Régime anti-cancer

Le régime anti-cancer est un stratégie important qu’on peut utiliser pour réduire le risque d’apparition d’une tumeur.

Lignes directrices pour une alimentation de prévention du cancer
En général, ces recommandations pour le cancer sont conformes aux lignes directrices alimentaires chez les américains et elles peuvent aider à diminuer le risque de cancer, surtout lorsqu’il y a une augmentation du risque à cause d’autres facteurs, comme la génétique.
Il faut six ou plusieurs années pour que le cancer se développe.


Régime anti-cancer
Par conséquent, on ne peut pas penser de guérir en six semaines : il faut beaucoup plus de temps.

1.Il faut réduire la consommation de graisses saturées, de viande transformée et de viande rouge.
On a démontré qu’une consommation élevée de graisses saturée, de viande transformée (charcuterie) et de viande rouge augmente le risque de développer une tumeur, peut-être en raison du contact avec des substances cancéreuses pendant la cuisson et à cause des méthodes d’élaboration.
La consommation de ces aliments peut provoquer une augmentation de poids, qui est également un facteur de risque de cancer.

Les graisses saturées : les graisses légères (surtout les graisses saturées et les acides gras trans) peuvent provoquer une augmentation du risque de plusieurs types de tumeurs, comme le cancer de la prostate et le cancer colorectale. Cela se passe surtout lorsque la graisse augmente dans le pourcentage total d’apport calorique.

Le teneur de graisses de la viande peut contribuer à la production des substances secondaires du corps qui agissent comme des agents cancérigènes.
En général, les graisses prises ne devraient pas dépasser 30% à 35% des calories quotidiennes, selon l’âge et le sexe.
On ne devrait pas obtenir plus de 7% à 10% des acides gras saturés des calories quotidiennes.
Les graisses saturées se trouvent principalement dans les produits d’origine animale.
Les sources principales sont le fromage, le pizza, les gâteaux et la viande rouge.
On doit substituer ces aliments avec de la nourriture riche en graisses non-saturées, comme les acides gras Omega 3 présents dans les fruits de mer et dans la majorité des huiles végétales.

 

Conseils pour réduire les graisses saturées

1.Il faut utiliser des huiles végétales pour la cuisson (huile de colza, de maïs et d’olive) au lieu des graisses solides (beurre ou saindoux) ; il faut :

  • Acheter du lait maigre ou pauvre en graisses, au lieu du lait entier ;
  • Couper la graisse et la peau de la viande ;
  • Diminuer la consommation d’aliments frits ;
  • Manger des portions plus petites ;
  • Faire attention à la teneur en graisses sur les étiquettes alimentaires ;
  • Substituer les aliments riches en graisses ;
  • Consommer la viande plus pauvre en graisses saturées, comme les fruits de mer.

Les viandes transformées et les viandes rouges : des prises élevées de quantités de viandes transformées (la charcuterie et les hot dog) et de viandes rouges (de bœuf ou de porc) peuvent provoquer une augmentation des probabilités de cancer de l’estomac, du sein et de la tumeur colorectale ; on devrait limiter la consommation.
On observe une augmentation de 15% à 20% du risque de développer un carcinome colorectal tous les 100 grammes de viande rouge ou les 50 grammes de viande transformée pris par jour.
La viande rouge contient des substances, comme le fer, qui peuvent provoquer la formation des radicaux libres.
La charcuterie contient des nitrates, qui sont souvent utilisés dans le processus de polymérisation.
Les nitrates provoquent le cancer chez les animaux de laboratoire et on pense qu’ils provoquent des tumeurs malignes même chez les êtres humains.

La consommation de viandes transformées augmente également l’exposition a des substances chimiques cancérigènes liées à des méthodes de conservation qui impliquent la fumée ou le sel.
Des conseils pour réduire la consommation de viandes transformées et de viande rouge :

1.On peut utiliser la viande comme garniture, en petites portions.
2.On peut consommer des viandes maigres, comme le poisson et les volailles sans la peau.
3.On peut prendre des protéines alternatives, comme les haricots et les légumes secs.

 

2.Il faut limiter la prise d’aliments fumés et salés
Les substances cancérigènes sont présentes dans certains aliments et les études scientifiques montrent que la prise d’aliments salés, fumés, marinés et au grill augmente le risque de cancer.
L’incidence de cas de cancer de l’œsophage et de l’estomac est particulièrement élevée dans certaines parties du monde où la nourriture est souvent préparée de ces manières.

