Épicondylite ou coude du joueur de tennis

L’épicondylite est une tendinite connue comme « coude du joueur de tennis » (tennis-elbow), même si la plupart des personnes qui souffrent de cette dégénération tendineuse n’ont jamais joué au tennis.

Cette pathologie fait mal sur la partie externe du coude, au-dessus d’une proéminence osseuse définie comme épicondyle latéral d’où les muscles extenseurs et supinateurs du poignet proviennent.
La douleur se produit avec des activités comme attraper, pousser, tirer et soulever.

tendinite,genou,extenseur
Epicondylite ou « coude du joueur de tennis »
© Lovrencg – Fotolia.com
Quand l’inflammation s’aggrave on peut également ressentir des douleurs avec des mouvements légers et au repos.
Généralement, le début est lent, il est rare que la douleur naisse soudainement sans traumatismes.
Avec le temps, le tendon dégénère et des calcifications peuvent se produire, dans ce cas on parle de tendinite calcifiée.
L’épicondylite est rarement bilatérale.

La douleur dans la partie médiale ou interne du coude n’est pas provoquée par l’épicondylite, mais par l’épitrochléite, c’est-à-dire une inflammation des tendons pronateurs et fléchisseurs du poignet.
La douleur à l’intérieur du coude peut être aussi causée par un coincement du nerf ulnaire, par une contusion ou par une fracture.

 

Quelles sont les personnes qui souffrent du « coude du joueur de tennis » ?

L’épicondylite touche de 1 à 3% de la population et plus de 50% des joueurs de tennis pendant leur carrière. Beaucoup de joueurs de tennis développent l’épicondylite chronique à cause de la surcharge. En réalité moins de 50% du total des diagnostics faits sont liés à la pratique du tennis.
L’épicondylite touche plus les hommes que les femmes et plus fréquemment les personnes entre 30 et 50 ans.

Même si l’épicondylite touche les joueurs de tennis, les autres personnes peuvent être également touchées, surtout celles qui pratiquent des activités qui demandent des mouvements répétitifs du bras, du coude, du poignet et de la main pendant le temps libre ou le travail.
Parmi les personnes qui souffrent de cette tendinite on trouve les golfeurs, les joueurs de baseball, les femmes au foyer, les femmes de ménage, les charpentiers, les mécaniciens et les personnes qui travaillent dans une chaîne de montage. Les personnes qui travaillent beaucoup d’heures à l’ordinateur avec la souris peuvent avoir l’épicondylite, surtout si elles utilisent un tapis plat, on conseille celui avec le soutien en gel pour le poignet.

 

Causes de l’épicondylite

Généralement, l’épicondylite est causée par un emploi excessif du coude (surcharge).

Toutes les activités qui surchargent les tendons extenseurs ou supinateurs de la main peuvent générer cette tendinite. Ces activités incluent le jardinage, le tennis et des travaux répétitifs. Les personnes qui pratiquent le body building à la salle de sport peuvent avoir ce trouble si elles font mal les exercices.
L’épicondylite peut être aussi associée à un traumatisme direct sur le côté externe du coude. On retient en effet qu’un emploi excessif ou un traumatisme peut provoquer une petite lacération au départ du muscle court extenseur radial du carpe. Bien que l’épicondylite soit considérée comme une tendinite, il y a des changements dans les fibres de collagène qui composent le tendon, donc il vaut mieux la définir comme un trouble caractérisé par une dégénération tendineuse.

 

épicondylite,symptomes,coude,extenseurs,douleur
Test musculaire pour l’épicondylite

Symptômes de l’épicondylite

Les symptômes de l’épicondylite sont :

  • Douleur qui augmente lentement dans la partie externe du coude.
  • Les symptômes s’aggravent quand on ferme le poignet ou on serre des objets.
  • Douleur qui augmente quand on stabilise ou on bouge avec la force le poignet. Des exemples sont : le soulèvement d’objets, verser de l’eau de la bouteille, ouvrir des boîtes ou l’utilisation d’outils simples comme la brosse à dents, le couteau et la fourchette. Le patient a des douleurs, une perte de force et une raideur du coude à la main.
  • Les symptômes peuvent se propager jusqu’au poignet, mais ils n’arrivent pas aux doigts et on ne ressent pas de fourmillement.

