Ganglion sentinelle

Le ganglion sentinelle est le premier ganglion lymphatique dans lequel les cellules tumorales d’une tumeur primaire ont le plus de probabilités de se transmettre. Il peut y avoir, parfois, plus d’un ganglion sentinelle.

Que sont les ganglions lymphatiques ?
Les ganglions lymphatiques (ou nœuds lymphatiques ou lymphonœuds) sont de petits organes ronds qui font partie du système lymphatique.


Il y en a beaucoup dans tout le corps et ils sont reliés entre eux par les vaisseaux lymphatiques. On trouve des groupes de ganglions dans le cou, les aisselles, le thorax, l’abdomen, les jambes et l’aine.
Un liquide clair appelé lymphe coule dans les vaisseaux sanguins et les ganglions.
La lymphe qui coule dans les vaisseaux sanguins vient d’un liquide (liquide interstitiel) qui se répand ou s’écoule de certains petits vaisseaux sanguins appelés capillaires.

Ce liquide contient beaucoup de substances comme le plasma sanguin, les protéines, le glucose et l’oxygène. Il touche la majorité des cellules du corps et transporte l’oxygène et les nutriments pour la croissance et la survie des cellules. Le liquide interstitiel recueille également les déchets des cellules et d’autres substances, comme les bactéries et les virus à éliminer.
Les vaisseaux lymphatiques du corps rejoignent deux larges canaux à la base du cou. Ces canaux écoulent la lymphe dans le flux sanguin. Les ganglions lymphatiques sont des parties importantes du système immunitaire du corps. Ils contiennent des lymphocytes B, des lymphocytes T et d’autres types de cellules du système immunitaire. Ces cellules contrôlent la présence de micro-organismes étrangers dans la lymphe, comme les bactéries et les virus.
Si un agent étranger est présent, certaines cellules s’activent et déclenchent une réponse immunitaire. Le ganglion est appelé réactif quand les lymphocytes réagissent contre un micro-organisme infectieux. L’analyse des ganglions est importante pour déterminer si les cellules tumorales ont développé la capacité de se répandre à d’autres parties du corps. Il ne faut pas confondre la présence de cellules cancéreuses avec des ganglions gonflés.

Beaucoup de types de cancer se répandent par le système lymphatique et les premières zones qu’ils atteignent sont les ganglions lymphatiques proches. C’est pour cette raison que le ganglion sentinelle est un des facteurs pronostiques les plus importants.

 

Biopsie du ganglion sentinelle

La biopsie du ganglion sentinelle (BGS) est une procédure dans laquelle le ganglion sentinelle est isolé, enlevé et examiné pour déterminer si des cellules tumorales sont présentes.
On effectue un examen histologique en laboratoire en analysant les cellules au microscope.
Un résultat négatif de la biopsie indique que le cancer ne s’est pas répandu à d’autres organes ou aux ganglions lymphatiques proches.
Un résultat positif de la BGS indique que le cancer s’est développé à l’intérieur du ganglion sentinelle et qu’il peut être présent dans des ganglions proches (appelés ganglions régionaux) et, éventuellement, dans d’autres organes.
Cette information peut aider le médecin à déterminer le stade du cancer (extension de la maladie dans le corps) et à développer un traitement adéquat.

 

Pourquoi doit-on effectuer la biopsie du ganglion sentinelle ?

On effectue la biopsie du ganglion sentinelle pour déterminer si les cellules tumorales se sont déplacées dans le système lymphatique.
On emploie la BGS régulièrement pour les personnes qui souffrent de cancer du sein ou de mélanome.
Toutefois, on a également recours à la biopsie du ganglion sentinelle en cas d’autres types de cancer :

 

stades. cancer, vessieRisques de la biopsie

Généralement, la biopsie du ganglion sentinelle est une procédure sûre, mais comme pour toute intervention chirurgicale, elle peut présenter des complications :

  • saignements ;
  • douleurs ou ecchymoses dans la zone de la biopsie ;
  • infection ;
  • réaction allergique au colorant employé pour la procédure ;
  • lymphœdème : une maladie dans laquelle les vaisseaux lymphatiques ne réussissent pas à drainer correctement la lymphe d’une région du corps, provoquant ainsi l’accumulation de liquides et le gonflement.

 

À quoi doit-on s’attendre ?

Après avoir prélevé un échantillon de tissu, il faut identifier le ganglion sentinelle. Il existe deux méthodes.

