Prolapsus de la valve mitrale

Le prolapsus de la valve mitrale signifie que les feuillets qui la compose :

  • Deviennent plus épaisses et moins élastiques,
  • Restent penchées vers l’atrium (ou oreillette) gauche,
  • Ne ferment pas complètement la valve mitrale, le sang pompé dans le ventricule gauche revient donc en arrière dans l’atrium.

Le cœur est composé de quatre chambres ou cavités : deux supérieures (oreillettes) et deux chambres inférieures (ventricules).
Le côté gauche du cœur est formé par un ventricule et un atrium qui communiquent entre eux grâce à une valve qui s’appelle valve mitrale ou valve bicuspide.
La valve mitrale est composée de deux feuillets qui agissent comme une barrière pour empêcher le sang de refluer.

La fonction principale de cette valve est d’ouvrir et de fermer le passage au sang oxygéné. La valve :

  • Se ferme quand le ventricule gauche se contracte,
  • S’ouvre quand le ventricule se relâche.

De cette façon, elle évite le retour du sang du ventricule à l’atrium gauche.
Une petite quantité de reflux (appelé régurgitation ou insuffisance mitrale) est physiologique ou normale. Toutefois, si elle dépasse un certain niveau, elle peut causer de graves symptômes.

Les feuillets de la valve sont reliés à la paroi interne du ventricule par des structures tendineuses appelées cordages. En général, en cas de prolapsus de la valve mitrale (PVM), les altérations suivantes se présentent :

  1. Les feuillets de la valve sont plus longs et plus gros que la normale,
  2. L’anneau externe est dilaté,
  3. Les cordages tendineux sont plus longs.

Ce trouble est défini scientifiquement comme dégénérescence myxomateuse.
Lors de la dégénérescence myxomateuse, il se produit une altération du tissu conjonctif de la valve. La conséquence est le gonflement et l’épaississement des feuillets de la valve. Le feuillet postérieur est généralement le plus altéré. À cause de ce grossissement, au moment où la valve doit se fermer, les feuillets se plient en arrière ou subissent un prolapsus dans l’atrium (ils se déplacent vers la partie opposée).
Une petite quantité de sang peut revenir en arrière du ventricule à l’atrium.
Une petite perte de sang n’est pas un problème sérieux : le cœur fonctionne tout de même correctement. Toutefois, si le phénomène s’amplifie, il peut causer des complications.

Les statistiques montrent que les femmes souffrent plus souvent de prolapsus mitral que les hommes. Les femmes, notamment entre 20 et 40 ans, sont les plus touchées.

 

Types de prolapsus de la valve mitrale

Lorsque le prolapsus de la valve mitrale est léger et est caractérisé par un gonflement des feuillets de la valve, il est appelé ballonisation de la valve mitrale. À ​​ce stade, la régurgitation de sang est minime. La plupart du temps, le patient n’a pas conscience d’avoir ce trouble.
Le prolapsus mitral modéré se caractérise par une régurgitation de sang intermédiaire, les cordages tendineux sont plus minces et de forme allongée (valve « disquette »).

Avec le temps, certains cordages peuvent être étirés excessivement et se déchire jusqu’à la rupture complète : cette situation correspond à l’éversion d’une des valves, appelée également « flail leaflet ».
Ceci est défini prolapsus sévère parce qu’un feuillet de la valve se plie en arrière. La régurgitation de sang devient alors dangereuse.


Causes du prolapsus de la valve mitrale

  • La cause principale est la dégénérescence myxomateuse qui provoque l’épaississement de la valve.
  • La plupart des médecins pensent que le prolapsus mitral est congénital (présent dès la naissance) et qu’il s’agit d’un trouble héréditaire (génétique). En effet, environ 7 % des enfants en sont affectés.
    Ce trouble touche 2 % à 6 % de la population globale.
  • Le prolapsus de la valve mitrale peut se présenter avec d’autres troubles génétiques comme :
    • le syndrome de Marfan (maladie du tissu conjonctif),
      Les personnes qui souffrent de ce trouble sont grandes, minces, avec de grands bras et de longues jambes. De plus, elles souffrent d’anomalies squelettiques comme la cyphose et la scoliose.
      Ce syndrome provoque des mains et des membres plus longs que la normale. Les personnes touchées par le syndrome de Marfan présentent des articulations excessivement flexibles et peuvent avoir un anévrisme de l’aorte abdominale.
    • le syndrome d’Ehlers-Danlos,
    • l’ostéogenèse imparfaite, etc.prolapsus,de,la,valve,mitrale,cœur,intervention
  • Une autre cause liée au prolapsus mitral est un trouble du système nerveux autonome, le système qui contrôle les fonctions vitales comme la respiration.
    En termes médicaux, on parle de dystonie.


