Douleur rénale

La douleur aux reins peut être le symptôme de différentes maladies rénales.

Les reins sont des organes vitaux en forme de haricot blanc situés au niveau des flancs.
Les fonctions principales des reins sont :

  • maintenir l’homéostasie entre les fluides corporels ;
  • filtrer le sang ;
  • éliminer les toxines nocives du corps sous forme d’urine ;
  • surveiller la concentration des électrolytes tels que le sodium et le potassium pour maintenir l’équilibre acide-base dans le corps.


Mal aux reins

 

Localisation de la douleur rénale

Localiser la douleur rénale peut être compliqué puisqu’il s’agit d’organes internes.
De nombreuses personnes croient que les reins se trouvent simplement dans la zone abdominale inférieure.
Toutefois, cela n’est pas vrai.
Le rein droit se situe légèrement en dessous du rein gauche, à cause de la présence et de la forme du foie.
Identifier la position exacte de la douleur rénale devient alors plus difficile, aussi bien chez l’homme que chez la femme.
Les reins se situent des deux côtés du rétropéritoine, juste sous du diaphragme.
De nombreuses femmes confondent cette douleur avec la douleur qu’elles ressentent environ une semaine avant le cycle menstruel.
Selon la médecine chinoise, les reins sont le dépôt d’énergie du corps et contrôlent la fonction sexuelle et reproductive.

 

Signes et symptômes qui accompagnent la douleur rénale

Rechercher d’autres signes et symptômes qui accompagnent la douleur aux reins est important.
Même si cela ne permet pas un diagnostic sûr de la douleur rénale, cela peut aider à restreindre les possibilités.
Il est probable qu’il s’agisse de douleur rénale lorsque les symptômes suivants se manifestent :

  • sensation de brûlure et douleurs pendant la miction ;
  • écoulement irrégulier de l’urine et diminution considérable de la quantité d’urine filtrée ;
  • miction fréquente ;
  • présence de sang dans l’urine ;
  • fièvre (indice d’infection rénale) ;
  • augmentation de la douleur lorsqu’on appuie ou touche la région lombaire ;
  • gonflement visible et inflammation au niveau de cette zone (ventre gonflé) ;
  • douleur qui s’étend au bas ventre et aux jambes.

 

Comment distinguer la douleur rénale du mal de dos ?

La douleur due aux maladies rénales est souvent vive et grave par rapport à la douleur sourde provoquée par le mal de dos de type musculo-squelettique dans la région lombaire.
La douleur intermittente venant des pathologies rénales est appelée colique rénale. La douleur lancinante dure quelques temps et disparaît ensuite seule, tandis que le mal de dos est persistant.
Le mal de dos lombaire dérive principalement d’une blessure aux muscles, aux ligaments et aux disques intervertébraux situés dans cette zone.
Lorsque le patient dit qu’il ressent la douleur seulement lorsqu’il bouge (par exemple, lors de la flexion), il est plus probable que cette douleur dépende des muscles plutôt que d’un organe.

 

Causes de la colique néphrétique

La douleur aux reins est ressentie dans le dos, sur les côtés, et est intermittente, généralement aiguë et poignante.
Parmi les nombreuses maladies responsables de cette douleur, on compte :

Infection rénale : connue sous le nom de pyélonéphrite, il s’agit d’un type d’infection bactérienne du tractus urinaire (ITU) qui provoque douleur et inflammation rénales. La capsule qui entoure les reins, sensible à la douleur,  s’étend et les reins se gonflent. L’infection peut être aiguë ou chronique. Les probabilités de contracter une infection rénale sont élevées si une personne souffre de calculs rénaux. L’infection provoque le gonflement des reins et s’en suit une douleur forte.
Les symptômes principaux comprennent des douleurs au ventre, au dos et aux côtés droit ou gauche.
En cas d’infection, la douleur est intense et peut provoquer un engourdissement de la zone touchée. Elle peut être accompagnée d’une forte fièvre et d’une urine malodorante.
Les enfants peuvent aussi être touchés par une infection rénale.
Le traitement de l’infection rénale consiste à prescrire des antibiotiques. Le médecin peut administrer aussi des analgésiques pour soulager la douleur.

Calculs rénaux : les calculs sont l’une des causes les plus fréquentes de la douleur rénale. La cristallisation de l’urine en de petites substances dures comme des pierres, causée par l’altération de l’équilibre des fluides et des minéraux, forment les calculs rénaux. De nombreux types de calculs rénaux peuvent se développer à cause de quantités variables de certaines substances présentes dans les urines.
Les gravelles sont des petits graviers formés de calculs très petits.
S’ils sont gros et durs, ils peuvent bloquer les uretères et arrêter le flux urinaire. Par conséquent, l’urine n’est pas évacuée, ce qui provoque le gonflement des reins.
La douleur aux reins causée par les calculs rénaux est considérée comme une colique, c’est-à-dire qu’elle est intermittente. Elle vient du côté droit ou gauche et s’étend vers le bas lorsque les pierres se déplacent plus loin dans la vessie.
La personne peut également avoir la nausée et envie de vomir.
La douleur est lancinante et continue, elle est également ressentie lors de la respiration et peut aussi survenir la nuit.
Ce trouble cause aussi des urines foncées.
Les calculs rénaux peuvent être traités avec des médicaments ou être éliminés chirurgicalement.
Une personne atteinte de calculs rénaux doit boire plus pour accélérer le processus d’élimination.
Des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont administrés pour soulager la douleur.

