Coloscopie et préparation du côlon

La coloscopie est un examen qui permet au médecin d’observer la paroi interne du gros intestin (rectum et côlon) après une préparation adéquate.
Il ou elle emploie un tuyau mince et souple appelé coloscope pour observer le côlon.
Cet examen est réalisé en employant une caméra longue, étroite et souple contenue dans le coloscope. Le médecin introduit le coloscope dans l’intestin par l’anus.

Coloscopie et préparation du côlon
Coloscopie et préparation du côlon

 

Que sont le côlon et le rectum ?

Le côlon et le rectum sont les deux parties principales du gros intestin. Le côlon est seulement une partie du gros intestin ; la majorité du gros intestin est constitué du cæcum, du côlon ascendant, du côlon transverse, du côlon descendant, du côlon sigmoïde et du rectum.

 

Pourquoi effectuer une coloscopie ?

La coloscopie peut être effectuée pour plusieurs raisons. D’habitude, elle est effectuée pour enquêter sur les causes de : sang dans les selles, douleur abdominale, diarrhée, un changement dans la défécation ou une anomalie trouvée dans la radiographie du côlon ou dans le scanner.

Le médecin recommande d’effectuer une coloscopie périodique parce que les risques de polypes ou de cancer au côlon sont majeurs chez :

  • Les individus qui ont déjà eu des polypes ou un cancer du côlon,
  • Certains individus avec des antécédents familiaux de cancer non-intestinaux,
  • Ceux qui ont des problèmes coliques qui peuvent être associés au cancer du côlon (par exemple, la colite ulcérante).


La fréquence avec laquelle il faudrait répéter la coloscopie varie selon les risques et les anomalies trouvées dans la coloscopie précédente.
On suggère aux personnes saines avec un risque normal de cancer du côlon de se soumettre à une coloscopie à partir de 50 ans et de la répéter tous les 10 ans, pour éliminer les polypes au côlon avant qu’il deviennent cancéreux.

 

Préparation de la coloscopie

L’opérateur doit avoir une vision claire de la muqueuse du côlon.
Il est nécessaire d’observer les conseils diététiques de l’hôpital, qui peuvent consister en un régime très léger, pauvre en résidus, pour 1 ou 2 jours avant l’examen.
Le patient peut seulement boire des liquides clairs le matin avant d’une coloscopie effectuée dans l’après-midi.
Par exemple, il est acceptable de sucer une boule de gomme et des sucreries ou de boire de l’eau ou des boissons d’une couleur claire très diluées.
En outre, il faut boire le produit pour le nettoyage de l’intestin à l’heure établie.

Pour vider le côlon, le médecin peut demander de changer l’alimentation :

Suivre une alimentation spéciale le jour précédant l’examen. En général, il ne faut pas manger de nourriture solide le jour précédant l’examen. Les boissons se limitent à des liquides clairs : eau simple, thé ou café sans lait ou crème, bouillon, éviter les boissons gazeuses.

Durant les 3 jours précédants la coloscopie, il faut suivre les recommandations du tableau suivant :

Aliments à éviter Aliments autorisés
Fruits,

Légumes,

Légumineuses,

Céréales complètes,

Jus de fruits avec pulpe.

Fromagesi,

Chocolat,

Boissons alcoolisées,

Concentré de tomates

Viande maigre

Poisson

Fromage faible en graisse

Bouillon

Œufs

Pommes de terre

Lait écrémé

Farine de riz et pain

Vin

Eviter les liquides rouges, qui peuvent être confondus avec le sang pendant la coloscopie.
La nuit avant l’examen, on ne peut rien manger ou boire après minuit.

Prendre un laxatif. Le médecin peut suggérer de prendre un laxatif, en forme de pilules ou en forme liquide.
Probablement, il faut prendre un laxatif le soir avant la coloscopie, ou le médecin peut demander d’employer un laxatif le soir avant et le matin de l’examen.

Utiliser un kit pour le lavage de l’intestin.
Dans certains cas, il pourrait être nécessaire d’utiliser un kit pour le lavage de l’intestin en vente libre, soit le soir avant l’examen, soit quelques heures avant la coloscopie.

 

Ajuster les médicaments

Rappeler au médecin les médicaments que l’on prend au moins une semaine avant l’examen, surtout si l’on prend des médicaments ou des compléments de fer, si l’on prend l’aspirine ou d’autres médicaments anticoagulants, comme la warfarine (Coumadine) ou le clopidogrel (Plavix).
Il pourrait être nécessaire d’ajuster le dosage ou d’arrêter la consommation des médicaments temporairement.

 


Médicaments laxatifs

  • Pour une coloscopie le matin, il faut prendre 3 sachets de laxatif dissous dans 3 litres d’eau 12 heures environ avant l’examen. De plus, le matin de l’examen (vers 6 heures du matin), il faut prendre un autre sachet dissout dans un litre d’eau.
  • Si la coloscopie est prévue dans l’après-midi, il faut prendre 2 sachets de laxatif dissous dans 2 litres d’eau le soir précédent. Puis le matin du jour de l’examen (vers 10 heures), il faut prendre 2 autres sachets dissous dans 2 litres d’eau.