Aliments salés : la nourriture au vinaigre et salée pet augmenter le risque de cancer de l’estomac, surtout lorsqu’elle est prise en grandes quantités. Les nitrates utilisés dans le processus de polymérisation sont connus comme des substances cancérigène chez les animaux de laboratoire.
Il n’y a pas d’épreuves que le sel de table ou le sel utilisé pendant la cuisson augmente le risque de cancer.

Aliments fumés : ces aliments absorbent des quantités élevées de goudron qui se produit en raison de la combustion incomplète du bois ou du charbon, qui contiennent nombreuses substances cancérigènes.
La fumée liquide peut être moins dangereuse et elle est un succédané souvent utilisé.

Charbon végétal et aliments grillés : lorsque la graisse de la viande coule sur les charbons ardents, une substance chimique appelée benzopyrène se produit.
La fumée qui se produit dépose la substance cancérigène sur la viande.

Aliments frits ou grillés à haute température : ce procédé peut convertir certaines protéines de la viande dans des produits qui endommagent l’ADN des cellules du corps.
Des conseils pour éviter de brûler la nourriture :

1.Il faut couvrir le gril avec une feuille d’aluminium pour protéger les aliments de la fumée et du feu.
2.Il faut cuire la viande jusqu’à arriver à une bonne cuisson, sans la brûler.
3.Il faut enlever les parties brûlées avant de manger.

4.Il faut précuire les aliment dans le four à microondes pour diminuer le temps de cuisson sur le gril.

 

3.Il faut augmenter la prise de fruits, de légumes et d’aliments complets
Il ne faut pas suivre une alimentation végétarienne ou végétalienne, mais les nutriments spécifiques et les constituants alimentaires des fruits, des légumes et des céréales complets peuvent agir comme des substances qui combattent le cancer.
Il est important de manger la quantité recommandée dans une alimentation variée.
La prise de fruits, légumes et céréales complets peut également favoriser le maintien d’un poids corporel sain : cela est le but final de la prévention du cancer.

Aliments complets. Les plantes comme le froment, l’avoine, le riz et l’orge contiennent des vitamines, des minérales et des fibres alimentaire qui peuvent aider à prévenir les tumeurs gastro-intestinales, comme la tumeur colorectale.
La fibre alimentaire est le matériel qui provient des cellules végétales que le corps n’arrive pas à digérer complétement et elle se trouve dans les légumes verts, les légumes secs, les fruits et les céréales complets, les noix et les graines.
La fibre doit être présente en grandes quantités dans l’alimentation puisqu’elle aide le passage de la nourriture dans l’intestin et l’expulsion du corps à intervalles réguliers.
Il n’est pas évident si la consommation totale de la fibre ou de ses composants soit utile pour réduire les risques de cancer. Les compléments alimentaires de fibre ne sont pas recommandés.

Fruits et légumes : les plantes contiennent beaucoup de substances bénéfiques, comme les vitamines, les minérales, les antioxydants, les composés phytochimiques et la fibre, qui peuvent agir pour réduire le risque de cancer du poumon, de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, de l’estomac et de cancer colorectal. Les chercheurs sont en train d’examiner les effets de ces interactions complexes. Il y a plusieurs types de fruits et de légumes qui peuvent offrir des effets particulièrement protectifs, comme les légumes de couleur orange et vert foncé, les crucifères (chou, brocoli), les flavonoïdes (soja, thé), les légumes secs, les sulfures (ail, oignon) et les produits de la tomate.

Antioxydants et cancer. Les antioxydants sont des substances présentes dans les fruits et les légumes, qui aident à protéger les tissus d’éventuels endommagements. Le dommage du tissu est lié à un risque plus élevé de cancer ; les antioxydants peuvent donc avoir un rôle pour la prévention du cancer.
Les antioxydants principaux sont :

  • Les caroténoïdes ;
  • La vitamine E ;
  • La vitamine C (acide ascorbique) ;
  • La vitamine A;
  • Le bêtacarotène.

Beaucoup d’études ont démontré le rôle que les antioxydants jouent pour réduire le risque de cancer.
Leur effet protectif est observé seulement lorsqu’on consomme des antioxydants en mangeant des aliments végétaux comme les fruits et les légumes et non des compléments alimentaires.

Produits phytopharmaceutiques et cancer. Les composés phytochimiques (ou phytonutriments) sont des substances chimiques présentes dans les plantes qui ont des propriétés antioxydants semblables.
Les composés phytochimiques plus importantes sont :

  • Les légumes de couleur vert foncé ;
  • Les légumes de couleur orange ;
  • Les légumes crucifères ;
  • Les flavonoïdes ;
  • Les sulfures.

Il existe une relation parmi une consommation élevée d’aliments végétaux et une diminution du risque de cancer, mais la relation précise est encore inconnue.

