Règles irrégulières, causes, symptômes et traitement

Les règles irrégulières peuvent être une préoccupation pour beaucoup de femmes.
On compare souvent le cycle menstruel à une horloge.
Un cycle est considéré régulier si :

  • Il dure de 21 à 35 jours,
  • Les règles durent de 2 à 7 jours.

Une femme qui a ses règles toutes les 4 semaines est « régulière » et il semble y avoir quelque chose d’anormal chez les femmes qui n’ont pas un tel rythme.
En fait, la plupart des femmes ne commencent pas leur cycle menstruel le même nombre de jours après le début du dernier.

De la puberté jusqu’à la ménopause, les valeurs biochimiques des femmes augmentent et diminuent selon leur propre rythme mensuel appelé cycle menstruel.
Le terme “menstruation” dérive du latin menstrum qui signifie « une fois par mois ».
Des menstruations ou règles régulières sont le signe d’un organisme qui produit des niveaux appropriés d’hormones selon un rythme optimal pour la reproduction humaine.

Règles irrégulières durant et après l’allaitement maternel

Causes 

  • L’allaitement stimule les hormones sexuelles et la production de lait chez la femme. Le niveau d’une hormone appelée prolactine augmente pour provoquer une production majeure de lait et pour bloquer le retour des règles. Lorsque les niveaux de prolactine sont suffisamment élevés, ils bloquent l’action des œstrogènes et de la progestérone et peuvent bloquer l’ovulation.
    Par conséquent, les règles sont absentes.
  • Le cycle revient (retour de couches) lorsque les niveaux de prolactine diminuent. Il peut y avoir des règles irrégulières jusqu’à la stabilisation du niveau des hormones.
  • La réaction de l’organisme durant l’allaitement est différente pour chaque femme. Certaines femmes peuvent avoir des règles après quelques semaines, d’autres peuvent attendre plusieurs mois, même de 9 à 12 mois (aménorrhée lactationnelle).
  • De plus, les règles ne reviennent souvent que si la femme interrompt complètement l’allaitement maternel.
    Pour cette raison, beaucoup de femmes pensent qu’elles n’auront plus de règles ou qu’elles ne pourront plus avoir d’enfants.
  • Il faut savoir que, si une femme a un cycle irrégulier, cela ne veut pas forcément dire qu’il n’y a pas d’ovulation. Pour cette raison, il est important de prendre des précautions si on ne souhaite pas tout de suite une autre grossesse.

Comment faire pour avoir des règles régulières durant l’allaitement

  • Les règles en avance ou en retard peuvent être un motif de préoccupation.
    Le stress physique et émotif peut avoir des effets sur le cycle menstruel. Si l’enfant dort plus de 4 heures pendant la journée et plus de 6 heures pendant la nuit, il est plus probable que les règles redeviennent plus vite régulières.
  • En outre, si l’enfant commence à manger des aliments solides (sevrage) et n’est plus nourri au sein jour et nuit (toutes les 4 ou 6 heures), les règles reviennent plus rapidement que si l’enfant est encore allaité au sein.

Allaitement au sein écologique
L’effet le plus grand de l’allaitement maternel sur les cycles menstruels et sur la fertilité se constate chez les femmes qui pratiquent l’allaitement au sein écologique.
Comme l’explique Sheila Kippley dans son livre « Breastfeeding and Natural Child Spacing » (Allaitement au sein et espacement naturel des naissances), les 7 principes de l’allaitement écologique sont :

  1. Un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de vie (le bébé ne doit pas manger d’autres  liquides ou solides provenant d’autres sources) ;
  2. Le bébé doit s’accrocher au sein de façon confortable ;
  3. N’utiliser ni biberons, ni tétines ;
  4. Dormir avec le bébé pour le nourrir durant les siestes ;
  5. Allaiter fréquemment jour et nuit, sans horaires établis ;
  6. Dormir avec le bébé la nuit pour l’allaiter ;
  7. Éviter toute pratique qui vous sépare de l’enfant.

Beaucoup de mères qui suivent les principes de Kippley sur l’allaitement écologique n’ont pas de règles pendant environ 14 mois.
Chez les femmes qui n’allaitent pas exclusivement au sein (ou qui ne suivent pas toutes ces recommandations), on peut noter un retard dans le retour de leur cycle, mais c’est en tout cas une période brève par rapport à celle des mères qui pratiquent l’allaitement écologique.

 

Le retour des règles dépend de plusieurs facteurs :

  1. Combien de fois on nourrit le bébé au sein ;
  2. Combien de fois on nourrit le bébé au biberon ;
  3. Après combien de temps le bébé utilise la tétine ;
  4. Combien d’heures dort le bébé la nuit ;
  5. La quantité d’aliments solides que mange le bébé ;
  6. La chimie organique du corps maternel ;
  7. La façon de réagir de la mère aux influences hormonales associées à l’allaitement maternel.

