Douleur au talon

La talalgie ou douleur au talon est un symptôme qui provoque de la gêne au niveau du talon ou du calcanéum. Ce terme générique regroupe plusieurs troubles.
Le talon est l’os qui se trouve le plus en arrière du pied. C’est le premier que l’on appuie par terre lorsque l’on marche. Il subit donc des microtraumatismes continus.
Quand on marche ou que l’on court, le talon se trouve entre la cheville et le sol. Il joue donc un rôle fondamental.

Douleur au talon
Douleur au talon

La douleur au talon touche le pied droit et gauche quasiment de la même manière.
On utilise le terme générique talalgie pour indiquer la douleur diffuse sous le talon ou dans tout le périmètre externe ou interne. On la distingue ainsi d’autres troubles du talon, comme l’épine calcanéenne.

Cette pathologie touche notamment les sportifs qui pratiquent le football et l’athlétisme. Les enfants peuvent présenter ce symptôme s’ils pratiquent une activité sportive et notamment s’ils sont obèses.

 

Quelles sont les causes de la douleur au talon ?

La douleur au talon peut être provoquée par des altérations anatomiques et physiologiques du pied, comme le pied plat ou le pied creux, c’est-à-dire une voûte (ou arc) plantaire trop plate ou trop cambrée.

Le pied plat ou le pied creux (aussi appelés respectivement pronateur ou supinateur) peuvent provoquer un mauvais appui au sol et augmenter ainsi la tension sur les structures postérieures ou latérales du talon, de la cheville, du genou ou de la hanche.

La grossesse représente un facteur de risque, car elle provoque une augmentation de poids et une modification de la posture.

Le type de chaussures peut provoquer une talalgie, notamment chez les sportifs.
Quand une femme porte souvent des talons hauts et commence ensuite à porter des baskets, elle risque de solliciter de manière excessive le tendon d’Achille car la chaussure basse provoque un allongement du tendon. Cela peut provoquer à son tour une contracture des muscles du mollet.
Les personnes qui pratiquent le football à cinq, le trekking, le basket, le volley, l’athlétisme ou d’autres sports où le pied est particulièrement sollicité, présentent une probabilité plus importante de développer une talalgie.
Un facteur de risque de talalgie est attribuable au terrain où les athlètes courent ou jouent. En effet, courir sur une route ou sur des sols durs provoque des microtraumatismes continus des articulations pendant l’appui.

Une préparation athlétique non adaptée ou une reprise des entraînements très intense suite à une pause prolongée risquent de provoquer une inflammation du talon et des douleurs.
Souvent, les personnes âgées développent une inflammation du talon à cause de la dégénération et de l’amincissement de la couche de graisse située sous le talon, qui se produit avec l’âge.

La cause est rarement un coup ou un traumatisme soudain, sauf en cas d’entorse de la cheville, qui provoque des douleurs autour du malléole externe, du talon et de l’astragale.

La bursite calcanéenne est douloureuse au niveau de l’arrière du talon (sous le tendon d’Achille). Ce trouble peut être provoqué par un traumatisme ou par le frottement de la chaussure.

 

Douleurs nocturnes au talon

Les pathologies rhumatoïdes comme la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite psoriasique et en particulier la goutte (causée par un taux élevé d’acide urique dans le sang) provoquent souvent des douleurs au pied et au talon, de jour comme de nuit.

La douleur aiguë au talon que l’on ressent également la nuit peut être aussi provoquée par :

 

Douleur au talon
Douleur au talon

Quels sont les symptômes de la talalgie ?

Le symptôme principal est la douleur, notamment le matin au lever.
Pendant la journée, la douleur est moindre et peut disparaître. Toutefois, quand une personne se lève après être restée assise pendant longtemps, la gêne réapparaît.
Les douleurs au talon peuvent être accompagnées d’une sensation de brûlure et de fourmillements en cas de troubles nerveux, comme dans le syndrome du canal tarsien ou en cas de lombosciatique (inflammation du nerf sciatique qui part du dos et qui arrive jusqu’aux orteils).

 

Diagnostic des douleurs au talon

Il est important de localiser de manière précise la zone douloureuse car si la gêne est concentrée sur un seul point situé sous la plante du pied (à proximité du talon et à l’intérieur), elle peut être provoquée par une épine calcanéenne ou par la fasciite plantaire.


Si les douleurs sont localisées dans la zone postérieure ou supérieure du talon, la cause peut être une tendinite au niveau de l’insertion du tendon d’Achille, une bursite calcanéenne, etc.

Pour diagnostiquer une talalgie générique, les douleurs doivent être localisées sur une zone étendue du talon, sur toute la partie inférieure ou sur tout le périmètre du talon.

Les examens les plus utiles à effectuer sont les suivants :

  • La radiographie, qui permet de visualiser un éventuel ostéophyte ou une épine calcanéenne ;
  • L’échographie, qui permet de mettre en évidence une inflammation du fascia plantaire, du tendon d’Achille ou d’autres structures tendineuses et ligamenteuses ;
  • L’analyse de sang, qui permet de contrôler le taux d’acide urique et des anticorps antinucléaires utiles à diagnostiquer une pathologie rhumatoïde comme la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde ;
  • La résonance magnétique, qui s’effectue très rarement et qui permet de visualiser toutes les structures osseuses, musculo-tendineuses, ligamenteuses et capsulaires.

 


Que faut-il faire ? Quel est le traitement le plus adapté en cas de douleurs au talon ?

Les médicaments anti-inflammatoires sous forme de comprimés ou de sachets peuvent soulager temporairement les douleurs. Toutefois, ils n’agissent pas effectivement sur la cause du trouble.

Les infiltrations de cortisone permettent de soulager l’inflammation. Toutefois, elles risquent d’affaiblir les tendons et les fascias plantaires.
En cas de pathologie rhumatoïde comme la goutte, un médecin rhumatologue prescrira un traitement médicamenteux.

 

Remèdes naturels et thérapie physique

La meilleure façon de soigner une talalgie est d’identifier la cause et de l’éliminer, de soulager l’inflammation et de prévenir toute récidive.

Un sportif s’étant trop entraîné doit rester au repos afin de ne pas aggraver l’inflammation et d’éviter qu’elle ne devienne chronique.
Pour guérir l’inflammation et pour corriger les défauts posturaux, comme l’arrière-pied valgus ou varus, le traitement le plus efficace est la Tecar-thérapie® et l’utilisation d’une orthèse plantaire. Faire des étirements du fascia plantaire et du tendon d’Achille est un geste utile afin d’améliorer l’élasticité du tissu conjonctif.