Bloc de branche

Le bloc de branche est un trouble caractérisé par un retard ou une obstruction le long du parcours des impulsions électriques qui font battre le cœur.

Le retard ou l’obstruction peut freiner seulement les impulsions électriques qui vont à gauche ou à droite du cœur.
Le bloc de branche rend le pompage du cœur plus difficile.

Classification

  1. Premier degré, si le bloc provoque un léger ralentissement de la conduction.
  2. Deuxième degré, en cas de conduction intermittente.
  3. Troisième degré, bloc complet de la conduction.

Le bloc atrio-ventriculaire de deuxième degré est subdivisé en :

  1. Type Mobitz I – l’électrocardiogramme présente une prolongation progressive de l’intervalle PQ et, parfois, on perd une impulsion aux ventricules.
  2. Type Mobitz II – l’électrocardiogramme présente un complexe QRS qui ne suit pas toujours l’onde P.

Causes du bloc de branche
Bloc de branche gauche

  1. Maladies cardiaques ;
  2. Insuffisance cardiaque congestive ;
  3. Muscle cardiaque épaissi, rigidifié ou affaibli (cardiomyopathie) ;
  4. Hypertension artérielle.

Bloc de branche droit

  1. Anomalie congénitale du cœur (dès la naissance), par exemple le foramen ovale perméable, c’est-à-dire une ouverture dans la paroi qui sépare les oreillettes (cavités supérieures) ;
  2. Crise cardiaque (infarctus du myocarde) ;
  3. Infection virale ou bactérienne du muscle cardiaque (myocardite) ;
  4. Hypertension artérielle ;
  5. Tissu cicatriciel qui se développe après une intervention au cœur ;
  6. Caillot de sang dans les poumons (embolie pulmonaire).

La cause la plus fréquente du bloc de branche droit chez les enfants est l’intervention chirurgicale liée à la réparation d’un problème du nœud ventriculaire isolé ou à une autre maladie cardiaque congénitale, par exemple le ventricule droit à double issue, le canal atrio-ventriculaire ou la tétralogie de Fallot.
La tétralogie de Fallot est une malformation cardiaque où quatre anomalies se manifestent en même temps :

  1. Rétrécissement (ou sténose) de la valve pulmonaire ;
  2. Communication inter-ventriculaire (ouverture entre les deux ventricules) ;
  3. Aorte biventriculaire ;
  4. Hypertrophie du ventricule droit.

Symptômes du bloc de branche
Dans la plupart des cas, le broc de branche ne provoque aucun symptôme.
Parfois, les personnes qui souffrent d’un bloc de branche ne le savent pas.
Les symptômes possibles sont :

  1. Évanouissement (syncope) ;
  2. Sensation d’évanouissement (présyncope) ;
  3. Fréquence cardiaque lente (bradycardie).

Qu’il s’agisse d’un bloc du côté droit ou gauche du cœur, les complications d’un bloc de branche sont similaires.

Parmi les complications, nous pouvons citer :

  1. Fréquence cardiaque lente (bradycardie). Chez certains patients, un pacemaker pourrait se révéler nécessaire ;
  2. Arythmie ;
  3. Arrêt cardiaque ou mort cardiaque soudaine.

Diagnostic et examens

Électrocardiogramme
Un électrocardiogramme (ECG) est un test utilisé pour diagnostiquer le bloc de branche.
Cette maladie peut aussi être diagnostiquée par un Holter (enregistrement) cardiaque.

ECG en cas de bloc de branche
L’image ci-dessous montre un électrocardiogramme en cas de bloc de branche.
L’image en haut montre un QRS (triple onde centrale) normal complexe.
L’image centrale montre un bloc de branche droit et l’image en bas un bloc gauche.
On peut facilement remarquer que, dans les deux types de bloc, l’intervalle QRS est plus long que la normale et qu’il se déforme. La conséquence est que l’intervalle QT est aussi plus long.

Bloc de branche

Cela se produit parce que la propagation de l’impulsion électrique à travers les ventricules nécessite plus de temps (donc on peut noter l’élargissement du complexe QRS). Le modèle de cette diffusion est lui aussi anormal (donc la forme change).

Les formes caractéristiques du complexe QRS qui se présentent dans le bloc à droite ou à gauche permettent au médecin d’identifier la branche bloquée.

Qu’est-ce que le bloc de branche droit ?
Le bloc de branche droit se remarque assez souvent dans l’ECG. Il peut être causé par plusieurs maladies.

Il peut se manifester aussi chez les personnes qui ont un cœur sain et normal. Dans ce cas-là, il n’est pas grave.

Souvent, le bloc de branche droit est provoqué par une maladie du ventricule droit ou des poumons.

Si l’ECG est anormal, il faut effectuer des contrôles afin de vérifier la présence d’éventuelles maladies comme :

  1. Embolie pulmonaire (caillot de sang dans le poumon),
  2. Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO),
  3. Coronaropathie,
  4. Foramen ovale perméable,
  5. Communication inter-ventriculaire,
  6. Maladie des valves du cœur (par exemple sténose aortique).

Lorsque le ventricule droit commence à se contracter légèrement après le ventricule gauche, alors l’ECG montre un bloc de branche droit.
Dans un cœur normal, ce retard de la contraction ventriculaire ne provoque pas de réduction de la fonction cardiaque.
En général, un bloc de branche droit isolé n’a aucune signification médicale et peut être ignoré.
Le bloc de branche complet est un ralentissement de la conduction du côté touché d’au moins 0,12 secondes, tandis que le bloc incomplet se caractérise par un retard compris entre 0,10 et 0,12 secondes. Cette période de temps se mesure sur l’ECG. Il existe une variante appelée « bloc de branche fréquence-dépendant » où l’impulsion suit le parcours atrio-ventriculaire normal, mais elle retourne en suivant un parcours anormal.