Infection du tractus urinaire (ITU) : l’ITU est une autre cause fréquente de douleur rénale, surtout chez les femmes.
Les bactéries à Gram négatif sont les principaux responsables de l’ITU.
L’infection affecte la vessie et s’appelle cystite, elle peut toutefois s’étendre aux reins. Lorsqu’elle affecte les reins, on ressent une douleur abdominale, de la fièvre, des frissons et des nausées.
Des antibiotiques sont prescrits pour guérir cette maladie.

 

Causes de la douleur rénale sourde

La douleur rénale est souvent forte et intense. Toutefois, certaines personnes peuvent ressentir une douleur sourde.
Certaines maladies peuvent en effet causer ce type de douleur.

Maladie polykystique des reins (MPR) : est une maladie génétique rénale qui entraîne le gonflement des reins dû à la formation de nombreux kystes au cours des années.
La maladie polykystique des reins peut causer une douleur sourde et intense aux reins, ressentie dans la partie antérieure de l’abdomen.
La dialyse et la transplantation rénale sont les traitements de la MPR.

Tumeur au rein : dans de rares cas, la tumeur s’étend au point d’endommager la capsule rénale, qui se développe de façon excessive. Cela peut causer une gêne intense et perçante, mais ne crée pas d’autres douleurs physiques.
Toutefois, pour une guérison totale, la tumeur doit être retirée chirurgicalement.
En cas de métastases aux ganglions lymphatiques ou aux autres organes, un traitement systémique peut être nécessaire (par exemple, la chimiothérapie ou les médicaments biologiques).

Obstruction du flux urinaire : certaines maladies comme l’uropathie obstructive chronique bilatérale ou le gonflement de la prostate peuvent bloquer le flux urinaire.
Le traitement dépend de la cause de l’obstruction.
Un traumatisme peut causer la douleur rénale. Il ne doit pas forcément être direct : il peut être causé par une chute de hauteur ou par une chute sur le coccyx.
La grippe saisonnière peut causer une douleur dans tout le corps, donc aussi dans la zone des reins.
Une alimentation trop protéinée peut surcharger les reins, ce qui peut être douloureux : il est conseillé de manger peu de viande, de poisson ou d’œuf.
Les coliques, les lésions et les maladies rénales (comme l’insuffisance rénale aiguë ou chronique) peuvent également causer la douleur rénale.
L’insuffisance rénale est souvent définie comme une maladie silencieuse parce que les premiers symptômes sont difficilement observables.
Ceux qui souffrent d’une défaillance rénale peuvent ressentir de la douleur.
D’autres causes de la douleur rénale sont la tuberculose rénale et les kystes rénaux simples.

 

Douleur rénale pendant la grossesse

La douleur rénale au début de la grossesse est ressentie comme une douleur lancinante dans la partie basse du dos ou de l’abdomen.
Elle peut être causée principalement par deux choses : une infection des voies urinaires ou une infection rénale.
Reconnaître les symptômes de ces maladies ainsi qu’un traitement opportun sont essentiels car ces deux maladies peuvent se révéler mortelles chez les femmes enceintes et chez les enfants.
La douleur dans la zone des reins peut être un des symptômes des premières semaines de grossesse, avec la nausée, le mal de tête, les vertiges (des étourdissements), la fatigue, les crampes abdominales, etc.
Ce symptôme n’implique pas toujours une grossesse : certaines femmes ressentent une douleur aux reins pendant l’ovulation ou peu de jours avant les règles.

 

Douleur aux reins après avoir mangé

Une forte douleur aux reins peut être causée par :

  • Le cancer du rein,
  • La maladie polykystique des reins,
  • l’artériosclérose,
  • le blocage du flux urinaire
  • des spasmes de la vessie ou de l’urètre.

Toutes ces causes provoquent une douleur aux reins après avoir bu et mangé, même si l’intensité de la douleur change selon le type de maladie.
L’un des moyens les plus évidents pour savoir si la gêne est provoquée par une maladie rénale est de vérifier la propagation et l’intermittence de la douleur au dos.

