Insuffisance mitrale

L’insuffisance mitrale (ou régurgitation mitrale) est le reflux de sang à travers la valve mitrale du cœur chaque fois que l’atrium gauche se contracte.

La valve mitrale défectueuse permet au sang de circuler dans deux directions pendant la contraction :

  1. Une partie est pompée vers le ventricule gauche ;
  2. Une quantité variable de sang revient en arrière vers l’atrium gauche à travers la valve mitrale.
    Ce défaut valvulaire peut se présenter avec l’insuffisance tricuspidienne.


Causes d’insuffisance valvulaire mitrale

Une quantité insignifiante de régurgitation mitrale (RM) est présente chez environ 70 % des adultes.
Un reflux significatif (de modéré à grave) est beaucoup moins fréquent (environ 2 % des personnes).
Parmi les causes, nous pouvons citer :

  • Le prolapsus de la valve mitrale se produit quand le tissu de la valve mitrale est déformé et allongé, donc les bords ne s’unissent pas normalement.
    Ce mouvement anormal de la valve peut permettre au sang de revenir en arrière du ventricule gauche à l’atrium gauche.
    Bien que la plupart des personnes touchées par le prolapsus de la valve mitrale ne présentent qu’une légère régurgitation, d’autres personnes développent un trouble important.
  • L’endocardite infectieuse est une infection des valves cardiaques causée par des bactéries, des champignons ou d’autres organismes qui envahissent le flux sanguin. Quand les micro-organismes adhèrent aux valves et se développent, des plaquettes et de la fibrine se déposent dans les valves cardiaques : cette formation s’appelle végétation.
    La végétation peut empêcher à la valve mitrale de se fermer normalement : la conséquence est le reflux de sang.
    Il est plus fréquent qu’une endocardite se développe en cas de valve cardiaque défectueuse qu’en cas de valve normale.
  • La fièvre rhumatismale est une maladie qui se présente quand la bactérie qui cause les maux de gorge (un streptocoque) n’est pas éliminée.
    La fièvre rhumatismale provoque l’inflammation des valves du cœur et d’autres complications.
  • Anomalies congénitales (souvent héréditaires) du cœur : les enfants qui naissent avec certains types d’anomalies du cœur peuvent développer l’insuffisance mitrale.
  • D’autres maladies cardiaques : elle peut se présenter après un infarctus du myocarde ou une lésion au muscle du cœur.
  • Un traumatisme thoracique cause rarement la rupture des cordages qui maintiennent les bords de la valve mitrale en place.
    La lésion des cordages empêche la bonne fermeture de la valve.

Types d’insuffisance mitrale

L’insuffisance mitrale dégénérative peut se produire en cas de :

  1. Dysfonction des valves.
  2. Élongation ou lésions des cordages.
  3. Syndrome de Marfan, syndrome de Barlow, dégénérescence myxomateuse.

L’insuffisance mitrale post-ischémique se présente chez les patients qui ont déjà obtenu un diagnostic d’ischémie cardiaque. Elle est caractérisée par l’expansion de l’anneau valvulaire (bord externe de la valve mitrale).

L’insuffisance mitrale organique se produit quand les cordages de la valve présentent des anomalies structurelles, par exemple en cas d’endocardite.

 

Classification fonctionnelle de l’insuffisance mitrale selon Carpentier

  • Type I : mouvement normal des feuillets valvulaires ;
  • Type II : mouvement excessif des feuillets valvulaires (prolapsus valvulaire) ;
  • Type III : mouvement limité ;
  • III a : ouverture avec rétrécissement (sténose) ;
  • III b : fermeture avec rétrécissement.

Symptômes de l’insuffisance mitrale

Les symptômes dépendent de la gravité. Les voici :

  1. Sang qui circule de façon anormale dans le cœur (souffle au cœur) ;
  2. Essoufflement, notamment à l’effort ou en position allongée ;
  3. Fatigue, notamment au cours de périodes de forte activité ;
  4. Vertiges ou tête qui tourne ;
  5. Toux, notamment la nuit ou pendant le sommeil ;
  6. Palpitations cardiaques – sensation de rythme cardiaque accéléré ;
  7. Chevilles ou pieds enflés ;
  8. Miction excessive.

Généralement, la régurgitation de la valve mitrale est légère et se développe lentement. Il est possible de ne ressentir aucun symptôme pendant des décennies.
La bradycardie peut être présente. Toutefois, ce trouble n’est pas lié à l’insuffisance mitrale.
L’insuffisance mitrale aiguë est une situation d’urgence. Les symptômes apparaissent rapidement et sont les suivants : fort essoufflement, fréquence cardiaque rapide, vertiges, faiblesse, confusion mentale et douleurs à la poitrine.
Pendant la grossesse, l’effort du cœur est plus important. C’est pourquoi les femmes montrent les premiers symptômes d’insuffisance mitrale pendant la grossesse.

Risques et complications de l’insuffisance mitrale

Quand la régurgitation de la valve mitrale est légère, elle ne cause pas de problèmes. Toutefois, quand elle est grave, elle peut provoquer les complications suivantes :

Décompensation cardiaque. En cas de décompensation cardiaque, le cœur n’est pas en mesure de pomper suffisamment de sang pour satisfaire les exigences du corps.
La conséquence de la régurgitation de la valve mitrale est l’œdème pulmonaire qui peut causer une forte tension sur le côté droit du cœur ainsi que le gonflement des chevilles.

