Kystes au poignet

Un kyste au poignet est un gonflement qui se produit généralement sur le dos de la main ou du poignet, il est également appelé kyste synovial (ou arthro-synovial).

Il s’agit de capsules bénignes, pleines de liquide.
Les kystes au poignet ne sont pas cancéreux et ne se propagent pas, bien que leur taille puisse augmenter.
Les kystes synoviaux apparaissent généralement sur la face dorsale du poignet, on les trouve rarement entre la paume de la main et le poignet (kyste palmaire).

On sent comme une sorte de boule lisse et molle sous la peau.
Ils sont constitués d’un liquide épais et gélatineux, appelé liquide synovial qui entoure les tendons et les articulations pour lubrifier et réduire la friction pendant le mouvement.
Les kystes peuvent se produire sur n’importe quelle articulation du corps, mais sont plus fréquents sur le poignet, les mains et les doigts.
Les personnes gauchères sont plus susceptibles de développer un kyste au poignet gauche, tandis que les droitiers sont plus susceptibles de le développer du côté droit.
Généralement, les personnes touchées sont des enfants ou des jeunes.

S’il ne cause pas de douleur ou d’inconfort, il peut être ignoré et parfois, il disparait sans aucun traitement.

 

Les kystes synoviaux au poignet sont-ils dangereux?
Les kystes synoviaux sont bénins. Dans certains cas, le kyste s’en va tout seul et il n’y a pas besoin de traitement.
Un kyste est inoffensif, mais peut provoquer une légère douleur, surtout si il est situé à côté d’un nerf.

 

Causes d’un kyste synovial ou arthro-synovial au poignet?

La raison pour laquelle les kystes se forment n’est pas claire, mais ceux-ci peuvent être liés au vieillissement ou à de blessures aux articulations ou aux tendons. Cela se produit lorsque la membrane qui entoure une articulation ou un tendon est endommagée, ainsi le liquide synovial se regroupe et forme une bosse sous la peau.
Personne ne sait ce qui cause un kyste synovial. Certaines théories sont que :

• Le corps réagit à une blessure , à un traumatisme ou à une surcharge pour former une «boulle» à l’intérieur.
• Les petites déchirures dans la membrane du tendon ou dans les capsules de l’articulation permettent l’écoulement de liquide.
• Les kystes au poignet touchent particulièrement les personnes qui font des activités avec des mouvements répétitifs du poignet comme les guitaristes, ou les bassistes et celles qui font de nombreux exercices de musculation en salle.
• Souvent, le patient a une tendinite des tendons fléchisseurs ou extenseurs des doigts, puis avec le temps développe des kystes au poignet ou de la main.
• l’utilisation de la souris ne provoque pas de kystes, surtout on utilise un tapis adapté.
• L’utilizzo del mouse non provoca le cisti, soprattutto se si utilizza il tappetino adatto.

 

Symptômes des kystes synoviaux ou arthro-synoviaux au poignet

Les symptômes d’un kyste au poignet sont :

• Gonflement évident sur le poignet dans une zone plus petite qu’une pièce de monnaie.
• Le nodule est capable de changer sa taille, on peut également observer la résorption, c’est-à-dire qu’il disparaît complètement
• Cette boule n’est généralement pas dure et se déplace.
• Dans certains cas, le nodule est douloureux, en particulier si il est situé à la base des doigts.
• La douleur s’aggrave quand on bouge les articulations proches.
• Le tendon concerné peut provoquer une sensation de faiblesse musculaire.
• Le dos des mains et des poignets sont les parties les plus fréquemment touchées.

D’autres endroits fréquents sont l’arrière du genou ( kyste de Baker), la cheville, le pied, la paume et les doigts.

 

Le kyste liquide au poignet peut disparaître?
Environ 30-50 pour cent des kystes synoviaux ou arthro-synoviaux disparaissent par eux-mêmes sans avoir besoin de soins médicaux.
Si les kystes sont douloureux, ils peuvent interférer avec la mobilité, provoquer des sensations d’engourdissement ou de picotements, consultez votre médecin.

 

Diagnostique des kystes synoviaux ou arthro-synoviaux au poignet

Les kystes ganglionnaires sont diagnostiqués à l’aide de plusieurs tests, parmi lesquels :
• Les antécédents médicaux,
• L’examen physique,
• L’échographie pour voir kystes invisibles, c’est-à-dire qui ne sont pas visibles,
• La radiographie,
• L’aspiration à l’aiguille fine (une aiguille fine est utilisée pour prélever du liquide, qui est ensuite examiné en laboratoire).

 

Quels nodules peuvent être quelque chose d’autre?

Oui, et il est important de faire un examen médical approfondi pour s’assurer que ce soit simplement un kyste synovial.

Alors que la plupart des protubérances qui sont formées sur le poignet et la main sont des kystes synoviaux ou arthro-synoviaux, il existe d’autres maladies qui impliquent des traitements différents.
D’autres types de bosses, comme un lipome ou une tumeur à cellules géantes, une infection, des éperons osseux et d’autres maladies peuvent provoquer des bosses sur le poignet.
Il est important de vérifier la consistance du kyste, s’il est solide, il ne peut pas être de type synovial et donc il est nécessaire d’approfondir pour comprendre de quoi il s’agit.