 

Diagnostic de l’épicondylite

Le diagnostic est souvent fait sur les antécédents médicaux et sur les informations relatives aux symptômes que le patient donne au médecin.
Un examen du membre supérieur touché aide à confirmer le diagnostic. Normalement, l’amplitude du mouvement du coude est normale, mais elle peut être limitée dans les cas les plus graves. En palpant le coude du patient on peut sentir un gonflement dans la zone de l’épicondyle latéral. La douleur peut être provoquée en faisant étendre le coude contre la résistance.
Le médecin doit effectuer des manœuvres différentes pour exclure d’autres pathologies avec des symptômes similaires à l’épicondylite, comme l’arthrite, la bursite du coude ou le syndrome du canal carpien.

 

tendinite,épicondilite,extenseur,commun,doigts,douleur,inflammation
Tendinose et tendinite à l’extenseur commun des doigts

Alila/bigstockphto.com

Examens instrumentaux pour le coude du joueur de tennis

En cas d’épicondylite, une radiographie ne montre rien de significatif, normalement, elle n’est donc pas effectuée.   L’examen instrumental le plus prescrit pour confirmer le diagnostic est l’échographie qui montre les tendons des supinateurs et des extenseurs de la main. Parfois on peut faire une IRM pour aider à confirmer le diagnostic et exclure les autres pathologies.

 

Traitement pour la tendinite du coude

L’épicondylite est traitée avec des médicaments, une attelle pour immobiliser l’articulation, le kinésio taping, des enveloppements de glace et un programme d’exercices à faire sous la supervision d’un kinésithérapeute.

épicondylite,traitement,exercices,renforcement,douleur,inflammation
Exercice isométrique pour l’épicondylite

La phase aiguë est soignée par le repos jusqu’au moment où la douleur continue diminue.
Reprendre l’entraînement et les compétitions est possible uniquement lorsque la douleur a disparu.

Médicaments
Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’aspirine et le brufen peuvent être utiles dans cette phase. On conseille d’éviter les infiltrations de cortisone car elles peuvent abîmer le tendon et même causer une lésion.

Traitement manuel
Le kinésithérapeute peut réaliser un traitement manuel appelé cyriax ou massage transversal profond qui stimule la réparation du tendon et l’alignement des fibres de collagène.
Les techniques d’ostéopathie peuvent éliminer les blocages des articulations et les contractures des muscles qui provoquent la douleur.

Exercices
Il faut éviter les exercices d’étirement qui allongent les muscles extenseurs du poignet.
On conseille des exercices de renforcement des muscles de l’avant-bras, mais seulement quand la douleur est passée.
Si on ressent de la douleur pendant la réalisation des exercices de renforcement, il faut attendre.
Les pompes ne devraient pas causer de douleur, donc elles peuvent être effectuées.

Repos
On recommande de limiter les activités quotidiennes et les sports qui aggravent les symptômes, par exemple le tennis et la natation.
S’il faut soulever des poids, on conseille de faire le soulèvement en tenant la paume de la main vers le haut.
Quand on fait des activités avec des gestes répétitifs il vaut mieux faire des pauses fréquentes.

Attelle pour la tendinite du coude
Le bracelet sur l’avant-bras est souvent conseillé pour ceux qui souffrent d’épicondylite. Ce bracelet est mis sur l’avant-bras, mais pas au-dessus de la zone enflammée.
On doit attacher la bande à l’avant-bras 3 centimètres sous l’épicondyle avec le coussinet sur les muscles intéressés, de manière à décharger la zone d’insertion musculaire sur le coude.
Cette attelle peut être portée pendant les activités qui réveillent les symptômes, mais elle n’est pas utile au repos. Une attelle similaire à celle portée pour le syndrome du tunnel carpien peut être utile. Cette attelle soutient les muscles impliqués dans l’extension du poignet.

