Angioplastie coronaire

L’angioplastie est une intervention chirurgicale qui consiste à dilater les artères qui se sont rétrécies à cause de l’accumulation de plaques d’athérosclérose.

L’athérosclérose est une maladie qui cause la rigidité des artères et la formation de plaques dans les parois artérielles. Ce sont généralement les personnes âgées qui souffrent de cette maladie.
Les problèmes surviennent quand le flux de sang se réduit à cause du rétrécissement des artères.

Angioplastie coronairePar exemple, l’obstruction des artères coronaires (les artères qui portent le sang oxygéné au cœur) cause des douleurs à la poitrine (angine) et d’autres symptômes.
Le traitement d’une artériosclérose grave aux artères coronaires prévoit aussi l’angioplastie coronaire.
Pour le diagnostic d’athérosclérose, le médecin prescrit une coronarographie. Cet examen utilise une technique d’imagerie afin de visualiser une artère dans laquelle un produit de contraste a été injecté.
En cas de coronaropathie ischémique stable, l’angioplastie est élective parce qu’elle peut être programmée sans urgence.


Différences entre pontage et angioplastie

Il faut considérer plusieurs aspects avant de décider la procédure à suivre.
Question pour le médecin

  1. Existe-t-il une solution sans opération ?
  2. Le patient devrait toujours demander au médecin s’il existe d’autres thérapies possibles pour soigner le trouble.
  3. Quelles sont les probabilités de survie relatives aux deux procédures ?
  4. À long terme, quelle procédure permet une meilleure qualité de vie ?
  5. Quelle est la durée de la période d’hospitalisation ? Après combien de temps peut-on retourner au travail ?
  6. Quelles sont les complications à court et à long terme ?
  7. Quelles sont les activités à éviter ?
  8. Faut-il suivre un régime spécifique pour éviter d’autres obstructions ?
  9. Les médicaments doivent-ils être pris à vie ?
  10. Quels sont les gestes urgents à faire en cas de douleur soudaine de la partie opérée ?
  11. Le patient devrait demander au médecin s’il a suffisamment d’expérience vis-à-vis de ce type d’intervention. Quel est le pourcentage de succès ?

Les indications pour ces deux interventions peuvent être les mêmes. Toutefois, la thérapie dépend de la gravité de la maladie, des antécédents médicaux et de la santé générale de la personne.
En général, on peut dire que l’angioplastie est une solution rapide, mais qui ne dure pas longtemps, tandis qu’un pontage aorto-coronarien est une méthode complète qui donne des résultats durables.
L’angioplastie est l’une des méthodes de traitement les plus utilisées en cas de maladie coronarienne étant donné les avantages qu’elle propose par rapport au pontage coronarien.
Par exemple, le temps de récupération après l’angioplastie est court parce qu’elle n’est pas invasive comme le pontage.
Les risques et les contre-indications de l’angioplastie sont rares. En effet, presque tous les patients peuvent se soumettre à cette intervention.


Angioplastie coronaire transluminale percutanée

L’angioplastie coronaire transluminale percutanée est une procédure mini-invasive pour libérer les artères coronaires obstruées.
L’angioplastie coronaire transluminale percutanée (ACTP) est une procédure qui est utilisée pour ouvrir les artères coronaires obstruées, celles qui portent le sang au muscle cardiaque.
Ces vaisseaux sanguins peuvent durcir ou se rétrécir à cause de l’accumulation de plaques dans les parois artérielles.
Cela cause un afflux de sang réduit au cœur qui pourrait provoquer une douleur thoracique, une crise cardiaque ou un infarctus.

Le but de cette procédure est de favoriser la circulation du sang.
Elle est appelée percutanée parce que l’accès à l’artère se fait par la peau.
Elle est appelée angioplastie coronaire transluminale parce que l’on insère un cathéter gonflable dans la lumière de l’artère coronaire pour rétablir le flux sanguin.

 

Comment effectuer une ACTP

Comment effectuer une angioplastie coronaire
Une angioplastie coronaire se fait sous anesthésie locale.
Pendant l’intervention, un tube fin et flexible appelé cathéter est introduit dans l’artère par une incision à l’aine, au poignet ou au bras.
Pour conduire le cathéter jusqu’à l’artère coronaire intéressée, le médecin injecte un produit de contraste et fait des radiographies.
Une fois que le cathéter est positionné correctement, une fine sonde munie d’un ballonnet gonflable est introduite dans l’artère coronaire jusqu’à la partie obstruée.
Le ballonnet est gonflé pour dilater l’artère et pour écraser les dépôts de graisses contre la paroi de celle-ci. Ainsi, le sang peut à nouveau circuler librement après le retrait du ballonnet.
Le ballonnet se gonfle plusieurs fois pour dilater la partie interne de l’artère. Cette procédure se fait sur toutes les zones obstruées.
Ensuite, l’angioplastie est complétée par la mise en place d’un stent pour maintenir l’artère coronaire ouverte.
Le stent dégonflé est inséré jusqu’à la partie obstruée. Il est ensuite gonflé.

Angioplastie coronaire

L’angioplastie peut être faite à l’aide d’un laser à excimères qui émet des ondes pour dissoudre la plaque d’athérome.

 

Combien de temps dure une angioplastie ?

Généralement, l’angioplastie coronaire a une durée comprise entre 30 minutes et deux heures.
L’hospitalisation est brève. Normalement, on peut rentrer chez soi le jour même ou le jour suivant.
Au cours de la première semaine qui suit l’intervention, il faut éviter de soulever des poids, de pratiquer du sport et de conduire une voiture.