Phospho-soude
Phospho-soude est une poudre disponible comme médicament en vente libre, seul ou comme partie d’un kit qui comprend aussi un laxatif et un lavage de l’intestin ou un suppositoire.
Le médecin effectue la coloscopie et donne des instructions sur le type de kit nécessaire.

On produit une boisson avec trois onces de liquide phospho-soude mêlé avec de l’eau ou, si le médecin le permet, d’autres liquides clairs comme le ginger ale.
Après avoir bu le mélange de phospho-soude, les patients doivent boire encore au moins 3 verres d’un autre liquide clair.

Une partie du kit, ou le reste du kit (laxatifs, lavage de l’intestin ou suppositoire), sont utilisés selon les instructions du médecin.
Ce mélange provoque généralement la stimulation à déféquer entre 30 minutes et 6 heures de l’assomption.
Phospho-soude est aussi disponible en goûts différents pour le rendre plus appétissant.

La majorité des médecins disent aux patients de les appeler si la préparation ne fonctionne pas comme prévu (par exemple, si l’on ne va pas aux toilettes ou si les selles ne déviennent jamais clairs).

D’autres laxatifs :

  • MOVIPREP®
  • KLEAN PREP®
  • FORTRANS®
  • COLOPEG®

 

Phosphate de sodium
Les comprimés à base de phosphate de sodium sont prescrits par le médecin qui effectue la coloscopie. Il y a deux marques différentes, selon la prescription du médecin : fleet phospho-soude et phospho-lax.

La préparation commence à faire effet environ une heure après avoir pris le premier dosage de comprimés.
D’habitude, on prescrit un régime liquide environ 12 heures avant de commencer l’assomption. Les potentiels effets secondaires sont gonflement, nausée, vomissement et douleur abdominale.

 

Que se passe-t-il pendant l’examen ?

La coloscopie se fait à l’hôpital de jour et dure environ 20-40 minutes. On injecte directement dans une veine un sédatif pour provoquer une sensation relaxante et de somnolence pendant que l’on effectue l’examen.

On demande au patient de rester allongé sur le côté pendant l’examen.
Le coloscope est lubrifié avec gélatine et inséré délicatement dans l’intestin par l’anus. Le médecin pompe de l’air délicatement dans l’intestin pour améliorer la visualisation de la muqueuse intestinale. Cela peut causer flatulence dans le patient, mais il est important de retenir l’air jusqu’à ce que le médecin a toutes les images et les échantillons nécessaires.
Aujourd’hui, beaucoup de médecins préfèrent regarder les images de la coloscopie sur un écran au côté du patient, plutôt que regarder directement dans le coloscope.
Les patients peuvent regarder l’écran s’ils veulent.
Parfois, le médecin doit prélever de petits échantillons de tissu.
Cette procédure est complètement indolore.
Le tissu est envoyé au laboratoire pour un contrôle et les résultats devraient être prêts dans quelques jours.

Elimination, polype, coloscopie, douleur, cancer

 

Si l’on élimine un échantillon de tissu, par exemple un polype assez grand, il pourrait être nécessaire de rester à l’hôpital pour quelques heures sous observation pour un possible saignement.

Ensuite, le patient peut reposer jusqu’à ce que les effets de la sédation disparaissent ; après, il peut retourner à la maison.

Les patients ne peuvent pas conduire jusqu’à la maison à cause de la sédation et ils devraient être surveillés par un autre adulte dans les 24 heures suivant la procédure.

 

Récupération après la coloscopie

La coloscopie dure environ 30 à 60 minutes. Des crampes ou des gonflements peuvent se produire durant la première heure après la procédure. Le sédatif a besoin de temps pour disparaître complètement.
Les patient pourraient devoir rester à la clinique pendant 1 ou 2 heures après la procédure. La récupération complète est prévue pour le jour suivant.
Les instructions de l’hôpital devraient être lues et suivies attentivement.
Les patients qui développent un de ces rares effets secondaires devraient consulter immédiatement un médecin :

  • Douleur abdominale forte,
  • Fièvre,
  • Perte de sang importante de l’anus,
  • Vertiges,
  • Faiblesse.

 

A quel âge faudrait-il commencer les coloscopies de routine ?

La coloscopie ordinaire pour chercher les signes précoces de cancer devrait commencer à 50 ans pour la majorité des personnes.
Le médecin peut la recommander avant, s’il y a des antécédents familiaux de cancer du côlon, des antécédents personnels de maladie inflammatoire intestinale ou d’autres facteurs de risque.

 

La coloscopie fait-elle mal ?

Selon certaines personnes, la coloscopie est très gênante ou douloureuse, surtout parce que le médecin pompe beaucoup d’air dans l’intestin ; par conséquent, on pourrait ressentir des sensations similaires à une colique.
D’autres personne ne sentent pas beaucoup de douleur, ainsi cela est très subjectif.
Généralement, après la sédation, le patient dort, mais dans certains cas il reste éveillé.

