La rupture du tendon d’Achille

La rupture du tendon d’Achille est une blessure qui affecte l’arrière de la jambe au-dessous du mollet.

Elle se produit principalement chez les sportifs, en particulier chez les joueurs de football.
Le tendon d’Achille est un fort cordon fibreux qui relie les muscles du mollet au talon.

Si on étire trop le tendon d’Achille, il peut se déchirer. Le tendon peut se rompre entièrement ou partiellement.
En cas de rupture du tendon d’Achille, on peut entendre le bruit d’une déchirure ou un fouet, suivie d’une forte douleur immédiate à l’arrière de la cheville et de la jambe qui réduit généralement la capacité de marcher correctement.


La rupture du tendon d'Achille

 

Qu’est-ce qui peut provoquer des lésions au tendon d’Achille?

Une blessure au tendon d’Achille peut être causée par:

• Une utilisation excessive
• Une augmentation trop vite du niveau d’activité physique
• Ne pas avoir fait assez d’étirements avant l’entraînement ou la compétition
• Porter des talons hauts régulièrement : lorsque on les enlève, cela augmente le stress sur le tendon
• Des muscles ou des tendons des jambes trop raccourcies
• La lésion peut être dégénérative due à une tendinite du tendon d’Achille non traitée
• Le tendon d’Achille peut se rompre à cause de certains médicaments, en effet, il y a certains antibiotiques qui peuvent la provoquer, tels que la lévofloxacine.

Dans cette maladie, l’impact d’un pas provoque l’aplatissement de la voûte plantaire du pied, l’étirement des muscles et des tendons.

Les blessures du tendon d’Achille sont fréquents chez les personnes qui participent à ces sports:

• Course à pied
• Gymnastique
• Danse
• Football
• Baseball
• Basket-ball
• Tennis
• Volley-ball

Il est plus facile de se rompre le tendon d’Achille en faisant un mouvement brusque. Par exemple, un sprinter pourrait avoir une lésion en début de course. La brusque contraction du muscle peut être trop stressante pour le tendon. Les hommes de plus de 30 ans sont particulièrement à risque de blessure du tendon d’Achille.
La prévention de cette blessure est possible en faisant des étirements avant l’exercice physique et avec un bon échauffement.

 

Signes et symptômes d’une rupture du tendon d’Achille

Rupture du tendon d’Achille,micro-blessuresOn peut ressentir une vive douleur soudaine à l’arrière de la cheville ou du mollet. Elle est souvent décrite comme «quelqu’un qui lancerait une pierre contre la cheville. »
On devrait entendre un bruit fort similaire à un claquement ou à un éclatement.
Un affaiblissement ou une dépression, peut se faire sentir et être vu au niveau du tendon, quelques centimètres au-dessus du talon.

 

Les symptômes d’une rupture du tendon d’Achille

Les symptômes d’une rupture complète du tendon d’Achille sont une forte douleur soudaine dans le tendon, souvent décrite comme si on recevait un coup par derrière. Ceci est accompagné par un bruit comme une explosion.
Au début, on sent une raideur, un gonflement et de la douleur, puis alors on voit un hématome et le mollet devient faible ou totalement inefficace.
La douleur peut diminuer rapidement et les petits tendons peuvent permettre de conserver la capacité de pointer vos orteils. Sans le tendon d’Achille, il est presque impossible de plier la pointe des pieds vers l’avant (flexion plantaire).
Marcher sur la pointe des pieds devient impossible.
Une déchirure complète est plus fréquente qu’une déchirure partielle.

 

Diagnostic

L’athlète est incapable de marcher correctement ou de se tenir sur la pointe des pieds. On peut voir un trou dans le tendon, à l’endroit où il est déchiré et il est probablement très gonflé.
Un résultat positif au test de Thompson peut aider à confirmer le diagnostic.
Ce test s’effectue en serrant le muscle du mollet des deux côtés avec l’athlète en position couchée (allongé sur le ventre).
Si le pied ne bouge pas, il faut suspecter une rupture complète.
Ce test permet d’isoler la connexion entre le muscle du mollet et le tendon et permet d’éliminer les autres tendons qui peuvent encore permettre un mouvement faible.

