Paralysie faciale

La paralysie faciale est une maladie durant laquelle on ne peut pas bouger un coté du visage.
La paralyse du visage peut être temporaire ou permanente.
La parésie est un trouble qui consiste en une diminution partielle de la mobilité musculaire.

 

Paralysie faciale, médecin, très jolie

 

Physiopathologie

Les muscles du visage sont innervés dans les régions périphériques par des branches ipsilatérales (du même côté) du septième nerf crânien et dans les régions centrales (innervation supra nucléaire) par l’écorce cérébrale controlatérale.
L’innervation centrale est bilatérale dans la région supérieure du visage (les muscles du front) et unilatérale (seulement à droite ou à gauche) dans la région inférieure du visage.

Les lésions paralysent plus fréquemment la région inférieure. Toutefois, les lésions périphériques (paralysie du nerf facial) sont plus fréquentes que les lésions centrales (AVC). Les lésions périphériques paralysent la région inférieure du visage.

 

Quels mouvements effectuent les muscles du visage ?

  • Hausser les sourcils,
  • Fermer les yeux,
  • Plisser le front (froncer les sourcils),
  • Sourire avec la bouche ouverte,
  • Sourire avec la bouche fermée,
  • Froncer le visage,
  • Lever la lèvre supérieure,
  • Abaisser la lèvre inférieure,
  • Tendre la lèvre inférieure vers l’extérieur (comme pour embrasser),
  • Abaisser les coins de la bouche,
  • Plisser le nez.

 

Classification des lésions du nerf facial

La lésion du nerf facial est divisée en trois stades :

  1. Lésion de premier stade (légère et temporaire).
    Le nerf facial est seulement contusionné : il guérit généralement en huit semaines.
  2. Lésion de deuxième stade.
    Le nerf facial est endommagé, mais il conserve sa couche extérieure. Le visage a les premiers signes d’amélioration après environ quatre mois. Le nerf se répare lentement, environ un millimètre par jour.
  3. Lésion de troisième stade (grave).
    Lorsque le nerf facial est gravement endommagé, la récupération est très lente et reste incomplète.
    Si le nerf est rompu, il faut effectuer une réparation chirurgicale afin de rétablir les mouvements du visage.

 

Quelles sont les causes de paralyse du nerf facial ?

Il y a plusieurs maladies qui endommagent le nerf facial :

Un traumatisme à la naissance
La paralysie partielle peut se produire à la naissance du bébé ou peu avant.
La pression sur le nerf facial (septième nerf crânien) avant ou pendant l’accouchement provoque la perte de mouvement de la musculature volontaire sur le visage du bébé. Il n’y a pas de façon d’empêcher la paralysie faciale : on ne connaît pas la cause principale de cette pathologie.
On suspecte qu’un travail long et compliqué peut provoquer cette pathologie.
Les femmes souffrant de diabète accouchent de bébés plus grands.
Les dimensions excessives peuvent provoquer un traumatisme à la naissance. L’utilisation de l’anesthésie péridurale ou la prise de médicaments pour stimuler le travail provoque des contractions plus fortes.

Maladies du système nerveux
L’infection de l’oreille (otite) ou l’infection provoqué par le virus de l’herpès zoster (celui de la varicelle et du zona) provoquent des problèmes au nerf facial.
Le syndrome de Mœbius est une paralysie cérébrale congénitale bilatérale qui touche le nerf facial et le nerf abducens.

Tumeur
Une tumeur peut provoquer la paralysie, par exemple :

  1. Un névrome de l’acoustique
  2. Un neurinome
  3. Un cholestéatome
  4. Des tumeurs parotidiennes
  5. Une tumeur du glomus tympanique.

Toxines
Certaines substances toxiques peuvent provoquer une paralysie du visage.

Paralysie de Bell
Cette pathologie est également connue comme « paralysie faciale périphérique idiopathique » ou paralysie faciale a frigore. La paralysie de Bell est une maladie qui provoque l’inflammation des nerfs faciaux.
75% des paralysies faciales chez les adultes est provoqué par la paralysie de Bell.
Environ 5000 individus souffrent de cette pathologie chaque année.
La paralysie de Bell touche les individus de tout âge, mais elle est la plus fréquente chez les personnes entre 15 et 45 ans.
La cause de cette maladie est inconnue, les experts pensent que la cause de la paralysie est de type viral.
Le froid et le vent peuvent favoriser le développement de ce trouble.
Le virus pourrait être identique à celui qui provoque les boutons de fièvre (herpès simplex).
La paralysie périphérique idiopathique est la plus fréquente chez les femmes enceintes ou celles souffrant de diabète.

Anesthésie chez le dentiste
Dans certains cas, l’anesthésie effectuée par le dentiste peut endommager le nerf facial.

Froid
Les températures basses et le vent peuvent provoquer une paralysie faciale.

 

Quels sont les symptômes de la paralysie faciale ?

 Parmi les symptômes de la paralysie de Bell, il y a :

  • Une faiblesse soudaine ou une paralysie d’un côté du visage,
  • Une difficulté à fermer un œil,
  • Une salivation excessive (baver),
  • Des problèmes aux yeux (un larmoiement excessif ou un œil sec),
  • La perte du goût,
  • Une douleur derrière l’oreille ou dans l’oreille,
  • Des maux de tête,
  • L’hypersensibilité aux sons.