  1. Solution radioactive. On injecte une solution radioactive faible près de la tumeur. Cette solution rejoint le système lymphatique et se dirige vers les ganglions sentinelles. On effectue généralement cette injection plusieurs heures ou jours avant l’opération chirurgicale d’ablation du ganglion sentinelle.
  2. Colorant bleu. Le médecin peut injecter un colorant bleu inoffensif (appelé bleu de méthylène) près de la tumeur. La teinture entre dans le système lymphatique, atteint les ganglions sentinelles et les colore de bleu brillant. En général, on injecte le colorant bleu juste avant l’opération chirurgicale d’ablation du ganglion sentinelle.En général, l’administration de la solution radioactive ou du colorant bleu pour identifier les ganglions sentinelle dépend de la préférence du chirurgien.

La lymphoscintigraphie est un examen diagnostique que l’on effectue dans le département de médecine nucléaire.
Cette procédure permet d’identifier la tumeur ganglionnaire avec un dispositif appelé « gamma-caméra », après avoir injecté un produit radio pharmaceutique (un colorant peu radioactif).
La procédure de marquage et la biopsie des ganglions sentinelles impliquent l’exposition à des doses de radiations, bien que très faibles.
Pour cette raison, le médecin qui effectue l’examen doit avoir des compétences spécifiques.

 

Comment s’effectue la biopsie du ganglion sentinelle ?

Les chirurgiens effectuent généralement la biopsie du ganglion sentinelle sous anesthésie générale, le patient n’est donc pas conscient lors de l’intervention.
Le chirurgien commence en pratiquant une petite incision au-dessus des ganglions lymphatiques.
Si on a injecté la solution radioactive avant l’intervention, le chirurgien emploie une technique particulière et un petit instrument portatif, appelé détecteur gamma, pour déterminer la région d’accumulation de la radioactivité et identifier les ganglions sentinelles.
Si le médecin a utilisé le colorant bleu, les ganglions sentinelles se teignent de bleu et deviennent visibles.
Dans la majorité des cas, le chirurgien élimine les 2 ou 3 ganglions sentinelles présents et les envoie chez un pathologiste pour examiner au microscope le tissu cancéreux.
Dans certains cas, on peut effectuer en même temps la biopsie du ganglion sentinelle et l’intervention chirurgicale pour enlever l’éventuel cancer.
Dans d’autres cas, on peut effectuer la biopsie du ganglion sentinelle avant ou après l’intervention chirurgicale pour enlever la tumeur.
Toutefois, l’examen improvisé du ganglion peut donner un faux négatif et il pourrait être nécessaire d’effectuer une intervention chirurgicale d’ablation après avoir fait l’examen histologique.

 

Après la biopsie du ganglion sentinelleGanglion sentinelle

Après la biopsie du ganglion sentinelle, on déplace le patient dans une salle de réveil, où le personnel de santé contrôle si des complications postopératoires se produisent.
Si le patient ne se soumet pas à d’ultérieures opérations chirurgicales, il peut retourner chez lui, le jour même. Le temps de récupération pour reprendre les activités normales dépendent de la situation.
Si la biopsie du ganglion sentinelle est effectuée pendant l’intervention chirurgicale pour enlever le cancer, le temps d’hospitalisation dépend de la gravité de l’opération.

 

Est-ce qu’on emploie la biopsie du ganglion sentinelle pour classer tous les types de cancer ?

Non, on l’emploie plus fréquemment pour déterminer le stade du carcinome du sein et du mélanome.
Toutefois, elle est aussi employée pour d’autres types de cancer comme le cancer du côlon, de l’estomac, de l’œsophage, de la tête, du cou, de la thyroïde et du poumon (non à petites cellules).

 

En ce qui concerne le cancer du sein, qu’est-ce qu’a démontré la recherche sur l’emploi de la BGS ?

