiblit la fonction rénale.
Toutefois, chez les personnes âgées, la raison la plus fréquente de l’insuffisance rénale est le rétrécissement des artères rénales dû au dépôt de graisse sur la paroi.
Les symptômes de l’insuffisance rénale se manifestent souvent avec des problèmes liés à la cognition et à l’immunité.
Il s’agit de :

  • dysfonctionnement du système immunitaire ;
  • diminution de la capacité de concentration ;
  • déficit de la mémoire ;
  • diminution de la capacité d’attention ;
  • délire ;
  • réduction de la fluidité verbale.

 

Diagnostic de l’insuffisance rénale

L’insuffisance rénale peut être confirmée grâce à des études pathologiques, comme des examens de laboratoire (analyses de sang et d’urine) et des examens par imagerie.
L’azote uréique et les niveaux de créatinine dans le sang sont les indicateurs de la santé des reins.
Les valeurs de référence de la créatinine sont :

  • Hommes adultes : 0,8-1,3 mg/dl
  • Femmes adultes : 0,6-1,1 mg/dl

Le teneur en protéines et le volume de l’urine ;
L’échographie abdominale pour vérifier la réduction de la taille du rein ;
Le scanner ou l’IRM sont recommandés afin d’identifier la présence de toute croissance anormale ou obstruction ;
La biopsie.

 

Traitement de l’insuffisance rénale

La maladie est traitée par un néphrologue. Lorsque les signes et les symptômes suggèrent l’insuffisance rénale aiguë, on effectue une série de tests sur le patient : analyses de sang, d’urine, examens par imagerie, échographie, etc.
Si les résultats sont positifs, le patient doit être hospitalisé.
Le médecin cherche alors à découvrir la cause exacte du problème.
Il tente ensuite de traiter cette infection ou lésion particulière et de rétablir la fonction des reins.
Si nécessaire, il cherche à améliorer le flux du sang vers les reins.

Des mesures sont également prises pour assurer la guérison des reins endommagés.
Elles dépendent en grande partie de la condition du patient : si le patient est déshydraté, un fluide intraveineux lui est administré pour compenser la perte de liquides et pour hydrater son corps.
Les patients qui ont accumulé une quantité importante de liquides doivent prendre des diurétiques pour éliminer les liquides en excès.
Ces patients doivent également limiter la prise de liquides, qui doit être proportionnelle à la production d’urine.

Chez certaines personnes, le potassium en excès dans le sang est dangereux pour la santé du cœur. Les taux de potassium dans le sang doivent donc être contrôlés à l’aide de médicaments.
À cause de la diminution des niveaux de calcium, certains patients ont besoin d’une perfusion de ce sel minéral.
Des antibiotiques sont prescrits pour réduire le risque d’infection.
Les médicaments doivent accompagner une alimentation correcte : un régime alimentaire adapté est également important pour minimiser l’accumulation des toxines.
Il est souvent recommandé aux patients de suivre un régime alimentaire faible en protéines et de consommer des quantités limitées de sel et d’autres électrolytes.
Certains patients peuvent choisir la dialyse pour éliminer les toxines accumulées dans le corps.
Ceux qui souffrent d’insuffisance rénale doivent éviter ou réduire la prise de certains médicaments tels que l’allopurinol, l’azithromycine, le valaciclovir et l’héparine.

 

Qu’est-ce que la dialyse rénale ?

La dialyse est une procédure recommandée pour les personnes atteintes d’insuffisance rénale. Les deux formes de dialyse sont l’hémodialyse et la dialyse péritonéale.
L’hémodialyse correspond à un processus de purification de sang effectué par un filtre spécial appelé dialyseur. Le sang est transporté à travers des tubes dans le dialyseur qui filtre les déchets, les sels et l’eau en excès. Le sang purifié est renvoyé au corps à travers une autre série de tubes.
L’autre technique est appelée dialyse péritonéale. Elle implique l’utilisation des cellules des tissus corporels de la cavité abdominale pour filtrer le sang : un liquide spécial est injecté dans la cavité abdominale à travers un tube en plastique appelé cathéter ; le fluide se déplace autour de l’intestin et les parois intestinales agissent comme un filtre entre ce liquide et le flux sanguin.
Ce fluide est utilisé pour éliminer les déchets et l’eau en excès.
Le médecin indique au patient la quantité maximale de liquides à ingérer.

Quand doit-on commencer la dialyse ?
Aucune valeur des analyses de sang n’indique le moment le plus approprié pour ce traitement, il faut commencer lorsque la fonction rénale est compromise.

 

Régime alimentaire conseillé

Il n’existe pas de remèdes naturels pour combattre l’insuffisance rénale, l’alimentation peut toutefois réduire la surcharge des reins.
La consommation excessive d’aliments riches en protéines favorise certaines maladies rénales. Le médecin conseille alors de limiter l’apport en protéines.
Il faut éviter les aliments comme la viande, les œufs et les produits laitiers. Il est également conseillé de limiter la consommation de végétaux riches en protéines.
Les aliments riches en glucides complexes tels que les céréales et les aliments complets sont sans danger pour la santé. Etant donné que l’insuffisance rénale provoque le dépôt des toxines et des sels dans le corps, il faut réduire l’apport externe de ces substances : il faut préparer des recettes à faible teneur en sodium pour ne pas risquer la rétention d’eau.
Les aliments riches en potassium et en phosphore (fromage, levure, viande, amandes, etc.) doivent être consommés en petites quantités.

 

Des reins endommagés, est-ce irréversible ?

La réponse à cette question dépend du stade de l’insuffisance rénale.
La diminution de la fonction rénale n’est pas irréversible.
L’élimination de l’obstruction provoquant l’insuffisance rénale aiguë, le traitement du diabète et de la tension artérielle peuvent inverser partiellement les dommages aux reins. Ces méthodes aident à prévenir la détérioration des reins qui pourrait entraîner la mort.
Le dernier stade de l’insuffisance rénale est l’urémie, c’est-à-dire l’accumulation d’urée et de substances azotées dans le sang.