4.Il faut boire de l’alcool de manière modérée.
L’abus d’alcool (plus de deux boissons alcoolisées par jour chez les hommes et plus d’une boisson par jour chez les femmes) augmente le risque de tumeur de la bouche, de la gorge, du larynx, de l’œsophage, du foie, du pancréas, de la vessie, du colon et du sein.

 

Conseils alimentaires pour le cancer

Aliments permis
Le blé et les céréales complets, les céréales.

Aliments interdits
Tous les aliments qui contiennent de la farine blanche.

 

Légumes

Légumes permis
Tous les légumes sauf ceux insérés dans la liste des légumes interdits.

Légumes interdits

  • Tous les haricots et les petits pois, sauf les petits pois dans les cosses ;
  • Toutes les pommes de terre : les patates douces, les pommes de terre rouges et blanches ;
  • Le chou rouge, la choucroute, le chou blanc.

Cas limite
Les choux de Bruxelles, le chou-fleur, le chou vert, le persil.
On préfère les légumes crus et organique.
On peut cuisiner à la vapeur. Il ne faut pas mettre plus d’une petite pincée de sel marin dans l’eau. Il ne faut pas bouillir.

 

Fruits

Fruits permis
Tous les fruits sauf ceux insérés dans la liste des fruits interdits.

Fruits interdits 

  • Les dattes ;
  • Les figues ;
  • La rhubarbe ;
  • Le raisin sucré.

Fruits fortement recommandés

1.Le jus de betterave ;
2.Le jus de carotte ;
3.Le jus d’orange mélangé avec le jus de citron.

 

Assaisonnements

Il faut manger avec modération ou en utilisant de la manière suivante:

  • Des feuilles de laurier ;
  • Du poivre noir (une pincée de temps en temps) ;
  • De la crème (occasionnellement) ;
  • Des tisanes ;
  • Du miel (au plus une petite cuillère par jour) ;
  • Du jus de citron ;
  • De la mayonnaise de Moerman ;
  • De la muscade ;
  • De l’huile d’olive pressée à froid ;
  • Du fromage râpé (seulement le type de fromage pauvre en graisses et en sel) ;
  • Du persil (à utiliser avec parcimonie).

Aliments interdits 

  • Le poisson ;
  • La viande ;
  • Les crustacés ;
  • L’alcool ;
  • Les graisses animales ;
  • Les colorants artificiels ;
  • Les haricots, les lentilles et les petits pois grandes ;
  • Les fromages riches en graisses et en sel, comme le brie, le cheddar, le munster, le fromage suisse ;
  • Le cacao ;
  • Le café ;
  • Le blanc d’œuf ;
  • Les champignons ;
  • Tous les types de pommes de terre ;
  • Les soupes ou les bouillon de poisson, de viande ou de crustacés ;
  • Le sucre blanc raffiné et tous les aliments qui le contiennent ;
  • Les tisanes qui contiennent tout type de caféine.

 

cancer du côlon, alimentation pour la tumeur.Conseils alimentaires pendant la chimiothérapie, la radiothérapie et pendant la phase post-opératoire.

La chimiothérapie, la radiothérapie et d’autres traitements pour le cancer peuvent provoquer des effets secondaires dans le corps. Faire des choix alimentaires saines peut heureusement aider à aller mieux et cela peut accélérer la récupération.

Diminution des effets secondaires grâce à la nourriture
Certains aliments peuvent contribuer à soulager la gêne de la chimiothérapie.
On peut combattre la constipation avec de l’eau potable et en mangeant des aliments riches en fibres comme les haricots, les lentilles, les légume, les fruits et les fruits secs.
Contre la diarrhée, il faut manger des aliments légers comme le riz, les bananes et les pommes.
Il faut boire beaucoup d’eau pour rester hydraté. On peut protéger les plaies dans la bouche et éviter la bouche sèche en broyant ou en hachant les aliments pour les rendre plus faciles à avaler.
En remplacement on peut manger des aliments qui sont déjà mous et liquides, comme les soupes et le lait frappé ou le yaourt.
On peut combattre la nausée en choisissant des aliments mous et de la nourriture sans des odeurs fortes. Il faut éviter les aliments gras.
On conseille de manger des repas légers et fréquents pendant toute la journée.
Il faut boire beaucoup d’eau, même si cela provoque des vomissements.
Les aliments mauvaises aident la croissance du cancer, les aliments bons peuvent en arrêter la prolifération.
Manger des aliments et des ingrédients inadéquates peut provoquer la perte de molécules régulatrices, en favorisant la croissance incontrôlée des cellules souches cancéreuses.
La croissance de la tumeur peut s’arrêter lorsqu’on mange des aliments qui contiennent des composants naturels spécifiques.
Les aliments inappropriés sont tous les aliments raffinés (blancs), comme le blé, le pain, les pâtes, les huiles, la malbouffe etc.
Il ne faut pas manger de la nourriture qui n’est pas naturelle ou complète.
Il faut consommer de l’huile extra-vierge d’olive, beaucoup de légumes fibreux et de fruits, outre à l’avoine complète.

