Ménopause précoce

La ménopause précoce se produit avant 40 ans, alors que la ménopause anticipée se produit entre 41 et 45 ans.

La ménopause précoce ou prématurée peut être une expérience désagréable pour les 4 % de femmes américaines qui souffrent de ce trouble.

La ménopause précoce correspond à la fin de la vie reproductive à une âge inhabituellement précoce et peut même se manifester à 20 ans.

D’autre part, il est important de comprendre la différence entre la ménopause précoce ou prématurée et la pré-ménopause, c’est-à-dire la phase au cours de laquelle les femmes ont leurs derniers cycles : celle-ci ne comporte pas de symptômes et les femmes ont une vie reproductive active.


Beautiful businesswoman outdoorDans de rares cas, les ovaires peuvent recommencer à travailler de manière spontanée après la ménopause et cela se produit pour des raisons inconnues.
Selon certaines études, environ une femme sur dix peut tomber enceinte même si elle est en train de traverser la ménopause précoce. La raison n’est pas encore évidente, mais on conseille de continuer à utiliser des méthodes de contraception si on ne veut pas avoir un bébé.

 

Cause de ménopause précoce

Les traitements médicaux qui peuvent provoquer la ménopause précoce sont la chimiothérapie ou la radiothérapie pelvienne pour le cancer.
Ces traitements peuvent endommager les ovaires en provoquant l’interruption des règles.
Les effets de ces traitements, par exemple l’impossibilité de tomber enceinte, peuvent se produire immédiatement ou après quelques mois.
La possibilité d’entrer en ménopause dépend du type et de la quantité de chimiothérapie effectuée. En outre, les patientes les plus jeunes ont moins de probabilités d’entrer en ménopause.

Opération chirurgical pour l’ablation des ovaires
L’ablation chirurgicale des deux ovaires, appelée ovariectomie bilatérale, provoque la ménopause immédiate.
Les règles d’une femme s’arrêtent après cette intervention et ses hormones se réduisent rapidement.
Elle peut subir immédiatement des symptômes forts de ménopause, comme les bouffées de chaleur et la chute du désir sexuel.

Intervention chirurgicale pour l’ablation de l’utérus
Certaines femmes qui ont subi une hystérectomie pour enlever l’utérus peuvent garder leurs ovaires. Ces patientes n’entrent pas immédiatement en ménopause car les ovaires continuent à créer les hormones.
Toutefois, étant donné que l’utérus a été enlevé, elles n’ont pas de règles et elles ne peuvent plus tomber enceintes. Elles peuvent souffrir de bouffées de chaleur car la chirurgie peut parfois influencer l’afflux de sang aux ovaires. La ménopause peut survenir un ou deux ans plus tôt que prévu.

 

La ménopause précoce peut être héréditaire ou due à une maladie

Certaines causes incluent :

Des défauts chromosomiques. Les erreurs chromosomiques peuvent provoquer la ménopause précoce. Par exemple, les femmes touchées par le syndrome de Turner naissent sans une partie d’un chromosome X ou sans le chromosome entier. Les ovaires ne se forment pas normalement et la conséquence est la ménopause précoce.

Des facteurs génétiques. Les femmes avec des antécédentes familiaux de ménopause précoce ont plus de probabilités d’entrer tôt en ménopause.

Des maladies auto-immunes. Le système immunitaire, qui normalement combat les maladies, peut s’attaquer de façon erronée aux ovaires en les empêchant de produire les hormones.
Les maladies de la thyroïde et la polyarthrite rhumatoïde sont deux maladies qui peuvent être à l’origine de ce trouble.

 

Causes naturelles de ménopause précoce

Quand la ménopause arrive tôt, elle peut être provoquée par une insuffisance ovarienne précoce.
Toutefois, une expression plus adaptée pour indiquer ce trouble est “insuffisance ovarienne primitive” car elle décrit la réduction de l’activité des ovaires.
Cela peut se produire en raison de plusieurs facteurs, comme la prédisposition génétique aux troubles auto-immunes.
Dans certains cas, les femmes ont les ovaires qui produisent encore une quantité minime d’hormones et elles ont de temps en temps un cycle menstruel.
Certains femmes peuvent même tomber enceintes après le diagnostic.

Stress : bien que le stress ne puisse pas provoquer la ménopause prématurée, il joue un rôle important en ce qui concerne la gravité et la fréquence des symptômes.

En lisant les causes, on comprend qu’il n’est pas possible de prévenir la ménopause précoce.
La grossesse et le curetage ne provoquent pas de ménopause.

 

menopausa precoce

Comment se manifeste-t-elle ?

Les symptômes de la ménopause précoce sont souvent les mêmes que ceux d’une ménopause naturelle et ils comprennent :

  • des cycles menstruels irréguliers, en retard, à l’avance ou absents ;
  • des règles plus abondantes ou plus légères que d’habitude ;
  • des bouffées de chaleur (une sensation soudaine de chaleur qui se propage jusqu’à la partie supérieure du corps).