Le kyste synovial ou arthro-synovial n’est pas malin.

 

Quel est le traitement des kystes au poignet ?

cisti-del-polsoLa médecine moderne a beaucoup progressé, en effet, avant on utilisait un gros livre pour faire éclater le kyste et en faire sortir le liquide, ou on écrasait le renflement afin de le faire retourner à l’intérieur du poignet .

Il existe plusieurs méthodes que les médecins utilisent pour enlever le kyste et son contenu.

Immobilisation de l’articulation
Depuis les kystes synoviaux peuvent se produire en raison de stress répété appliqué sur l’articulation impliquée, les médecins recommandent généralement au patient d’immobiliser l’articulation pour permettre au kyste de réduire de taille.
Une orthèse de poignet ou une attelle à la main et au poignet sont fréquemment utilisées dans un premier temps et, dans certains cas, c’est une thérapie très efficace.

Aspiration du kyste au poignet
Si l’immobilisation ne réduit pas la taille, les médecins recommandent généralement le drainage du kyste.
En fonction de la viscosité du contenu, avant que le médecin peut d’abord injecter une enzyme dans le kyste pour aider à réduire la densité du liquide qu’il contient.
Une autre aiguille est ensuite insérée pour drainer le kyste.
Après le drainage, certains médecins effectuent une injection de cortisone pour réduire les risques de récidive .

 

Remèdes naturels

Dans le passé, les remèdes faits-maison incluaient une crème ou une pommade à usage topique, comme l’arnica ou comme des enveloppements à l’argile ou avec de la glace.
Ces formes de traitement ne sont plus recommandées, car il n’a pas encore été démontré l’utilité de ces remèdes naturels.

Comment peut-on retirer un kyste au poignet ?
Il existe plusieurs méthodes possibles de traitement.
Le chirurgien orthopédiste peut insérer une aiguille dans le kyste pour aspirer le liquide, dans certains cas, c’est une thérapie efficace.
Cependant, le liquide gélatineux à l’intérieur du kyste n’est pas toujours possible à extraire avec une aiguille. En outre, ce traitement laisse à l’intérieur du poignet le revêtement du kyste et celui-ci se réforme dans 50% des cas.
La physiothérapie peut aider à réduire les symptômes, notamment grâce aux ultra-sons qui peuvent être faits aussi dans l’eau, mais la physiothérapie ne résout pas le problème.
Le traitement définitif est d’enlever le kyste au poignet avec une procédure chirurgicale.
Pendant l’opération, le kyste au poignet est enlevé, cela signifie que l’on retire le liquide et le revêtement externe.
Habituellement, ce remède est efficace, mais un petit pourcentage du kyste au poignet opéré revient dans le temps .

 

Intervention chirurgicale

Quand faut-il opérer ? A quel médecin faut-il s’adresser ?
L’orthopédiste est le médecin spécialisé qui pratique la chirurgie au poignet.
Lors de la visite, i cherche à comprendre si l’opération peut être utile, et, dans ce cas, il la recommande.
En général, elle intervient dans le cas d’une douleur qui affecte les activités quotidiennes.

Il existe deux procédures chirurgicales qui peuvent être utilisés pour enlever un kyste du poignet :

• La chirurgie « à ciel ouvert », le chirurgien fait une incision de taille moyenne au-dessus du tendon ou à l’articulation concernée.
• chirurgie arthroscopique, un type de chirurgie mini-invasive où on effectue des incisions plus petites et une petite caméra, appelée arthroscope, est utilisé par le chirurgien pour voir à l’intérieur de l’articulation.
En utilisation l’arthroscope comme guide, on insère les instruments pour enlever le kyste à travers l’incision.
Les deux techniques peuvent être réalisées sous anesthésie locale ou régionale, selon l’endroit où le kyste est situé et selon l’anesthésie qui est la plus appropriée en fonction de l’état du patient.

 

Est-il préférable de faire une chirurgie ouverte ou une chirurgie arthroscopique pour les kystes du poignet ?
Les deux techniques ont la même efficacité dans l’élimination des kystes et dans la réduction du risque de récidive.
La chirurgie mini-invasive provoque moins de douleurs après l’opération, même si les délais d’attente sont souvent plus long.
Il y a un petit pourcentage de personnes qui développent un autre kyste synovial après la chirurgie, environ 30/40 %.
La chirurgie ouverte laisse une petite cicatrice sur le poignet, mais avec le temps, elle se voit de moins en moins.

Le postopératoire est court et il n’y a pas besoin de rééducation, après quelques jours, on peut tranquillement reprendre les activités quotidiennes, mais il faut suivre les instructions du chirurgien.
Si le patient éprouve des douleurs postopératoires, il peut faire un traitement au laser ou par ultrasons pour soulager les symptômes .

 

Complications

L’ablation d’un kyste au poignet ou à la main est une opération mineure, donc les complications sont rares et rarement graves.
Le test d’évaluation préliminaire avant l’opération devrait s’assurer que les risques sont aussi bas que possible.
Il y a toujours la possibilité qu’un kyste au poignet revienne après le traitement. Dans ce cas, il peut être à nouveau enlevé, avec une bonne probabilité de succès. Avec une intervention chirurgicale supplémentaire, le risque de complications augmente, comme, par exemple, des dommages qui peuvent survenir aux nerfs environnants.