Les cellules du cancer du sein se répandent en premier lieu aux ganglions situés au niveau des aisselles ou dans la région axillaire près du sein intéressé. Toutefois, dans les cas de cancers du sein près du centre de la poitrine (du sternum), les cellules tumorales peuvent se répandre en premier lieu aux ganglions à l’intérieur du thorax (au-dessous du sternum) avant d’être isolées dans l’aisselle.
En général, le nombre de ganglions lymphatiques dans l’aisselle est compris entre 20 et 40 mais il varie selon les personnes.
Dans le passé, le traitement pour le cancer du sein prévoyait l’élimination de ces ganglions (lors d’une opération appelée ganglionnaire axillaire) pour deux raisons : pour s’accorder avec la classification du cancer du sein et pour prévenir une récidive de la maladie.
Une récidive régionale du cancer du sein se produit quand les cellules tumorales, qui ont migré vers les ganglions proches (ganglions régionaux), donnent lieu à une nouvelle tumeur. L’enlèvement de plusieurs ganglions en même temps peut causer des effets indésirables.
Il existe des études scientifiques sur la possibilité de déterminer le stade du cancer seulement avec la biopsie du ganglion sentinelle.
Naturellement, cela est possible seulement s’il n’y a aucun signe clinique de métastases aux ganglions axillaires, comme les ganglions durs et fixes.
On peut également effectuer la biopsie après avoir effectuée la chimiothérapie.

 

Résultats

Le ganglion sentinelle peut être négatif ou positif.

  1. Ganglion sentinelle négatif : le cancer n’est pas présent dans le ganglion. On n’enlève pas les autres glandes lymphatiques.
  2. Ganglion sentinelle positif : le cancer est présent dans le ganglion. On peut enlever d’autres ganglions dans la région.
Biopsie normale du ganglion sentinelle Biopsie anormale du ganglion sentinelle
Le colorant ou le traceur coule uniformément dans le ganglion sentinelle. Le ganglion a un nombre normal de cellules ganglionnaires. La structure du ganglion et les cellules ont une apparence normale.

 

Il n’y a pas de tumeur.

 

Il est possible que le patient ait une tumeur bénigne dans un organe.

Le colorant ou le traceur ne coule pas uniformément dans le ganglion sentinelle. Le ganglion sentinelle ne peut pas être isolé. On peut observer des cellules tumorales.

 

Les cellules tumorales peuvent provenir des ganglions, comme dans le lymphome de Hodgkin.

 

Les cellules tumorales peuvent se répandre ou créer des métastases à d’autres zones, comme en cas de cancer du sein ou de mélanome.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cas de biopsie du ganglion sentinelle, on prélève moins de tissu mais on en analyse plus par rapport à un curage ganglionnaire standard. S’il y a une tumeur, plusieurs interventions chirurgicales peuvent être nécessaires pour contrôler les autres ganglions.
Le gonflement autour de la région traitée est moins fréquent dans la biopsie du ganglion sentinelle que dans un curage ganglionnaire.
La teinture peut rendre la peau bleue pendant plusieurs jours après la biopsie. L’urine peut devenir verte pendant 1 ou 2 jours. Il est possible d’avoir des résultats faux négatifs du petit échantillon prélevé pendant une biopsie du ganglion sentinelle.

 

Quadrantectomie

La quadrantectomie est une opération chirurgicale dans laquelle on enlève un quadrant (environ un quart) du sein, y compris le tissu qui entoure la tumeur maligne.
Elle est aussi appelée mastectomie partielle ou segmentaire.
Cela réduit le risque que les cellules anormales restent dans le tissu ou se répandent localement ou dans d’autres parties du corps (ce processus est appelé métastase).
Généralement, on effectue l’ablation d’environ un quart de la taille du sein (ici le « quadrant » en quadrantectomie). Ensuite, on reconstruit le tissu qui reste pour minimiser les éventuels défauts esthétiques et de suture.
On peut appliquer dans la peau des drainages temporaires pour éliminer le liquide en excès de la région traité chirurgicalement.
Chez certains patients, on peut enlever les ganglions lymphatiques de la partie inférieure du bras (appelés ganglions axillaires) sur le même côté de la tumeur. Il faut enlever le moins de ganglions possible car en enlever trop risque de causer des complications graves, comme, par exemple, un lymphœdème dans le bras.

Résultats normaux

Chez la majorité des patients, on n’observe pas de récidive du cancer si l’on effectue la quadrantectomie et la radiothérapie.
Une étude a suivi les patients pendant une période de 20 ans après l’opération chirurgicale conservative au sein et a démontré que seulement 9 % des patients ont présenté des récidives du cancer.

 

Risques de la biopsie du ganglion sentinelle

À la suite de l’enlèvement des ganglions axillaires, le risque de lymphœdème est d’environ 10 % et le risque de sensation cutanées anormales (par exemple, perte de sensibilité) est de 20 %.
Environ 17 % des femmes soumises à une intervention chirurgicale conservative du sein a un résultat esthétique médiocre (par exemple, asymétrie ou distorsion). Le risque de complications provoquées par l’anesthésie générale est inférieur à 1 %.

    A lire aussi