Entorse du genou

L’entorse du genou se profuit quand un des ligaments du genou est étiré et quelques fibres se déchirent.

Il y a 4 ligaments dans l’articulation du genou. Au centre de la jointure, il y a deux ligaments croisés –antérieur et postérieur (LCA et LCP).

Sur le côté des articulations, il y a deux ligaments collatéraux –la médial et le latéral (LCM et LCL).

Entorse, genou,rééducation,douleur,inflammation
Entorse au genou, exercice d’équilibre

Ces cordons fibreux travaillent ensemble pour maintenir stable l’articulation du genou et pour la protéger d’un accident.
Une entorse du genou signifie simplement que au moins un des ligaments a été étiré au-dessus de la limite physiologique et que certaines ou la totalité des fibres ont été endommagés.
Cela se produit quand il y a une force appliquée sur l’articulation, comme un tacle en torsion soudaine du genou comme quand on tombe maladroitement ou en faisant du sport.
Les enfants ont rarement une entorse au genou.

Il existe trois types d’entorse de genou :
• Grade 1 – peu de fibres (moins de 10%) sont endommagées et/ou étirées, elle guérit habituellement naturellement
• Grade 2 –beaucoup de fibres sont étirées, mais le ligament est encore intact.
• Grade 3 – le ligament est rompu, complètement déchiré.
Dns ce cas, il y a l’indication pour une intervention chirurgicale.

L’articulation du genou est stabilisée par quatre ligaments principaux, le ligament croisé antérieur, le ligament croisé postérieur, le ligament collatéral médial et le ligament collatéral latéral.
Chaque ligament empêche tout mouvement excessif du genou. Le ligament croisé antérieur empêche l’avancement excessif du tibia sur le fémur, le ligament croisé postérieur empêche le déplacement postérieur du tibia sur le fémur, en dehors de la limite naturelle.
L’intérieur Collatéral empêche une abduction excessive du tibia, tandis que le ligament collatéral externe empêche l’adduction exagérée du tibia.
Lorsque le genou devient instable subit une entorse, il devient instable dans la direction du ligament lésé. Il y a quatre tests spécifiques créés pour évaluer séparément chacun des quatre ligaments.

 

Causes d’une Entorse du genou

Les entorse du genou peuvent être provoquées par :
• Une torsion forcée du genou,
• En déplaçant son propre poids pendant la course ou le ski,
• Atterrissage maladroit après un saut,
• Un traumatisme à la partie externe ou interne du genou,
• Un traumatisme sur la partie antérieure du genou alors que le genou est plié et que le pied est solidement planté dans le sol.

 

Facteurs de risque

Ces facteurs augmentent la probabilité de développer une entorse au genou :
• Pratiquer certains types de sport, par exemple le fottball, le volleyball, le ski et le basket, cela se produit rarement en vélo,
• Une mauvaise coordination,
• Un mauvais équilibre,
• Flexibilité insuffisante ou insuffisance dans la force du muscle et des ligaments,
• Il y a les mêmes probabilités d’avoir une entorse au genou droit ou gauche,
• Laxité ligamentairei.

 

Signes et symptômes d’une Entorse du genou

Les symptômes les plus courants d’une entorse du genou comprennent: douleur, gonflement et un hématome (épanchement de sang).
Si la blessure est grave, il peut y avoir une instabilité de l’articulation et le sujet se sent que le genou cède.
La blessure peut provoquer un bruit semblable à un crack, dans ce cas, il se pet qu’il y ait des lésions des ligaments ou du ménisque.
Les symptômes peuvent être ressentis immédiatement après l’accident, mais se produisent parfois ils se ressentent jusqu’à quelques jours plus tard.
Les symptômes sont:
• Le genou est douloureux
• Gonflement, rougeur, chaleur ou bleus peuvent se trouver près du genou
• L’amplitude du mouvement du genou est réduite, le patient ressent des douleurs également lors des mouvements d’hyper-flexion ou d’hyper-extension passive.
• Le sujet ne peut pas s’appuyer sur la jambe lésée, de plus, il ne réussit pas à étendre ou plié complètement le genou quand il est debout.
• On ressent de la rigidité à l’articulation
• Gonflement à l’intérieur du genou
• Habituellement, le patient n’a pas de fièvre

 

Diagnostique

Le médecin demande au patient les symptômes et la façon dont la blessure s’est produite. Le genou doit être contrôlé pendant la visite afin d’évaluer si l’articulation est stable et jusqu’à quel point la douleur est sévère.
La localisation de la douleur qui peut aider à déterminer quel ligament du genou est étiré.
Si la douleur au genou est médiale (face interne du genou), cela indique le ligament collatéral médial (LCM), c’est la plus courante, et est également appelée entorse LCM.
La douleur sur le côté externe du genou indique une entorse du ligament collatéral latéral.

Tiroi,antérieur,Lachman,croisé,antérieur
Test du tiroir antérieur pour les lésions du croisé antérieur

Les tests qui sont effectués

Le test de tiroir antérieur est utilisé pour évaluer le ligament croisé antérieur. Pour effectuer ce test, le patient doit se trouver en position couché, le genou doit être plié à quatre-vingt-dix degrés et le pied doit être stabilisé sur le lit. L’examinateur doit saisir l’arrière du tibia au-dessus du muscle du mollet, puis tire vers l’avant avec une force constante. Si le tibia se déplace vers l’avant au-delà du niveau normal, le test est positif. Il faut faire la comparaison avec le genou sain parce que certaines personnes ont une laxité des ligaments. Si le test est positif, il indique une rupture du ligament croisé antérieur.