Qu’est-ce que le bloc de branche gauche ?
Le bloc de branche gauche est moins fréquent que celui de droite. Il indique généralement une pathologie cardiaque.
Le bloc de branche gauche peut être causé par :

  1. Cardiomyopathie dilatée ;
  2. Cardiomyopathie hypertrophique ;
  3. Hypertension ;
  4. Maladies de la valve aortique et autres maladies cardiaques ;
  5. Le bloc de branche gauche se manifeste rarement chez les personnes saines.

Si l’évaluation ne révèle pas de problèmes cardiaques sous-jacents, le problème du bloc de branche gauche (surtout chez les jeunes) est minimal.
Toutefois, le retard de la contraction du ventricule gauche peut causer une réduction de la fonction cardiaque, surtout chez les patients qui souffrent de troubles cardiaques et chez lesquels la fraction d’éjection du ventricule gauche est réduite (pourcentage du sang pompé par le ventricule par rapport au sang qui se trouve à l’intérieur).
Les médecins conseillent une thérapie de resynchronisation cardiaque (TRC) aux patients qui souffrent d’insuffisance cardiaque et du bloc de branche gauche.
Ce traitement permet de coordonner à nouveau la contraction du ventricule gauche et d’améliorer la fonction cardiaque.
Les patients qui présentent un bloc de branche gauche complet peuvent effectuer seulement les sports pour lesquels l’activité cardiovasculaire est réduite (pêche sportive, voile, équitation).

électrocardiogramme,onde,qrs,st

Bloc des deux branches
Si les deux branches sont complètement bloquées (bloc bilatéral ou trifasciculaire), l’impulsion électrique ne peut atteindre les ventricules.
Il s’agit d’une
forme de bloc complet : en l’absence d’impulsions électriques spontanées dans les ventricules (rythme idioventriculaire accéléré), les ventricules arrêteraient de se contracter. Cet événement est dangereux parce que la conséquence serait la mort.
Heureusement, ce type de bloc est rare.
Généralement, les deux faisceaux peuvent être endommagés et conduisent les impulsions électriques plus lentement que la normale, mais personne n’est complètement bloqué.
Ce type de problème produit un complexe QRS plus large (car l’activation des ventricules est ralentie), mais le modèle ne correspond ni au bloc de branche droit ni au bloc de branche gauche.
Ce type d’anomalie QRS signifie qu’il existe un retard de conduction intraventriculaire ou IVCD.

Bloc de branche droit incomplet
Si l’ECG se présente comme un bloc de branche, mais que la largueur du complexe QRS est inférieure à 0,12 secondes, le problème peut être un bloc incomplet.
Le bloc de branche droit incomplet se manifeste fréquemment. Il peut être considéré comme une variante normale du complexe QRS.
Il se présente surtout chez les adolescents. Il n’est pas nécessairement le signe d’une maladie cardiaque grave.

Risques, complications et pronostic
La complication principale du bloc de branche est une fréquence cardiaque basse pour laquelle un pacemaker est parfois nécessaire.
Une fréquence cardiaque lente peut se manifester si le bloc affecte la droite ou la gauche du cœur.
Les probabilités de complications sont plus élevées (par exemple mort cardiaque soudaine) chez l
es personnes qui ont eu une crise cardiaque et qui développent un bloc de branche. D’autres personnes qui présentent un bloc de branche après une crise cardiaque ont besoin d’un pacemaker temporaire ou permanent.

Thérapie et médicaments
Dans de nombreux cas de bloc de branche, i
l n’existe pas de traitement spécifique.
La plupart des personnes qui souffrent de bloc de branche ne présentent pas de symptômes et aucun traitement n’est nécessaire.
Une femme p
eut tranquillement être enceinte même si elle souffre d’un bloc de branche.
Toutefois, en cas de maladie cardiaque qui cause un bloc de branche, il est conseillé de soigner le trouble sous-jacent.
La thérapie en cas de maladies cardiaques prévoit l’administration de médicaments pour réduire la tension artérielle ou pour diminuer les effets de l’insuffisance cardiaque.
Il existe une alternative chirurgicale qui consiste à pratiquer une angioplastie coronaire pour ouvrir l’artère qui arrive au cœur.
Si le patient présente des signes ou des symptômes de bloc de branche (par exemple évanouissement), le médecin peut recommander un pacemaker artificiel pour régulariser le rythme cardiaque.

Quand opérer ?
Si le patient présente les symptômes suivants et un bloc de ce type :

  1. Bloc de branche droit et gauche en alternance,
  2. Bloc bifasciculaire avec ou sans AV (faisceau de His), seulement si le patient a eu un AIT (accident ischémique transitoire).

Intervention pour l’implantation d’un pacemaker
Chez certaines personnes qui souffrent d’évanouissement et de bloc de branche, les médecins peuvent recommander l’implantation d’un pacemaker (stimulateur) artificiel. Ce stimulateur cardiaque est un dispositif compact qui se met sous la peau de la poitrine.
Le pacemaker interne est positionné près de la clavicule au cours d’une intervention chirurgicale sous anesthésie locale.
Le générateur du stimulateur cardiaque se connecte aux fils qui arrivent au cœur.
Le pacemaker donne les impulsions électriques lorsque cela est nécessaire afin de régulariser le rythme cardiaque.
Ces dispositifs sont équipés de capteurs qui permettent de relever si le cœur bat trop lentement. Dans ce cas-là, une impulsion du pacemaker accélère le rythme cardiaque.