Symptômes du prolapsus de la valve mitrale 

Dans de nombreux cas, cette maladie est asymptomatique (sans symptômes).
Le patient peut toutefois ressentir les symptômes suivants :

  1. Fatigue
  2. Migraine
  3. Anxiété et crise d’angoisse
  4. Douleurs à la poitrine
  5. Essoufflement (dyspnée)
  6. Œdème pulmonaire (uniquement en cas d’insuffisance mitrale aiguë)
  7. Rythme cardiaque accéléré et palpitations
  8. Arythmie ou rythme cardiaque irrégulier, par exemple l’extrasystole. La conduction du signal électrique qui permet à l’atrium de se contracter doit passer par un muscle sain. Si l’atrium gauche est dilaté en raison du prolapsus de la valve mitrale,  des zones fibreuses se formnt qui interfèrent avec la conduction du stimulus électrique. La conséquence est l’extrasystole.

Les complications de prolapsus valvulaire mitral

Parmi les complications, il y a :

  • L’endocardite – Il s’agit de l’inflammation de la membrane interne du cœur et des valves cardiaques qui provoque une fibrose et une rigidité valvulaires.
  • L’insuffisance cardiaque – Chez une personne en bonne santé, le cœur pompe environ 5 à 6 litres de sang par minute. Si une partie du sang retourne en arrière dans l’oreillette gauche, le coeur doit pomper plus, jusqu’à 10 à 15 litres par minute.
    Il en résulte une dilatation du ventricule gauche (insuffisance) et la perte d’élasticité cellulaire.
  • L’accident vasculaire cérébral – Le prolapsus de la valve mitrale peut provoquer la formation d’un caillot sanguin qui peut atteindre le cerveau.
  • Dans de rares cas (<1%) il y a un risque de mort subite, mais le plus souvent le patient a d’autres troubles comme l’arythmie.


Diagnostic de prolapsus de la valve mitrale
 

Le médecin soupçonne le prolapsus de la valve mitrale après l’examen clinique qui comprend l’auscultation du cœur au moyen d’un stéthoscope.
Le médecin peut entendre un sifflement étrange appelé souffle au cœur (c’est-à-dire une turbulence dans le sang au niveau du cœur).
Le mouvement anormal de la valve mitrale peut causer un son particulier appelé « clic ».
Si le patient souffre d’insuffisance mitrale, le médecin peut entendre le bruit du cœur causé par le reflux de sang.

Pour le diagnostic de prolapsus de la valve mitrale, il faut effectuer un échocardiogramme, c’est-à-dire une échographie du cœur.
Le médecin peut contrôler le mouvement anormal de la valve sur un écran. Il peut ainsi évaluer le degré du prolapsus.

La régurgitation mitrale est visible sur une échographie doppler couleur.

L‘électrocardiogramme ne suffit pas pour le diagnostic car il peut être normal chez une personne avec une régurgitation mitrale sévère.

 

Prolapsus de la valve mitraleTraitement du prolapsus de la valve mitrale

Dans la plupart des cas de prolapsus mitral, aucun traitement n’est nécessaire car aucun symptôme ne se manifeste. Dans les cas peu graves, il n’est donc pas nécessaire de se soumettre à des traitements médicaux.
Tout dépend de la gravité des symptômes et des complications comme :

  • La régurgitation de sang (insuffisance mitrale),
  • L’arythmie.

Les personnes qui présentent un prolapsus mitral symptomatique doivent effectuer des contrôles réguliers.
Les symptômes peuvent être l’essoufflement et la fatigue après avoir monté quelques marches de l’escalier, alors que quelques mois auparavant, cela n’avait pas lieu.

Les médecins doivent prévenir :

  • L’arythmie,
  • L’endocardite,
  • L’AVC,
  • La thromboembolie,
  • L’œdème pulmonaire.

Ces complications qui peuvent se présenter dans les cas les plus graves.
Le traitement du prolapsus de la valve mitrale prévoit un traitement médicamenteux, la chirurgie ou les deux.

  • Si le patient présente un prolapsus léger et qu’il ne ressent aucun symptôme, il peut continuer ses activités normales de la vie quotidienne et pratiquer son sport préféré, par exemple la musculation, la course ou la natation.
  • En cas de grave prolapsus avec rupture des cordages, le patient présente des symptômes importants et court le risque de complications pour lesquelles une hospitalisation immédiate est nécessaire.

 

Traitement médicamenteux en cas de prolapsus de la valve mitrale

Les médicaments pour traiter le prolapsus mitral servent à réduire :

  • La douleur thoracique,
  • La régurgitation,
  • L’arythmie.

Le médecin peut prescrire les médicaments suivants :

  1. Vasodilatateurs – ils aident à dilater les vaisseaux sanguins et à réduire la charge de travail du cœur.
  2. Bêta-bloquants – ils servent à traiter l’arythmie et à réduire le rythme cardiaque accéléré (tachycardie).
  3. Anticoagulants – ils aident à prévenir les caillots de sang qui peuvent se présenter quand une personne souffre de fibrillation atriale.
  4. Diurétiques – on les prend pour diminuer le liquide en excès dans les poumons.
  5. Antibiotiques : pour prévenir l’endocardite bactérienne.

 

Intervention chirurgicale en cas de prolapsus de la valve mitrale

L’opération chirurgicale est effectuée afin de réparer ou de remplacer la valve mitrale.
En général, la valve mitrale est réparée, tandis que l’aorte est souvent remplacée.

