Symptômes et causes de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie progressive du système nerveux caractérisée par des tremblements, une lenteur et une rigidité des mouvements.

La substantia nigra (ou substance noire) est une petite partie du cerveau qui est touchée par cette maladie. Cette zone du cerveau envoie des messages à travers le moelle épinière pour contrôler les muscles du corps.
Les messages se transmettent grâce aux neurotransmetteurs des cellules du cerveau, des nerfs et des muscles.

La dopamine est le neurotransmetteur principal produit et relâché par les cellules cérébrales dans la substantia nigra.
La maladie de Parkinson endommage et tue un certain nombre de cellules de la substance noire.
Avec la progression des dommages cellulaires, la quantité de dopamine produite diminue.
Cette combinaison provoque une altération des signaux nerveux ainsi qu’un ralentissement important des fonctions motrices.

 

Évolution de la maladie de Parkinson

L’évolution de la maladie de Parkinson dépend des patients.
La maladie de Parkinson est chronique, à évolution lente et progressive car les symptômes persistent et s’aggravent au fil des années.
La maladie de Parkinson n’est pas considérée comme une maladie mortelle. Son évolution, sa progression diffèrent selon les patients.

-Les troubles moteurs changent selon la personne
-L’évolution de la pathologie n’est pas bien déterminée
-Les troubles moteurs changent selon les activités effectuées pendant la journée
-Des patients touchés par cette maladie vivent avec des symptômes légers pendant beaucoup d’années, alors que d’autres développent des difficultés de mouvement plus rapidement
-Les symptômes non-moteurs sont individuels et touchent le patient pendant toutes les phases de la maladie. Certains patients disent que les symptômes comme la dépression ou la faiblesse influencent la vie quotidienne plus que les troubles moteurs.

 

Causes de la maladie de Parkinson

Les causes de la maladie de Parkinson sont encore inconnues, malgré des décennies de recherches.
Beaucoup de chercheurs pensent que la maladie est provoquée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux qui peuvent varier selon les individus.
Les scientifiques ont découvert que le vieillissement est un facteur de risque important : 2 à 4 % des patients ont plus de 60 ans.
Entre 15 et 25 % des personnes atteintes de Parkinson ont un membre de la famille atteint de cette maladie.
Les chercheurs ont découvert que plusieurs mutations génétiques peuvent directement provoquer cette maladie, mais elles concernent seulement un petit nombre de familles.
Certaines de ces mutations impliquent des gènes qui ont un rôle important dans les fonctions cellulaires de la dopamine.
La recherche épidémiologique a identifié plusieurs facteurs qui peuvent être liés à la maladie de Parkinson.
Des études ont montré qu’une exposition prolongée à certains produits chimiques peut être associée à un risque élevé de Parkinson comme les pesticides, les herbicides, les métaux lourds ou les solvants.
Malgré ces études, l’exposition à une seule toxine environnementale n’est pas identifiée comme la cause de cette maladie.

 

Facteurs qui réduisent le risque de Parkinson

Selon une étude récente, les hommes qui consomment régulièrement des aliments comme les fruits rouges, les pommes, les légumes verts, du thé et du vin rouge, peuvent réduire drastiquement le risque de développer le Parkinson.
Ces aliments contiennent des flavonoïdes et, selon une étude, ces substances ont un effet protecteur.
L’étude montre également que la consommation régulière de certains flavonoïdes peut réduire le risque d’autres maladies, comme l’hypertension, les maladies cardiaques, la démence et certains types de cancer.

 

Premières symptômes de la maladie de Parkinson

Les premiers signes de la maladie sont les suivants :
constipation ;
-somnolence ;
-difficulté à déglutir ;
-diminution de l’odorat.
Certaines personnes peuvent souffrir d’une maladie appelée « trouble de comportement en sommeil paradoxal ».
Les patients qui souffrent de ce trouble associé à la maladie de Parkinson, donnent des coups et parlent pendant le sommeil comme s’ils étaient éveillés.

 

Symptômes et causes de la maladie de ParkinsonSymptômes de la maladie de Parkinson

Les cellules du cerveau et des nerfs touchés par la maladie de Parkinson servent à coordonner et à rendre les mouvements des muscles plus fluides.
Les trois premiers symptômes qui se développent avec le Parkinson sont les suivants :

Lenteur des mouvements (bradykinésie)
Le patient marche lentement, ses pas sont petits et ses pieds traînent sur le sol. La marche commence lentement et les pieds du patient semblent collés au sol. Puis, il y a une accélération progressive qui peut se terminer en une chute.
Il peut être difficile de marcher ou de se lever d’une chaise.
Ce premier symptôme est souvent confondu avec un trouble lié à la vieillesse. De plus, on remarque qu’il est difficile de partir, de s’arrêter et de tourner pendant la marche.