 

Diagnostic de la paralysie de Bell

On effectue un examen clinique et un examen neurologique afin de vérifier la santé du nerf facial.

L’électromyographie (EMG)
Un appereil permet de mesurer l’activité électrique des nerfs et des muscles. Cet examen vérifie l’étendue du dommage du nerf.

Résonance magnétique nucléaire (RMN), scanner ou radiographie
Ces examens vérifient la présence d’autres pathologies qui provoquent les symptômes (une infection bactérienne, une fracture du crâne, une tumeur).

 

Traitement de la paralysie de Bell

Les cortisoniques peuvent guérir la paralysie de Bell, en particulier un principe actif : le prednisolone.

En prenant le prednisolone dans les 72 heures suivant l’apparition de la paralysie de Bell, on réduit la gravité des symptômes à 12 mois.

Le prednisolone est un stéroïde efficace pour réduire l’inflammation et il accélère la récupération du nerf touché. Le prednisolone prévient l’émission dans le corps de substances qui provoquent l’inflammation. Ces substances sont la prostaglandine et les leucotriènes. On prend le médicament par voie orale (par la bouche), deux comprimés par jour pendant 10 jours.
Les effets secondaires (qui s’améliorent après quelques jours) sont les suivants :

  • Des maux de ventre
  • Un gonflement
  • De l’acné
  • Une difficulté à s’endormir
  • Une peau sèche
  • Une céphalée
  • Des vertiges
  • Une augmentation de l’appétit
  • Une sudation excessive
  • Une indigestion
  • Des sautes d’humeur
  • Des nausées
  • Le candida dans la bouche (une infection fongique de la bouche)
  • La guérison des blessures est ralentie
  • La peau s’affine
  • De la fatigue.

 

Herpès virus, paralysie faciale

 

Réaction allergique au prednisolone
Lorsqu’on a une réaction allergique, il faut immédiatement consulter le médecin.
L’allergie se produit lorsque les symptômes suivants apparaissent :

  • L’urticaire
  • Le manque de souffle
  • Le visage gonflé, les lèvres et la gorge enflammées.

Lorsque le patient a des vertiges ou de la somnolence, il doit éviter de conduire la voiture ou des machineries lourdes. Il s’agit d’un symptôme secondaire qui se produit après la réaction allergique. On conseille d’attendre un jour avant de conduire ou de retourner au travail.
Les médecins diminuent progressivement le dosage de cortisoniques vers la fin du traitement. Cela aide à prévenir les symptômes du sevrage : les vomissements et la fatigue.

Hydratation de l’œil
Si le patient ne ferme pas l’œil correctement, il a des problèmes de sécheresse. Certains ressentent une diminution du larmoiement. Cela augmente le risque de lésion ou d’infection. Le médecin prescrit un collyre. On met le collyre dans l’œil pendant les heures où on est éveillé.
Le médecin peut prescrire un ruban adhésif chirurgical qu’il faut appliquer pendant le sommeil afin de maintenir l’œil fermé. Si les symptômes s’aggravent il faut consulter immédiatement le médecin traitant ou aller aux urgences.

La majorité des patients ont une récupération complète en 9 mois. Les individus souffrant de dommages graves aux nerfs ont besoin d’autres traitements.

Chirurgie plastique : la chirurgie plastique améliore l’aspect et la symétrie du visage. Chez certains patients cela apporte un énorme bénéfice lorsqu’ils sourient, même si cela ne résout pas le problèmes du nerf.

 

Paralysie faciale

 

Toxine botulinique (botox) : selon les experts on peut traiter la paralysie de Bell en appliquant la toxine botulinique.
La toxine botulinique affaiblit les muscles du côté sain du visage.

 

Remèdes naturels pour la paralysie faciale

  • L’acupuncture est un traitement naturel qui peut être utile pour favoriser la guérison.
  • La mime-thérapie : la mime-thérapie consiste en une série d’exercices de kinésithérapie et de rééducation qui renforcent les muscles du visage et stimulent le nerf.
    Les résultats sont une meilleure coordination des muscles du visage et des mouvements plus amples.
  • Le massage du visage peut détendre les contractures qui peuvent être une conséquence de la paralysie.
  • L’électrostimulation de renforcement ne sert pas à récupérer la fonctionnalité du nerf, alors que le biofeedback peut favoriser la guérison car le patient envoie des impulsions aux nerfs touchés.

 

Quelle est sa durée ? Le pronostic de la paralysie faciale

La récupération complète se produit dans 80% des cas, alors que 15% des personnes ont un dommage permanent et 5% des patients ont des conséquences graves.
Les temps de guérison dépendent de la cause.
Les facteurs de risque d’un pronostic négatif sont :

  • La paralysie complète
  • Aucun signe de récupération après trois semaines
  • Âge supérieur à 80 ans
  • Une forte douleur
  • Le syndrome de Ramsay Hunt.

Les facteurs qui aggravent le pronostic sont :

  • L’hypertension (pression élevée)
  • Le diabète
  • Être enceinte lorsque se produit la paralysie faciale.

En cas d’infection, la paralysie peut être récurrente.

 

    A lire aussi