Ces symptômes sont le signe que les ovaires produisent moins d’œstrogènes.

Ménopause précoce

Certaines femmes peuvent avoir d’autres symptômes associés à ceux déjà mentionnés :

  • la sécheresse vaginale (les parois du vagin peuvent devenir plus fines et moins flexibles) ;
  • l’irritabilité ou la perte de contrôle de la vessie (incontinence) ;
  • des changements émotifs (irritabilité, sautes d’humeur, dépression légère) ;
  • la peau, les yeux et la bouche secs ;
  • l’insomnie ;
  • la baisse de désir sexuel.

En plus des symptômes déjà mentionnés, les femmes qui ont moins de 40 ans et qui souffrent d’une des maladies suivantes doivent consulter le médecin pour déterminer si elles risquent d’entrer en ménopause précoce :

  • Après un cycle de chimiothérapie ou de radiothérapie.
  • Si la patiente ou un membre de la famille a une maladie auto-immune comme l’hypothyroïdie, la maladie de Basedow ou le lupus.
  • Si elle a essayé de tomber enceinte pendant plus d’un an.
  • La mère ou la sœur de la patiente ont eu une ménopause précoce.

 

Diagnostic de ménopause précoce ou prématurée

La ménopause précoce est diagnostiquée par des Ménopause précoceexamens, comme :

  • le dossier clinique, comprenant les antécédents familiaux et la visite médicale ;
  • des études pour exclure d’autres causes d’aménorrhée (absence de cycles), comme la grossesse, une perte de poids considérable, d’autre troubles hormonaux et certaines maladies du système reproducteur ;
  • la recherche d’autres maladies associées à la ménopause précoce ou prématurée, comme les maladies auto-immunes ;
  • des tests génétiques pour vérifier la présence de problèmes génétiques associés à la ménopause prématurée ou précoce ;
  • des analyses du sang pendant les diverses phases du cycle menstruel pour vérifier le taux d’hormones.

 

Traitement pour la ménopause précoce ou prématurée

Il n’existe pas de traitement pour arrêter la ménopause anticipée et pour amener les ovaires à recommencer l’ovulation.

Les femmes qui entrent en ménopause précoce vivent une longue période de leur vie en post-ménopause : cela comporte un risque plus grand de problèmes de santé comme l’apparition précoce d’ostéoporose et les maladies cardiaques.
Un traitement hormonal peut être conseillé jusqu’à ce que la femme arrive à l’âge typique de ménopause (environ 51 ans) afin de traiter les symptômes de la ménopause et de réduire le risque d’apparition précoce d’ostéoporose et de maladies cardiaques.

 

Traitement et médicaments

Le traitement pour l’insuffisance ovarienne précoce vise à la résolution des problèmes qui naissent en raison du manque d’œstrogènes.

Traitement œstrogénique
Afin d’aider à prévenir l’ostéoporose, à soulager les bouffées de chaleur et d’autres symptômes de manque d’œstrogènes, il est important de remplacer les œstrogènes produits par les ovaires.
En général, les œstrogènes sont prescrits associés à une autre hormone, la progestérone.
La prise de progestérone protège le revêtement de l’utérus (endomètre) des changements précancéreux provoqués par la seule prise d’œstrogènes.
La combinaison d’hormones peut provoquer un saignement vaginal semblable aux menstruations, mais elle ne rétablit pas la fonction ovarienne.

On peut prendre les œstrogènes en pilule, en gel, en appliquant un patch sur le peau ou un anneau vaginal qu’il faut remplacer tous les trois mois.
On peut continuer à effectuer le traitement hormonal jusqu’à environ 50 ans ou 51 ans, c’est-à-dire l’âge moyen de ménopause naturelle.
Chez les femmes les plus âgées, le traitement œstrogénique à longue terme a été lié à un risque plus grand de maladies cardiovasculaires et de cancer du sein. Chez les jeunes femmes avec insuffisance ovarienne prématurée, toutefois, les avantages du traitement hormonal substitutif sont généralement supérieurs aux risques potentiels.

Les compléments de calcium et de vitamine D
Ces compléments pris ensemble sont importants pour la prévention de l’ostéoporose.
Le médecin peut conseiller d’effectuer une ostéodensitométrie avant de commencer la prise de compléments afin de connaître la mesure de densité osseuse basale.
L’Institute of Medicine recommande aux femmes de 19 à 50 ans de prendre une quantité de calcium de 1000 milligrammes par jour, et jusqu’à 1200 mg par jour chez les femmes de plus de 51 ans.

 

Traitements alternatifs

Parmi les remèdes naturels pour les symptômes de ménopause, il y a le complément appelé Maca, qui peut réduire de manière considérable les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, ostéoporose, sécheresse vaginale, fatigue et dépression).
On peut acheter ce produit chez toutes les herboristeries.