 

Tiroir,postérieur,croisé,lésion,rupture
Test du tiroir postérieur pour les lésions du croisé postérieur

Le test de tiroir postérieur est utilisé pour évaluer le ligament croisé postérieur.
Pour effectuer ce test, le patient doit être en position couché sur le dos sur le lit, le genou doit être fléchi à quatre-vingt-dix degrés et le pied doit rester bloqué et appuyé.
Il faut s’appuyer sur la zone antérieure du tibia, au-dessus de la tubérosité tibiale et pousser vers l’avant (déplacement du tibia en arrière) avec une force constante. Si le déplacement postérieur du tibia est plus grand que la normale, le test est positif. Ceci est indicatif d’un rupture du ligament croisé postérieur.

Le test de stress en valgus ou adduction du tibia sert à évaluer le ligament collatéral médial. Pour effectuer ce test, positionner le genou en flexion d’une trentaine de degrés environ. Stabiliser le genou, prendre la cheville et pousser le genou vers l’intérieur.
Si l’adduction du genou est plus grande que la normale (par rapport à la jambe non blessée), le test est positif. Ceci est révélateur d’une rupture du ligament collatéral médial.
Si le ligament croisé est endommagé par une entorse, il ménisque est également endommagé.

MacMurray,test,genou,entorse,ménisque,mal,rupture,blessures
Test de Mac Murray , position initiale

Un des principaux tests pour la rupture du ménisque est celui de McMurray. Avec le patient en position allongée et le membre inférieur soulevé, le médecin plie le genou, puis étend la jambe tout en tournant le genou.
Ce test met en étirement le ménisque.
En présence d’une rupture du ménisque, ce mouvement provoque un clic-clac.

Le genou doit faire « clic » à chaque fois que le médecin effectue le test.

Examens instrumentaux
La radiographie est un test qui utilise les radiations pour créer les images de la structure interne du corps, surtout des os (pour évaluer d’éventuelles fractures).
L’écographie n’est pas très utile car elle permet d’évaluer uniquement les ligaments collatéraux.
La résonnace magnétique est un test qui utilse un champs magnétique pour imprimer les images internes du corps pour évaluer si un ligament a été déchiré complètement ou s’il est abîmé.
L’Arthoscopie est une procédure chirurgicale qui utilise une petite endoscopie pour regarder à l’intérieur du genou, c’est la plus fiable mais c’est un test invasif.

 

Que faire? La thérapie

1) Protocole RICE
Habituellement, la meilleure thérapie pour les deux premiers jours est de suivre les principes du traitement de l’inflammation aiguë: protection, repos, glace, bandage, élévation.
Ce traitement est utilisé pour réduire la douleur, le gonflement et accélérer la guérison.
Pour la douleur, on peut prendre des anti-inflammatoires en comprimés (par exemple, Oki, Voltaren et Brufen) ou on peut appliquer un onguent avec de l’argile ou de l’arnica montana.

2) Physiothérapie et rééducation: Dès que possible, il faut suivre quelques exercices pour récupérer la force, le mouvement et la fonctionnalité du genou. Pour les indications sur les exercices et sur comment progresser de façon appropriée pour retrouver une fonctionnalité totale, il faut suivre les conseils d’un physiothérapeute expert.
La rééducation en piscine est indiquée si le patiet a des difficultés à rester debout.
Il y a des instruments qui aident à récupérer plus rapidement, par exemple la magnétothérapie, les ultra-sons, la técar-thérapie et la thérapie Laser sont utiles se le genou est gonflé et pour réduire la douleur.
3) Le médecin peut conseiller une atelle pour réduire la douleur et pour avoir une majeure stabilité après une entorse au genou.
Habituellement, une genouillère simple est suffisante, de plus elle est peu couteuse. S’il y a besoin de plus de soutien, les genouillères avancées sont utiles.
Si le médecin dit que le problème est une simple entorse au genou et il ne prescrit pas d’examen pour évaluer mieux le cas, le traumatisme n’est très certainement pas grave et il s’agit probablement d’une entorse légère de grade 1 ou 2.
L’entorse de troisième grade (c’est-à-dire la rupture complète), peut être souvent traitée de la même façon qu’une entorse de premier et second grade, même si elle nécessite plus de temps pour guérir..
Toutefois, l’opération chirurgicale est conseillée si le genou continue à céder après avoir suivi un programme d’exercices de rééducation.

 

Quels sont les temps de récupération? Le prognostic ?

Dans le cas de lésions des ligaments ou du ménisque, il faut considérer des temps de guérison spécifiques, surtout en cas d’intervention chirurgicale..
Généralement, en cas d’entorse de premier grade, en 7/10 jours la douleur disparait, alors que la durée du gonflement est variable. Dans certains cas, le genou ne devient pas gonflé, alors que dans d’autres l’épanchement (liquide) peut rester quelques semaines.
On peut marcher, mais sans exagérer pour ne pas allonger les temps de récupération0n.