 

Que faut-il faire après une coloscopie ?

La majorité des personnes est prête pour rentrer à la maison après un repos d’une demi-heure. Il pourrait être nécessaire de rester un peu plus longtemps sous observation, après avoir éliminé des éventuels polypes.

Le sédatif donne généralement une sensation de bien-être et de relâchement.
Toutefois, on ne devrait pas conduire, utiliser des machines, boire de l’alcool, prendre des décisions importantes ou signer des documents dans les 24 suivant l’assomption du médicament.
Il est nécessaire que quelqu’un accompagne le patient à la maison et reste avec lui pendant 24 heures, jusqu’à ce que les effets ont disparu complètement.
La majorité des personnes peut reprendre les activités normales après 24 heures.

L’opérateur écrit une relation (rapport) et l’envoie au médecin qui a demandé la coloscopie. Le résultat d’une biopsie a besoin de quelques jours et peut retarder l’envoi du rapport.


L’opérateur peut aussi dire ce qu’il a vu avant que le patient parte.
Toutefois, après avoir pris un sédatif, il est possible de ne pas se souvenir de ce que le médecin dit.
Pour cette raison, c’est une bonne idée d’avoir un parent ou un ami proche qui peut se souvenir des mots de l’opérateur.

 

Après la coloscopie

Le gonflement abdominal, la douleur et la flatulence se résolvent dans quelques jours.
Ces symptômes sont causés par l’air qui est pompée dans le côlon pendant la procédure. Il est nécessaire de consulter un médecin à nouveau pour parler des résultats de la coloscopie. Le traitement dépend du diagnostic.

 

Y a-t-il des effets secondaires ou des complications après une coloscopie ?

Complications
Les complications se produisent quand il y a des problèmes pendant ou après la procédure. Les problèmes principaux liés à la coloscopie sont énumérés ci-dessous.
Le médecin peut ne pas réussir à voir toutes les viscères. Cela peut survenir si l’intestin n’est pas complètement vide ou s’il n’est pas possible d’insérer le coloscope dans une courbe. Si cela se produit, il pourrait être nécessaire d’effectuer à nouveau la coloscopie ou d’effectuer d’autres tests.
On peut avoir une réaction au sédatif avec des symptômes respiratoires ou cardiaques. Il faut contrôler le patient pendant la procédure et traiter rapidement les symptômes qui se produisent.
Le coloscope et les autres instruments employés pendant la coloscopie peuvent endommager ou déchirer les viscères. Si cela se produit, une opération de réparation pourrait être nécessaire.

On peut avoir une hémorragie forte si le médecin effectue une biopsie ou élimine des polypes.

Rarement, le coloscope peut causer des dommages au côlon. Cela peut provoquer un saignement, une infection et la perforation du côlon.

 

Quelles sont les alternatives de la coloscopie ?

La coloscopie est le meilleur examen pour observer l’intérieur de l’intestin. Toutefois, elle n’est pas adaptée à tous. Si on ne peut pas effectuer une coloscopie, le médecin peut suggérer d’autres examens. Les alternatives principales sont énumérées ci-dessous.

Lavement baryté. Un liquide contenant baryum (une substance qui peut être observée aux rayons x) est inséré dans l’intestin par l’anus. La radiographie de l’abdomen (ventre) montre l’intérieur de l’intestin.

Coloscopie virtuelle. Ce test consiste à faire un scanner de l’abdomen après avoir pompé du gaz dans le côlon pour le déplier. Le scanner emploie les rayons x pour produire des images en 3 dimensions du gros intestin et du rectum.

Sigmoïdoscopie à sonde souple. C’est une procédure similaire à la coloscopie, mais elle emploie un instrument plus court pour observer à l’intérieur du rectum et la partie inférieure de l’intestin.

 

Résultats de la coloscopie

Selon les dimensions et le nombre de polypes, il pourrait être nécessaire de suivre une planification plus rigoureuse dans le futur. Si le médecin relève un ou deux polypes de taille inférieure à 1 centimètre de diamètre, il pourrait être suffisant de répéter la coloscopie après 5 ou 10 ans, selon les autres facteurs de risque pour le cancer du côlon. En cas de polypes plus grands, ou si les cellules ont des caractéristiques spécifiques, le médecin peut recommander une autre coloscopie après 3 ou 5 ans, s’il y a d’autres facteurs de risque.
Si un ou plus polypes cancéreux sont éliminés pendant la coloscopie, le médecin peut conseiller une coloscopie de contrôle dans 3 mois, 6 mois ou un an.


S’il y a un polype ou un autre tissu anormale qui ne peut pas être éliminé pendant la coloscopie, le médecin peut recommander un contrôle à l’hôpital.

Si le médecin est préoccupé pour la qualité de la vision à travers du coloscope, il ou elle peut recommander de répéter la coloscopie après une période plus brève que prévu. Si le médecin ne réussit pas à voir le côlon entier, il peut prescrire un lavage baryté ou une coloscopie virtuelle pour examiner le reste du côlon.