Chaque fois que la stimulation du sein diminue, surtout pendant la nuit, il est possible d’avoir le retour des règles.

Est-il possible de tomber enceinte durant l’allaitement ?
Si les règles sont irrégulières ou absentes (aménorrhée), comment peut-on faire pour savoir si on est enceinte ? Est-il possible de tomber enceinte ? Oui.
C’est un assez grand malentendu de croire qu’il n’est pas possible de tomber enceinte durant l’allaitement.
Chez la plupart des femmes, la fertilité diminue durant l’allaitement, mais cela ne veut pas dire qu’elle soit inexistante.
Il n’existe pas de règle pour savoir quand faire le test de grossesse, mais si on a des doutes, il vaut mieux le faire.

 

Règles irrégulières après le retour de couches (grossesse)

  • Le retour de couches sont les premières règles après la naissance du bébé.
    Il n’est pas rare d’avoir des règles irrégulières après l’accouchement.
    Certaines femmes peuvent avoir leurs règles au cours des 10 premières semaines qui suivent l’accouchement, mais cela peut arriver après 5 ou 6 mois, voire un an.
    Les femmes peuvent avoir des cycles irréguliers pendant quelques mois.
    Une ménorragie (forts saignements) peut se produire durant cette période.
  • En outre, il est fréquent d’avoir des règles irrégulières et/ou plus abondantes que d’habitude pendant des mois et des mois après leur retour.
    En l’absence de polypes ou de fibromes, un cycle long et abondant est dû à l’incapacité de l’utérus à se contracter de manière efficace. La cause en est la dilatation pendant la grossesse. Le problème s’améliore avec le temps, lorsque l’utérus revient à ses dimensions normales.

Saignement après l’accouchement (lochies)
Les saignements qui se produisent après l’accouchement s’appellent des lochies. Ce sont des fragments de la muqueuse endométriale qui se perdent lorsque les dimensions de l’utérus se réduisent.

L’hémorragie après l’accouchement est rouge vif les premiers jours et devient rose ou brunâtre la semaine suivante.
Après deux semaines, le saignement se transforme en pertes jaunes ou de couleur crème pendant les 5 semaines suivantes. Il ne s’agit pas là de saignements menstruels.

 

Règles irrégulières durant l’adolescence

Les cycles irréguliers font normalement partie des changements qui peuvent se produire chez les adolescentes jusqu’à 15 ou 16 ans.
La durée des cycles est souvent plus longue et on peut avoir un écart de 3 mois entre deux phases menstruelles.
Avec le temps, le cycle se stabilise. Pour cela, il faut attendre 3 ans après la ménarche (premières règles).

Causes des règles irrégulières chez les adolescentes
Certaines filles peuvent toutefois avoir des règles irrégulières à cause de :

  • Certains médicaments,
  • un excès d’activité physique (règles légères ou absentes),
  • Un poids corporel trop bas ou trop élevé. Le tissu adipeux fonctionne comme une glande ; en effet, il convertit les androgènes en œstrogènes. Ces hormones empêchent la production de gonadotrophines (FSH, LH et hCG) dans l’hypophyse (une glande qui commande les hormones du corps), hormones essentielles au fonctionnement des ovaires.

D’autres jeunes filles peuvent avoir des problèmes suite à un déséquilibre hormonal.
Par exemple, les troubles de la thyroïde peuvent provoquer des irrégularités menstruelles quand les niveaux des hormones thyroïdiennes dans le sang sont trop bas ou trop élevés.

D’autres filles ont des règles irrégulières parce que leur organisme produit trop d’androgènes. Il s’agit d’hormones qui, en excès, provoquent :

  • La croissance des poils sur le visage,
  • L’augmentation excessive de la masse musculaire,
  • Une voix plus masculine,
  • Un développement des poils pubiens,
  • Une taille au-dessus de la moyenne des filles.

Quand faut-il s’inquiéter ?
Si on a ces signes ou si les cycles sont irréguliers pendant au moins 3 ans, il faut consulter le médecin.
Un saignement de couleur sombre n’est pas une raison pour se préoccuper, parce que cela peut être du sang vieux qui est resté dans l’utérus. L’ouverture du col de l’utérus trop serrée peut en être la cause.

 

Règles irrégulières durant la ménopause

Cycles irréguliers
Souvent les règles irrégulières sont l’un des premiers signes de la préménopause.
Bien que les symptômes exacts du cycle irrégulier soient variables, la plupart des femmes ont des règles qui sont irrégulières pendant 3 à 10 ans avant qu’elles ne cessent complètement.
Le niveau des hormones féminines se modifient lorsqu’on approche de la ménopause.
On constate souvent des règles irrégulières parce que le cycle dépend entièrement des hormones.
Ces irrégularités peuvent être aggravées par d’autres problèmes gynécologiques fréquents chez les femmes d’âge moyen.
Par exemple, on peut développer des excroissances utérines telles que :

La diminution de la fertilité est un autre signe de la périménopause qui accompagne les cycles irréguliers et peut devenir un problème émotionnel stressant pour les femmes qui veulent encore tomber enceinte.

