Maladie de Parkinson – traitement et pronostic

Les inhibiteurs de catéchol-O-méthyl-transférase (COMT)La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du système nerveux qui provoque :

  • Des difficultés de mouvement,
  • Des troubles de l’équilibre,
  • Des troubles de la coordination.

 

Diagnostic de la maladie de Parkinson

Il est difficile de diagnostiquer la maladie de Parkinson, surtout lors des premières phases.
Environ 40 % de personnes atteintes de cette maladie ne sont pas diagnostiquées et 25 % n’ont pas été correctement diagnostiqué.
L’évolution de la maladie et les symptômes sont difficiles à évaluer car ils peuvent être associés à d’autres troubles.
Les changements de posture peuvent être sous-estimés et associés à un signe de vieillissement ou d’ostéoporose.
Certains médecins pensent que les tremblements sont un symptôme fondamental pour le diagnostic de la maladie de Parkinson. En réalité, ils se trmpent car environ un tiers des patients atteints de la maladie de Parkinson ne souffrent pas de tremblements comme symptôme initial.
De plus, pour diagnostiquer actuellement la maladie, il n’existe pas :

  • D’analyse de sang ;
  • D’examen de laboratoire.

Compte tenu de ces circonstances, un médecin peut avoir besoin d’observer le patient pendant quelques temps afin de pouvoir reconnaître les tremblements et la rigidité pour les lier à d’autres symptômes caractéristiques de cette maladie.
Le médecin rédige ensuite les antécédents médicaux complets (anamnèse) grâce :

  • Aux symptômes du patient,
  • À l’activité effectuée,
  • Aux médicaments pris,
  • Aux autres maladies,
  • À l’exposition éventuelle à des substances chimiques toxiques.

Le médecin effectue un examen méticuleux afin d’évaluer les fonctions du système nerveux et du cerveau.
Les examens effectués concernent :

  • Les réflexes du patient,
  • La coordination,
  • La force musculaire,
  • La fonctionnalité mentale.


Les signes suivants doivent être pris en considération pour effectuer le diagnostic de la maladie :

  • Les tremblements se produisent au repos et non pendant le mouvement.
  • La maladie apparaît d’abord d’un seul côté et devient bilatérale en phase avancée et terminale.
  • La rigidité permet d’exclure de nombreux autres troubles comme le tremblement essentiel.
  • Des tests moteurs spécifiques peuvent être effectués : le neurologue demande au patient de toucher la pulpe des doigts avec celle du pouce et d’effectuer un mouvement rapide de pronation/supination de l’avant-bras. En cas de mouvement lent et limité, le test est positif.

Pour exclure les personnes atteintes de maladie similaire à la maldie de Parkinson, le neurologue peut prescrire une dose de lévodopa (100-250 mg). Une amélioration est un critère diagnostique fiable à 80/90 %. Toutefois, il existe des risques et des effets secondaires en administrant de médicament à une personne saine.

Le médecin peut prescrire une tomographie par émission de positons (TEP) cérébrale ou une scintigraphie myocardique  pour confirmer le diagnostic.

La TEP permet d’exclure les syndromes ressemblant à ceux de Parkinson car elle montre la présence d’altérations anatomiques, comme les lésions des vaisseaux sanguins.

À quel âge se manifeste la maladie de Parkinson ?
Les premiers symptômes apparaissent généralement vers 60-65 ans. Toutefois, une personne sur dix développe les symptômes entre 20 et 50 ans.

Hérédité et génétique
Dans 80 % des cas, les patients n’ont pas hérité de la maladie. Toutefois, il existe une forme génétique de la maladie de Parkinson où il y a une mutation des gènes :

  • LRRK2
  • SNCA

Les recherches montrent qu’un patient sur soixante présente une mutation du gène LRRK2.

 

Traitement pour la maladie de Parkinson

Médicaments
Les médicaments peuvent aider à gérer les troubles moteurs et les tremblements car ils augmentent le taux de dopamine.
On ne peut pas prendre directement la dopamine car elle ne peut pas entrer dans le cerveau. Le médecin prescrit donc la L-Dopa (un précurseur) qui peut traverser les membranes externes du cerveau.
Les bienfaits des médicaments peuvent diminuer avec le temps, mais ils restent parfois identiques à vie.

Le médecin peut prescrire différents médicaments, dont :


La carbidopa et la lévodopa
Le médicament le plus prescrit dans les pays occidentaux est la lévadopa (L-dopa). Il s’agit du médicament le plus efficace pour traiter la maladie de Parkinson.
Cette substance chimique naturelle passe dans le cerveau et est convertie en dopamine. Les effets secondaires comprennent :

  • Des nausées ,
  • Une chute de la pression artérielle en position debout.

Après quelques années de prise, l’effet de la lévodopa peut diminuer.
De plus, des mouvements involontaires (dyskinésie) peuvent se produire après la prise d’un dosage plus élevé de lévodopa.
Le médecin peut :

  • Réduire le dosage,
  • Réguler les temps de prise afin de contrôler ces effets.

Les agonistes dopaminergiques
À la différence de la lévodopa, les agonistes de la dopamine ne se transforment pas en dopamine mais imitent ses effets sur le cerveau : ils stimulent les récepteurs cellulaires de la dopamine qui se trouvent à l’extérieur de la membrane cellulaire. Ils produisent donc les mêmes effets que la dopamine.
Ces médicaments sont aussi efficaces que la lévodopa pour traiter les symptômes  et les effets durent plus longtemps.
Les agonistes dopaminergiques comprennent :

  • le Sifrol (pramipexole),
  • Le Requip (ropinirole).