Réparation de la valve mitrale – les médecins laissent la valve originale dans le corps et y apportent des modifications pour empêcher la régurgitation de sang. Le médecin peut réaliser une annuloplastie mitrale pour redimensionner l’anneau externe de la valve.

Témoignage d’un patient
J’avais un prolapsus de la valve mitrale et un souffle au cœur provoqué par la valve mitrale et aortique depuis 25 ans
 environ.
On m’a réparé la valve mitrale, inséré un nouvel anneau qui est une sorte de renforcement.
Les examens pré-opératoires ont été :

  1. Un angioscanner avec un liquide de contraste afin d’évaluer l’état des artères coronaires.
  2. Une échographie transœsophagienne.

Procédure
L’intervention a été réalisée sous anesthésie générale et circulation extracorporelle, à savoir le système cardio-vasculaire connecté à une machine cœur-poumon.
De cette façon, il est possible d’arrêter le cœur.
On ne m’a pas ouvert le sternum, mais on m’a fait deux incisions au niveau des côtes.
Le chirurgien m’a dit qu’il préférait ce type d’accès au cœur, car il y avait beaucoup de calcification autour de la valve aortique.
Il est entré au niveau intercostal. J’ai été mis en position arqué en arrière.

J’avais déjà été opéré pour le remplacement de la valve aortique 15 ans plus tôt.
La valve mitrale n’est pas comme celle aortique. On essaie d’attendre le plus longtemps possible car c’est moins grave.
Si le cœur pompe trop, il s’affaiblit et cela m’a été fait quand j’étais essoufflé (dyspnée).
La durée de l’intervention est de 3 heures.
Je me souviens que la pièce était très froide.

Post-chirurgie et convalescence
Je me suis réveillé intubé. C’est une mauvaise expérience, mais j’étais déjà passé par là et m’étais auto-convaincu que je devais rester calme.
Je voulais pleurer.
Puis j’avais soif, mais je ne pouvais pas boire.
J’avais de fortes douleurs au dos après la chirurgie.
L’hospitalisation a duré 7 jours, plus 7 jours dans un établissement de rééducation.
On y faisait les exercices de réadaptation cardiaque.
À la sortie, j’avais envie de ne rien faire et j’étais très faible.
Cela a été très difficile.
Maintenant, le problème est que j’ai un pouls rapide, et le cardiologue m’a recommandé le sport à 120 battements par minute, par exemple le vélo.
Avant l’opération, je ne devais fatiguer sur mon cœur.
Le problème est que maintenant, quand j’atteins les 120 battements par minute, je suis très mal, même si le cardiologue dit que je devrais faire des accélérations jusqu’à 150 battements.
Six mois après la chirurgie, je n’ai plus à faire de visite de contrôle. Je dois juste garder un œil sur ma tension artérielle.

Substitution de la valve mitrale – la substitution de la valve mitrale est effectuée si l’on ne peut plus la réparer.
Dans ce cas, la valve d’origine est remplacée par une valve artificielle.
La valve artificielle peut être une valve mécanique ou biologique.

  • La valve mécanique dure longtemps. Toutefois, il faut prendre des anticoagulants pour éviter la formation de caillots qui causent l’AVC.
  • Le remplacement par une valve biologique permet d’éviter la prise de médicaments anticoagulants. Toutefois, elle doit être remplacée après un certain temps.

Pour prévenir l’endocardite, les médecins prescrivent des antibiotiques aux patients avant toute intervention chez le dentiste ou pour d’autres opérations chirurgicales.

Le prolapsus  de la valve mitrale et la grossesse
Une femme qui veut avoir des enfants et doit subir une intervention chirurgicale doit examiner attentivement les options des interventions chirurgicales avec le chirurgien cardiaque.
En cas de remplacement de la valve avec une valve mécanique, le patient doit prendre des médicaments anticoagulants à vie.
Pendant la grossesse, ce traitement peut provoquer :

  • Des malformations chez le fœtus au cours des trois premiers mois de la grossesse,
  • Un risque accru d’hémorragie durant le dernier trimestre de la grossesse et l’accouchement.

En cas de réparation ou de remplacement de la valve avec une valve biologique, la femme peut avoir une grossesse normale parce qu’elle ne doit pas prendre d’anticoagulants.

Les femmes enceintes avec un léger prolapsus mitral ne risquent pas de présenter de complications. Toutefois, les médecins peuvent administrer des antibiotiques en cas d’infection qui peut toucher la valve mitrale.

 

Alimentation et style de vie en cas de prolapsus de la valve mitrale

Selon le régime du groupe sanguin, les patients souffrant de prolapsus de la valve mitrale doivent éviter les céréales contenant du gluten car il peut endommager les valves. De plus, les calcifications peuvent être causés par le calcium contenu dans le lait et les produits laitiers de l’alimentation.
Il est conseillé de :

  • Limiter la consommation de caféine et d’alcool ;
  • Contrôler son poids corporel : le surpoids surcharge le cœur ;
  • Faire une activité physique régulière,
  • Évitez les activités et les sports qui augmentent la pression thoracique (plongée sous-marine, haltérophilie) ;
  • Arrêter de fumer pour favoriser la santé du cœur.