Le médecin peut faire ce diagnostic avec un bon examen physique. Une radiographie n’est généralement pas réalisée car elle ne montre que les os.
L’échographie et l’imagerie par résonance magnétique sont des examens qui peuvent aider le diagnostic.
Selon la gravité de la blessure, ces tests peuvent également aider à déterminer quel traitement sera le plus adapté.

 

Que faire ? Thérapie et des médicaments

Le meilleur traitement pour une lésion au tendon d’Achille dépend de l’âge, du niveau d’activité physique et de la gravité de la rupture. En général, les personnes les plus jeunes et les plus actives choisissent de subir une intervention chirurgicale pour réparer une déchirure complète du tendon d’Achille, tandis que les personnes âgées sont plus susceptibles d’opter pour un traitement non chirurgical.

Cependant, des études récentes ont montré une efficacité similaire dans la prise en charge chirurgicale et non chirurgicale.Le traitement conservateur implique généralement une immobilisation : une chevillière ou bien marcher avec des talonnettes pour surélever le talon.
Cela permet à l’extrémité du tendon déchiré de guérir.

Cette méthode peut être efficace, et permet d’éviter les risques associés à la chirurgie, comme les infections. Cependant, la probabilité d’une nouvelle rupture peut être plus élevée avec une approche non-chirurgicale et la récupération peut prendre plus de temps.
Si elle se rompt à nouveau, la correction chirurgicale peut être plus difficile.
Même si elles peuvent être très affaiblissantes, les blessures mineures du tendon d’Achille doivent se guérir par elles-mêmes.
Il faut seulement donner au corps le temps nécessaire pour soulager la douleur.

Pour accélérer la guérison, il est possible de :

• Gardez la jambe au repos .
• Évitez de mettre du poids sur la cheville blessée autant que possible.
• il peut être nécessaire d’utiliser des béquilles.
• Appliquer des poches de glace. Pour réduire la douleur et le gonflement, on peut tenir la cheville dans l’eau fraîche pendant 20 minutes, toutes les trois ou quatre heures pendant les deux premiers jours.
• Comprimer la jambe. Utilisez un bandage élastique autour de la jambe et de la cheville pour stimuler l’absorption du gonflement.

Surélever la jambe. Placez la jambe sur un coussin lorsque vous êtes assis ou couché.
Prenez des analgésiques ou des anti-inflammatoires. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’ibuprofène peuvent aider à réduire la douleur et le gonflement.
Cependant, ces médicaments ont des effets secondaires tels qu’un risque accru de saignement et celui de développer un ulcère.
Ils ne doivent être utilisés que de temps en temps, sauf si votre médecin vous les prescrit et doivent être pris après les repas.
Utilisez une talonnette. Le médecin peut conseiller d’insérer une talonnette ou une semelle plantaire dans la chaussure pendant que vous récupérez.
Cette solution sert à protéger le tendon d’Achille d’un allongement supplémentaire.
Effectuer des étirements et des exercices de renforcement tel que ceux recommandés par le physiothérapeute.
Habituellement, ces thérapies sont suffisantes. Mais dans les cas les plus graves de blessures au tendon d’Achille, il peut être nécessaire d’être plâtré pendant une période de six à dix semaines, ou également de subir une chirurgie réparatrice du tendon ou une chirurgie pour enlever les tissus en excès.

Intervention chirurgicale
L’opération est une option pour le traitement d’une rupture du tendon d’Achille, la procédure est appelée réparation du tendon.

cicatrice,intervention, chirurgicale,opération,tendon,Achille
Cicatrisation post-chirurgie

La réparation du tendon d’Achille comprend une incision le long de la partie arrière de la cheville.
Habituellement l’incision est faite latéralement à la ligne médiane, de sorte que les chaussures ne frottent pas sur la zone de la cicatrice.
On identifie les extrémités déchirées du tendon d’Achille et on met de solides points de suture à ces deux extrémités du tendon.
Ces fortes sutures se lient ensemble pour réparer le tendon d’Achille.
L’intervention est réalisée sous anesthésie locale ou régionale et ne fait pas mal, mais quand les effets de l’anesthésiant passent, le patient peut ressentir de la douleur pendant le mouvement.