La fibrillation atriale est un rythme cardiaque irrégulier au cours duquel les cavités supérieures (atria) du cœur battent trop rapidement et de façon irrégulière.
La fibrillation atriale peut causer des caillots de sang.
Ces caillots de sang peuvent se détacher du cœur et circuler dans les artères jusqu’au cerveau, en causant un AVC.
D’autres arythmies peuvent se produire chez les personnes qui souffrent de régurgitation de la valve mitrale.

Endocardite. L’endocardite est une infection de la paroi interne du cœur. Avant toute intervention chirurgicale (y compris aux dents), les médecins recommandent aux patients qui souffrent de régurgitation de la valve mitrale de prendre des antibiotiques afin de prévenir l’endocardite.

Hypertension pulmonaire. En cas d’insuffisance mitrale chronique et non soignée, l’hypertension pulmonaire peut se développer après plusieurs années. Cette maladie consiste en une tension élevée des artères pulmonaires.

Diagnostic de l’insuffisance mitrale

Étant donné qu’au début, l’insuffisance mitrale est asymptomatique, le premier signe que le médecin remarque peut être le souffle au cœur.
Parmi les examens diagnostiques les plus souvent prescrits, nous pouvons citer :

  1. L’échocardiogramme. Ce test utilise les ondes sonores pour produire une image du cœur. Dans l’échocardiogramme, les ondes sonores sont envoyées au cœur par un dispositif (transducteur) qui est posé sur la poitrine. Un échocardiogramme permet au cardiologue d’examiner la valve mitrale et de vérifier son fonctionnement.
  2. L’électrocardiogramme (ECG) pour détecter une arythmie.
  3. La radiographie pour vérifier la dimension du cœur.
  4. Le cathétérisme cardiaque pour comprendre la gravité du problème et pour vérifier la présence de maladies coronariennes.Insuffisance mitrale

 

Gravité de l’insuffisance mitrale 

Premier degré (léger)

  • Le tableau clinique, l’auscultation, l’ECG et la radiographie du thorax sont normaux.
  • Les dimensions de l’atrium et du ventricule gauche sont normales selon l’ECG.
  • Pourcentage de régurgitation : <20 %.
  • L’insuffisance cardiaque légère n’est pas une contre-indication pour la pratique d’un sport.

Deuxième degré (modérée)

  • Possibles anomalies dans les antécédents médicaux, l’examen clinique, l’échocardiogramme ou dans la radiographie du thorax.
  • Légère augmentation du volume de l’atrium et du ventricule gauche. Fermeture incomplète de la valve mitrale, comme l’indique l’écho-doppler.
  • Pourcentage de régurgitation : 20-30 %.
  • L’activité sportive n’est pas contre-indiquée. Toutefois, il faut effectuer un électrocardiogramme chaque année pour contrôler la situation.

Troisième degré (modérément grave)

  • Présence de troubles dans les antécédents médicaux, l’examen clinique, l’échocardiogramme ou dans la radiographie du thorax.
  • L’atrium ou le ventricule gauche sont plus grands (d’un niveau modéré à grave).
  • L’atrium gauche est plus grand que l’atrium droit.
  • Dans l’écho-doppler, une accélération proximale est présente.
  • Forte régurgitation mitrale.
  • Fermeture incomplète de la valve mitrale très significative.
  • Pourcentage de régurgitation : entre 30 et 50 %.

Quatrième degré (grave)

  • Présence de problèmes cardiaques dans les antécédents médicaux, l’examen clinique, l’échocardiogramme ou dans la radiographie du thorax.
  • Absence totale d’union de la valve mitrale.
  • Fermeture prématurée de la valve aortique ou fraction d’éjection réduite.
  • Grave augmentation du volume du ventricule gauche et de l’atrium gauche du cœur.
  • Flux important de régurgitation mitrale comme l’indique l’écho-doppler.
  • Pourcentage de reflux : >40 %.

Classification de l’insuffisance mitrale en fonction de la quantité de sang régurgité :

  1. Minime : < 30 ml/battement
  2. Moyenne : 30-59 ml/battement
  3. Sévère : ≥ 60 ml/battement


Traitement de l’insuffisance mitrale

Le traitement de l’insuffisance mitrale chronique comprend des médicaments pour soulager les symptômes ou pour prévenir les complications.

Parmi les médicaments, nous pouvons citer par exemple :

  1. Les vasodilatateurs, comme les inhibiteurs de l’ECA en cas d’hypertension.
  2. Les diurétiques pour traiter les symptômes de l’insuffisance cardiaque.
  3. Les bêta-bloquants pour réduire la pression et la fréquence cardiaque.
  4. Les anticoagulants pour éviter les caillots de sang.

L’intervention chirurgicale pourrait être nécessaire pour réparer ou remplacer la valve mitrale si :

  1. Les symptômes de l’insuffisance cardiaque se présentent,
  2. Les dimensions du ventricule gauche augmentent,
  3. Le cœur s’affaiblit.

En cas de régurgitation chronique de la valve mitrale, le médecin peut prescrire la pratique d’une activité physique ou la réduction de sel dans l’alimentation.

Le traitement de l’insuffisance mitrale aiguë se fait à l’hôpital ou aux urgences.
L’intervention chirurgicale est nécessaire pour réparer ou remplacer la valve.