 

Le régime de Taylor

Allan Taylor est un homme qui a vaincu le cancer du côlon grâce à un régime élaboré par lui-même, en suivant des conseils lus sur internet.
Modifications de l’alimentation effectués par Taylor :

  • Il a arrêté de manger la viande rouge, la viande transformée, la pancetta et les soupes qui contiennent de la viande ;
  • Il a éliminé tous les produits laitiers ;
  • Il a éliminé les sucres raffinés, puisque le sucre alimente le cancer ;
  • Il a préféré des légumes biologiques (si possible) ;
  • Il a mangé 10 portions de légumes crus par jour, car la cuisson détruit les enzymes alimentaires essentiels ;
  • Il a marché deux fois par jour, pendant demi-heure par fois. Le but est d’augmenter le taux d’oxygène dans le sang, pour tuer les cellules du cancer.
  • Il a substitué l’eau du robinet puisqu’elle est siliceuse, avec de l’eau en bouteille avec un pH de 7.4.
    Cette substitution se base sur l’étude du médecin Otto Warburg, lauréat du prix Nobel : il a découvert qu’en augmentant l’alcalinité du corps, le taux d’oxygène qui tue les cellules cancéreuses augmente.
  • Il a bu une tasse d’eau chaude mélangée avec une petite cuillère bien pleine de poudre d’herbe d’orge organique deux fois par jour, le matin et le soir. Cela aide à garder le taux alcaline du sang.
  • Il a pris un comprimé de 200 mg de sélénium le matin et le soir pour soutenir le système immunitaire.
  • Il a pris un dosage élevé de vitamine C qui peut provoquer de la diarrhée. Pour éviter les effets secondaires il a utilisé le Loperamide en comprimé. Le dosage recommandé de vitamine C était de 1000 mg par jour, mais Allan a pris jusqu’à huit comprimés trois fois par jour, pour un total de 24.000 mg. La vitamine C liposomale ne provoque pas de diarrhée et elle s’absorbe facilement ; on peut donc en prendre une quantité plus petite. Le corps absorbe seulement environ 20% de vitamine C, le reste se dépose dans les urines.
  • Il a pris la curcumine X 4000, c’est-à-dire une marque avec un taux d’absorbement qui a été démontré 23 fois supérieur à celui de la curcumine normale.
  • L’élément le plus important sur le plan de la guérison a été le noyau d’abricot. Taylor a lu qu’au nord du Pakistan il existe un groupe de personnes végétariennes, appelé Hunzakut, qui est une des rares cultures au monde exempte du cancer. Ils mangent environ 40 abricots par jour avec le noyau.

 

Le régime cétogène ou la première phase du régime Dukan

Toutes les cellules, même les cellules tumorales, tirent l’énergie du glucose.
Les cellules privées du glucose utilisent le combustible alternatif : le corps cétoniques. Cela se passe pour toutes les cellules sauf pour celles tumorales.
Une altération empêche ces cellules d’utiliser les corps cétoniques comme combustible et elles peuvent survivre, donc, seulement grâce au glucose.
Les cellules normales possèdent une flexibilité métabolique pour s’adapter, en passant de l’utilisation du glucose à l’utilisation des corps cétoniques. Les cellules tumorales n’ont pas cette flexibilité métabolique. On peut ainsi exploiter cette différence.
Les personnes qui veulent priver leur cellules du glucose et qui veulent leur donner de l’énergie sous forme de corps cétoniques, s’alimentent en suivant le régime cétogène. Il s’agit d’une alimentation hyperprotéique et pauvre en glucides, mais riche en graisses et protéines naturels.
La nourriture du régime cétogène se trouve dans toutes les épiceries et il est assez facile de la préparer.
Il suffit de manger de manière très saine, sans les sucres, les sels et la malbouffe.
Les protéines naturelles sont dans leur forme originale.
Par ailleurs, les viandes transformées (comme la charcuterie et les saucisses) sont interdites parce que les glucides sont généralement ajoutés de manière artificielle.
De la même façon les graisses naturelles sont des aliments complets, comme l’huile d’olive, l’avocat et les noix.
Il faut éviter les acides gras trans, comme la margarine et les huiles hydrogénées.