 

Complications

Les complications les plus fréquentes et préoccupantes après une réparation du tendon d’Achille sont les problèmes de guérison de la blessure.
La peau sur le tendon d’Achille ne guérit parfois pas bien.
D’autres problèmes potentiels sont une infection, la rigidité de la cheville et de nouvelles lésions au tendon (rechute).

 

Pronostic de la rupture du tendon d’Achille

La majorité des personnes retourne à des niveaux normaux d’activité avec le traitement chirurgical ou conservateur.
La majorité des études indiquent un meilleur résultat avec l’opération.
Les athlètes peuvent avoir un retour plus rapide à l’activité et une plus faible incidence de nouvelles lésions.
La physiothérapie peut accélérer le temps de récupération.
Généralement, lorsque la partie cassée guérit, il reste une petite bosse dans la zone cicatricielle.
L’atrophie du muscle du mollet est une complication relativement fréquente.
L’appui du poids commence environ six semaines après la rupture, avec un support sous le talon.
En général, on peut retourner courir après quatre à six mois. Avec beaucoup de motivation et de thérapie physique, les athlètes de haut niveau peuvent récupérer plus tôt et trois mois après la blessure, ils peuvent retourner courir.

 

Rééducation

0-3 semaines: attelles réglables verrouillées à 30 ° de flexion plantaire (on ne met pas de plâtre).
Il n’est pas toléré de charge pendant 3 semaines, il n’est pas possible de marcher sur la pointe des pieds. Contrôle de la douleur et de l’œdème (c’est-à-dire cryothérapie, médicaments, massages et thérapie au laser). Mouvements des orteils, petit mouvement délicat du pied dans l’attelle, surélévation de la jambe tendue, flexion et extension du genou.
Pour maintenir la forme physique, il est conseillé de faire du vélo en appuyant avec le talon, de faire des entrainements avec des poids et de faire de la natation.

3-8 semaines : augmenter progressivement la charge sur la jambe blessée et effectuer une rééducation progressive en suivant sa propre tolérance.
Après 6 semaines, on peut passer à la charge complète.
Marcher avec une orthèse en augmentant de 5 ° chaque semaine jusqu’à 10 ° de flexion plantaire.

Après 8 semaines, on peut porter des chaussures avec talon haut (c’est-à-dire des bottes de cow-boy).
On peut faire des exercices isométriques des muscles du membre inférieur à l’exception du mollet, on peut également faire de légers mouvements de flexion dorsale active de la cheville jusqu’à étirer doucement le tendon d’Achille.
Augmenter progressivement l’intensité et l’ampleur des mouvements isométriques du tendon d’Achille.
Lentement augmenter l’amplitude de mouvement et l’extension passive du tendon d’Achille après 6 semaines.
Faire les exercices proprioceptifs et renforcer les muscles intrinsèques.

A 6 semaines, on peut ajouter le vélo avec l’appui du talon sur la pédale. Séances d’entraînement en eau profonde. Traitement des tissus mous quotidien.
8-12 semaines: charge complète avec talonnette si tolérée, entraînement en suivant son propre rythme.

Porter une chaussure normale. Commencer à augmenter progressivement les exercices actifs e contre la résistance du tendon d’Achille (c’est-à-dire des exercices de renforcement isométriques, isotoniques, et avec les élastiques).
Il faut arriver à réaliser l’amplitude complète du mouvement passif du tendon, sans forcer.
Progresser avec les activités de cyclisme et de natation.
On peut conduire avec l’attelle.

3-6 mois : Retirez les talonnettes sous le talon.
Effectuer des exercices en chaîne cinétique fermée, par exemple : squats, fentes, hausse sur la pointe bilatérale des pieds, soulèvement de la pointe des pieds, contractions excentriques lentes et contrôlées avec le poids du corps.
On peut effectuer les activités suivantes : vélo, versaclimb (simulateur d’escalier), rameur, NordicTrack à moins qu’il y ait une fibrose excessive, on peut faire un programme directement à domicile.

6 mois : progresser dans l’entraînement jogging/course, sauts et exercices excentriques.
On peut passer à des activités sportives non compétitives, des exercices de simulation du sport pratiqué.

8-9 mois : Retour au sport de compétition et aux travaux lourds.