En alternative on peut utiliser un bandage ou le kinésio taping, mais il faut le changer souvent.

 

ondes de choc,tendinite,coude,épicondilite
Ondes de choc pour la tendinite du coude

Physiothérapie instrumentale pour la tendinite du coude

Les traitements qui sont indiqués pour la tendinite du coude sont les ondes de choc, la laser thérapie (surtout pour les femmes) et les ultrasons.
La tecar thérapie ne se fait pas en cas de tendinite car elle n’agit pas à l’intérieur du tendon.
Ces traitements stimulent le corps afin de réparer les microlésions dans le tendon et sont aussi efficaces pour l’épicondylite qui ne passe pas (ne guérit pas) avec les remèdes naturels.

 

Remèdes naturels pour la tendinite du coude

Outre le bracelet et la physiothérapie, on peut utiliser des anti-inflammatoires naturels qui favorisent l’absorption de l’inflammation, par exemple une pommade à l’arnica montana et la griffe du diable.
L’argile sert seulement en cas de gonflement et d’inflammation, mais le coude devient rarement gonflé.

Régime et alimentation
L’alimentation est fondamentale pour favoriser la guérison, en particulier il faut éviter la viande, les produits laitiers, les aliments frits, les œufs et les sucres industriels (desserts et gâteaux).

Prévention de la tendinite du coude
La cause la plus commune de l’épicondylite dans le tennis est l’exécution d’une technique erronée quand on fait des gestes spécifiques avec la raquette.
Les joueurs avec le coude du joueur de tennis développent souvent une tendinite du coude en faisant le revers, même si le trouble peut se produire avec tous les mouvements.
Les personnes qui jouent au tennis pendant leur loisir devraient prendre des cours faits par un professionnel de manière à acquérir une bonne technique de base. Il est préférable de jouer sur des courts de tennis doux plutôt que sur ceux en terre battue. Changer souvent les balles de tennis est très utile. Utiliser une raquette avec des dimensions appropriées et une prise confortable.

 

Opération chirurgicale pour la tendinite du coude

Chez la plupart des patients, l’épicondylite n’est pas traitée chirurgicalement. Seuls, les patients qui ressentent une douleur persistante malgré des mois de traitement conservateur, peuvent être candidats pour la chirurgie.
Les résultats de l’intervention ne sont pas bons en général.
La procédure chirurgicale est réalisée dans une clinique (hôpital de jour), souvent sous anesthésie générale ou locale.
La portion d’insertion du tendon qui est dégénérée est exportée et/ou réparée.
Une partie de l’os est souvent grattée pour induire une croissance des vaisseaux sanguins dans la zone touchée.
Le coude doit rester immobilisé pendant des semaines, puis il faut commencer un programme d’exercices de rééducation. Les risques de la chirurgie sont : douleur persistante, raideur et infections.

 

Combien de temps dure-t-elle ? Le pronostic pour la tendinite du coude

En tout, 90 à 95% des personnes avec une tendinite du coude s’améliorent et guérissent grâce au traitement conservateur. Le temps de récupération dépend du patient ; s’il s’arrête tout de suite de faire les activités qui ont provoqué l’épicondylite et effectue les traitements, il peut guérir en moins d’un mois, autrement la durée peut arriver à 8/10 mois. Cependant, on estime que 5% des personnes ne s’améliorent pas et pour cette raison, il est nécessaire d’intervenir chirurgicalement. L’opération vise à réparer l’unité musculo-tendineuse abîmée autour du coude. 80 à 90% des personnes qui se soumettent à la chirurgie guérissent complètement et récupèrent la force musculaire.