Menstruations irrégulières, causes, symptômes et traitement
Règles irrégulières, causes, symptômes et traitement

Causes des règles irrégulières durant la ménopause

Les règles peuvent être très irrégulières quand on s’approche de la ménopause (préménopause).
La ménopause se produit 12 mois après le dernier cycle menstruel.
La grossesse est la cause la plus fréquente de l’aménorrhée.
Si on croit attendre un bébé, il faut se comporter comme si on était enceinte parce que les femmes peuvent maintenir la fertilité jusqu’à 54/55 ans.
On peut utiliser un test de grossesse pour savoir si on est enceinte.
Si une femme n’est pas enceinte, les autres causes de règles absentes ou irrégulières peuvent être les suivantes :

  • Perte ou augmentation excessive de poids. Même si un poids corporel insuffisant est une cause fréquente d’absence ou d’irrégularité des règles, l’obésité peut également provoquer des troubles menstruels.
  • Troubles alimentaires, comme l’anorexie ou la boulimie nerveuse.
  • Trop de sport. L’aménorrhée est fréquente chez les athlètes de haut niveau.
  • Stress émotionnel.
  • Maladies.
  • Voyages.
  • Médicaments, comme la pilule contraceptive, qui peuvent provoquer des cycles plus légers, plus rares, plus fréquents ou absents.
    Après l’arrêt de la pilule, il est fréquent de sauter un cycle ou d’avoir des variations dans la durée des cycles.
  • Problèmes hormonaux. Cela peut provoquer un changement du niveau des hormones dont le corps a besoin pour provoquer les règles.
  • Consommation de drogues illicites.
  • Problèmes aux organes pelviens, comme :

Il faut savoir que l’on peut tomber enceinte même si les règles sont irrégulières. Il faut utiliser des contraceptifs si on ne veut pas avoir d’enfant.

L’insuffisance ovarienne précoce se produit lorsque les règles :

  • N’apparaissent pas du tout (aménorrhée primaire)
  • S’arrêtent avant l’âge de 40 ans (aménorrhée secondaire).

Dans certains cas, l’insuffisance ovarienne précoce est due à une maladie auto-immune.
Dans d’autres cas, elle est la conséquence d’une opération chirurgicale, d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie à l’abdomen ou au bassin qui peuvent provoquer une insuffisance ovarienne précoce.

Autres causes des règles irrégulières
D’autres maladies peuvent provoquer l’aménorrhée ou des cycles irréguliers, même si cela est rare :

Si on souffre de l’une de ces maladies, on a normalement d’autres symptômes en plus de l’irrégularité menstruelle.
Si on saute un cycle, il faut se relaxer.
Rétablir un équilibre émotionnel et physique peut aider.
Beaucoup de femmes n’ont pas de règles de temps en temps. Si on n’est pas enceinte, il y a de fortes probabilités pour que le cycle retourne à la normale le mois suivant.

Les autres causes des règles irrégulières peuvent être :

  • Un cancer utérin ou cancer du col de l’utérus ;
  • Un déséquilibre hormonal, en cas de cycles trop brefs (jusqu’à 2 fois par mois) ; la cause est généralement un niveau anormal des hormones ;
  • Des médicaments, comme les corticoïdes ou les médicament anticoagulants (fluidifiants sanguins) ;
  • Une anémie par carence en fer, ainsi que d’autres troubles de la coagulation,
  • Une maladie de la thyroïde comme l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie ou des troubles hypophysaires qui affectent l’équilibre hormonal ;
  • Des complications associées à la grossesse, y compris la fausse couche ou la grossesse ectopique (l’ovule fécondé s’implante en dehors de l’utérus, par exemple dans les trompes de Fallope).

 

Rèmedes naturels pour les règles irrégulières

Voici quelques conseils et remèdes pour prendre soin de soi :

  • Maintenir un mode de vie sain et faire de l’exercice physique modéré.
  • Manger des aliments à faible teneur en graisses. Si on veut perdre du poids, on peut le faire graduellement au lieu de suivre un régime alimentaire qui limite terriblement l’apport calorique et alimentaire.
  • Dormir suffisamment.
  • Pratiquer des techniques de relaxation pour la réduction du stress.
  • Pour les athlètes, il est possible de réduire l’exercice physique intense ou prolongé quotidien. Une activité sportive excessive peut provoquer des cycles irréguliers.
  • Utiliser la pilule contraceptive ou d’autres méthodes contraceptives indiquées.
  • Remplacer les tampons ou les serviettes hygiéniques plusieurs fois par jour pour éviter le syndrome du choc toxique (SCT) et prévenir une infection.
  • Utiliser des produits de phytothérapie qui peuvent être utiles pour régulariser le cycle, tels que :
    • La calendula,
    • Le framboisier (rubus idaeus),
    • Le gattilier.