 

reins, douleur, matinDouleur rénale matinale

Calculs rénaux
Cette maladie provoque une forte douleur aux reins, au bas ventre et au dos.
L’excès de calcium et d’acide urique dans les reins s’accumule dans le corps et forme des pierres.
Les personnes buvant peu sont plus susceptibles d’avoir cette maladie. Elle peut aussi se produire après une longue course qui entraîne la déshydratation.
La douleur varie selon la taille des calculs.
Parmi les symptômes caractéristiques des calculs rénaux, on compte :

  • une difficulté à uriner ;
  • des douleurs pendant la miction.

Infection rénale
L’infection rénale ou pyélonéphrite est une autre des principales causes de la douleur rénale matinale, qui peut survenir dès le réveil.
Cette infection bactérienne se développe lorsque l’urine retourne dans l’uretère.
Les personnes atteintes de calculs rénaux ont un risque élevé d’infection aux reins.
Parmi les symptômes de l’infection rénale, il y a :

  1. de fortes douleurs abdominales et au dos,
  2. une miction douloureuse,
  3. des frissons,
  4. des nausées,
  5. des vomissements,
  6. une forte fièvre.

Infection du tractus urinaire (ITU)
C’est une infection bactérienne qui se développe dans les voies urinaires. La bactérie Escherichia coli (E.coli) est la cause plus fréquente de cette infection, surtout chez les femmes.
Parmi les symptômes plus évidents pour reconnaître l’ITU, on trouve :

  1. présence de sang dans les urines ou hématurie,
  2. douleurs aux reins,
  3. difficulté à uriner.

Tumeur au rein
La croissance incontrôlée et la multiplication des cellules dans le corps provoquent la tumeur. La cause exacte du cancer du rein est inconnue, mais c’est un des types de cancer les plus fréquents dans le monde entier.
Le carcinome à cellules rénales (CCR) est le type de cancer du rein le plus fréquent.
Parmi les symptômes du cancer du rein, il y a :

  1. douleurs sous les côtes ou dans la partie inférieure du dos,
  2. présence de sang dans l’urine ou hématurie.

 

Que faire ? Traitement pour soulager la douleur rénaleanalgésiques, reins

L’administration d’analgésiques pour faire disparaître la douleur n’est certainement pas la meilleur façon de traiter ces pathologies.
Pour traiter la fièvre et les coliques néphrétiques, le médecin peut prescrire du paracétamol (Efferalgan ou Doliprane, par exemple).
Les anti-inflammatoires servent à réduire l’inflammation, par exemple le kétoprofène peut atténuer la douleur et le gonflement.
Un contrôle médical approfondi pour diagnostiquer la maladie doit être effectué.
La prise d’antibiotiques sert à guérir l’infection bactérienne tandis que la thérapie extensive est nécessaire pour les problèmes rénaux graves.
Si le patient souffre d’attaques récurrentes de douleur sévère, le médecin peut analyser son état de santé et lui conseiller des traitements comme la dialyse ou la chirurgie.
La lithotripsie extracorporelle (ondes de choc) ou la néphrolithotomie percutanée servent à éliminer les calculs rénaux.
La lithotripsie prévoit l’utilisation d’ondes de choc pour détruire les calculs, tandis que la néphrolithotomie percutanée est une procédure dans laquelle un outil chirurgical, le néphroscope, est inséré à travers une petite incision dans la partie postérieure pour rompre et extraire la pierre du rein.

 

Régime et alimentation pour combattre la douleur rénale

Même si le traitement médicamenteux ou les autres options de traitement peuvent guérir les maladies rénales, il est conseillé d’effectuer quelques changements dans son mode de vie.
Certains de ces remèdes naturels peuvent aider à réduire l’intensité de la douleur, d’autres aident à prévenir la douleur.
Voici quelques lignes directrices sur la prévention des problèmes rénaux.

Boire beaucoup
Les sels minéraux présents dans l’urine sont plus susceptibles de se cristalliser et de devenir des calculs rénaux si on ne boit pas suffisamment d’eau.
L’augmentation de l’apport de liquides favorise l’expulsion de la pierre à travers l’urine.
Les fruits comme le raisin, la pastèque et les myrtilles ont une teneur élevée en eau et agissent comme des diurétiques.
La consommation de ces fruits est donc conseillée.
Boire du jus de citron sert à briser les calculs rénaux.
La pastèque est riche en potassium et prévient la formation de calculs rénaux.
La myrtille aide à augmenter l’acidité de l’urine et élimine les bactéries qui pourraient causer des infections rénales.

Aliments à éviter
La consommation d’aliments riches en oxalate de calcium peut augmenter le risque de développer des calculs rénaux.
Il faut alors éviter ces aliments et notamment la consommation excessive de :

  • pois chiches ;
  • blettes ;
  • épinards ;
  • gombo ;
  • patates douces ;
  • noix de coco ;
  • chou-fleur ;
  • navets ;
  • carottes.

Il faut réduire l’apport de thé et de café parce que les boissons caféinées peuvent causer la déshydratation.