Leurs effets secondaires sont semblables à ceux de la lévodopa, dont :

  • Des hallucinations,
  • Une somnolence,
  • Des comportements compulsifs comme l’hypersexualité et les jeux de hasard.

Les inhibiteurs de la MAO-B
Ces médicaments comprennent :

  • La sélégiline (Deprenyl),
  • La rasagiline (Azilect).

Ils inhibent l’enzyme de type monoamine oxydase B (MAO-B) qui dégrade la dopamine cérébrale.
Les effets secondaires sont rares. Ils peuvent provoquer :

medicaments, parkinson

Les inhibiteurs de catéchol-O-méthyl-transférase (COMT)
L’entacapone (Comtan) est le principal médicament de ce groupe.
Ce médicament prolonge légèrement l’effet de la prise de lévodopa, en bloquant une enzyme qui décompose la lévodopa.
Le tolcapone (Tasmar) est un autre inhibiteur de COMT. Il est rarement prescrit en raison du risque de dommages graves au foie et d’insuffisance hépatique.

Les anticholinergiques
Ces médicaments ont été utilisés pendant beaucoup d’années pour aider à contrôler les tremblements associés à la maladie de Parkinson.
Différents médicaments anticholinergiques sont disponibles, comme la benzatropine et le trihexyphénidyle.
Toutefois, les bienfaits modérés sont souvent compensés par les effets secondaires, comme :

  • Des troubles de la mémoire,
  • Une confusion,
  • Des hallucinations,
  • De la constipation.

L’amantadine
L’amantadine augmente la production et la libération de dopamine.
Les médecins peuvent prescrire l’amantadine seulement pour soulager à court terme les premiers symptômes de la maladie de Parkinson.
Elle peut également être associée au traitement avec la carbidopa et la lévodopa chez les personnes qui sont en phases avancées de la maladie pour contrôler les mouvements involontaires (diskynésie) provoqués par la lévodopa.
Les effets secondaires peuvent inclure une vue brouillée et des hallucinations.

 

Intervention chirurgicale pour la maladie de Parkinson

Les techniques chirurgicales se développent depuis plusieurs années, afin d’aider les personnes souffrant de la maladie de Parkinson.
La chirurgie ne soigne pas les patients atteints de Parkinson mais peut soulager les symptômes quand les médicaments ne fonctionnent plus.
stimolateurPar exemple, la stimulation cérébrale profonde est une technique qui consiste à implanter un générateur d’impulsions (comme un stimulateur cardiaque) dans la paroi thoracique.
Des fils fins sont insérés sous la peau qui arrivent au cerveau où l’on place des électrodes.
Les électrodes stimulent les parties du cerveau touchés par la maladie de Parkinson et contribuent à soulager les symptômes.
Il n’y a aucune certitude à long terme en ce qui concerne les effets de ce type de traitement.

Le stimulateur cérébral profond est un neurostimulateur (similaire au pace-maker) de la grandeur d’une montre.
Il bloque les signaux nerveux anormaux responsables des tremblements et des autres symptômes de la maladie.
Avant l’opération, le neurochirurgien effectue un IRM ou un scanner pour identifier la zone sur laquelle agir.
Généralement, l’opération concerne les zones suivantes :

  • Le thalamus,
  • Le noyau sous-thalamique,
  • Le globus pallidus.

Le dispositif envoie des impulsions électriques qui interfèrent et bloquent les signaux nerveux qui provoquent les symptômes de la maladie de Parkinson.
Le stimulateur cérébral profond est constitué de trois composants :

  1. L’électrode – une fil très fin est inséré à travers une petite incision au niveau du crâne. La pointe de l’électrode est placée dans la zone du cerveau concernée.
  2. Un fil isolé passe sous la peau de la tête, du cou et de l’épaule et arrive au neurostimulateur.
  3. Le neurostimulateur est fixé sous la peau, près de la clavicule.

Aujourd’hui, il existe des dispositifs avec une batterie rechargeable de l’extérieur, sans devoir changer la pile.
Plusieurs mois peuvent être nécessaires pour régler le stimulateur et trouver la dose correcte de médicaments.

Résultats
Beaucoup de patients constatent une réduction des symptômes et parviennent à diminuer la prise de médicaments et à prévenir les effets secondaires.


Effets secondaires

Quels patitents peuvent prétendre à l’intervention ?
Le stimulateur cérébral profond est indiqué au patient qui répond aux critères suivants :

  • Symptômes de la maladie de Parkinson depuis au moins 5 ans,
  • Diminution des symptômes avec la prise de carbidopa et levodopa, même si l’effet dure peu de temps,
  • Échec des autres médicaments comme entacapone, tolcapone, sélégiline ou amantadine,
  • Symptômes qui empêchent toute activité quotidienne.

 

Quelle est l’espérance de vie ? Pronostic de la maladie de Parkinson

La gravité des symptômes de cette maladie varie beaucoup selon les personnes et il n’est pas possible de prévoir l’évolution de la maladie de Parkinson.
La maladie de Parkinson n’est pas une maladie mortelle et l’espérance de vie moyenne ne change pas.
Les complications secondaires sont la pneumonie et les lésions dues aux chutes.
On peut choisir parmi beaucoup de traitements qui peuvent réduire certains symptômes et qui peuvent améliorer la qualité de vie d’un individu atteint de maladie de Parkinson.