Capsulite rétractile

La capsulite rétractile ou épaule gelée est une pathologie qui touche la capsule articulaire de l’épaule.

La capsule articulaire est un manchon fibreux qui entoure et contient l’articulation de l’épaule.
C’est une structure très importante parce qu’elle maintient unie l’humérus à l’omoplate.

La caractéristique principale de la capsulite rétractile est la perte de mobilité et d’ampleur de mouvement articulaire sur tous les plans.

Épaule, capsulite, adhésive, douleur, adhérences, tendons, muscles
Anatomie de l’épaule

La capsulite ou frozen shoulder (épaule geée) provoque beaucoup de douleur quand on tente de lever le bras, même si le mouvement est passif.
La capsule articulaire n’est pas enflammée mais des adhérences cicatricielles se forment et la production de collagène augmente.
Cela comporte la formation d’un nouveau tissu fibreux.

La capsule devient épaisse et volumineuse, elle perd de son élasticité et se rétracte en empêchant les mouvements.
Le liquide synovial diminue progressivement.
Cette maladie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Si le patient est droitier, l’épaule gauche sera touchée.

Généralement, l’âge d’apparition est entre 45 et 65 ans. Il est rare d’avoir une capsulite rétractile bilatérale.
La durée de la maladie est de plusieurs mois, habituellement elle se résout en 1,5 ou 2 ans.

 

Quelles sont les causes de la capsulite rétractile ? 

Il n’existe pas de cause certaine, mais il y a des facteurs prédisposants.
Les personnes qui ont plus de probabilité que les autres d’avoir la capsulite sont les personnes qui :

  • souffrent de diabète, de cholestérol élevé et de cardiopathies ;
  • ont subi un traumatisme important, par exemple une fracture ou une luxation ;
  • ont subi une intervention chirurgicale, par exemple la mastectomie.

Il y a beaucoup de théories, certains pensent que la capsulite est d’origine dysmétabolique, neurologique, endocrinienne et d’autres croient que l’étiopathogénie est un effet secondaire de certains médicaments.

 

Quels sont les symptômes de la capsulite rétractile ?

La capsulite rétractile se divise en trois phases.

Douleur, capsulite, rétractile, gelée, épaule, blocage, adhérences
Capsulite rétractile, douleur de l’épaule
  1. La première phase (douloureuse ou de refroidissement) consiste en une inflammation de la capsule articulaire et une contracture des muscles rotateurs.
    La douleur est très forte et peut être constante et on peut la ressentir même la nuit.
    Cette phase peut durer d’environ 6 semaines à 3 mois.
  2. La deuxième phase est celle où se produit le gel de l’épaule.
    L’aggravation est progressive et atteint son appogée après 2 mois environ.
    La mobilité est réduite en flexion, en abduction, en rotation interne et externe, l’extension est rarement limitée.
    La différence principale entre la capsulite rétractile et les autres maladies de l’épaule est le blocage rigide quand on atteint la limite du mouvement.
    Il n’est pas possible de gagner de l’amplitude articulaire, même si on force le mouvement du bras.
    L’amplitude du mouvement passif et actif est la même.
    La limitation fonctionnelle peut être très grave, le patient ne peut pas effectuer de travaux manuels, en plus il peut avoir des difficultés dans les activités quotidiennes.
    Il peut devenir impossible d’effectuer des mouvements qui demandent la rotation interne de l’épaule : attacher le soutien-gorge, laver l’épaule, se coiffer, sortir le porte-feuille de la poche ou saisir la ceinture de sécurité.
    Il y a des facteurs climatiques qui aggravent les symptômes : le froid et le changement des conditions atmosphériques.
    Les activités répétitives peuvent causer une augmentation temporaire de la douleur.
    Certains patients ne réussissent pas à effectuer une rééducation correcte en salle de sport à cause de la douleur.
    Le deuxième stade dure environ un an.
  3. La troisième et dernière phase (dégel) est caractérisée par l’augmentation de l’élasticité de la capsule.
    La mobilité de l’articulation augmente et dans 90 % des cas, le patient récupère l’amplitude complète du mouvement articulaire.

 

Quels sont les examens instrumentaux les plus utiles ?

Les examens les plus utiles sont l’IRM (Imagerie par résonance magnétique) et le scanner.
Ces instruments de diagnostic montrent les conditions des tissus mous, c’est-à-dire la capsule articulaire, les ligaments et les tendons.
Si le sujet souffre de capsulite rétractile, les examens montrent un épaississement de la capsule et des retraits capsulaires qui contiennent du liquide synovial.

Il est possible que le médecin conseille d’effectuer des analyses de sang afin de contrôler la glycémie et le cholestérol.

 

Comment est-ce que l’on effectue le diagnostic de l’épaule gelée ?

Le diagnostic est clinique, le physiatre ou l’orthopédiste analyse les antécédents et fait un examen objectif.
La caractéristique la plus importante est la réduction de l’amplitude du mouvement passif de l’épaule.
Le médecin doit effectuer des tests de mouvement actif et passif, s’il n’y a pas de différences il doit soupçonner la capsulite.
Tous les mouvements doivent être douloureux, en particulier la flexion et les rotations.
Le diagnostic différentiel s’effectue en considérant la lésion de la coiffe des rotateurs, les calcifications, la périarthrite, la bursite et le syndrome du conflit à l’épaule.