 

Risques et complications de l’intervention

Grâce aux technologies avancées et à un cardiologue compétent, la probabilité de mort pendant l’opération est très faible (moins de 1 %).
Dans environ 2/3 cas sur mille seulement, un pontage d’urgence se révèle nécessaire.
Même si l’ACTP est relativement sûre, des complications peuvent survenir.
Les risques sont les suivants : réaction au produit de contraste, perte de sang excessive au niveau de la partie opérée, amincissement des parois artérielles, caillots de sang et occlusion de l’artère traitée.

Les complications de cette opération sont :

  1. Infection ou hémorragie au niveau du point où le cathéter a été inséré,
  2. Réaction allergique au produit de contraste,
  3. Arythmie cardiaque ou dysrythmie,
  4. Douleur à la poitrine.

En cas de rupture de l’artère coronaire, le patient doit faire une intervention chirurgicale à cœur ouvert.

D’autres complications rares et graves sont :

  1. Perforation de l’artère,
  2. Accident vasculaire cérébral,
  3. Infarctus,
  4. Problèmes rénaux.

Les patients qui souffrent de problèmes de coagulation du sang présentent un risque accru de complication par rapport aux autres.
De même, ceux qui souffrent de maladies rénales ou de diabète doivent prendre d’autres précautions pour éviter l’aggravation de la fonction rénale.
Si l’opération a échoué, on peut la répéter.
La probabilité de récidive est plus élevée chez les personnes atteintes d’athérosclérose chronique (de longue date).

 

stent,ballonnet,coronaires

Qu’est-ce qu’une opération d’angioplastie par stent ?

Les stents sont de petites prothèses métalliques (en acier inoxydable) très rigides qui servent à maintenir les artères ouvertes.
L’intervention de cardiochirurgie à l’aide d’un stent est une technologie avancée qui permet de prolonger la vie de nombreux patients.
L’angiographie se fait en introduisant une sonde très étroite dans l’artère fémorale au niveau de la cuisse, à partir de laquelle elle est dirigée vers l’artère coronaire.
Ensuite, on insère un cathéter à travers la sonde et on injecte un produit de contraste opaque aux rayons X.
Ce produit se propage dans l’artère à travers le flux sanguin.
La radiographie permet d’obtenir une image précise et d’identifier l’obstruction.

On retire ensuite le cathéter, mais la sonde reste en position.
Le cardiologue introduit à nouveau le cathéter équipé d’un ballonnet à l’extrémité jusqu’à la zone de l’obstruction pour rétablir la largeur normale de l’artère.
Quand le cathéter atteint la position de l’obstruction, le ballonnet est gonflé et le stent s’étend.
Ainsi, le stent est positionné fermement dans la zone de l’artère obstruée.

Le cardiologue peut conseiller d’utiliser un stent qui relâche une substance antiproliférative (stent actif).

 

Quelle est la durée d’un stent dans le cœur ?

Le stent n’a pas de durée fixe. Cela dépend de la manière dont le corps réagit à sa présence, du régime alimentaire du patient, de ses antécédents médicaux et de son mode de vie.
Les stents peuvent parfois durer jusqu’à 15 ans. Ensuite, ils peuvent être remplacés.

 

Après l’angioplastie, convalescence et temps de récupération

À l’hôpital
Dans la plupart des cas, les temps de récupération suite à une angioplastie sont d’environ un ou deux jours (le patient peut sortir de l’hôpital le jour même ou le lendemain).
Pour prévenir toute hémorragie, on recouvre la zone où le cathéter a été inséré à l’aide d’un bandage. Le cardiologue demande au patient de garder les bras et les jambes tendus.
De plus, les médecins peuvent prescrire des médicaments pour éviter la formation de caillots de sang.
Généralement, le patient recommence à marcher après 12-24 heures.
Si le médecin estime que les signes postopératoires sont positifs, le patient peut sortir de l’hôpital.
Au moment de la sortie, on fournit au patient des instructions spécifiques à suivre chez lui afin qu’il guérisse plus rapidement.

À la maison
Si la personne a subi une angioplastie simple, le temps de récupération est d’environ une semaine. Ensuite, le patient peut reprendre une vie quotidienne normale.
D’autre part, si la personne a subi une procédure à la suite d’une crise cardiaque, la période de récupération dure quelques jours de plus.
Pendant la récupération, le patient devra consulter le médecin régulièrement afin de déterminer le suivi post-opératoire.
En cas de fièvre, il faut consulter le cardiologue pour exclure toute infection.
Après l’intervention, un bleu sera visible sur la jambe du patient, là où le cathéter a été inséré.
Le patient doit vérifier que la zone soit protégée et sèche pour éviter toute infection.
En cas de signes d’infections, il faut consulter le médecin le plus vite possible.
À cause du risque élevé de caillots, il est conseillé d’éviter de voyager en avion au cours des deux semaines qui suivent l’intervention. De plus, il est conseillé d’arrêter de fumer définitivement.
Le médecin peut conseiller un programme de réhabilitation cardiaque conçu spécifiquement pour améliorer la récupération des patients.
Ce parcours aide les patients à apporter les modifications nécessaires à leur mode de vie quotidien afin de réduire le risque de problèmes cardiaques.
Une étude publiée dans le magazine de l’American Heart Association a révélé que les possibilités de survie s’améliorent de 47 % quand une personne suit ce programme de réhabilitation.
En cas d’athérosclérose, il est important de modifier son alimentation afin de réduire le taux de cholestérol dans le sang.
Il est conseillé d’éviter de manger du fromage et de la viande. Il faut au contraire privilégier les légumes et le poisson.