Rigidité et tension des muscles
Les bras n’ont pas tendance à bouger lorsque l’on marche. Le corps fait résistance même en cas de mouvement passif mais cela arrive par intermittence et l’articulation bougede façon saccadée, comme le phénomène de la roue crantée. On le constate particulièrement au niveau du poignet.

Tremblements au repos
Ce symptôme est commun, mais il ne se manifeste pas toujours et touche généralement les doigts et les bras, bien qu’il puisse toucher également d’autres parties du corps. Les tremblements sont évidents quand le patient est au repos, ils disparaissent la nuit et lorsque le patient sollicite la partie du corps et ils ont une fréquence de 5 oscillations par seconde.

La main tremble comme dans un mouvement d’ouverture-fermeture. On définit aussi les tremblements de « pill-rolling » car ils ressemblent au mouvement que fait le pharmacien lorsqu’il prépare les médicaments.

La posture du patient est dite « camptocormia » et se caractérise par une flexion du corps en avant (dos plié vers l’avant), les genoux fléchis et les bras le long du corps.

La dystonie du pied est une contraction musculaire durable du pied qui maintient le pied du patient dans une position anormale : le pied est tourné vers l’intérieur, la flexion plantaire est anormale et les orteils ont tendance à se tendre vers le haut.

Les symptômes ont tendance à s’aggraver lentement mais la rapidité varie selon les personnes.
Plusieurs années peuvent être nécessaires avant que les symptômes n’influent sur la vie quotidienne des patients.
Le patient constate les premiers symptômes lorsque 50 % des cellules de la substance noire sont tués.
Lors des premières phases, seul un coté du corps est touché (gauche ou droit) .
D’autres symptômes peuvent se développer en fonction des cellules touchées par cette maladie.
On retrouve les symptômes suivants :

-Diminution des expressions faciales (le patient semble impassible) ;
-Difficulté à faire des mouvements précis, comme lacer ses chaussures ou boutonner sa chemise ;

-Difficulté à écrire ;
-Difficulté à maintenir l’équilibre et chutes fréquentes ;
-Discours lents et monotones ;
-Difficulté à déglutir ;
-Faiblesse et douleurs musculaires et articulaires.

Pendant les phases successives de la maladie, d’autres symptômes se manifestent :

-Troubles de la vessie et d’incontinence ;
-HSymptômes et causes de la maladie de Parkinsonallucinations (on voit ou un écoute des choses qui n’existent pas) ;
-Augmentation de la sudation ;
-Dysfonctionnements sexuels ;
-Altération de l’odorat ;
-Insomnie ;
-Perte de poids ;
-Augmentation des douleurs dues à la rigidité. Le patient a mal au niveau du cou et des épaules. La douleur s’aggrave à cause des postures incorrectes.
-Dépression et anxiété.

Hypotension orthostatique, c’est-à-dire faible pression sanguine lorsque le patient se lève (quand il est couché ou assis). Cette maladie influe sur le mécanisme de régulation automatique de la pression sanguine.

Certains facteurs, comme manger, faire de l’activité physique et assumer quelques médicaments, permettent de réduire la tension faible.

Les symptômes de la chute de la tension sont les vertiges, la faiblesse générale, une vision floue et l’évanouissement.

Complications de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson provoque souvent les conséquences suivantes :

  • Des problèmes cognitifs (démence) et des difficultés à formuler ses pensées se produisent généralement lors des phases avancées de la maladie. Le patient perd la mémoire et présente des difficultés à s’organiser et à planifier. Ces problèmes cognitifs ne sont pas très sensibles aux médicaments.
  • La dépression et les sautes d’humeur. Beaucoup de personnes avec la maladie de Parkinson souffrent de dépression. Le traitement de la dépression aide à gérer les autres problèmes provoqués par la maladie. On peut également souffrir d’autres sautes d’humeur comme la peur, l’anxiété ou la perte de motivation.
  • Des troubles de sommeil. Les personnes atteintes de maladie de Parkinson souffrent souvent d’insomnie et elles se réveillent fréquemment la nuit. On peut également avoir des troubles pendant la journée, comme des crises soudaines de sommeil. Les troubles du sommeil les plus fréquents sont l’apnée du sommeil (respiration interrompue pendant le sommeil) et le syndrome des jambes sans repos (besoin constant de bouger les jambes). Les médicaments peuvent aider à stabiliser l’alternance entre le réveil et le sommeil.
  • Des problèmes de vessie. La maladie de Parkinson peut provoquer des problèmes de vessie, comme l’incontinence et la difficulté à uriner.
  • Les dysfonctionnements sexuels. Certains patients atteints de maladie de Parkinson peuvent remarquer une baisse du désir sexuel ou des problèmes de prestations.
    A lire aussi